piano bleu : le site des amateurs de piano
Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Discographie : sélection de disques de musique classique , piano seul

voici quelques suggestions de Piano bleu de disques de musique classique, piano seul, à (re)découvrir (remis régulièrement à jour suivant actualités), et à écouter souvent !

 

Mozart
Sonates pour Piano
Intégrale
François Dumont

Mozart a composé une vingtaine de sonates dont dix-huit véritablement achevées mais elles sont moins réputées que les concerti pour piano et le jeune pianiste François Dumont qui voient dans celles-ci "une sorte de journal ou de laboratoire expérimental" ainsi l'explique-t-il dans l'entretien ci-dessous, a choisi de les enregistrer toutes lors d'un enregistrement qui n'a duré seulement que quelques jours. Il est vrai que François Dumont, habitué des concours, ainsi en ce moment même il est au concours international de piano Hamamatsu au Japon où il est l'un des six finalistes sélectionnés, n'en est pas à un challenge près. De là-bas, et malgré le stress que laisse supposer de telles épreuves de concours, il a bien voulu prendre le temps de répondre longuement à quelques questions pour nous présenter cette intégrale riche en émotions qu'il nous fait découvrir dans une interprétation pleine de vie et d'une très belle sonorité ainsi pourrez-vous le mesurer à l'écoute du dernier mouvement de la splendide sonate K457. ...cliquez ici pour lire la suite et écouter l'extrait

Schubert
Moments musicaux D.780
Allegretto en ut mineur D.915
Impromptus D.899

David Fray a été le premier jeune talent interviewé pour ce site internet, dès 2004, alors remarqué au hasard de l'écoute des épreuves du concours de Montréal, et de sa remarquable interpétation de la sonate de Liszt, une interprétation hors du commun, émouvante, prenante, exigeant une écoute des plus attentives de ce candidat toute affaire cessante. David Fray confiait lors de cette première interview qu'il vouait aussi "une passion infinie aux lieder de Schubert" , une passion très proche de son choix d'enregistrer ces oeuvres de Schubert à caractère lyrique également.

Que son disque soit "disque du moment" en cette période de Toussaint est aussi pur hasard qui s'accorde précisément bien avec cette période de l'année puisque en préambule du livret de son disque le jeune pianiste a choisi deux vers du poète allemand Eichendorff : "Comme nous sommes las de marcher, est-ce peut-être ceci la mort". Il offre une interprétation d'un tempo plus lent que celui habituellement utilisé par les interprètes, et dans une sonorité d'une résonance particulière qui donne souvent place alternativement à une pensée intérieure, et un écho qui semble venu de très loin, des profondeurs de la terre ou de paradis rêvés. Le recueillement, et le silence, sont encore impératifs... David Fray prend son temps pour exprimer intensément le flux d'émotions que Schubert transmet dans ses compositions, et il est évident dans ce cas précis, de la sensibilité qu'il y met, et à condition d'être soi-même armé de patience, que l'on ne peut faire que l'éloge de sa lenteur dans cette musique prégnante dont il permet de mesurer la force tant dans les notes que les silences.

David Fray a bien voulu répondre à de nouvelles questions pour présenter son disque...cliquez ici pour lire la suite, voir une vidéo et écouter un"widget" d'extraits de ce disque.

Haendel (1685-1759)
Suites pour clavier
Racha Arodaky

Dans une précédente interview Racha Arodaky déclarait que ses choix musicaux... "se font en fonction de la passion que va susciter chez moi telle ou telle œuvre." , ce disque "Suites pour clavier" de Haendel qu'elle a volontairement choisi d'auto-produire, avec toutes les difficultés que cela comporte, et ce qu'elle en dit montre combien pour cette pianiste le mot "passion" a une signification très forte, n'est pas un mot prononcé à la légère mais un embrasement effectivement vécu intensément. Une passion qu'elle nous permet de partager dans un généreux programme de plus de 70 minutes, où l'émerveillement est au rendez-vous . C'est un véritable feu lumineux aux flammes multicolores se déroulant dans toute leur splendeur, et dans lequel crépitent à rythmes variés des étincelles surprenantes que Racha Arodaky offre ici sous des doigts agiles et sensibles nous permettant d'en mesurer pleinement la richesse. Un feu d'une chaleur bienfaisante et qui contribue cependant, et heureusement, à éteindre la comparaison et l'opposition inutile entre la musique de ce compositeur et de son contemporain Bach, chacune apporte son émotion, ses réconforts et ses joies, n'est-ce pas l'important, ainsi pourrez-vous, pour ce qui concerne Haendel cette fois, en avoir une idée dans l'extrait en écoute et les vidéos de présentation plus bas....cliquez ici pour lire l'interview de Racha Arodaky, écouter un extrait et voir trois vidéos

Franz Liszt
Paraphrases d'opéras de Bellini et Verdi
Giovanni Bellucci

Franz Liszt a consacré plus de la moitié de son activité musicale à des oeuvres d'autres compositeurs, il a au total écrit plus de trois cent cinquante paraphrases, transcriptions et adaptations, sauvant et soutenant ainsi des oeuvres de l'oubli. Alors que l'on a déjà pu découvrir le talent du pianiste Giovanni Bellucci dans les transcriptions des symphonies de Beethoven par Liszt, c'est cette fois-ci des paraphrases d'opéras de Bellini et Verdi que ce même pianiste nous permet de découvrir dans cet enregistrement paru en 2000 , aujourd'hui réédité par le label Lontano. Il faut dire que peu d'interprètes se risquent à ces oeuvres d'une très grande virtuosité. Selon Martin Kalneker, auteur du livret de cet album :" La paraphrase marque chez Liszt le point d'équilibre exact entre l'altruisme du passeur ( du "promoteur", comme on dirait de nos jours), d'une sensibilité pour ce qui est dans l'air du temps , et un narcissisme certain. Car si Liszt met son talent au service des autres( de leur mélodies très exactement), il verrouille en même temps cette générosité, puisque ces transcriptions sont presque inexécutables par d'autres pianistes que lui ". Il est vrai que l'écoute de ses œuvres dont Giovanni Bellucci offre une interprétation éblouissante laissent deviner leur difficulté d'exécution, mais surtout nourrit grandement notre imagination par leurs atmosphères contrastées dont ce talentueux interprète exalte merveilleusement les différentes couleurs. Celui-ci a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter ce disque...cliquez ici pour lire la suite, en écouter un extrait et voir deux vidéos

Muzio Clementi(1752 - 1832)
Vittorio Forte

Pour son premier disque, réalisé par le label Lyrinx, le pianiste italien Vittorio Forte, même s'il vit désormais en France a choisi d'enregistrer des oeuvres d'un compositeur de son pays natal : Muzio Clementi. Un compositeur qui a été injustement emporté par la vague de l'oubli dont parfois l'histoire est responsable même si son nom est réputé à titre de "père du pianoforte". Ce compositeur arrêta en effet brusquement(en 1802) sa carrière de pianiste et de professeur pour créer une facture de pianoforte, ainsi qu'une maison d'édition qui ont rencontré toutes deux un succès financier. Certes il reste aussi l'auteur de la célèbre oeuvre pédagogique "Gradus ad parnassum", mais comme nous le montre Vittorio Forte à travers une sélection d'oeuvres qu'il offre dans une interprétation d'une très belle sonorité, ses autres compositions ont de quoi réjouir nos oreilles. Vittorio Forte a bien voulu répondre à quelques questions au sujet de son disque ...cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait

Félix Mendelssohn
Cyril Huvé

En cette année du deux-centième anniversaire de naissance de Mendelssohn(1809-1847) le jeune label Paraty a demandé au pianiste Cyril Huvé, expert en pianoforte et disciple de Claudio Arrau, d'enregistrer un disque consacré à ce compositeur. Celui-ci a sélectionné des compositions écrites entre 1827 et 1841 qui correspondent à autant de moments forts dans la courte vie de Mendelssohn.
C'est lors d'un autre anniversaire, celui de Clara Wieck, le 13 septembre 1835, que Schumann fît la connaissance de Mendelssohn. Une rencontre importante puisque l'année suivante, il écrit à Thérèse Schumann sa belle-soeur : "Mendelssohn, je lève les yeux vers lui comme vers une haute cime. C'est un véritable dieu". Cyril Huvé a choisi de conclure sa sélection de pièces de Mendelssohn par une page de Schumann écrite en mémoire de Mendelssohn. Il interprète ces oeuvres sur un piano Broadwood 1840 et en offre une interprétation très colorée, d'une grande vitalité ainsi peut-on le mesurer particulièrement dans les "Variations sérieuses", considérées comme le chef d'oeuvre du piano mendelssohnien, en écoute ce mois-ci sur pianobleu.com. Cyril Huvé a bien voulu répondre à quelques questions autour de ce disque...cliquez ici pour lire la suite

Schubert Sonate D960 et transcriptions par Liszt

Alors que le pianiste Frédéric d'Oria-Nicolas confiait en 2005 dans une interview pour pianobleu.com qu'il se sentait très proche du compositeur Prokofiev dont il annote la correspondance à paraître aux éditions Fayard, c'est en fait autour de l'oeuvre de Schubert qu'il consacre son premier disque, une surprise certes mais qui confirme par la qualité de cet enregistrement, déjà très largement félicité à juste titre pour la clarté de son jeu, qu'il ne faut jamais étiqueter un pianiste dans un répertoire donné mais suivre son évolution. Une évolution qui peut être aussi considérable chez les compositeurs ainsi peut-on le mesurer précisément dans la Sonate D960 [....] Schubert n'avait alors que trente-et-un ans. Frédéric d'Oria-Nicolas qui lui en a trente s'approprie cette sonate dans une interprétation très personnelle dont la pulsation originale captive l'auditeur quelle que soit la couleur sonore traversée au fil de cette longue oeuvre d'une grande intériorité. A cette sonate le pianiste a choisi d'ajouter trois transcriptions d'oeuvres de Schubert transcrites par Liszt, un choix qu'il a notamment bien voulu expliquer lors de ses réponses à de nouvelles questions autour de ce disque. Il invite les internautes à en écouter l'une de ces transcriptions : celle du sombre et douloureux lieder transcrit pour piano seul "Der Doppelgänger"....cliquez ici pour lire le texte complet et écouter cet extrait

