Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Ludwig Van Beethoven

Beethoven : 1770-1827 (Allemand)

La vie de Beethoven en résumé - Petite biographie

Ludwig Van Beethoven Ludwig van Beethoven est né à Bonn, le 16 ou 17 décembre 1770, dans une famille de musiciens. Son père exploita très sévèrement ses talents musicaux voulant en faire un prodige tel Mozart.
Dès l'âge de 11 ans, Ludwig van Beethoven entre organiste assistant à la cour de Cologne où il bénéficie de l'enseignement de C.G. Neefe qui l'influencera dans son art et lui fera notamment découvrir Bach.
Sa mère morte, son père alcoolique, Ludwig van Beethoven continue de composer et suit les conseils de Haydn en se rendant à Vienne dont il ne reviendra jamais.
Son talent de pianiste virtuose y est vite reconnu et c'est d'ailleurs ssentiellement à cet instrument que la majorité de ses oeuvres est consacrée.
Beethoven se consacre aussi à la composition : 3 trios en 1794-1795 et 3 sonates pour piano composées en 1795-1796. Beethoven devient très vite l'une des personnalités dominantes du monde musical viennois et international.
Mais peu après 30 ans, Ludwig van Beethoven se voit atteint d'un terrible handicap : la surdité croissante. Au bout de 10 ans, il est tellement atteint qu'il lui devint impossible de se produire en public. Cette surdité devient totale en 1819. Cette infirmité et ses amours déçus (il n'y eut pas que l'immortelle bien aimée...) ont fait de lui un être taciturne, déprimé à l'âme torturée, mais qui se réfugia dans la musique et sa technique.
Ludwig Van Beethoven meurt le 26 mars 1827. Ses funérailles (le 29 mars 1827) furent grandioses, près de 30 000 personnes suivirent le convoi funéraire.

A retenir parmi les oeuvres de Beethoven ...

Ludwig van Beethoven a composé un grand nombre d'oeuvres pour le piano : cinq concertos, trente deux sonates pour piano seul et dix pour piano et violon, cinq pour piano et violoncelle, de nombreuses séries de variations pour piano...
La musique de Ludwig van Beethoven est souvent classée à la frontière de la musique classique et de la musique romantique, mais c'est le mot expressive qui lui conviendrait mieux car sa musique est empreinte de la douleur de son existence. On dit qu'il a fait accomplir à l'écriture du piano un pas de géant notamment par sa conception quasi symphonique du clavier, à suggestions orchestrales.
Sa relation à la musique fut douloureuse dans le sens où, contrairement à Mozart, la composition ne lui fut pas facile, devant se "morfondre" pour arriver à créer, son inspiration n'étant pas immédiate.
Ce que Beethoven a dit :
"Le vrai sage ne s'occupe pas de ce qui est bon ou mauvais dans ce monde. Raisonne toujours dans ce sens : c'est le secret de la vie."
"La musique est une révélation plus haute que toute sagesse et toute philosophie."
Ses contemporains ont dit de Beethoven :
"Son jeu brûlait le pavé comme une cataracte écumant avec sauvagerie, et le presdigitateur contraignait son instrumant à une expression si forte que la structure la plus solide pouvait à peine y résister. Puis, il sombrait, épuisé, exhalant une douce plainte, pour se dissoudre dans la mélancolie. Et à nouveau l'esprit se redressait,triomphant des souffrances célestes." Ignaz Von Seyfried
"Ce qui est singulier, original, semble être le but principal pour lui en matière de composition." Vaclav Tomaser

Ecouter et voir... Discographie avec des oeuvres de Beethoven

Piano bleu vous conseille les disques suivants :
Parus récemment :
en octobre 2015
A découvrir ce double album, intégrale des oeuvres pour piano et violoncelle de Beethoven, qui vient compléter l'intégrale que le pianiste François-Frédéric Guy consacre aux oeuvres avec piano de ce compositeur dans son "Beethoven Project" qui mène depuis plusieurs années et complète donc les cinq concertos et les trente-deux sonates , ici de 3 recueils de Variations et 5 sonates pour les deux instruments. C'est le violoncelliste Xavier Phillips, qui l'accompagne pour les deux premieères sonates et fait plus que cela dans les suivantes . Il a bénéfié de l'enseignement du célèbre violoncelliste Mstislav Rostropovitch, et est désormais professeur de la Haute école de Sion, site de Lausanne en Suisse tout en menant des activités de soliste ( ainsi en 2015 il a été nommé pour un Grammy dans la catégorie Best instrumental solo) Il joue sur un violoncelle de... 1710 : un Matteo Gofriller pêté par un mécène pour lequel on fera avec plaisr de la pub au passage puisqu'il s'agit de la marque de café : ..."Blue de Brazil" un café bleu.. ;-)) Et comme quoi il n'y a pas que les cléèbres acteurs à pouvoir faire de la pour du café ;-)) ...
Revenons aux choses "sérieuses"...
François-Frédéric Guy explique dans la 'note d'intention" de l'album que Beethoven a permis l'émancipation de cet instrument précisément en renouvellant l'approche de la sonate accompagnée au piano. Il indique notamment...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait
Actualité...
Week-end Intégrale des 32 sonates pour piano de Beethoven par les élèves du CNSMD de Lyon
Le dernier week-end de janvier 2016, Marie-Josèphe Jude, pianiste de renommée internationale et professeur au CNSMD ( conservatoire national de musique et danse ) de Lyon, propose, dans le cadre des Matinées et soirées musicales d'Arles, un programme de huit concerts, lors desquels 32 des élèves des classes de piano interpréteront les 32 sonates composées par Ludwig van Beethoven : Vendredi 29 janvier à 18 h 30 et à 20 h 30 ; Samedi 30 janvier à 17 heures, à 19 heures et à 21 heures ; Dimanche 31 janvier à 11 heures, à 15 heures et à 17 heures...cliquez ici pour en savoir plus
autres parutions .... en 2014

Beethoven
3 dernières sonates
Eric Le Sage, piano

cliquez sur l'image pour en savoir plus
et

LUDWIG VAN BEETHOVEN
Piano Concerto No. 5 »Emperor«
Piano Sonata No. 32 op. 111
Nelson Freire, piano
Gewandhausorchestra Riccardo Chailly, direction

cliquez sur l'image pour en savoir plus

Intégrale des sonates pour piano Beethoven Abdel Rahman el Bacha

Le pianiste Abdel Rahman el Bacha dont vient d'être récemment publié sous le label Mirare une nouvelle intégrale des sonates pour piano de Beethoven (coffret de 10 CD) interprétera l'ensemble de ces 32 sonates lors des Fêtes musicales en Touraine, festival qui a lieu au grand théâtre de la ville de Tours , du 11 au 17 novembre 2013. Le Festival "Fêtes musicales en Touraine" de novembre 2013 est en effet consacré à Beethoven avec le pianiste Abdel Rahman El Bacha. Cet événement est exceptionnel à plus d’un titre. C’est le dimanche 17 novembre 1963 que Sviatoslav Richter donna son premier concert à Tours, au Grand Théâtre, prélude à la création du festival à la Grange de Meslay en juin 1964....cliquez ici pour en savoir plus, écouter un extrait et voir une vidéo

Ludwig van Beethoven
Sonates Volume trois

Sonates pour piano
Opus 2, 81a, 90, 106, 109, 110, 111
soient : les sonates n°1 à 3, 26,27,29,30,31,32

François Frédéric Guy, piano

Voici enfin le troisième et dernier volume attendu depuis quelques mois de l'intégrale des sonates de Beethoven entreprise par le pianiste François-Frédéric Guy dont vous avez déjà pu découvrir les deux volumes précédents : en mai 2012 le second volume contenant douze sonates composées par Beethoven entre 1795 et 1817 , et en octobre 2011 le premier volume regroupant les sonates n°5 à 14. Pas de surprise donc pour les sonates de cet ultime volume : celui-ci outre les trois premières sonates de l'op. 2, contient les dernières sonates de ce cycle, dont la très fameuse Hammerklavier. Véritable pierre-angulaire de ce cycle, cette sonate constitue aussi un point marquant du cheminement musical de François-Frédéric Guy ; c'est ainsi la troisième fois qu'il grave cette sonate pour le disque... cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

Ludwig van Beethoven(1770-1827)
Complete piano Trios
Intégrale des trios avec piano

Trio Wanderer :
Jean-Marc Phillips-Varjabédian , violon
Raphaël Pidoux, violoncelle
Vincent Coq, piano

Si le Trio Wanderer a choisi de fêter ses 25 ans avec l'enregistrement de ce coffret de quatre disques consacré à l'intégrale des trios pour piano de Beethoven qu'ils jouent depuis nombreuses années, quasiment le début de leur carrière , Beethoven qui avait déjà acquis une certaine réputation comme pianiste virtuose et improvisateur lui avait choisi de s'imposer comme compositeur par la publication de trois trios alors qu'il avait aussi 25 ans. Ainsi dans une lettre du 18 juin 1794 , Beethoven, âgé de 24 ans, écrivait à Nikaulaus Simrock, éditeur musical, en ces termes où l'on voit que ce choix est mûrement réfléchi et on mesure déjà sa forte personnalité :"[...]Le fait est que je n'avais aucun désir de publier actuellement des Variations, voulant attendre que des oeuvres de moi plus importantes, et qui doivent paraître sous peu, fussent données au public avant les variations"... en l'occurrence il s'agissait des trois premiers trios pour piano portant donc le numéro d'opus 1 qui furent publiées peu après ...cliquez ici pour lire l'article complet et écouter un extrait

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Sonates Volume II

CD1
Sonate en Ré Majeur, Op. 28, «Pastorale»
Sonate en Sol Mineur, Op. 49 no. 1 et n°2
Sonate en Do Majeur, Op. 53, «Waldstein»

CD2
Sonate en Sol Majeur, Op. 31 n°1, n°2 "La tempête", n°3

CD3
Sonate en Fa Mineur, Op. 57, «Appassionata»
Sonate en Sol Majeur, Op. 79
Sonate en Fa Dièse Majeur, Op. 78, «A Thérèse»
Sonate en La Majeur, Op. 101
Sonate en Fa Mineur, Op. 54

François-Frédéric Guy, piano

Le pianiste François-Frédéric Guy a donné à l'arsenal de Metz fin avril 2012 les derniers concerts d'enregistrement de son intégrale des sonates de Beethoven pour le label Zig Zag Territoires mais ce n'est là nullement une fin pour l'interprète passionné par ces sonates qui confirme une fois encore dans un nouvel entretien à l'occasion de la sortie de ce disque (voir ci-dessous) qu'il est toujours prêt à recommencer. Ce nouveau coffret "Volume 2" contient les enregistrements réalisés lors des concerts de décembre 2010 et avril 2011, le dernier volume devant paraître à la fin de l'année. Les douze sonates qu'il contient ont été composées entre 1795 et 1817 et sont de forme différentes de la simple sonatine à la puissante grande sonate innovatrice. Comme vous pouvez le voir dans la liste ci-dessus certaines ont reçu des titres et elles furent souvent les plus appréciées du public ou du moins les plus connues et les plus souvent jouées. Une intégrale est l'occasion pour les auditeurs de (re)découvrir celles parfois négligées à tort, c'est surtout aussi ici l'occasion de poursuivre ce partage auditif de concerts live aux programmes impressionnants. Un coffret à déguster au choix disque par disque ou dans son intégralité pour les amateurs de fortes émotions : passion, tempête, adieux... certes mais sans doute les propos d'un compte rendu paru dans l'Allgemeine musikalishe Zeitung du 1er octobre 1817 au sujet de la sonate opus 101, rapportés par Beate Angelika Kraus, auteur du livret, pourrait s'appliquer pour partie de façon plus générale à ses sonates...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

Beethoven

Concertos pour piano n°3 & 4

Thessaloniki State Symphony Orchestra

Myron Michailidis, direction

Aldo Ciccolini, piano

Ce nouveau disque du pianiste Aldo Ciccolini, notamment réputé pour son intégrale des sonates de Beethoven, sort le 2 avril 2012, il a été enregistré au Thessaloniki Concert Hall, Thessalonique (Grèce), du 26 au 31 mai 2008. Depuis sa victoire au concours Marguerite Long en 1949, l'éclat de la carrière d'Aldo Ciccolini n'a jamais faibli. Il a construit chez le label EMI une discographie exceptionnelle, révélant entre autres au monde musical les trésors de la musique française : Satie, bien sûr, qu'il a rendu mondialement célèbre, mais aussi Massenet, Déodat de Séverac ou Debussy. Ses Années de Pèlerinage de Liszt font elles aussi toujours référence . Dans un entretien (voir vidéo ci-dessous ) le pianiste confie avoir été impressionné et ravi de jouer avec cet orchestre magnifiquement dirigé par Myron Michailidis.... Une rencontre, dit-il dont il se souviendra longtemps...cliquez ici pour lire la suite et voir deux vidéos

 

 

Beethoven

Trois sonates

Marie-Josèphe Jude, piano

Sonate n°8 en ut mineur op.13
"Pathétique"
Sonate n°23 en fa mineur op.57 "Appassionata"
Sonate n°26 en mi b. majeur op.81
"Les adieux"
La pianiste Marie-Josèphe Jude a abordé les sonates de Beethoven dès son enfance mais elle n'aurait osé en enregistrer si René Gambini, directeur artistique du label Lyrinx, ne l'avait encouragé à le faire. Certes la multitude d'enregistrements qui en existent peut faire peur mais s'il est un compositeur dont il est plaisant de découvrir comment chaque interprète transmet ses "paroles", c'est Beethoven, d'ailleurs certains pianistes ont même enregistré plusieurs fois une partie ou toutes ces sonates... C'est dire si l'interprétation de sa musique peut en être différente dans le temps et à plus forte raison selon les pianistes.
C'est le côté humain du compositeur qui a depuis toujours fasciné Marie-Josèphe Jude, la sincérité des émotions fortes qu'il transmet à travers sa musique. Comme un acteur aime les rôles de personnages excessifs dans lesquels il peut jouer à fond des sentiments les plus extrêmes de la douleur à la joie, la pianiste apprécie de pouvoir exprimer musicalement toutes ces émotions, ce qu'elle fait avec un timbre, des nuances, une respiration et un rythme qui n'appartiennent qu'à elle, comme chez chaque être humain la douceur, la tristesse, la brutalité, la joie... peuvent s'exprimer très différemment.

Les trois sonates choisies par Marie-Josèphe Jude, qui montrent une évolution du style de Beethoven, ont toutes reçu un nom a posteriori généralement approuvé par le compositeur qui ne manqua pas cependant de faire part parfois de son désaccord. ....cliquez ici pour lire la suite et écouter l'extrait 
Paru en 10/2011

Ludwig van Beethoven
Sonates

CD 1
Sonate "Clair de lune" Op. 27 No. 2
Sonates Op. 14 No. 1 et No. 2
Sonate Op. 22
CD 2
Sonate "Pathétique" Op. 13
Sonates Op. 10 No. 1 à 3
CD 3
Sonate "Quasi una fantasia" Op. 27 n°1
Sonate "Marche Funèbre" Op. 26
Sonate Op. 7
François-Frédéric Guy, piano
Annoncé et très attendu depuis nombreux mois l'enregistrement de l'intégrale des sonates de Beethoven par le pianiste François- Frédéric Guy vient enfin de sortir chez le label Zig Zag Territoires, qui a également publié en début d'année du même interprète les "Harmonies poétiques et religieuses", et la "sonate en si mineur" de Franz Liszt. Certes ce n'est "que" le premier volume en 3 CD. Celles-ci reflètent l'évolution du style de Beethoven au tournant du 18ème et 19ème siècle, durant une période six ans seulement(1795 à 1801). Chaque disque de ce volume correspond à un concert : les 14 et 15 décembre 2009 et le 17 mai 2010 . Le 2ème coffret est annoncé pour Avril 2012 et le 3ème (et dernier) en Novembre 2012 ...cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait

 

Odyssey

Frédéric D'Oria-Nicolas, piano

Beethoven
Sonate « Waldstein » n°21 Op. 53
Liszt
Vallée d'Obermann
Wagner/Liszt
Ouverture « Tannhaüser »
Bach/Busoni
Adagio BWV 564
Dans son nouvel album "Odyssey" le pianiste Frédéric D'Oria-Nicolas invite les auditeurs à un voyage fantastique qui aborde tous les grands thèmes du romantisme – la nature, la lumière, la mort, l'amour, le rêve - et est construit autour de Liszt et deux de ces principaux inspirateurs : Beethoven et Wagner. Dans cet objectif, le pianiste a mis en oeuvre de grands moyens afin que ce voyage se déroule dans les meilleurs conditions :
 - un programme longuement réfléchi débutant par une "Aurore" c'est en effet le second titre donné à la sonate n°21 de Beethoven, dite aussi " Waldstein" du nom de son dédicataire, dont le splendide rondo qui laisse imaginer un éveil progressif est peut-être à l'origine du second titre de cette sonate qui elle-même débute cependant par un premier mouvement allegro dont les premiers accords répétitifs demanderaient plutôt à se réveiller illico presto, peut-être pour faire ses valises et partir en voyage... Et son programme se terminant en douceur avec l'adagio de Bach BWV 564 revu par Busoni. Entre temps il nous transporte dans la "Vallée d'Obermann", par la plus vaste pièce(près de 15 minutes) du premier recueil "Suisse" des années de pèlerinage écrites par Liszt , issue en fait d'un recueil qu'il avait titré des années auparavant "l'album d'un voyageur" et préfacée d'une phrase de Senancourt : "Que veux-je, qui suis-je, que demander à la nature ?"..vaste questionnement de caractère effectivement romantique. Elle est suivi d'une transcription par Liszt d'un opéra de Wagner également très romantique dont l'action se situe près d'Eisenach au début du treizième siècle.
    - un travail de longue haleine pour optimiser l'utilisation des pédales du "véhicule" qui permettra ce voyage : le piano moderne et avec lequel il parvient à nous offrir les paysages idéalement colorés et contrastés grâce à un dosage étudié des sons forte et pianissimo. Il se réfère même si possible aux manuscrits des compositeurs pour mieux en connaître les intentions , ce qui lui permet aussi un voyage dans le temps puisque Frédéric d'Oria-Nicolas à lui-même du parcourir le chemin inverse de Beethoven sur un piano moderne pour équilibrer différemment les plans sonores, adapter la façon de timbrer et attaquer le clavier en fonction de cette volonté.
- Enfin Frédéric D'Oria Nicolas a inséré dans cet album qui est en fait un double album : un CD "Fidelyty mastering" destinés aux systèmes audio-haute fidélité et un CD "Mobility Mastering™" qui est une version adaptée aux écoutes sur baladeur, ordinateur et en voiture... innovation de son label Fondamenta qui permet pour le premier CD d'offrir un rendu sonore de très haute qualité et pour le second précisément de l'emporter en voyage (adapté au baladeur, ordinateur et autoradio) sans être gêné par un éventuel environnement bruyant ce qui peut être fort utile par exemple si l'auditeur ne sait pas ou n'a pas envie de modérer sa propre utilisation des pédales d'accélération ;-)). ... il est vrai que celle-ci dépendra du véhicule que celui-ci aura à disposition, et à lire le préambule du livret écrit par Frédéric d'Oria-Nicolas on peut penser que Beethoven quant à lui n'hésita pas à utiliser immodérément les pédales du nouvel instrument qu'il avait reçu en cadeau d'Erard quelques semaines avant d'écrire la sonate "Waldstein" et en testa même toutes les nouvelles possibilités sonores qui s'offraient à lui : "En parcourant les manuscrits de cette sonate, on est frappé par l'audace, le génie et l'extrême précision avec lesquels Beethoven fait usage de la pédale forte dans son finale" .
Frédéric D'Oria-Nicolas aussi généreux en explications qu'en moyens mis en oeuvre pour faire partager au public ce voyage musical, qu'on devine réalisé avec une immense passion, a bien voulu répondre longuement à nombreuses questions autour de cet album dans lequel il offre un enregistrement fantastique tant par son programme que par l'étendue sonore qu'il permet à nos oreilles de découvrir. Vous pourrez d'ailleurs écouter (certes en fichier compressé mp3, le même extrait sonore : rondo de la sonate n°21 dans la version "fidelity mastering" puis "mobility mastering" et vous pourrez sans aucun doute juger déjà de la différence des niveaux sonores rendus par ces deux versions, malgré la compression mais bien évidement les disques sont conseillés et pourquoi s'en priver puisque les deux sont proposés au prix d'un seul grâce au soutien dans cette aventure de deux représentants français de la Haute-Fidélité internationale....cliquez ici pour lire la suite, écouter des extraits et voir une vidéo