Rafal Blechacz Sonates

Comme l'explique en anglais le pianiste polonais Rafal Blechacz dans l'EPK présentant son disque(voir vidéo), s'il était naturel pour le lauréat du concours Chopin qu'il est d'enregistrer en premier lieu un disque de ce compositeur, il souhaitait pour ce nouvel album interpréter différents compositeurs et c'est autour du thème "Sonates" qu'il a ainsi pu en réunir trois qui l'ont souvent accompagné : Mozart qui fut au programme de son premier concert public à l'âge de six ans, Haydn qu'il a souvent joué en compétition et Beethoven, dont la sonate qu'il a choisie fut composée à la même époque que celle d'Haydn, et qu'il a aussi présentée lors du concours international de piano Rubinstein dont il a gagné le second prix. Certes ici un programme autour donc de compositeurs d'un autre style et d'une autre période que celle de Chopin, et pourtant Rafal Blechacz, constatant que le mouvement central est souvent le "coeur" d'une oeuvre, "endroit où le compositeur saisit l'occasion de traduire les sons en tout ce qui habite les régions les plus profondes de son âme", s'interroge dans le livret accompagnant le disque : " Est-ce à dire que nous avons ici affaire à des oeuvres romantiques ?...cliquez ici pour lire la suite et voir deux vidéos

Beethoven Sonates et Symphonies Giovanni Bellucci

Le pianiste italien Giovanni Bellucci poursuit son "long voyage" de la réalisation d'une intégrale des trente-deux sonates de Beethoven couplées avec les neuf symphonies de ce même compositeur transcrites au piano par Liszt par un troisième volume qui cette fois ne comporte que des sonates ce dont il ne faut pas s'étonner puisque cette intégrale devrait se réaliser en une quinzaine de disques. S'il ne contient pas de symphonie cet enregistrement renferme la sonate "Hammerklavier" célèbre pour sa dimension tant en durée que musicale[....]Que cette sonate célèbre aussi pour ses dépassements des possibilités sonores de l'instrument [...] ne fasse cependant pas ombrage aux deux autres contenues dans ce programme qui permet cette fois de faire mesurer trois "âmes artistiques" beethovenniennes en ajoutant à l' "expérimentale et ésotétrique" la "juvénile " avec la sonate n°6, qui d'ailleurs tout comme la sonate Hammerklavier contient une étonnante forme fuguée en son Final, et l'âme "héroïque" dans la sonate n°26 "Les adieux" inspirée des guerres napoléonniennes[...] Des âmes et sentiments opposés que le pianiste Giovanni Bellucci nous fait partager avec une grande intensité ! Il a également bien voulu répondre à d'autres questions au sujet de ce disque...cliquez ici pour lire l'article complet et en entendre un extrait

Bach Préludes Fugues et Chorals Edna Stern

Après un disque consacré à Schumann, la pianiste Edna Stern revient à Bach dans un nouveau programme, où cette fois elle veut, et réussit pleinement, à rendre compte de la vocalité instrumentale dans l'oeuvre pour clavier de ce compositeur. Un programme au travers duquel elle raconte une histoire telle celles des cantates avec différents palliers d'élévations : luttes, douleurs puis sérénité.
Adepte de l'utilisation de la pédale pour l'interprétation des oeuvres de Bach, ce qui n'est pas le cas de tous les pianistes, Edna Stern fait vibrer avec une précision savamment dosée les cordes de son piano telles les cordes vocales d'une chanteuse ou d'un ensemble orchestral et parvient ainsi à émouvoir les auditeurs dans ce beau programme constitué certes d'une sélection de chorals, mais aussi de préludes et fugues du Clavier bien tempéré qui n'ont plus rien de"simples" exercices pour les doigts mais dont elle exalte les différentes voix dans des nuances clairement contrastées ainsi pouvez vous le découvrir dans le magnifique prélude n°10 du premier recueil du clavier tempéré diffusé dans cette page d'où sort une mélodie extrèmement touchante. Celui-ci est suivi de sa fugue où l'on peut aisément distinguer deux voix. Edna Stern a bien voulu répondre à quelques questions autour de ce disque...cliquez ici pour lire la suite et écouter deux extraits.

Elisso Bolkvadze Récital Festival Michel Sogny

La pianiste d'origine géorgienne Elisso Bolkvadze est régulièrement invitée par le compositeur et pianiste Michel Sogny au festival qu'il organise chaque année depuis 2004. Rien d'étonnant en cela quand on sait que la lauréate de nombreux concours dont le concours Marguerite Long a travaillé après ses études au conservatoire de Tbilissi sous la direction de Michel Sogny, également fondateur d'une académie. Cet enregistrement a eu lieu au Chateau de Coppet, un des lieux où se produit le festival Michel Sogny, situé sur les bords du lac Léman . Pour ce récital qui a eu lieu le 18 août 2007 Elisso Bolkvadze a choisi un programme varié qu'elle offre dans une interprétation d'une grande vivacité et avec de belles nuances sonores. Elle interprète notamment une splendide oeuvre de Michel Sogny riche en sonorités et à découvrir absolument pour vivre d'intenses émotions durant près de vingt quatre minutes. Son titre "Dérive" vous laisse déjà en imaginer les multiples rebondissements. Mais la sonate de Mozart et la sonate de Beethoven, qu'elle a sélectionnées présentent aussi des atmosphères très changeantes. Elle a bien voulu répondre à quelques questions autour de ce disque...cliquez ici pour lire la suite

Sonates Haydn Zhu Xiao Mei

Certes le nom de la pianiste Zhu Xiao Mei est plutôt attaché à celui de Bach cependant ce n'est pas le premier recueil du Clavier bien tempéré qu'elle a cette fois choisi d'enregistrer mais des oeuvres de Haydn, un compositeur qu'elle a aussi beaucoup joué dans sa jeunesse explique-t-elle dans l'interview qui accompagne ce cd . Peut-être avait-elle envie de s'évader vers un répertoire plus gai car elle déclare "Nous avons besoin de compositeurs comme Haydn qui écrivent pour le plaisir de l'auditeur, qui aiment la vie, la gaieté , le soleil " citant elle-même une phrase de Haydn qui l'a beaucoup touchée dans laquelle il dit qu'il compose de la musique "pour que l'homme fatigué, épuisé ou accablé par ses affaires puissent profiter de quelques moments et de délassement" ....cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait

Bachianas et Transcriptions David Bismuth

Après deux disques consacrés chacun à deux compositeurs, le pianiste David Bismuth publie toujours chez le label Ameson ce nouvel enregistrement conçu cette fois comme un hommage à un seul compositeur : Jean-Sébastien Bach mais à travers le regard que d'autres compositeurs ont porté sur sa musique, de l'époque romantique jusqu'à nos jours, et même jusqu'à très récemment puisqu'il a demandé à cette occasion au compositeur Karol Beffa de réaliser une transcription. Son disque comporte ainsi plusieurs transcriptions pour le piano d'œuvres composées originellement pour orchestre ou groupe d'instruments et d'autre part des oeuvres directement inspirées par la musique de Bach ou les 4 lettres de son nom : B.A.C.H. David Bismuth offre ce programme qui alterne des oeuvres sobres et transparentes avec des pièces riche en polyphonie dans une interprétation toujours d'une très belle clarté sonore. Il a bien voulu répondre à quelques questions autour de ce disque...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

Schumann Emmanuelle Swiercz

Alors que dans son précédent disque consacré à Rachmaninov la pianiste Emmanuelle Swiercz avait choisi un programme opposant au gigantisme des variations les miniatures des préludes composés au même moment, c'est pour ce disque Schumann une nouvelle opposition qui a guidé son choix, proposant ici une oeuvre assez méconnue : Bunte Blätter, face à une oeuvre célèbre : Carnaval, oeuvres qui d'ailleurs elle-même met en opposition des pièces aux caractères très contrastées. Un programme qui permet d'apprécier de nouveau la sensibilité et l'assurance de son jeu que ce soit dans la poésie ou l'énergie tourbillonnante ainsi peut-on le mesurer dans les deux extraits en écoute dans cette page. Emmanuelle Swiercz a bien voulu répondre à quelques questions autour de ce disque...cliquez ici
pour lire la suite et écouter deux extraits

Rachmaninov Moussorgski Lovro Pogorelich

Après un disque d'oeuvres de Liszt, le pianiste Lovro Pogorelich revient avec un nouvel enregistrement paraissant également chez le label Intrada, dans un programme à la mesure de ses larges et puissantes mains. Celui-ci regroupe des oeuvres de deux compositeurs russes qu'il a l'habitude de jouer en concert. Si les "Tableaux d'une exposition" de Moussorgski tout comme les Préludes de Rachmaninov sont réputés pour la difficulté de leur exécution, Lovro Pogorelich montre par ses réponses aux questions qui suivent que là ne fût pas sa principale préoccupation. Il est vrai qu'il a déjà démontré un son orchestral et coloré dans son précédent disque de Liszt, qu'il renouvelle semble-t-il sans peine dans "Les Tableaux d'une exposition" de Moussorgski. Quant aux diverses difficultés techniques contenues dans les Préludes de Rachmaninov, la sélection qu'il a faite permet encore d'apprécier la sonorité nuancée mais aussi la fluidité admirable de son jeu ainsi peut-on le mesurer dans le Prélude op. 23 n° 7 en écoute durant le mois de janvier 2009....cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait 