 

Ludwig van Beethoven (1770-1827)

Concertos pour piano n°1 et 2

Shani Diluka, piano
Orchestra National Bordeaux Aquitaine
Kwamé Ryan, direction

Voici près de deux ans que Shani Diluka, qui a déjà eu l'occasion d'enregistrer en 2006 le concerto de Grieg avec l'Orchestre National de Bordeaux dirigé par le chef d'Orchestre Norvégien Eivind Gullberg Jensen, a commencé une nouvelle collaboration avec cet orchestre, désormais sous la direction de Kwamé Ryan, afin de réaliser l'enregistrement de l'intégrale des concertos de Beethoven, ce premier disque qui regroupe les concertos n°1 et 2 inaugure donc cette intégrale.
Deux ans cela peut sembler long mais l'on a déjà pu mesurer par ses précédents disques combien la pianiste est passionnée dans tout ce qu'elle réalise allant toujours au delà du simple engagement musical et c'est pour elle cette fois-ci une "quête personnelle" confie-t-elle dans l'introduction du disque qu'elle a rédigée.
Deux ans cela peut aussi sembler court pour des oeuvres aussi riches, ainsi après la publication de ses deux concertos Beethoven écrivit au sujet de ceux-ci «"Je veux mettre dans l'embarras tous les pianistes", indique Jorge Chaminé qui a également écrit une partie du livret... Bien sûr Shani Diluka joue ces concertos depuis bien plus nombreuses années et c'est donc ici aussi pour la pianiste l'occasion de revenir sur son parcours avec de grands maîtres du piano ainsi confie-t-elle également "Beethoven appartient à l'Intemporel et à l'Universel. Il parvient à tisser en sa musique le nœud de l'existence de chacun... Le mien, part des maîtres « allemands » que j'ai pu connaître depuis de nombreuses années au long de mon chemin : Leon Fleisher élève de Schnabel, Marie Françoise Bucquet élève de Kempff, Murray Perahia et Schencker, Valentin Erben du quatuor Berg.. tous encrés dans la grande tradition et le respect de cette noble culture « Goethienne ». Jusqu'à mon choix du piano : Bechstein, hommage au son profond et lumineux des enregistrements mythiques de Fischer, ou Kempff dont je joue les cadences si peu entendues ; le tout, révélant ainsi l'étau des tonalités animé par le feu de Prométhée, des cieux étoilés et de cette vision de l'Homme fragile et optimiste, tout particulièrement dans ces deux premiers concertos (que nous avons choisi de mettre ici dans l'ordre chronologique de composition. il y règne un souflle d'espoir, d'idéal encore tangible)."
Ecouter bien l'extrait dans la page sur ce disque, un mouvement plein d'entrain et de vie, très moderne en fait et pourtant ces oeuvres ont été composées à la fin du 18ème siècle. Vous entendrez ce splendide son du piano si lumineux qui a tout pour émerveiller par la beauté des notes qui en jaillissent. Nul doute que Shani Diluka, admirable "passeuse de lumière, qui a choisi de participer ces jours-ci à la folle journée de Tokyo contribuera par cette courageuse présence à y apporter de l'espoir. Shani Diluka a bien voulu répondre à quelques questions sur ce disque et son actualité...cliquez ici pour lire l'entretien et écouter l'extrait

Beethoven
Sonates pour piano et violon
Renaud Capuçon et Frank Braley

Le violoniste Renaud Capuçon s'est associé au pianiste Frank Braley pour interpréter l'intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven en disque et en en concert depuis plusieurs années .
Ces dix sonates illustrent l'importance croissante que va connaître le violon au tournant des XVIIIe et XIXe siècles : sous l'influence de Viotti et de Mozart, cet instrument a gagné en autonomie et a inspiré des compositions de plus en plus virtuoses. Les trois premières sonates composées par Beethoven furent froidement accueillies, des commentaires de presse lui reprochant d'avoir introduit des modulations trop étranges et des mélodies trop savantes. Deux ans plus tard La sonate opus 23 et la sonate opus 24 furent achevées en 1801 , la première fut quant à elle mieux accueillie et elle s'est imposée comme un chef d'œuvre du genre, La sonate opus 24 quant à elle s'est vu attribué un titre " Le printemps " après la mort de Beethoven, ce qui était souvent donné dans un esprit " marketing " et destinait donc plus cette sonate à être le chef d'œuvre ce qu'elle est en fait par son caractère ensoleillé… Les trois sonates de l'opus 30 sont quant à elles un peu plus sombres mais cache aussi des moments ironiques pourtant elles ont été composées peu de temps après les précédentes mais achevées lors de l'été 1802 pendant laquelle Beethoven a écrit le célèbre " Testament de Heilingstadt " alors qu'il n'a plus d'espoir sur sa surdité. La neuvième sonate " à Kreutzer " est sans doute la plus célèbre car elle est très virtuose et violente , un véritable combat entre le violon et le piano, cependant Frank Braley dans la vidéo de présentation de cet enregistrment ( voir plus bas)montre une préférence pour la dixième qui prend une proportion différente à son avis lorsqu'elle est jouée dans le cadre d'une intégrale.
Si les premières sonates de Beethoven offrent au piano un rôle de premier plan, les suivantes accordent un statut équivalent aux deux instruments, amenant les solistes à se partager le discours musical....cliquez ici pour lire la suite

Beethoven/Liszt
Paloma Kouider
Beethoven(1770-1827)
Sonate n°15 en ré majeur opus 28 "Pastorale"
Sonate n°9 en mi majeur opus 14 n°1
Liszt(1811-1886)
12ème Rhapsodie hongroise en ut# mineur
2ème Rhapsodie hongroise en ut# mineur

Paloma Kouider, lauréate de la Fondation Natixis-Banque Populaire depuis 2007 et révélation classique de l'ADAMI en 2008 avait déjà pu enregistrer des oeuvres de Liszt sur un "disque de promotion" réalisé par l'association artistique de cette société, et grâce à leurs aides conjuguées, elle peut aujourd'hui présenter un "vrai" disque édité par le label Lyrinx convaincu également du talent de la jeune pianiste depuis déjà un certain temps... un temps notamment occupé par Paloma Kouider, en complément de son activité de concertiste, à poursuivre des études littéraires de haut niveau qui lui apportent, explique-t-elle, à la fois une discipline et une ouverture qui lui sont essentielles à son évolution artistique.
Elle a choisi de nouveau des oeuvres de Liszt, deux Rhapsodies hongroises avec lesquelles elle a aussi passé beaucoup de temps puisqu'elle les a très souvent jouées en concerts, concours, émissions radiophoniques… Liszt a passé aussi beaucoup de temps à jouer les sonates de Beethoven et transcrire ses symphonies pour le piano, et Paloma Kouider qui a décelé une atmosphère dans la sonate "Pastorale" de Beethoven annonçant les paysages traversés dans les Rhapsodies de Liszt a choisi de construire son programme autour de ces deux compositeurs. Elle consacre d'ailleurs également beaucoup de temps à Beethoven que ce soit en solo ou en musique de chambre, puisqu'elle fait partie depuis quelques années du Trio Karénine qui met souvent Beethoven à son programme. ...cliquez ici pour lire la suite et écouter plusieurs extraits
Paru en
octobre 2010

Beethoven
sonates pour piano
n°28 opus 101
n°29 "Hammerklavier" opus 106
Olivier Chauzu, piano

Le pianiste Olivier Chauzu apprécie particulièrement les oeuvres de grande envergure, ainsi son quatrième disque qui paraît chez le label Calliope permet cette fois de le découvrir dans la célèbre immense sonate "Hammerklavier"( pour clavier à marteaux) de Beethoven dont le compositeur lui-même reconnut "Voilà une sonate qui donnera de la besogne aux pianistes". Propos tenus non seulement parce qu'elle est longue mais aussi parce que la difficulté de son langage augmente au fil de l'oeuvre, Beethoven ayant voulu dans celle-ci dépasser les limites sonores du piano.
Olivier Chauzu a couplé cette sonate avec la sonate précédente que déjà le compositeur souhaitait titrée " Sonate pour piano ou Hammer-Klavier[...]mais si le titre est déjà gravé , j'avance deux propositions : ou je paie de mes deniers le nouveau titre à graver, ou bien on le retient pour une autre sonate que je composerai" ainsi peut-on lire dans une correspondance de celui-ci à son éditeur Tobias Haslinger (que l'on peut d'ailleurs lire dans le récent livre des correspondances de Beethoven récemment réédité chez Actes sud. Une sonate qu'il avait aussi pensé appeler "Sonate en la difficile à jouer" ...peut-on lire dans une autre lettre à l'imprimeur Sigmund Anton Steiner (surnommé lieutenant général), titre qu'il donne en précisant : " Sans doute mon lieutenant général va-t-il resté interdit songeant que "difficile " est une idée relative, ce qui étant difficile à l'un étant facile à un autre, et que par conséquent ce terme n'a pas une signification bien définie. Mais mon Lieutenant Général doit savoir que ce terme a une signification bien définie, car ce qui est difficile est en outre beau, bon, grand ,etc."...

Difficulté absolue et non relative donc dans ce beau, bon et grand programme qui n'a nullement effrayé le pianiste Olivier Chauzu, qui pourrait bien avec ce disque marquer le point de départ d'un monument : l'intégrale des sonates de Beethoven ainsi confie-t-il dans ses réponses à de nouvelles questions à l'occasion de ce disque. L'écouter jouer le second mouvement de cette sonate op.101 - Vivace alla marcia- (plus bas dans cette page) montre qu'il a tout à fait l'énergie et l'étoffe pour ce challenge, il a d'ailleurs déjà à son répertoire la quasi totalité de celles-ci !...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

Neuvième Vague
Beethoven

"Grande sonate pathétique" op.13
"Clair de lune" op.27 n°2
"Tempête" op.31 n°2
"Pastorale" op.28

Vahan Mardirossian, piano

Difficile de rester indifférent(e) à la peinture qui illustre le disque Neuvième Vague de Vahan Mardirossian et ce sont, confie le pianiste, dans la nouvelle interview ci-dessous, précisément les titres des sonates de Beethoven qu'il a choisi de réunir dans ce double disque qui lui a rappelé ce tableau du peintre arménien Hovanness Aïvazovsky. Une illustration effectivement splendide qui, comme il le dit, englobe les titres des sonates (Pathétique, Tempête, Clair de Lune...). Un tableau d'ombre et de lumière à l'image de la musique de Beethoven qui d'ailleurs évoque à la fois le cauchemar et le rêve, dans une musique tour à tour profonde ,enjouée et folle...et parfois même ambiguë ainsi l'auteur du livret, Franck Ciup, indique au sujet de la sonate "Clair de lune" : "le poète allemand Ludwig Rellstab y voyait en écoutant celle-ci, la promenade en barque de deux amoureux , au clair de lune sur le lac des quatre cantons" et Beethoven dans une interprétation quasi hypnotique, évoquait, parait-il des fantômes traînant leur chaîne dans un château hanté ; thème plaintif en écho, répondant aux immuables triolets comme des âmes désolées, errantes, inconsolables..." ce qui n'est pas du tout la même chose !!! A l'écoute de l'interprétation de Vahan Mardirossian, particulièrement lente, et d'une grande intériorisation, la profondeur de ce mouvement se révèle et c'est effectivement plus cette dernière image, certes moins réjouissante mais combien plus émouvante, qui viendrait à l'esprit. Oui assurément son interprétation en est des plus remarquables... et mériterait toutes les récompenses ...
Et, oui, une nouvelle fois, l'éloge de la lenteur mérite d'être fait...cliquez ici pour lire la suite, en écouter un extrait et voir une vidéo

Ludwig van Beethoven(1770-1827)

Sonate en la majeur op.47 "Kreutzer" (1803)
(transcription pour violoncelle et piano par Carl Czerny)

12 variations en fa majeur op.66(1798)
sur la Flûte enchantée de Mozart

Sonate n°3 en la majeur op.69(1808)

Jérôme Ducros, piano
Jérôme Pernoo, violoncelle

Le pianiste Jérôme Ducros aime avant tout jouer de la musique de chambre, et plus particulièrement avec ceux qui partagent cet amour et "ceux avec qui le partage va de soi, avec qui les répétitions se passent en musique davantage qu'en mots" . De deux ans son aîné, Jérôme Pernoo, lauréat du concours Tchaikovsky à Moscou et du concours Rostropovitch à Paris en 1994 et du Concours de Pretoria en 1996, est pour lui un partenaire idéal depuis plus d'une quinzaine d'année. Si la Sonate à Kreutzer a inspiré à l'écrivain Leon Tolstoï un drame conjugal, c'est ici en parfaite entente musicale que les deux musiciens interprètent cette sonate que son dédicataire, le violoniste Rodolphe Kreutzer , n'a jamais joué en public, la déclarant "inintelligible" mais il est vrai qu'il s'agit ici d'une transcription pour violoncelle réalisée par Carl Czerny et ce n'est nullement le cas, le discours est ici limpide, fougueux dans les premier et troisième mouvements , plus poétique dans le deuxième mouvement qui est en fait un thème suivi de variations.
A la suite de cette sonate viennent Douze Variations sur le fameux air de Papageno de la Flûte enchantée, où l'on est loin d'un drame conjugal puisque Papageno rêve d'une femme qui l'aimerait. Enfin la troisième sonate pour violoncelle et piano qui s'ouvre sur un mouvement allegro est d'un lyrisme tendre. Jérôme Ducros a bien voulu nous en dire plus sur cet enregistrement...cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait

Beethoven
Rondos et Bagatelles
Natalia Valentin

Rondo en ut majeur Opus 51 n°1
Rondo en sol majeur Opus 51 n°2
Andante "Favori" in fa majeur WoO57
Rondo en ré dièse majeur Kinsky-Halm Anh.6
Sept Bagatelles Opus 33
Alla ingharese quasi un capriccio en sol majeur Opus 129
enregistré sur un pianoforte anonyme du 18ème siècle, Allemagne du sud, restauré par Christopher Clarke
Soucieuse d'associer un répertoire en adéquation à l'instrument sur lequel elle joue, la pianofortiste (et pianiste) Natalia Valentin a choisi pour son premier CD une sélection originale de pièces de Beethoven certes moins réputées que les sonates mais pas moins riches en invention. Elles les a enregistrées sur un piano datant de la fin du 18ème siècle qui, comme à l'époque on ne fabriquait pas du jetable, a connu au fil des ans diverses améliorations, expliquées dans le livret accompagnant ce disque, pour obtenir de meilleures qualités sonores.
Si la Bagatelle "Pour Elise " est bien connue du public, l'on connaît moins les autres pièces de ce type écrites par Beethoven, pourtant il en existe trois autres recueils soit un total de 24 pièces, l'opus 33 ici présent en est le premier. Certes le compositeur les nommait lui-même quelquefois "petites choses" mais elles sont en fait chacune un concentré d'idées de quelques minutes que lui aussi, n'ayant sans doute pas pour principe de jeter ce qu'il avait créé, développera ou reprendra parfois par la suite, ainsi pouvez-vous en juger par vous-même en écoutant la véhémente Bagatelle n°7 de l'opus 33 en écoute. Les Rondos sont un peu plus longs et aussi parfois qualifiées "d'oeuvres de jeunesse" et bien que Natalia Valentin les interprètent sur un "vieil instrument", les multiples couleurs permises par le pianoforte et la vivacité de jeu de la pianiste permettent d'en apprécier pleinement leur caractère enjoué, leur humour et leur effervescence. Natalia Valentin a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter son premier album...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait
Ludwig van Beethoven
Grande Sonate n°29 en si bémol majeur opus106 "Hammerklavier"
Sonate n°19 en sol mineur opus49 n°1 Sonate n°20 en sol majeur opus49 n°2
Klavierstück Lettre à Elise WoO 59
Jean-Frédéric Neuburger, piano

DVD inclus :
Voyage au coeur de la Hammerklavier
Un film de Jean-Frédéric Neuburger et François-René Martin


A 22 ans seulement le pianiste Jean-Frédéric Neuburger confirme ici sa maturité déjà décelée depuis quelques années : non content de s'attaquer à la plus difficile sonate de Beethoven "Hammerklavier", il prolonge le partage de sa passion pour cette sonate par une intéressante explication de l'oeuvre dans un DVD au contenu très original dont il a eu l'idée lors des séances d'enregistrements de son disque.
Dans une présentation proche de la conférence et de l'analyse formelle qu'il a voulu comme un voyage à l'intérieur de cette sonate Jean-Frédéric Neuburger vise ici un large public d'auditeurs pour leur apprendre à écouter autrement et aiguiser leurs oreilles... Dans une atmosphère à la fois sombre et chaleureuse, proche de celle d'un concert, il donne avec clarté toutes les clés pour mieux comprendre l'architecture de cette oeuvre gigantesque... Un DVD sur lequel nombreux professeurs pourraient d'ailleurs s'appuyer voire diffuser en classe pour intéresser leurs élèves à la musique classique.