Domenico Scarlatti Olivier Cavé

Si vous n'avez pas terminé vos achats de noël, voici une idée de disque, édité par le label Aeon, avec lequel vous serez certain de faire plaisir à son destinataire, voire même de le rendre heureux. Il est peut-être trop tard pour vous le procurer par internet aussi il reste à espérer que vous le trouverez dans une boutique proche de chez vous sinon réservez-le pour l'offrir au nouvel an. Plus qu'un disque c'est aussi un petit voyage sous le soleil de la baie de Naples que vous offrirez par ce bel enregistrement du pianiste Olivier Cavé habitué à s'y promener depuis son enfance, sa mère en étant originaire. A l'âge de huit ans, il a un coup de foudre pour la musique de Domenico Scarlatti, né dans cette "capitale de la musique" le 26 octobre 1685, qu'il découvre sous les doigts de Maria Tipo. C'est à son tour de permettre à ces propres auditeurs d'avoir une passion pour cette musique qu'il offre dans une interprétation lumineuse, au toucher léger et délicat qui fait scintiller la musique de mille étoiles colorées...décidement une musique bien à propos pour les fêtes de fin d'années ! Olivier Cavé a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter son disque ...cliquez ici pour lire ses réponses et entendre une sonate

Luisada joue Chopin

Le pianiste Jean-Marc Luisada a déjà enregistré nombreux disques d'oeuvres de Chopin, il revient avec un nouveau récital de ce compositeur qui tient une place de prédilection dans son répertoire. Le musicologue Jean-Jacques Velly auteur du livret de ce disque donne une très belle image des programmes consacrés à ce compositeur : "Un récital d'oeuvres de Chopin" se présente toujours comme la carte variée d'un restaurant gastronomique où les meilleurs saveurs peuvent s'accorder l'une aux autres et s'enrichir mutuellement. La qualité est au rendez-vous , on y trouve toujours quelque chose à son goût et il en résulte une satisfaction de fin gourmet" . Mais pour réussir ses "plats" et que la dégustation soit des plus satisfaisantes encore faut-il derrière le piano un "chef" expert en la matière ce qu'est bien sûr Jean-Marc Luisada qui a bien voulu révèler les secrets de cette nouvelle "carte" qui ravira les oreilles de tous ses auditeurs...cliquez ici pour lire l'interview et écouter un extrait

Chopin Mazurkas Iddo Bar-Shaï

Après un disque de Sonates Haydn, le pianiste Iddo Bar-Shaï consacre un nouvel enregistrement, toujours sous le label Mirare, à Chopin, un compositeur qui le touche particulièrement comme le montre ses réponses plus précisément au sujet de ce disque. Il a choisi ici un programme exclusif d'une sélection de mazurkas interprétées dans un ordre quasi chronologique, car il considère comme un journal de la vie du compositeur ces pièces que Chopin écrivit tout au long de sa carrière et qui sont le plus intimement reliées à la Pologne et à son histoire. Certes les Polonaises le sont aussi mais si ces dernières ont un caractère vigoureux et héroïque, les mazurkas sont plus nuancées et plus délicates.
Un caractère qui convient particulièrement bien à Iddo Bar-Shaï qui en exprime avec talent la grande poésie par son jeu sensible et d'une extrême délicatesse sans pour autant manquer de vigueur quand nécessaire car les mazurkas diffèrent les unes des autres et certaines d'entre elles sont entrecoupées de cris et d'éclats de nervosité... Iddo Bar-Shaï fascine avant tout par son talent pianistique à faire passer l'émotion de ses pièces par une sonorité où la douceur ouatée règne en maîtresse et la passion qu'il exprime lorsqu'il en parle montre aussi combien cet univers lui sied à merveille, lisez plutôt cet entretien ! ...cliquez ici  

Neuburger Live at Suntory Hall

Le pianiste Jean-Frédéric Neuburger, qui fête bientôt ses 22 ans, a un planning chargé, donnant de nombreux concerts en France et à l'étranger. Actuellement à Tokyo pour un "Chopin project" il a bien voulu prendre le temps de répondre à quelques questions pour présenter son dernier disque précisément enregistré aussi à Tokyo au prestigieux "Suntory Hall". Un disque sorti en septembre cette année, dont le programme comportant nombreuses oeuvres majeures qu'il interprète avec une très grande maturité démontre combien ce jeune pianiste, qui dans un précédent entretien datant déjà de quelques années déclarait se passionner pour les oeuvres mineures des compositeurs, est aussi très à l'aise dans les oeuvres les plus marquantes. Cet enregistrement a d'ailleurs reçu de nombreux éloges de la presse dont un Choc de la musique de la revue "Le monde de la musique". C'était également l'occasion de parler de son actualité et de découvrir par là aussi le bonheur du musicien à toujours combler sa soif d'apprendre qui semble bien sans limite !...cliquez ici pour lire l'interview et écouter un extrait

Leos Janacek Pièces pour piano Hélène Couvert

Leoš Janácek(1854-1928) détruisit nombreuses de ces compositions et bien qu'organiste jouant également du piano il n'écrivit pas beaucoup pour cet instrument aussi les "pièces pour piano" de cet album, que la pianiste Hélène Couvert a choisi d'enregistrer après des disques Haydn et Beethoven (label Zig Zag Territoires) ne sont certes pas l'intégralité de son oeuvre pour cet instrument, mais sont les plus représentatives et aussi les plus réputées de ce compositeur.[...] Milan Kundera déclara "Sa musique est la confrontation vertigineusement serrée de la tendresse et de la brutalité, de la folie et de la paix ; elle condense toute la vie, avec son enfer et son paradis"c'est dire toute la richesse de cette musique... Hélène Couvert a bien voulu répondre à quelques questions au sujet de son disque...cliquez ici pour lire l'article complet

Bach Hélène Grimaud

Après un disque Beethoven, la pianiste Hélène Grimaud réputée en France comme une "star" du piano classique a choisi d'enregistrer un disque autour de l'oeuvre de Bach que nombreux considèrent à juste titre comme le "père de la musique" et qu'elle a, comme nombreux autres musiciens, commencé à jouer depuis son enfance. Espérant par cette démarche se "rapprocher du secret de son pouvoir universel" , elle a choisi de centrer ce premier disque consacré à ce compositeur autour de la transcription de la Chaconne en Ré mineur par Ferruccio Busoni, qu'elle joue aussi depuis nombreuses années comme le témoigne un des lecteurs vidéos en bas de cette page....cliquez ici pour lire la suite et voir plusieurs vidéos

Vanessa Wagner Variations

Pour savoir ce qu'est la forme "Variation" en musique on peut certes prendre un dictionnaire de musique mais il est nettement plus agréable de l'écouter et de la découvrir par l'oreille. Ce nouveau disque de la pianiste Vanessa Wagner dont le vaste répertoire s'étale de la musique baroque à la musique contemporaine et qui a choisi de s'intéresser à l'évolution de la Variation au fil du temps comporte un excellent programme original judicieusement sélectionné précisément autour cette forme. Celui-ci transporte l'auditeur en douceur dans un voyage temporel dont les multiples escales non chronologiques ouvrent l'imaginaire à multiples paysages musicaux offrant une variété de couleurs infinie, aux nombreuses surprises et qui passionne tant par sa diversité que son organisation logique permettant à chacun de se laisser agréablement voguer. Vanessa Wagner a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter ce disque ...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

Impressões Wilhem Latchoumia

Réputé pour son interpétation de compositeurs contemporains en ayant notamment été lauréat du concours international de piano d'Orléans à la suite duquel il a enregistré un premier disque d'oeuvres de compositeurs contemporains européens et d'Amérique du Nord , le pianiste Wilhem Latchoumia invite par ce nouveau disque à découvrir des compositeurs d'Amérique latine du 20ème siècle, un répertoire qu'il apprécie aussi tout particulièrement. A travers ces oeuvres très imprégnées de musique populaire et aux belles mélodies tantôt nostalgiques tantôt joyeuses, exigeant pour beaucoup d'entre elles une grande virtuosité, il offre un voyage captivant vers ces contrées. Wilhem Latchoumia a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter son disque...cliquez ici pour lire la suite

Debussy Préludes pour piano Ivan Ilic

Ivan Ilic, pianiste américain d'origine serbe installé en France depuis sept ans mais plus connu à l'étranger pour ses nombreux concerts, confie que le compositeur français Debussy a largement contribué à son choix d'une carrière de pianiste. C'est naturellement un disque d'oeuvres de ce compositeur qu'il apprécie tant qu'il a choisi d'enregistrer pour le label Paraty. Il a sélectionné plus particulièrement une oeuvre qui lui laisse la plus grande liberté puisque dans ce programme de 24 Préludes l'ordre ne semble pas régner en maître. En effet Debussy a choisi de placer à la fin de chaque Préludes, et non au début, les titres qui ont contribué à éclairer l'univers imaginaire du compositeur. On y retrouve les thèmes majeurs habituels dans l'art Debussyste : l'eau, le paysage, le monde des fées ou encore les objets. De plus Debussy n'avait en fait prévu aucune organisation particulière pour leur publication et l'ordre dans lequel les Préludes sont habituellement présentés ne correspond pas plus à leur chronologie .... Ivan Ilic a donc choisi de les enregistrer dans un ordre différent de l'ordre habituellement retenu par les interprètes. Il a bien voulu s'expliquer de ce choix et répondre à d'autres questions sur son album...cliquez ici pour lire ses réponses et écouter un extrait.