Après il ne reste plus qu'à écouter le disque et apprécier sous les doigts habiles de Jean-Frédéric Neuburger cette impressionnante sonate dans laquelle Beethoven a mis en oeuvre tout son génie pour utiliser les possibilités des nouveaux "pianos à marteaux". Jean-Frédéric Neuburger dans la continuité de son précédent disque consacré à l'Art de délier les doigts" de Czerny a souhaité enregistrer deux sonates "faciles" et la célèbre "Lettre à Elise", autres pilliers du répertoire "pédagogique" de la production de Beethoven....cliquez ici pour lire la suite dont une interview et pour écouter un extrait

Beethoven
Sonates pour piano op109, 110 et 111
Cédric Pescia

Interviewé en juillet 2008 le pianiste Cédric Pescia annonçait son projet d'enregistrement "live" de ces trois dernières sonates de Beethoven c'est finalement ce disque enregistré dans des conditions proches du "live", d'une seule prise finale, en studio, qu'il sort chez le label Claves, conquis par un piano dont le son magnifiquement chantant l'a enthousiasmé ainsi explique-t-il dans une nouvelle interview qu'il a bien voulu accordé. Beethoven, lorsqu'il composa ces trois sonates(trentième à trente-deuxième) , entre 1820 et 1822, travaillait sur le projet de la "Missa Solemnis" ce qui explique qu'on les considère traditionnellement comme une trilogie car elles reflètent toutes trois "des états affectifs caractéristiques du compositeur pendant l'édification de son ultime chef d'oeuvre religieux"selon le musicologue Claude Rostand. On peut lire parfois que Beethoven considérait la composition de ses sonates pour piano comme un "gagne pain" aussi ne faut-il pas s'étonner qu'il entrecoupa ce long travail de composition de la "Missa Solemnis" mais surtout avait-il lui aussi envie de profiter du son extraordinaire qui lui était offert par les nouvelles potentialités de l'instrument ainsi qu'il l'avait déjà pu expérimenter lors de sa précédente sonate "Hammerklavier"....cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

Beethoven
Concertos n°2 opus 19 et n°3 opus 37
François-Frédéric Guy, piano
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Philippe Jordan, direction

François-Frédéric Guy termine par ce volume son intégrale des concertos de Beethoven mais, comme le montre ses réponses à de nouvelles questions, ce "dernier" album de cette intégrale des concertos n'est nullement, bien au contraire, la fin de son voyage discographique avec ce compositeur qui constitue "l'alpha et le oméga" de son répertoire. François-Frédéric Guy est en effet réputé pour avoir déjà donné à plusieurs reprises l'intégrale des trente-deux sonates de Beethoven en concert et il envisage de les enregistrer à leur tour. Pour être réputé Beethoven quant à lui eut précisément besoin de concertos de sa composition pour s'en servir comme d'une sorte de carte de visite artistique. Le concerto n°2 opus 19 est en fait le premier concerto pour piano que Beethoven ait jugé digne d'être présenté au public et il fut composé à Bonn avant le concerto n°1 op15. Les premiers fragments de son écriture remontent à 1786 mais il apporta à plusieurs reprises diverses modifications jusqu'à sa publication en 1801. Les premières esquisses du concerto n°3 opus37 remontent quant à elles de 1796 et celui-ci fut publié en 1804 après aussi nombreux remaniements. Il faut préciser , ainsi l'explique Beate Angelina Kraus, auteur du livret, qu'à l'époque l'improvisation constituait un élément essentiel du genre du concerto pour piano et l'édition ne se justifiait qu'à partir du moment où l'oeuvre était appelée à exister indépendamment de son compositeur. Une nouvelle existence de ces oeuvres donc par cet enregistrement dans lequel François-Frédéric Guy dans un jeu personnel dynamique, léger et poétique exalte la voix intérieure, rendant par cette magie musicale très présent le compositeur.....cliquez ici pour lire son interview et écouter un extrait
nouveau
Paru en octobre 2010
coffret de l'intégrale de concertos de Beethoven

François-Frédéric Guy, piano
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Philippe Jordan, direction
Un tout petit prix ...si vous n'avez aucun des disques profitez-en !

Beethoven
Sonates et Symphonies(transcriptions par Liszt)
Giovanni Bellucci

Le pianiste italien Giovanni Bellucci poursuit son "long voyage" de la réalisation d'une intégrale des trente-deux sonates de Beethoven couplées avec les neuf symphonies de ce même compositeur transcrites au piano par Liszt par un troisième volume qui cette fois ne comporte que des sonates ce dont il ne faut pas s'étonner puisque cette intégrale devrait se réaliser en une quinzaine de disques. S'il ne contient pas de symphonie cet enregistrement renferme la sonate "Hammerklavier" célèbre pour sa dimension tant en durée que musicale : le troisième mouvement Adagio sostenuto serait" le plus grand morceau pianistiques jamais écrits" selon Giovanni Betti auteur du livret) quant au final de cette même sonate elle constitue : "l'un des plus hauts et stupéfiants moments d'extraordinaire fusion entre passé et futur que Beethoven semble rechercher consciemment pendant les dernières années de son activité" .

Que cette sonate célèbre aussi pour ses dépassements des possibilités sonores de l'instrument - "une concentration inouïe des matières et des formes musicales" indique encore l'auteur du livret - ne fasse cependant pas ombrage aux deux autres contenues dans ce programme qui permet cette fois de faire mesurer trois "âmes artistiques" beethovenniennes en ajoutant à l' "expérimentale et ésotétrique" la "juvénile " avec la sonate n°6, qui d'ailleurs tout comme la sonate Hammerklavier contient une étonnante forme fuguée en son Final, et l'âme "héroïque" dans la sonate n°26 "Les adieux" inspirée des guerres napoléonniennes et plus précisément comme le précisa Beethoven : "L'adieu, Vienne, 4 mai 1809 pour le départ de Sa Majesté Impériale, l'Honoré Archiduc Rodolphe". Adieu certes mais aussi Retour dans le troisième mouvement où s'exprime toute la joie des retrouvailles. Des âmes et sentiments opposés que le pianiste Giovanni Bellucci nous fait partager avec une grande intensité ! Il a également bien voulu répondre à d'autres questions au sujet de ce disque...cliquez ici pour lire la suite et en entendre un extrait

Ludwig van Beethoven
Concerto pour piano et orchestre n°4, op.58
Quintette pour piano, hautbois, clarinette, cor et basson,op.16
François-Frédéric Guy, piano
Orchestre Philharmonique de Radio France
sous la Direction de Philippe Jordan

Alors que le pianiste François-Frédéric Guy poursuit seul actuellement à la Cité de la musique de Paris ce qu'il nomme une "grande croisière" autour des Trente-deux sonates de Beethoven, en parallèle à une intégrale des oeuvres de Debussy menée par Alain Planès, sort cette même semaine le second volume de son intégrale des Concertos de Beethoven chez le label Naïve - le premier volume de cette intégrale étant paru en mars dernier(Concerto n°1 et Concerto n°5). Il n'est certes pas annoncé d'intégrale de musique de chambre des oeuvres avec piano mais cette intégrale de concertos est elle-même complétée du Quintette pour piano et vents opus 16 et dont Beethoven réalisa aussi une version pour Quatuor avec piano et cordes...cliquez ici pour lire la suite
 
Paru en 11/2007

Beethoven
Sonates opus 2
Maurizio Pollini

L'an dernier, en mai 2006, alors qu'un journaliste du New York Times s'inquiétait de savoir comment Maurizio Pollini voyait ses 10 à 20 années à venir et s'il avait l'intention de quitter la scène, il lui répondit "Nous verrons, qui sait ce qui peut arriver ?" ajoutant que parmi ses objectifs il espérait terminer son intégrale des trente-deux sonates de Beethoven et le Clavier bien tempéré de Bach, ce nouveau volume marque donc la poursuite de ce premier objectif débuté depuis de nombreuses années et que chacun espère le voir poursuivre encore de nombreuses années car même si chaque nouveau volume est un événement des plus réjouissants et à ne pas manquer, un seul regret vient à l'esprit : Beethoven n'ait eu le temps de composer des centaines de sonates !

Cette fois-ci Maurizio Pollini interprète les trois sonates contenues dans l'opus 2 de Beethoven, et que le compositeur acheva en 1795 et dédia à Haydn dont il était l'élève depuis trois ans...cliquez ici pour lire la suite

Hélène Grimaud, Ludwig van Beethoven
Concerto pour piano N°5 - Sonate pour piano N°28 -
Edition Deluxe Digipack

DVD bonus inclus :un making of des enregistrements Beethoven et Credo, un clip Bach (le Prélude en ut majeur), une galerie photos et une discographie
CD album
Dans une série de disques "concept" Hélène Grimaud a exprimé en musique, à travers des oeuvres de compositeurs variés, une vision de ce qui interroge tout être humain : la foi, la mort, l'amour... Si un très large public la suit dans cette démarche c'est sans doute, parce qu'au-delà de quelconque marketing contesté par certains, la talentueuse pianiste offre avec sa musique interprétée dans une grande liberté expressive, un sentiment de joie.
Son nouveau disque montre de nouveau son souci dans ses choix musicaux à partager sa pensée philosophique, cette fois elle s'est choisi ce qui lui semble un maître en ce domaine : Beethoven...cliquez ici pour lire la suite et voir un clip vidéo

 

Beethoven Jean-Marc Luisada

Dans son précédent disque "Sonates", riche en émotions, Jean-Marc Luisada avait choisi des oeuvres de compositeurs romantiques aussi Beethoven en était donc exclu, bien qu'ayant composé 32 sonates. Aujourd'hui le pianiste , lauréat du concours Chopin de Varsovie en 1995, prend un tournant avec ce disque exclusivement consacré à Beethoven, regroupant un concerto et deux sonates révélatrices de l'évolution du compositeur. Jean-Marc Luisada a choisi le concerto numéro 4 qui , il est vrai, présente dans son premier mouvement l'originalité, souvent réutilisée ensuite par les Romantiques, d'exposer le premier thème directement par le piano et ceci avec un son très feutré avant de le reprendre par l'orchestre. L'andante qui suit est un sublime moment d'atmosphère romantique offrant un dialogue entre le piano et l'orchestre de toute tendresse. Dans le troisième mouvement le piano prend la main sur l'orchestre et Jean-Marc Luisada offre un Rondo Vivace des plus enlevés et splendide !...cliquez ici pour lire la suite

Ludwig van Beethoven, Aldo Ciccolini
Les 32 Sonates pour piano - Coffret
Intégrale

A quatre-vingts ans, Aldo Ciccolini, un des grands maîtres actuels du piano, titulaire de nombreuses distinctions, cumule les enregistrements primés et intégrales. Ainsi ce coffret, paru en novembre 2006, reprend l'ensemble des enregistrements des sonates de Beethoven qu'il a réalisé entre 1995 et 1999.
Une belle opportunité, à prix doux, pour faire découvrir ces oeuvres qui accompagnèrent Beethoven tout au long de son existence créatrice , un atelierr visitable par tous ceux qui veulent comprendre comment a évolué son langage musical, mais aussi sa conception du monde. Qu'elles s'appellent Au clair de lune, Aurore, Tempête , Hammerclavier, Les adieux, Pastorale..ou ne porte qu'un numéro d'opus, chacune à son caractère bien marqué dont Aldo Ciccolini exalte les contrastes avec grand talent.
Cliquez sur l'image pour vous procurer coffret

Ludwig van Beethoven
3 Sonates pour piano

Sonates pour piano, opus 13, 49 N°1 et opus 106
François-Frédéric Guy

Ce nouveau disque est construit autour de la sonate dite "Hammerklavier" que François-Frédéric Guy avait déjà enregistrée en 1998. L'interprétation qu'il en donne aujourd'hui après l'avoir jouée plus d'une soixantaine de fois, ainsi que celle des deux autres sonates qu'il a choisies pour cet enregistrement est simplement splendide : la clarté de son jeu et la pureté du timbre sont éblouissantes. Ses réflexions sur les raisons de son choix aident à comprendre une telle réussite : "Beethoven m'accompagne quotidiennement non seulement dans la préparation de mes concerts mais surtout dans ma quête personnelle, difficilement explicable avec des mots, d'un objectif virtuel de réalisation de soi. Que je me tourne vers le piano, je travaille aux trente-deux sonates ; que je pense à l'orchestre, me vient l'envie d'écouter la Missa Solemnis ou la 9e. En un mot, Beethoven suffirait amplement à remplir ma vie d'artiste....cliquez ici pour lire la suite
nouveau
paru en 05/2006

Cinq concertos de Beethoven - Georges Pludermacher, piano

D'après des esquisses qui en font foi, Ludwig Beethoven(1770-1827) est décédé avant de n'avoir eu le temps de mettre au point son sixième concerto pour piano mais déjà avec ses cinq concertos il est considéré comme le "créateur définitfif" de de ce genre déjà ancien particulièrement à partir du quatrième . Déjà Beethoven pouvait s'appuyer sur des instruments plus performants, à plus large volume sonore, que Bach, Mozart et Haydn initiateurs du style concertant. Pianiste virtuose, Beethoven a taillé les concertos, les premiers du moins, à ses propres mesures, il a réussi à partir du quatrième à véritablement donner une dimension concertante à l'Orchestre dans ses relations avec le piano soliste. Du second concerto, le premier créé en fait, en 1794-1795) au cinquième (1809) le schéma reste le même: deux mouvements vifs encadrant un mouvement lent, mais chacun apporte son comptant de trouvailles et d'innovations qui accompagnent le cheminement artistique et technique de Beethoven...cliquez ici

 
procurez vous désormais le coffret des cinq concertos de Beethoven à moins de 10 euros cliquez sur l'image ci-dessus

Ludwig van Beethoven
Concertos pour piano N°2 et N°4
Barry Douglas
Camerata Ireland

A l'époque où Beethoven composa ses concertos, l'improvisation était un art à part entière, et Beethoven était plus connu pour ses improvisations que ses compositions. Le second concerto fut en fait le premier que Beethoven composa, mais il "improvisa" lui-même lors d'une représentation à Prague en 1798. Il parait que le musicien tchèque Vaclav Tomasek fut tellement bouleversé par l'originalité de celle-ci, qu'il fut incapable de jouer la moindre note de musique pendant plusieurs jours. Certains musicologues y voient l'influence de Haydn, d'autres de Mozart et analysent la structure en "question-réponse de l'ouverture" comme une opposition homme-femme. Le piano pouvant tout aussi bien interpréter des thèmes à caractère masculin ou féminin lors de ce concerto. Chacun attribuera la charmante espièglerie du troisième mouvement au sexe qu'il voudra ! Quoiqu'il en soit ce mouvement est assurément charmeur et entraine l'auditeur dans des espaces fort plaisants.
Le concerto numéro 4, écrit en 1805, a l'originalité de commencer par une "attaque" du piano. Le mot attaque n'est pas bien appropriée puisque celle-ci se fait tout en douceur, il se poursuit dans un lyrisme échevelé, utilisant les notes aigues du piano, ajoutées depuis peu sur les pianoforte, Beethoven offre là une oeuvre loin d'être sombre. Le second mouvement(andante con moto)serait une transposition métaphoriques des mésaventures d'Orphée cherchant sa bien-aimée Eurydice en enfer, la partition contient des indications de jeu témoignant des récentes modifications apportées aux pianos viennois, Beethoven faisant une utlisation de la pedale una corda qui permettait à l'époque de faire sonner une, deux ou trois cordes à la fois. Enfin dans le troisième mouvement le piano "vrombit" d'un bout à l'autre du clavier, utilisant encore à merveille les nouvelles touches ajoutées à l'instrument.
C'est le pianiste Barry Douglas qu a fondé l'orchestre de chambre Camerata Ireland pour selon ses termes " célèbrer la richesse du talent musical irlandais". Cet orchestre est constitué d'artistes irlandais du nord et du sud. Oeuvrant pour la paix, ses premiers concerts se sont tenus à Belfast puis Dublin. Les membres de Camerata Ireland sont tous des artistes de premier plan, originaires de divers orchestres ou de jeunes espoirs irlandais, certains ayant déjà entamé une carrière de soliste.
Il faut absolument que vous visitiez le site internet de cet ensemble, ne serait-ce que pour écouter des extraits de ce disque en navigant dans les différentes pages du site...cliquez ici et après avoir la qualité de leur interprétation, nul doute que vous sur l'image pour vous procurer ce disque désormains inclu dans un coffret comprenant les cinq concertos








Si 2006 est l'année Mozart , Beethoven a été bien "défendu en 2005 : Quatre jeunes pianistes, tels les quatre mousquetaires... pour défendre le "roi" Ludwig Van Beethoven avec pour arme le piano , nettement plus agréable que l'épée ! Tous ont de grandes qualités !

Ludwig van Beethoven
Nikolaï Lugansky
N°7, N°14 (Clair de lune), N°22 et N°23

Ludwig van Beethoven
Paul Lewis
Sonates N°16, N°17 La tempête,
N°18

Ludwig van Beethoven
Fazil Say
Sonates pour piano
Sonates Appassionata(23), la Tempête(17),
Waldstein(21)

Ludwig van Beethoven,
Nicholas Angelich
3 Sonates pour piano
Sonate pour piano N°21, N°12, N°32

 

Cliquez sur chacune des images

Ludwig van Beethoven,
Maurizio Pollini
Sonates pour piano, op. 10 et op. 13


Difficile de résister à l'envie de commencer ce disque par la fin ... car la sonate opus 13 justement nommée" Pathétique" est sans conteste l'une des plus belles composées par Beethoven. Je confirme,comme le dit Guy Sacre, dans une des "bibles"des amateurs de piano : "La musique de piano", que je cite : "La Pathétique nous gratte, dirait Madame Jourdain, par là où nous nous démangeons". Contrairement aux musicologues, je ne chercherai pas à vous analyser chaque mouvement voir chaque mesure de cette sonate, mais vous dirai simplement d'écouter avec votre coeur et vous comprendrez ce que signifie les mots émotion musicale, qu'elle soit due aux trémolos grondants du début du premier mouvement ou à la tonalité en ut mineur importe finalement peu aux "mélomanes profanes", l'émotion est là... Maurizio Pollini (prix Chopin en 1960), dont la virtuosité n'est plus n'est plus à démontrer ni contestable, nous en offre une version peut être moins triste que celle de Alfred Brendel (là aussi "je suis fan") mais d'une virtuosité et clareté éblouissante.
Mais ce serait "pêcher" de sauter par dessus les trois sonates de l'opus 10, dont la première a d'ailleurs aussi une nature "pathétique". La seconde sonate est de nature "diverse", poétique et mélancolique, pour se terminer dans un univers beaucoup plus joyeux. Là encore le jeu de Maurizio Pollini, très dynamique et brillant est remarquable et nous transporte dans l'allégresse vers le presto qui débute la troisième sonate de ce même opus. Magnifique sonate également , qui comporte quatre mouvements, où alternent douleur (ainsi dans le splendide Largo e mesto) et joie.
Cliquez vite sur l'image pour écouter des extraits et/ou vous procurer ce très beau disque, qui a d'ailleurs obtenu un "Choc de la musique" en juin 2004.
Je vous invite également à visiter le site consacré à ce disque, où vous trouverez trois longs extraits dans la partie "audio"... cliquez ici