Robert Schumann Olivier Chauzu

Après avoir enregistré un disque de l'intégrale des oeuvres de Paul Dukas qui a lui a permis de mieux faire connaître celle-ci Olivier Chauzu milite avec passion pour la cause romantique avec ce nouveau disque regroupant trois pièces fondamentales parmi les oeuvres de Schumann qu'il offre dans une interprétation fort émouvante où le spleen des grands romantiques atteindra certainement tous les auditeurs : La Toccata, oeuvre d'une grande virtuosité technique dégageant une grande joie et un humour qui ne se présenteront jamais plus sous cette forme aussi franche et tranchée dans l'oeuvre du compositeur. Les Davidsbündlertänze empreintes de l'âme de deux personnages de l'imaginaire de Schumann : Florestan, être fougueux, fantasque et imprévu et Eusébius, le mélancolique et rêveur. L'Humoresque où l'humour n'y intervient que de façon très marginale, Schumann avoua à Clara avoir "ri et pleuré tout à la fois" en la composant et à un ami il indiqua "Elle est peu gaie, et peut-être ce que j'ai écrit de plus mélancolique".
Olivier Chauzu a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter ce disque dont je vous invite également à écouter un extrait qui m'a particulièrement émue....cliquez ici pour lire ses réponses et écouter cet extrait.

Felix Mendelssohn Romances sans paroles Shani Diluka

Après un premier disque de "Pièces lyriques" de Grieg la pianiste Shani Diluka revient avec un nouveau disque de "Romances sans paroles" de Mendelssohn également très lyriques qu'elle a choisi de faire découvrir dans un univers très poétique pour mieux en partager l'émotion. Elle apporte en effet une contribution personnelle en associant à chacune des dix "Romances sans paroles" qu'elle interprète un vers issu d'autres "Romances sans paroles" écrites par Verlaine, à la manière des titres elliptiques qu'utilisait Debussy pour faire deviner sans dire, jetant ainsi un pont entre le monde de la musique et celui des textes....cliquez ici pour lire la suite, lire une interview de Shani Diluka au sujet de ce disque et en écouter une pièce

Brahms Geoffroy Couteau

Le pianiste Geoffroy Couteau qui a remporté le premier prix du concours international Brahms de Pörtschach(Autriche) en 2005 en jouant la troisième Sonate de Johannes Brahms, vient de sortir ce disque de dernières oeuvres de ce même compositeur chez le label Intrada avec le soutien du Mécénat culturel Bayer et à cette occasion a bien voulu répondre à quelques questions. Durant 13 années Brahms n'avaient pas écrit pour le piano, et l'on considère comme son testament pianistique les vingt pièces composées en deux étés (1892 et 1893), Clara Schuman les considérait comme un "Trésor de chefs d'oeuvres inépuisables" et Brahms comme les "Berceuses de sa souffrance", quoiqu'il en soit ces pièces ne laissent pas indifférents...cliquez ici pour lire la suite et entendre un extrait

Marylin Frascone Moussorgsky Chopin

C'est une association a priori originale que propose la pianiste Marylin Frascone, lauréate en 1995 du premier Grand Prix au Concours International Chopin de Marienbad en République Tchèque, en couplant précisément des oeuvres de Chopin avec Les "Tableaux d'une exposition" de Modeste Moussorgsky, un cycle d'une dizaine de pièces écrites en 1874 suite au décès de son ami l'architecte Viktor Hartmann dont une exposition était organisée en 1874 en sa mémoire. [....]
Les oeuvres de Chopin qu'elle a choisies d'interpréter sont également le fruit de l'émotion d'un compositeur mais contrairement à Moussorgsky qui composa les Tableaux d'une exposition en moins de trois semaines sous la prise de l'émotion du décès de son ami, des écrits de Georges Sand rapportés dans le livret indique qu'il en était différemment pour Chopin[...]Marylin Frascone a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter ce disque et durant le mois d'août 2008 il sera possible d'en écouter un extrait..cliquez ici pour lire l'article complet

Les folies françaises Cédric Pescia

François Couperin (1668-1733)
Les Folies Françoises, ou Les Dominos
Extrait du 3e Livre de Pièces de Clavecin, 13e Ordre
Claude Debussy(1862-1918)
12 Préludes, 2e Livre
François Couperin (1668-1733)
4e Livre de Pièces de Clavecin, 25e Ordre
Olivier Messiaen(1908-1992)
Extrait du Catalogue d’Oiseaux, 7e Livre
Après un enregistrement des Variations Goldberg de Bach et un double album Schumann, et sous le titre générique modernisé "Les folies françaises" le pianiste franco-suisse Cédric Pescia a eu l'idée originale de réunir des oeuvres de trois compositeurs français de trois ères musicales différentes offrant un beau voyage musical dans le temps très pittoresque et riche en couleurs. Il a bien voulu expliquer son choix et répondre à nombreuses autres questions pour présenter ce disque ainsi que, dans une autre page, sa carrière déjà très remplie pour un jeune talent !...cliquez ici pour lire ses réponses

Schubert Rachmaninov Alain Lefèvre

Si le pianiste/compositeur canadien Alain Lefèvre est particulièrement célèbre par sa bataille à faire connaître l'oeuvre du compositeur André Mathieu au monde entier, son répertoire est très vaste et ce nouveau disque, édité par le label Analekta, pour lequel il a choisi un regroupement original de deux recueils poétiques de Schubert et Rachmaninov vient compléter son importante discographie qui comporte déjà une quinzaine de volumes des compositeurs les plus variés allant de Bach à Soler.Durant le mois de juin 2008 vous pourrez écouter un extrait des Etudes-Tableaux de Rachmaninov : la pièce n°8 en ré mineur pour laquelle le compositeur ne donna aucune explication quant à la source de son inspiration contrairement à la majorité d'entre ces Etudes-Tableaux...cliquez ici pour lire la suite

Mendelssohn Bertrand Chamayou

Le pianiste Bertrand Chamayou dont on peut mesurer le naturel curieux dans la page qui lui est consacrée, confie dans le livret qui accompagne ce disque : "Etant pourtant d'un naturel curieux, je n'ai durant quelques années pas cherché à savoir ce qui se dissimulait aux côtés des " Variations sérieuses", du Rondo Cappricioso et de quelques romances, pièces que j'avais dans les doigts depuis le conservatoire et qui sont les seules à avoir vraiment franchi l'épreuve du temps. Tout au plus je me délectais régulièrement des très beaux disques de Nikita Magaloff et de Murray Perahia. Jusqu'au jour où j'ai eu l'envie subite et inopinée de me procurer et de lire toutes ces pages mystérieuses, ces caprices, ses fantaisies ou pièces caractéristiques dont je ne savais rien. Ces séances de lectures furent un enchantement : je naviguais ici et là, allant de pages hautement inspirées en délices plus fugaces et l'idée de composer un programme de récital en assemblant quelques-uns de ces joyaux m'est aussitôt venue". Le choix était vaste puisqu'il serait possible de donner un récital de plus de sept heures de toutes les oeuvres que composa Mendelssohn pour le piano...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

Liszt Nelson Goerner

De ce disque présenté comme "Le diable et le bon Dieu" le pianiste Nelson Goerner, qui a déjà enregistré les Études d'exécution transcendante du même compositeur, explique simplement qu'il en a choisi le programme parce qu'il "représente ce que j'appellerai un moment significatif dans ma recherche et fréquentation lisztiennes. J'ai senti que le moment était simplement venu."
Certes pas une oeuvre tardive mais marquant un tournant essentiel, voire une exception de l'oeuvre de Liszt, la Sonate en si mineur est un de ses plus grands chefs d'oeuvre pianistiques, par sa longueur : plus de trente minutes dans une forme monobloc qui peut être lue de deux façons : comme une grande sonate en quatre mouvements ramassés en un seul ou comme les quatre parties d'un seul allegro de sonate. Outre sa forme originale qui ouvre les portes à multiples interprétations possibles c'est la richesse harmonique, la multiplicité des thèmes où nombreux caractères se profilent (Faust, Mephisto, Marguerite ... autant dire le diable et le bon Dieu ...), qui en fait toute la richesse. Oeuvre exigeant de très grandes capacités techniques mais aussi poésie, qualités qui ne font aucunement défaut à Nelson Goerner qui en offre une interprétation exaltant les caractères bien affirmés tant dans l'énergie que la tendresse....cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait

Olivier Chauzu Paul Dukas

Bien connu pour son "Apprenti sorcier", Paul Dukas(1865-1935) n'a composé ou plus exactement publié pour le piano que quatre oeuvres, car très exigent le compositeur a détruit nombreuses de ses partitions. L'une de ses oeuvres est particulièrement gigantesque : la sonate en mi bémol mineur d'une durée de 45 minutes, elle est impressionnante non seulement par cette durée mais surtout sa puissance expressive. Après avoir enregistré la difficile intégrale d'Ibéria d'Isaac Albeniz, le pianiste Olivier Chauzu semble bien avoir enfiler la panoplie de l'apprenti sorcier pour s'attaquer de nouveau à une intégrale peut souvent jouée et a bien voulu répondre à quelques questions au sujet de ce disque...cliquez ici pour lire ses réponses