Ludwig van Beethoven
Radu Lupu
Les Concertos pour piano
5 Sonates - 2 Rondos

Nouveau : Réédition de janvier 2006, 4 Volumes, à prix très abordable, à se procurer d'urgence ! : Radu Lupu est un grand interprète d'aujourd'hui, incontestable, mais cela vous le savez sûrement déjà !
Cliquez sur l'image

Beethoven et la Flûte
Laurence Stricker , flûte
Suzel Ginisty, piano

Sonate pour flûte et piano en fa majeur, opus 17 ;
Variations, en la mineur sur un thème russe « Schöne Minka » -1817-1818, opus 107;
Sonate en ré majeur, opus 6 (rubato de la sonate pour piano à 4 mains) - 1796-97 – Première mondiale ;
Sonate en si bémol majeur, WoO A4.
Les duos piano et flûte ont la qualité particulière de créer un univers sonore où la joie domine. Ainsi la sonate en fa majeur opus 17 écrite initialement pour le cor et piano gagne ici en légèreté et gaieté, et ce n'est pas le très court mouvement quasi andante qui pourrait assombrir l'oeuvre. Les plaisantes variations sur un thème russe qui suivent sont elles aussi dans leur quasi majorité pourvues d'une rythmique allègre et même si l'une d'elle laisse place au rêve celui-ci ne sera pas sombre, le dialogue entre le piano et la flûte conservant un timbre léger. Pas étonnant que ces variations aient très rapidement connu un véritable succès. La pianiste Suzel Ginisty, qui fut notamment une élève de Brigitte Engerer et la flûtiste Laurence Stricker continuent de nous transporter allègrement en offrant un enregistrement en "Première mondiale" d'une adaptation pour flûte et piano de la sonate en Ré majeur, opus 6 et une sonate dont on les musicologues s'accordent à penser qu'elle fut écrite par Beethoven à l'âge de 20 ans, où se dévoile d'ailleurs la "personnalité bouillonnante du futur maître de Bonn".
Pour en écouter un extrait utilisez le lecteur ci-dessous, cliquez sur le triangle

Cliquez sur l'image pour vous procurer ce disque remarquable dont la réalisation a été soutenue par l'Association Beethoven France.

Beethoven - Les 32 Sonates pour piano / Bagatelles op.119, op.126
Stephen Kovacevich

Cette intégrale commencée il y a plus de douze ans, vient de sortir en mars 2004,elle reçoit de nombreux éloges )ainsi la récompense R10 classica et un diapason d'or). Stephen Kovacevich n'aura donc pas vraiment "gâché tous ses étés" (selon ses propos recueillis par Pianiste Magazine 3/2004).
Pour vous procurer ce coffret de neuf disques à la Fnac , cliquez sur l'image et sur amazon cliquez ici .
 


Ludwig van Beethoven
Sonates pour piano
Clair de lune - Pathétique - Appasionata - Les Adieux
Alfred Brendel

Un disque "gold" à tout petit prix, profitez-en !
cliquez sur l'image pour écouter des extraits

Beethoven
Intégrale des sonates pour piano
Abdel Rahman El Bacha

Ce coffret de 9 Cd regroupe l'ensemble des interprétations par Abdel Rahman El Bacha des sonates de Beethoven. Le deuxième CD de cette intégrale, a été couronné par le Grand Prix de la Nouvelle Académie du Disque Français.
Cliquez sur l'image pour pour le procurer, il n'y a pas d'extraits mais chaque Cd peut aussi être acheté séparément, vous pouvez écouter des extraits de la plupart d'entre eux, ainsi du volume trois ... cliquez ici, du volume 5 ....cliquez ici, du volume 6 ...cliquez ici, du volume 7 ...cliquez ici, du volume 8...cliquez ici, et du volume 9...cliquez ici


MERIDIAN RECORDS DUO CD
89023.

Beethoven
Trudelies Leonhardt

Enregistré sur un fortepiano


32 Variations en do mineur WoO 80
Sonate en Mi bémol majeur Op. 27 N° 1
Bagatelle en Do majeur WoO 56
Allegretto en do mineur WoO 53
Rondo en Sol majeur Op. 51 N° 2
Onze Bagatelles Op. 119
Vous pouvez vous le procurer auprès de
LORELEY, 16, quai des Carrières-94220 Charenton le Pont-Tél/fax: 0143761246
Visitez le site de Trudelies Leonhardt ... cliquez ici
 


Pour écouter d'autres disques de Ludwig van Beethoven... cliquez ici

DVD
Concertos pour piano N°1 et N°3
Ludwig van Beethoven

Selon François-René Duchable le plus beau concerto de Beethoven est le troisième, celui qu'il faut emporter sur une île déserte et donc celui que piano bleu vous suggère en priorité parmi les deux DVD qu'il a enregitrés avant de prendre sa "retraite".
Cliquez sur l'image pour en savoir plus et vous le procurer

Alfred Brendel - Julius Katchen
Enregistrements de 1967 et 1970
Ludwig van Beethoven , Franz Schubert

Emi qui poursuit son édition de la série classic archive gâte encore les amateurs de piano ce mois-ci avec ce DVD qui contient outre la sonate Hammerclavier et deux bagatelles de Beethoven interprétées par Alfred Brendel, la Wanderer fantaisie de Schubert interprétée par Julius Katchen
Pour vous procurer ce DVD , cliquez sur l'image !

Ludwig van Beethoven un film de Bernard Rose


Lorsqu'il décède, Beethoven laisse derrière lui une lettre sous forme d'énigme. Un ami la recueille. Elle est destinée à " l'aimée immortelle ". Une enquête historique, avec, comme seul indice, une lettre à une inconnue. Bernard Rose utilise à merveille la technique du flash back pour nous faire revivre la vie amoureuse de Beethoven. Une adaptation rigoureuse, des décors fascinants, et bien sûr la musique du créateur de La Symphonie pastorale.
Interprétation magistrale de Gary Oldman dans le rôle du compositeur allemand.
Cliquez sur l'image pour vous procurer ce formidable DVD !
Concertos pour piano Mozart Beethoven Brahms

Concertos pour piano
- Concertos pour piano N°19 et N°23 de Mozart
ainsi que - N°3 et N°5 de Beethoven
- Concerto pour piano N°2 de Brahms
Maurizio Pollini

N'ayez pas la mauvaise idée de commencer à regarder ce DVD à 22 heures du soir , vous vous retrouveriez toujours scotché à votre fauteuil à 1h du matin car c'est un long programme qui est offert dans ce DVD, enfin plus précisément coffret de deux DVD. Certes vous pouvez bien sûr partager son écoute entre deux soirées, mais après l'introduction orchestrale du concerto numéro trois de Beethoven et dès les premières mesures interprétées par Maurizio Pollini, il y a de fortes chances que vous ayez l'envie de voir les deux DVD d'affiler... car la "technique à toute épreuve" du pianiste Maurizio Pollini a de quoi tenir en haleine., ce n'est pas pour rien qu'il a obtenu le prix du Concours Chopin à l'unanimité et à seulement 18 ans...Mais ici point de Chopin. Quelle que soit la personnalité du chef d'orchestre, très sage et modérée (Karl Bôhm) ou au contraire très expansive (Claudio Abbado) Maurizio Pollini s'adapte tout autant à ces différents tempéraments : d'ailleurs après quatre concertos où Maurizio Pollini a pu sembler réservé, du moins physiquement, il est fort surprenant de le voir sauter littéralement sur son siège en interprétant le Concerto n°2 de Brahms ! Mais cela ne l'empêche pas tant avec l'un que l'autre d'affirmer un jeu très vigoureux et nuancer, privilégiant le chant et l'émotion. Ainsi pour en venir à l'intersection des deux DVD : c'est un concerto n°19 d'une sonorité très profonde et chantante qui prime.
Cliquez sur l' image pour vous procurer ce DVD
 

En savoir plus sur Ludwig van Beethoven ... et sa musique (Livres et DVD )

Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent ...
Eric Emmanuel Schmitt

Après "Ma vie avec Mozart" , l'écrivain Eric Emmanuel Schmitt pense à Beethoven ... dans son nouveau livre au titre accrocheur : "Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent ..." Lors d'une exposition de masques, Beethoven revient dans la vie d'Eric-Emmanuel Schmitt : surpris, il se rappelle l'avoir aimé passionnément pendant son adolescence. Pourquoi ne l'écoute-t-il plus ? Pourquoi n'a-t-il plus eu besoin de sa passion, sa véhémence, sa noblesse ? Réfléchissant à partir de sa propre vie, Schmitt médite sur notre époque qui ne croit ni en Dieu ni en l'homme, où l'individu se sent broyé et inutile. Il ausculte notre temps désespéré que l'idéal de grandeur a quitté
Un essai brillant et intime, fait d'émotions, de surprises et d'émerveillements où Schmitt élucide ce génie, créateur d'une ''messe pour l'humanité'', un homme infirme, seul, malheureux, accablé par le sort, qui écrit pourtant une oeuvre énergique couronnée par un hymne à la joie. Comment peut-on avoir le sens du tragique et se montrer optimiste ? Tel sera le défi pour notre siècle ; tel est le message de Beethoven : il nous propose une philosophie et une morale humaniste dont nous avons un urgent besoin. (Présentation de l'éditeur)
Biographie de l'auteur
Dramaturge, essayiste, romancier, scénariste à succès, Eric-Emmanuel Schmitt est l'un des auteurs les plus célèbres en France et dans le monde (traduit dans 42 pays). Son dernier livre, Concerto à la mémoire d'un ange, a été un des best-sellers du printemps 2010.
Pour vous le procurer cliquez sur l'image ci-dessus ! Le livre contient encore un CD où les amateurs de piano seront particulièrement heureux d'entendre le 2ème mouvement du concerto pour piano n°4 de Beethoven avec Paul Badura Skoda et l'orchestre de Vienne.
Avis de pianobleu.com : Un livre à lire absolument pour qui veut connaître la joie et le bonheur d'être un humain ou plutôt d'être humaniste, par la musique de Beethoven mais pas seulement... une belle leçon de musique, il est question aussi de Bach et Mozart.. et de bonheur... un "hymne à la joie" littéraire. ...quand je pense que je n'avais pas vraiment envie de lire ce livre, agacée par son titre mais c'est tout le contraire qu'il prêche ! ...plus d'humanisme et de respect des autres !