Murray Perahia Bach Partitas 2,3 et 4

Le pianiste américain Murray Perahia qui a fêté l'an dernier son soixantième anniversaire, et a du récemment s'absenter des scènes et des studios en raison de problèmes de santé, a déjà enregistré nombreux disques de Bach largement récompensés : les Suite anglaises, les Concertos pour piano et les Variations Goldberg. Il revient avec ce nouveau volume qu'il consacre donc à l'un de ses compositeurs de prédilection et vient confirmer son talent toujours exceptionnel dans l'interprétation des oeuvres de ce compositeur. Ici sont réunies les Partitas 2,3 et 4, il est prévu qu'un autre volume des Partitas 1,5 et 6 paraisse début 2009 après trois Sonates de Beethoven prévues pour fin 2008.... de quoi réjouir tous les mélomanes sensibles aux interprétations subtilement colorées de Murray Perahia...cliquez ici pour lire la suite, en écouter un extrait et voir une vidéo

Luisada Le chant du piano

Pour le pianiste Jean-Marc Luisada le piano n'est pas seulement l'instrument roi mais aussi le "chanteur roi" et il prend à coeur d'en faire oublier son aspect percussif au profit du cantabile. Cette nouvelle compilation "Le chant du piano" que sort actuellement le label RCA permet de mesurer au travers de pièces pour certaines déjà parues mais aussi de nouveaux enregistrements combien ce chant du piano est présent depuis toujours dans les interprétations de ce pianiste.
Jean-Marc Luisada a bien voulu répondre à quelques questions à l'occasion de la sortie de cet album..cliquez ici pour découvrir ses réponses

Schubert Emmanuel Strosser

Considérée comme sa "Sonate d'adieu", Schubert a achevé d'écrire la vingt-troisième Sonate le 26 septembre 1828, deux mois avant sa mort, seulement âgé de 31 ans. Cette dernière année de sa vie fut l'une des plus riches : il écrivit pour le piano trois sonates reconnues comme les plus réussies, la Fantaisie pour quatre mains D940 et les trois Klavierstüke que le pianiste Emmanuel Strosser a enregistrés conjointement avec la dernière sonate pour ce disque du compositeur qui lui est "le plus proche de son coeur" selon ses propos recueillis à l'occasion de la sortie de ce disque.
Comme dans chacune de ses trois dernières sonates composées non seulement la même année mais aussi le même mois c'est particulièrement le second mouvement qui en est bouleversant...cliquez ici pour lire la suite

Chopin Scriabine par Romain David

Sans aucun doute le mot Poèmes souvent répété dans l'énoncé de la liste des pièces de Scriabine que le pianiste Romain David a choisi d'interpréter pour son premier disque en récital seul, pourrait tout autant s'appliquer pour la première partie de son programme, car c'est une interprétation qui exalte à son extrême tout autant la poésie des œuvres de Chopin qu'il offre ici. Il suffit d'écouter, avec l'aimable autorisation du label Loreley, le son admirablement pur et mat, son jeu merveilleusement inspiré dans le trio central de la célèbre "Marche funèbre" (troisième mouvement de la sonate n°2) pour en être convaincu(e)(voir et entendre plus bas, le trio débute peu après la deuxième minute mais écouter le mouvement entier bien sûr ! L'idéal sera même d'entendre la sonate entière car elle regorge d'autres moments fort poétiques)... De ce trio central, Wilhem von Lenz, un élève de Chopin a dit : " Rien n'est plus facile que de faire de ce trio la chose la plus commune, rien n'est plus difficile que d'en élever le charme mélodique à la hauteur de l'affliction qui pèse sur tout le poème de la Marche funèbre[...] Le trio est une pierre de touche à laquelle on reconnaît si l'exécutant est poète ou s'il n'est que pianiste"et pour ce qui concerne Romain David le qualificatif de poète s'ajoute assurément à celui de pianiste, un pianiste pour qui poésie n'est pas synonyme de lenteur car son jeu a aussi une vivacité agréablement surprenante....cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait

Schubert Impromptus Philippe Cassard

Dans ses réponses aux questions de pianobleu.com le pianiste Philippe Cassard confiait il y a quelque temps : "Schubert et Debussy restent deux compositeurs qui m'accompagnent continuellement" et ce nouveau disque qui s'ajoute à trois précédents autres enregistrements qu'il a déjà consacré à ce compositeur confirme de nouveau, combien effectivement Philippe Cassard est attaché à la musique de ce compositeur. Son travail pendant des années avec la chanteuse lyrique Christa Ludwig qu'il considère comme :" Une artiste qui a chanté Schubert comme personne, avec une intensité, une variété de couleurs et un naturel qui m'ont appris davantage que bien des leçons de piano !", n'est sans nul doute pas étranger à sa passion pour la musique de ce compositeur. A son tour il offre une interprétation très colorée de ces Impromptus, valorisant les parentés de ces pièces avec les Lieder, afin d'apporter un éclairage sur leur nature profonde....cliquez ici pour lire la suite

Rafal Blechacz Chopin Préludes

Si lors du concours international de piano Chopin de Varsovie en 2005, le pianiste Rafal Blechacz a obtenu le premier prix en interprétant remarquablement la troisième sonate de Chopin, et divers autres pièces (une mazurka, la Barcarolle...) ainsi que le premier concerto de ce compositeur, et a d'ailleurs gagné également trois autres prix: le Prix de la Radio Polonaise pour la meilleure interprétation des Mazurkas, le Prix de la Société Polonaise de Chopin pour la meilleure interprétation des Polonaises et le Prix du Philharmonique de Varsovie pour la meilleure interprétation du Concerto et a également reçu la récompense créée par Krystian Zimmermann pour la meilleure interprétation des Sonates, ce sont les... Préludes qu'il a choisi d'interpréter pour son premier disque ainsi que deux nocturnes, expliquant son choix par ces propos : " Ils sont fascinants à l'infini - ils sont tellement divers, on y trouve tellement d'idées différentes ! J'ai cependant essayé de fondre cette diversité dans un moule unitaire, de construire une seule entité qui développe sa propre tension interne, sa propre dramaturgie. Quant aux Nocturnes op.62, je les connais depuis longtemps et pense avoir trouver une manière convaincante de les interpréter."..cliquez ici pour lire la suite

Bach Le clavier bien tempéré Zhu Xiao Mei

Imaginer la pianiste Zhu Xiao-Mei lors de son séjour en camp de rééducation, pendant la révolution culturelle, recopiant en cachette les partitions du clavier bien tempéré et le jouant en faisant croire qu'il s'agissait de musique officielle chinoise suffit à comprendre combien cette oeuvre peut représenter pour elle... oeuvre parfois appelée la "bible" du pianiste, elle fut en tout cas force de réconfort(elle lui réchauffait même les doigts lorsqu'elle la jouait dans une pièce de la chaleur d'un frigo !) et surtout "musique de bonheur, et du bien" elle contribua à ouvrir les yeux de Zhu Xiao-Mei et à comprendre que cette musique avait une capacité à lui rendre courage, à la rendre heureuse et à lui faire retrouver sa dignité. Aujourd'hui la pianiste offre en premier lieu son interprétation du second livre parce qu'il a toujours été tenu dans l'ombre du premier livre et qu'il mérite lui aussi d'être mis en avant, selon ses propos dans l'interview publiée dans le livret qui accompagne les deux CD...cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait

Maurizio Pollini Sonates opus 2 Beethoven

L'an dernier, en mai 2006, alors qu'un journaliste du New York Times s'inquiétait de savoir comment Maurizio Pollini voyait ses 10 à 20 années à venir et s'il avait l'intention de quitter la scène, il lui répondit "Nous verrons, qui sait ce qui peut arriver ?" ajoutant que parmi ses objectifs il espérait terminer son intégrale des trente-deux sonates de Beethoven et le Clavier bien tempéré de Bach, ce nouveau volume marque donc la poursuite de ce premier objectif débuté depuis de nombreuses années et que chacun espère le voir poursuivre encore de nombreuses années car même si chaque nouveau volume est un événement des plus réjouissants et à ne pas manquer, un seul regret vient à l'esprit : que Beethoven n'ait eu le temps de composer des centaines de sonates !
Cette fois-ci Maurizio Pollini interprète les trois sonates contenues dans l'opus 2 de Beethoven, et que le compositeur acheva en 1795 et dédia à Haydn dont il était l'élève depuis trois ans...cliquez ici pour lire la suite

Gabriel Fauré Hervé Billaut

Dans un généreux programme de plus d'une heure et quart, le pianiste Hervé Billaut offre dans cet album, paru chez le label Lyrinx, une très belle vue panoramique sur l'oeuvre de Gabriel Fauré au travers le prisme de six oeuvres réparties deux par deux sur les trois cycles distincts habituellement recensées par les musicologues qui très schématiquement (pour faire très court) pourrait être pour le premier qualifié de romantique, le second de poétique et le troisième de nostalgique.
Mais le mieux est de laisser la "parole" à Hervé Billaut qui a bien voulu répondre à plusieurs questions au sujet de ce disque dont vous pourrez également écouter la Ballade et mesurer si pour vous elle sonne " printanière et sylvestre" comme le déclara le musicologue Vladimir Jankélévitch ou sera "comme la voix du souvenir irréversible qui chuchote à l'oreille de notre âme, lorsque le soir descend, les choses secrète et indicibles..." comme Marcel Proust le pensait, mais quoi qu'il en soit il est à parier que grâce à l'interprétation d'Hervé Billaut, tout en finesse avec de subtiles lignes mélodiques, elle parvienne à vous émouvoir délicieusement tout comme le reste du programme qui défile en fait si vite qu'on en oublie le temps !...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

Robert Schumann Eric Le Sage Volume 2

Le pianiste Eric Le Sage a pour projet d'enregistrer l'intégrale des oeuvres pour piano seul et de musique de chambre d'ici 2010, ce volume est le second volume de celle-ci. Un objectif qui lui tient particulièrement à coeur et dont il se félicite car explique-t-il :" il y quelques oeuvres que je suis content d'avoir eu l'occasion d'approfondir , sinon je serai certainement passé "à coté " par manque de temps ou de curiosité. Les fugues , les marches , la 3ème sonate ...."cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait

Liszt Harmonies Poétiques et Religieuses Pascal Amoyel

Après un très remarquable double album des Nocturnes de Chopin, qui a contribué à sa Victoire de la musique "Révélation soliste" en 2005, et après un disque de l'intégrale des Poèmes de Scriabine, Pascal Amoyel revient encore avec un répertoire que l'on peut qualifier de "tailler sur mesure" quand on a pu mesurer son talent exceptionnel dans ses interprétations profondes et poétiques, et sachant que Liszt est un de ses compositeurs de prédilection. Nul n'est besoin de vous convaincre que ce nouvel album est à ajouter sans hésitation aux côtés des précédents, son interprétation de Funérailles, la pièce la plus jouée de ce recueil par nombreux pianistes, est assurément des plus prenantes jamais entendues. Pour parvenir à ce résultat ne pas la séparer des autres pièces du recueil "Harmonies Poétiques et Religieuses"était sans doute aussi un choix fort judicieux.... Pascal Amoyel a bien voulu répondre à quelques questions autour de ce disque...cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait

Ravel
Oeuvre pour piano
Philippe Bianconi

Plusieurs pianistes français ont enregistré ces dernières années une intégrale de l'oeuvre pour piano de Ravel, et il est amusant de constater qu'aucune d'entre elle ne respecte l'ordre chronologique de la création des pièces et que chacune d'ailleurs se distingue par un ordre différent des pièces, on peut s'interroger sur les choix respectifs de chacun des interprètes mais pour ce qui concerne Philippe Bianconi il est probable que son choix de "Jeux d'eaux" dans lesquels il emporte l'auditeur dès le début de son intégrale n'est pas étranger au fait qu'il se sente là parfaitement dans son élément naturel, d'ailleurs à la question de savoir quelle est sa pièce préférée (qui sera diffusée ce mois d'octobre 2007 sur piano bleu) Philippe Bianconi répond :" Le choix n'est pas facile mais si je devais choisir une seule pièce je crois que ce serait Ondine. C'est sans doute une des plus belles choses qui aient été écrites pour le piano, avec cette sublime ligne mélodique, cette poésie, ces irisations inouïes, ce frémissement du son que Ravel réussit à obtenir. Et pour moi, c'est toujours, des années après, le même émerveillement ressenti à la découverte de cette oeuvre lorsque j'étais enfant."...cliquez ici pour lire la suite

Gabriel Fauré
Nocturnes
Emile Naoumoff

Au delà d'une évocation de la nuit, il serait tentant de scinder les treize nocturnes de Fauré en deux autres thèmes inspirateurs de la grande tension dramatique qui y règne : l'amour( jusqu'au huitième nocturne, ceux-ci sont presque tous dans une tonalité majeur) et la mort(à partir du neuvième nocturne jusqu'au dernier, et tous dans une tonalité mineur, couleur du drame), dont la césure coïnciderait exactement avec celle chronologique de l'apparition de la surdité du compositeur vers 1903 et sans doute d'un sentiment de solitude et d'interrogation encore plus douloureuse expliquant le tournant musical de son oeuvre devenant alors plus intérieure. Mais ce serait sans doute par trop simpliste car en fait les musicologues distinguent trois périodes dans la longue carrière (plus de quarante cinq ans) de Gabriel Fauré, et durant laquelle la composition de ces nocturnes s'étale, le premier nocturne datant de 1875 et le dernier de 1922. Une première époque où domine une musique romantique (jusqu'en 1886 environ) inspirée de celle de Chopin et Mendelssohn, la seconde période débutant ensuite et qui irait jusqu'aux alentours de 1904, d'une maturité croissante, plus poétique et enfin la troisième période jusqu'à sa mort en 1924 avec une musique plus personnelle et intime, plus énigmatique, plus profonde.
Mais faut-il réellement chercher à scinder ces nocturnes, car l'on peut par exemple être surpris du style déjà étonnamment très personnel du premier nocturne (plus que celui des trois suivants) et sans doute vaut-il mieux se contenter de suivre simplement le fil de ces treize nocturnes comme celui d'un journal d'une vie de créations, comme un souffle continu, tel le suggère le pianiste Emile Naoumoff constatant : "Chez Fauré la plupart des nocturnes s'assimilent à des poèmes symphoniques ou lyriques concentrés sur eux-mêmes. Le noyau musical est si dense qu'il me semble qu'après chaque écoute, qu'il se déploie en nous-mêmes, prenant toute sa dimension, comme un souffle qui embellit l'âme"....cliquez ici pour lire la suite
 

Marylin Frascone
Franz Liszt

Marylin Frascone dont le premier disque paru en 2002 comportait déjà une œuvre de Franz Liszt (La Sonate en si mineur) , et avait reçu les éloges de la presse, vient de sortir un troisième disque, après un disque Rachmaninov en 2005, consacré cette fois dans son intégralité à des œuvres de Franz Liszt. Elle a bien voulu répondre à quelques questions permettant de mieux comprendre son attachement à ce compositeur mais sans doute ce mot est-il mal choisi car c'est la liberté qu'il lui offre que la jeune pianiste semble avant tout apprécier...cliquez ici pour lire la suite et en écouter deux pièces.

Horizons Leif Ove Andsnes

Quiconque a eu l'occasion de contempler régulièrement l'horizon maritime, sait combien les couleurs de la mer et du ciel sont innombrables, et ne se limitent pas à la palette des multiples "bleu", mais puisent dans une gamme infinie de tons du gris au vert, et de l'ocre au noir, reflets de la nature environnante et des conditions météorologiques. Les peintres, mais aussi les compositeurs ont souvent cherché à reproduire ou évoquer ces multiples horizons, changeants et sans cesse en mouvement. A son tour, le pianiste Leif Ove Andsnes, pour avoir vécu sur les côtes nordiques, et avoir ressenti l'influence de cet environnement particulier sur ce qu'il est en tant que personne et musicien, a choisi le titre "Horizons" pour ce disque regroupant plus d'une vingtaine de pièces qui ont particulièrement contribué à sa formation ou découverte de la musique qu'il aime....cliquez ici pour lire la suite

Sonates pour piano
K330-332 et K457
Wolfgang Amadeus Mozart
Mikhaïl Pletnev

Il n'est pas toujours facile pour les musicologues de donner avec précision la date de composition des oeuvres, notamment parce que la publication peut en être éloignée. Ainsi, selon les notes du livret de ce disque, il parait que pendant de nombreuses années on a pensé que les sonates K330-332, publiées en 1784, dataient du voyage de Mozart à Paris en 1778, mais une étude de l'écriture de Mozart a révélé qu'elles ne peuvent avoir vu le jour à ce moment là, et l'analyse du papier sur lequel sont notées les sonates le confirmerait.
Mais à vrai dire qu'importe réellement qu'elles furent écrites en 1778 ou 1783, si ce n'est qu'à la seconde date : 1783, on peut y associer le fait explicatif qu'elles furent écrites pour des élèves viennois et donc à des fins didactiques, et qu'en ne retenant pas 1778 on se prive peut-être d'une petite fierté française, à être le pays d'origine du célèbre "Rondo alla turca"(marche turque de la sonate K331) inspiré, si l'on s'en fie à son titre, par la cour ottomane...quoique certains y voient aussi un rappel de Molière et du Bourgeois gentillhomme dans sa forme. Les sonates 330 et 332, si elles sont un peu moins célèbres que celle-ci, n'en sont pas moins belles,au contraire même, très mélodieuses et lyriques, quant à la sonate K457(composée en 1784), elle est considérée par beaucoup comme la plus belle de toutes ses sonates pour piano, Mozart ayant exploité au mieux toutes les couleurs que lui offrait le pianoforte.
En cette année de célébration de la naissance de Mozart, beaucoup d'enregistrements de ses oeuvres, dont ces sonates sont proposées. Aussi il est très important de ne pas perdre de vue que l'intérêt tant de rééditions que de nouveaux enregistrements, tout autant que d'aller à un concert de musique classique, c'est avant tout non pas l'oeuvre jouée mais assurément son interprète. Mikhail Pletnev est un pianiste qui a une très forte personnalité, et qui renouvelle ici totalement ces sonates par un interprétation unique. Son talent exceptionnel lui permet d'offrir une version du "Mozart tel qu'il l'entend" et l'imagine, sans idées préconçues tirées d'un dogme d'une quelconque école, mais en improvisant son jeu au fur et à mesure, laissant aller sa haute technique pianistique au gré de son intuition.
Il a choisi d'enregistrer ses quatre sonates sur un grand piano de concert Blüthner et...de nuit, heure plus propice au rêve et à l'imagination. Il est vrai que le résultat est d'une originalité convaincante et fort plaisante : une splendide sonorité, claire et ouatée à la fois, un réel bonheur d'écoute, et une nouvelle profondeur à ses oeuvres plus que pédagogiques bien sûr.... à découvrir absolument, pour partager le plaisir que Mikhäil Pletnev prend à faire vivre le Mozart qu'il entend, un jeune Mozart de l'an 2006 qui vous accompagnera bien jusqu'en 2056, même sur une île déserte...
Cliquez sur l'image pour écouter des extraits et /vous procurer ce disque
Bach - Irakly Avaliani

Jean-Sébastien Bach
Irakly AVALIANI

Ce disque permet d'apprécier les qualités d'interprétation d'Irakly AVALIANI d'œuvres d'un compositeur qu'il apprécie particulièrement : il propose un intelligent et beau programme de diverses pièces majeures et de formes différentes, écrites par Jean-Sébastien Bach pour le clavier : Fantaisie chromatique et Fugue en ré mineur BWV 903, Concerto Italien en fa majeur BWV 971, Partita n°2 en ut mineur BWV 826 et Prélude et fugue en si mineur du Clavier bien tempéré 1er livre BWV 869.

La sobriété et qualité sonore du jeu d'Irakly AVALIANI, qui a enregistré ce disque dans un temple, sur un piano Fazioli d'un très beau timbre, concourent à transcender la spiritualité qui émanent de ces œuvres. Le tempo auquel il choisit de mener à bien ce programme laisse en effet, dans les mouvements les plus lents, le temps à la respiration, à l'émotion et la réflexion. Ce qui n'empêche pas d'être aussi emporté par la jubilation dans des mouvements plus rapides tels les premiers et troisième mouvements du concertos italien ou encore le Cappricio de la partita 2. Ce disque fait espérer qu'Irakly AVALIANI enregistrera rapidement le Clavier Bien Tempéré et non pas seulement dans 15 ans car c'est effectivement un "Bach à l'état pur" qu'il offre ici !
A noter : c'est la femme de Irakly AVALIANI, Masha S.(S. pour Schmidt) , artiste peintre qui a conçu et illustré la pochette de ce disque.

Cliquez sur l'image pour écouter des extraits et/ou vous procurer ce disque.

Claude Debussy
Images - Estampes
Vanessa Wagner

Entre 1902 et 1908, Claude Debussy(1862-1918) composa une part importante de son oeuvre pour le piano. Les oeuvres de ce disque ont été essentiellement écrites lors de cette période, hormis les "Images oubliées" qui datent de 1893 et la Valse romantique(1890), dont Vanessa Wagner offre l'écoute aux internautes de Piano bleu...cliquez ici.

"Quand on n'a pas les moyens de se payer des voyages, il faut suppléer par l'imagination", tels furent les termes de Debussy annonçant au compositeur André Messager l'achèvement du recueil "Estampes" qui transporte l'auditeur tour à tour en Extrème Orient, à Grenade puis le ramène en France... Et pour Claude Debussy bien sûr c'est le son du piano qui donne naissance à cet imaginaire. Son, qui devient même "Images" quelques années plus tard. Mais quelle est l'origine de cette magie sonore ? La transformation des timbres, l'utilisation d'harmonies complexes, leurs intensités, les rythmes... autant d'ingrédients d'une écriture virtuose, exigeant également une grande virtuosité de ses interprètes. Vanessa Wagner, révélation soliste instrumentale en 1999 aux Victoires de la musique, et réputée pour sa technique assurée, la fluidité de son jeu , contrasté et nuancé, a toutes les qualités pour recréer cette magie sonore, combinant habilement énergie et douceur, sensibilité , l'imaginaire prend place dans une ambiance agréablement feutrée.

On ne sait pas si c'est au sujet des "Estampes" ou des "Images "que Claude Debussy confia au pianiste Ricardo Viñes qu'il les avait composées après avoir passé un long moment dans la salle des tableaux Turner à Londres, la photographie de Franck Courtès qui illustre la pochette de ce disque évoque l'atmosphère boisée et aquatique de nombres de ses peintures, Vanessa Wagner, également grande amatrice d'art et de théâtre, s'implique avec la même volonté, et énergie dans un rôle de "Dame blanche," qui semble bien sortir d'un tableau de Whistler.
Cliquez sur l'image pour écouter d'autres extraits de ce disque et/ou vous le procurer

Alma Brasileira
Cristina Ortiz


"L ’Année du Brésil" en France est, selon le site officiel de cette célébration, l'occasion de montrer aujourd'hui, dans toute la France, un Brésil à la fois savant et populaire, qui réunisse de grandes batucadas, la capoeira, mais aussi la musique classique et baroque sans oublier le rôle majeur qu’a pu jouer la musique populaire dans la connaissance du Brésil...
Ce disque de Cristina Ortiz, accompagné d'un livret très explicite, est un excellent moyen de faire connaissance avec les compositeurs brésiliens du début du 20ème siècle ayant écrit pour votre instrument favori : le piano. Il permet de découvrir un style original, né de l'ouverture à la musique savante grâce à des échanges culturelles avec l'Europe, essentiellement lors des trois dernières décennies du 19ème siècle.

Si le compositeur Heitor Villa-Lobos(1887-1959) qui fit deux séjours à Paris est bien connu depuis un certain nombre d'années, grâce notamment au pianiste Arthur Rubinstein, qui en fut un ardent défenseur, et à de nombreux autres interprètes dont Cristina Ortiz qui a enregistré ici deux pièces représentatives de ses compositions les plus mélancoliques, les quatre autres compositeurs sont beaucoup moins, pour ne pas dire pas du tout, connus du public français. Ainsi Alberto Nepomuceno(1864-1920), originaire de Fortaleza et qui acquit lors de sept années d'études en Europe une solide maîtrise musicale à Rome, Berlin et Paris( vous pouvez en écouter une pièce(Galhofeira) offerte par Cristina Ortiz et le label Intrada , pour écouter cette pièce cliquez ici . Nul doute qu'elle vous fera forte impression tout comme elle le fit en son temps à Darius Milhaud.
Les trois autres compositeurs présentés : Fructuoso Vianna(1896-1976), Oscar Lorenzo Fernandez(1897-1948) et Mozart Camargo Guarneieri(1907-1993), "ingurgitèrent" les influences étrangères pour nourrir ce nouveau-né qu'était l'art brésilien ; à refuser l'académisme et à transformer le savoir-faire acquis dans les conservatoires européens en une musique nationale". Cristina Ortiz qui a gagné à cinq reprises le concours Lorenzo Fernandez, en a choisi les trois "Suite Brasileira"( dont la deuxième contribua qu'elle présenta en finale du concours Van Cliburn en 1969, où elle remporta le premier prix) et les trois études en forme de sonatine, afin de permettre d'apprécier les variétés de caractères et de rythmes de ses oeuvres. Le titre (et la mélodie) de l'oeuvre, que Fructuoso Vianna a dédié à Cristina Ortiz montre combien la culture européenne est intégrée : "Schummanniana". Celle-ci et les huit autres pièces de ce compositeur présentes sur ce disque ravissent toutes, par leur poésie. Les deux pièces de Mozart Carmago Guarnieri, "Dansa Negra" et "Dansa Brasileira", sont plus proches du folklore national mais leurs rythmes complexes en font des oeuvres très sophistiquées également fort plaisantes. Cristina Ortiz, souvent récompensée pour ses interprétations d'oeuvres de ces compositeurs de son pays natal, offre ici avec une grande virtuosité et sensibilité, un très beau panorama du piano brésilien. Ces 27 pièces qu'elle a choisies pour souligner le côté rêveur, passionné , nostalgique du caractère brésilien donnent envie de poursuivre la découverte des oeuvres de tous ces compositeurs ...mais commencez par cliquez ici ou sur l'image pour en écouter d'autres courts extraits et vous procurer ce disque riche en couleurs musicales et graphiques !


Franz Schubert
"Résonance de l'originaire"
Fantaisie pour 4 mains, opus 103 -
Rondo opus 107 - Allegro opus 144
Sonates, opus posthume 120 et 143
Maria João Pires - Ricardo Castro

Franz Schubert a composé un nombre exceptionnel d'œuvres pour piano à quatre mains(trente-deux). La qualité en est tout autant exceptionnelle. Les psychologues y voient la traduction de son besoin d'amitié et fraternité, mais le simple auditeur y entend d'abord son talent pour exprimer par ce seul instrument une musique doublement agréable et belle, où la résonance des notes et du chant magnifié parvient à émouvoir... doublement. Que la première œuvre qu'il composa (à l'âge de 13 ans) fut écrite pour piano à quatre mains, alors qu'il était dans une école de formation pour les chanteurs de cour, laisse à penser qu'il y trouva le meilleur moyen de reproduire les plus beaux chants. La fantaisie en fa mineur qui ouvre ce disque, émouvant duo, en est une démonstration des plus flagrantes. Le rondo en la majeur et l'allegro en la mineur("Orages de la vie") composés par Schubert à la même époque, peu de temps avant sa mort, sont tout autant troublants et prenants : leurs splendides mélodies résonnent effectivement dans un écho sublime. Maria João Pires et Ricardo Castro comblent de bonheur l'auditeur dans une douce atmosphère amicale, invitant à les rejoindre sur le joli sentier de campagne dont plusieurs photographies ornent le livret accompagnant les CD. En "bonus" chacun interprète une sonate (pour deux mains donc) dont le lyrisme maintient l'agréable douceur de ce programme.
Un double album à ne pas manquer... cliquez ici ou sur l'image pour en écouter des extraits et vous le procurer.
Je vous conseille également de visiter le microsite consacré à ce disque qui vous permettra d'en écouter de plus larges extraits...cliquez ici puis sur le lien "Eplayer".

 

Robert Schumann
Fantasiestucke op.12
Scènes d'enfants op.15
Humoresque op.20
Philippe Cassard

Les couleurs nocturnes, noir et jaune, et l'original hochet d'enfant (du 19ème siècle) , utilisés pour illustrer la pochette, ainsi que le livret de ce disque( tableau "Le soir de Caspar David Friedrich) sont très révélateurs des oeuvres de ce disque. Celui-ci regroupe d'abord les deux seuls recueils de Schumann dont les morceaux comportent un titre précis (Fantasiestucke et Scènes d'enfants), où l'atmosphère nocturne et/ou enfantine, chère à Robert Schumann, se confirme d'ailleurs par ceux-ci (Au soir, dans la nuit, l'enfant s'endort, rêveries...). Nuit ne signifie pas forcément paisibilité avec Schumann, celui-ci avait dit à Clara Schumann que le morceau qu'il préférait dans l'opus 12 était précisément "Dans la nuit", on peut se demander "pourquoi" car "Warum ?" est une véritable splendeur poétique et lyrique, mais il est vrai que "Dans la nuit" qui n'a rien d'un paisible nocturne, mais évoquerait plutôt des ténèbres agitées, est très prenante ! Cette alternance de rythmes paisibles et plus rapides se retrouve, à grande échelle, dans l'opus 20 (Humoresque) : selon une autre lettre écrite à Clara, il l'aurait composé "en riant et pleurant tout à la fois ...
Différentes humeurs que Philippe Cassard interprète au son d'un piano particulièrement beau (légèrement feutré, sans la moindre sonorité métallique). Son toucher ne traduit jamais de l'énervement mais plutôt la recherche de l'apaisement, et permet de percevoir le "calme divin de l'enfance". Nul doute que Philippe Cassard, Directeur artistique des Nuits romantiques du Lac du Bourget, baigne ici "chez lui".

Cliquez sur l'image pour écouter des extraits de ce disque et/ou vous le procurer

 


Frédéric Chopin
Nocturnes(intégrale)
Berceuse
Pascal Amoyel

Les nocturnes de Chopin sont des "miniatures" qui ont été très appréciées à l'époque du romantisme et le reste encore pour la richesse des mélodies, inspirée du "bel canto italien" qu'affectionnait particulièrement le compositeur. Ce sont des pièces très mélancoliques et tristes, selon certains musicologues on peut y voir le "journal intime" du musicien, même si certaines ont été écrites à des périodes heureuses de sa vie puisque leurs compositions s'étalent en plusieurs cycles de 1827 à 1846.

Les enregistrements en solo du pianiste Pascal Amoyel ont été salués par la presse, pour "la maturité et la densité" de ses interprétations.
Dans l'interview reportée dans le livret de l'album Pascal Amoyel indique que pour lui les Nocturnes paraissent rejoindre le mystère de l'existence en questionnant la solitude ou la finitude de l'homme. Cet univers représente un univers secret, une confession ... un filtre du moi profond du compositeur et peut-être même de son inconscient. Pascal Amoyel dévoile qu'il a souhaité que les enregistrements se déroulent la nuit, plus propice au calme, à la sérénité.
La douceur de l'interprétation de Pascal Amoyel crée effectivement une atmosphère très délicate que l'on peut découvrir dès "La berceuse" qui introduit ces nocturnes. Une atmosphère propice au recueillement créée par un toucher particulièrement doux, incitant aussi à écouter ces deux CD de préférence dans le calme de la nuit pour en profiter pleinement et mieux partager le chant intérieur du piano .

Cliquez sur l'image pour écouter des extraits et/ou vous procurer ce très beau double album

 

Dom Clement Jacob
Sonates pour piano N°4, N°9 et N°11
Bernard Arbus

Maxime Jacob(1906-1977), devenu Dom Clément Jacob, dont la biographie figure pourtant en première page du deuxième tome de la "bible" : "Musique de piano" de Guy Sacre, n'en est pas moins très peu connu. Cela peut surprendre car il fut apprécié par des compositeurs de renom comme Maurice Ravel et Darius Milhaud. Il est vrai que seules quelques compositions ont été éditées, la plupart sont restées à l'état de manuscrits.

Le pianiste concertiste Bernard Arbus, s'attache depuis quelques années à faire redécouvrir les oeuvres de Dom Clément Jacob. Originaire d'un village proche du monastère d'En Calcat (où vécut le compositeur), Bernard Arbus a entendu le moine musicien lors de nombreux concerts et a joué lors de ses propres concerts quelques unes de ses oeuvres oubliées.

Les sonates qu'il nous fait découvrir sur ce disque sont enregistrées pour la première fois. Ecrites entre 1940 et 1947, à une période où le style du compositeur avait évolué d'une certaine "fraicheur et spontanéité ou simplicité" et du néoclassisisme vers une composition plus fouillée, où la dimension spirituelle la rattache au romantisme. Ces sonates sont étonnantes et magnifiques : les mélodies sont splendides, et ils s'en dégagent une puissance, une fougue et un souffle incroyables dans les mouvements les plus rapides. Le langage musical des mouvements lents est quant à lui surprenant et beau par l'abondance des dissonances. Ces sonorités plus rugueuses, mettent en exergue la douleur, liée aux souffrances de la guerre, par ces "harmonies torturées".

Procurez vous ce disque sans attendre et vous découvrirez un compositeur fort intéressant, cliquez sur l'image ! Dom Clément Jacob a composé 14 sonates de 1940 à 1951...vivement les prochains disques de Bernard Arbus !






Le cadeau à offrir
à la St Valentin !

Franz Schubert, Franz Liszt
Transcriptions : 'Truite' et 'Chant du cygne'
Frederic Chiu

Bien que ce disque ait été édité en 1998, il est sélectionné disque du mois en février 2004 par Piano bleu. Le morceau Ständchen (sérénade), et bien d'autres transcriptions de lieder romantiques, sont en effet tout à fait dans l'actualité, en ce mois de la Saint Valentin ! Et si ce disque vous a échappé lors de sa sortie ... c'est le bon moment pour vous le procurer !
Frederic Chiu dont BBC music magazine reconnait dans cette interprétation "un virtuose stupéfiant", explique lui-même dans le livret accompagnant le disque ce qui fait la splendeur de cette pièce : "Liszt présente le thème dans trois registre différents : tout d'abord dans le mileu du clavier, puis dans le registre plus mélancolique du violoncelle, et enfin un troisième fois -c'est son ajout- le thème s'accompagnant alors lui-même en canon à l'octave supérieur, comme pour figurer la sérénade du galant qui invite sa bien-aimée à chanter avec lui depuis son balcon."... Une pièce et une interprétation qui laisse muet(te) d'admiration ...
A ce morceau, s'ajoutent d'autres transcriptions toutes aussi belles les unes que les autres. Ainsi pour n'en citer que quelques unes : "Die Taubenpost" (L'oiseau messager), Am Meer (Au bord de la mer), das Fischermädchen" (La fille du pêcheur), Liebesbotchaft (Le message d'amour)... qui font de ce disque le plus beau des cadeaux pour la Saint Valentin !
A réclamer absolument à votre disquaire !!!
Cliquez vite sur l'image pour vous le procurer !... ou offrir ce disque qui est un véritable bijou !

Cet article est actuellement indisponible à la FNAC mais vous pouvez vous le procurer chez Amazon...cliquez ici



 

Vladimir Horowitz
Récital à Carnegie Hall

Récital du 16 Novembre 1975 - Blumenstück - Sonate N°3 - Rêverie des Scènes d'enfants - Valse oubliée N°1 - Au bord d'une source - Sérénade pour une poupée

Pianiste mythique, Vladimir Horowitz est apprécié pour la puissance de son jeu, sa prouesse technique et sa maîtrise musicale.
Le public qui l'appréciait énormément alla jusqu'à faire 24 heures la queue pour obtenir des billets de son concert à Carnegie Hall.

Ce disque sorti en juin 2003 a obtenu un diapason d'or

cliquez sur l'image pour écouter/acheter ce disque qui fait partie d'une "discothèque de base"


Frédéric Chopin
Sonate pour piano, opus 58 - Mazurkas opus 59, N°1 à 3 - Nocturne N°1
The legendary 1965 recording

Chopin ... la fabuleuse troisième sonate...par la féline Martha Argerich

Cliquez sur l'image pour écouter ce disque

 

Claudio Arrau
Appassionata

CD album 2 volumes

Cet album de 2 CD a été édité à l 'occasion du centenaire de la naissance de Claudio Arrau (pour en savoir plus sur cet interprète visitez ma page sur Claudio Arrau. Plus qu'une compilation, il s'agit là d'un hommage à l'art incomparable de Claudio Arrau: toutes les pièces proposées ici portent la griffe du maître et ont marqué l'histoire de l'interprétation pianistique.


cliquez sur l'image pour écouter des extraits et vous procurer ce disque


Wolfgang Amadeus Mozart , Franz Schubert
Sonates pour 2 pianos K.448 - Fantaisie pour piano à 4 mains

Radu Lupu et Murray Perrahia ...un duo parfait !
Un disque à ajouter d'urgence dans votre discothèque !
Cliquez sur l'image

Les autres disques sélectionnés par Piano bleu ...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    

et
à partager !



 

 




Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs...
Actualité quotidienne du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cartes de voeux
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête des pères
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts pianistes
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano

forum piano
livres biographies compositeurs et pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

Piano bleu : le site des amateurs de PIANO