Les lettres de Beethoven : L'intégrale de la correspondance (1787-1827)

Très beau livre pour découvrir Beethoven à travers sa correspondance et un livre très très impressionnant mais qui n'est pas à lire d'une seule traite à moins d'être un fan de Beethoven(et il est vrai qu'il y en a ... ) puisqu'il s'agit de l'intégrale de la correspondance de ce compositeur soit plus de 1570 lettres regroupées dans ce livre de ... 1740 pages car outre ces lettres est rassemblé aussi dans ce livre une iconographie, des appendices (tel le fameux testament de Heiligenstadt, des contrats...) , des notes, des tables et index indispensables pour naviguer plus facilement dans ce recueil à consulter donc selon nos besoins d'information mais il est vrai aussi que l'intérêt des lettres est variable mais toutes ont leur importance car comme l'indique l'éditeur "Vous me faites l'impression d'un homme qui a plusieurs têtes, plusieurs coeurs, plusieurs âmes”, lui avait dit Haydn dès 1793. C'est bien de cette multiplicité d'identités, d'affections et d'états d'âme que rend compte cet ouvrage. "

Pour vous procurer ce livre cliquez sur l'image ci-contre

Paru en
octobre 2009

Avis de pianobleu.com Voir des manuscrits d'un compositeur tel que Beethoven est à la fois intéressant et émouvant...
Le livre, de grand format, est en outre abondamment illustré de portrait de Beethoven et ses contemporains. Chaque manuscrit est accompagné d'une description du contexte de création de l'oeuvre et présentation de celle-ci.
Beethoven : Les plus beaux manuscrits
de Christian Wasselin

Présentation de l'éditeur
Les passions qui habitent la musique de Beethoven et la volonté qui l'anime jaillissent dans la manière dont le compositeur a noté ses partitions. Ses amours impossibles ou contrariées, sa surdité ne doivent pas cacher le succès qu'il connut de son vivant ni le soutien constant qu'il reçut des princes, à Bonn puis à Vienne. Son apport de musicien est le fruit de la même tension, qui le fait se déchirer entre le monde et la solitude, entre le besoin de séduire et le désir de combattre. Pour la première fois, un florilège abondant de ses manuscrits personnels et des partitions tracées de sa main permet d'appréhender l'intimité d'une personnalité tumultueuse et féconde,. et de voir une pensée musicale prendre forme sous nos yeux.

Biographie de l'auteur
Christian Wasselin se partage entre la fiction et la musicographie. On lui doit plusieurs livres consacrés à Berlioz (Berlioz, les deux ailes de l'âme, Gallimard, 1989; Berlioz ou le Voyage d'Orphée, Le Rocher, 2003), des dramatiques radiophoniques (La Ville inoubliée, France Culture, 1998), des romans (Rue du bois de la lune, Aléas, 2001; Clara ou le soleil noir de Robert Schumann, Scali, 2007). Il a également écrit le livret de l'opéra de Gérard Condé Les Orages désirés (2003, création scénique en 2009). Par ailleurs, Christian Wasselin collabore à Opéra international puis à Opéra magazine depuis 1982 et a codirigé avec Pierre-René Serna le " Cahier de L'Herne " consacré à Berlioz. Il est enfin rédacteur en chef de Fantastique, le journal en ligne des concerts de Radio France.
cliquez sur l'image pour vous procurer ce livre.
Paru en mars 2009

Ludwig Van Beethoven
André Tubeuf

"Peut-être y a-t-il des musiciens plus grands, ou meilleurs. Mais le seul Beethoven à tout instant de sa meilleure musique nous communique l'urgence qui est en lui, de convaincre, d'entraîner. Du pouvoir des formes, du prestige du chant il n'attend rien, mais tout de sa conviction, qu'il a le génie de transmuer en force tout court. Il ne séduit pas, n'enjôle pas. Il prend. Beethoven est une prise. L'emprise ne se desserrera pas.”André Tubeuf(quatrième de couverture).
André Tubeuf est né à Smyrne en 1930. Admis à l'ENS Ulm en 1950, il est agrégé de philosophie en 1954. Jacques Duhamel et Michel Guy font appel à lui, dans les années 1970, en tant que conseiller pour la musique, sans qu'il quitte pour autant son enseignement. Il est également présent dans la presse musicale, Opéra international, L'Avant-Scène Opéra, Harmonie, Diapason puis Classica-Répertoire, et Le Point depuis 1976. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur la musique. Parmi les derniers : Divas (Assouline), L'Offrande musicale : Compositeurs et interprètes (Robert Laffont, “Bouquins”) ainsi que deux volumes de cette collection “Classica” : Mozart et Richard Strauss. Cliquez sur l'image pour vus procurer ce livre (amazon) ou cliquez ici(fnac)

Les sonates pour piano de Beethoven
Charles Rosen

Avec ses trente-deux sonates pour piano, Beethoven a livré l'un des corpus d'oeuvres les plus importants de toute l'histoire de la musique. Composées sur plusieurs décennies, elles étaient destinées, chose tout à fait inhabituelle, à l'exécution privée comme publique. Le pianiste et musicologue érudit Charles Rosen en fournit ici un guide concis à l'attention des pianistes amateurs et professionnels, mais aussi de ceux qui, sans la pratiquer, écoutent la musique en connaisseurs.
Situant d'abord les sonates dans leur contexte, il analyse ensuite leurs principes formels sous-jacents : la forme sonate, le phrasé, le tempo, l'utilisation de la pédale, les limites du clavier au temps de Beethoven. Chacune d'entre elles fait alors l'objet d'une étude à part, appuyée sur des exemples extraits des partitions d'origine : depuis celles de 1790, auxquelles le jeune compositeur a dû sa célébrité, jusqu'aux chefs-d'oeuvre des années 1810 destinés aux grands concerts publics, pour finir par la dernière sonate en do mineur, opus 111, de 1822.
Le disque joint, enregistré par Charles Rosen, vient étayer son propos avec des passages significatifs de ces sonates et d'autres provenant d'oeuvres de Mozart, de Haydn et de Schubert (présentation de l'éditeur)
La musique de Beethoven' width=

Brisson, Élisabeth
Guide de la musique de Beethoven

"Situer chacune des œuvres d'un compositeur, en connaître les conditions d'écriture, de réception, de diffusion est une des préoccupations majeures de tout mélomane, qu'il soit instrumentiste amateur ou tout simplement auditeur attentif cherchant à être éclairé.
Et, par delà la connaissance des œuvres dans leur singularité, la prise en compte de chacune d'entre elles dans la succession de leur composition n'est-elle pas la voie royale pour accéder à une certaine intimité avec le compositeur – construire, en quelque sorte, pour soi-même, sa biographie créatrice ?
Elisabeth Brisson présente ici l'ensemble des œuvres composées par Beethoven, éclairant leur genèse et leur aboutissement par de multiples points de vue : située dans le contexte personnel (affectif, intellectuel, esthétique…) vécu par le créateur, chacune d'entre elles est présentée et commentée dans sa forme et son contenu ; la réception qui l'a accueillie du vivant de son auteur est ensuite évoquée par la recension de la presse et des témoignages contemporains ; une grande place est accordée également à la correspondance entretenue par Beethoven, qui permet de mesurer ses préoccupations quotidiennes. On voit ainsi comment sont menés de front, au jour le jour, l'écriture de monuments ou de petites pièces.

L'auteur, qui prend en compte les recherches les plus récentes, nous montre le compositeur sous des aspects fort divers : le musicien assignant à l'art la mission d'élever l'humanité vers le Beau et le Bien, l'être déchiré par des mouvements du cœur contrariés est
également un tacticien qui, confronté à une réalité sociale qu'aucun de ces prédécesseurs n'a connue, manœuvre habilement auprès des éditeurs, des mécènes, des institutions pouvant lui apporter leur appui.
Cet ouvrage nous donne à voir l'atelier où ont été conçus des chefs-d'œuvre qui, frappant de stupeur et d'admiration leurs premiers auditeurs, ont imprimé une marque décisive sur la musique de l'avenir.Historienne, Elisabeth Brisson est l'auteur du Sacre du musicien et d'un Ludwig van Beethoven (Fayard-Mirare, 2004)."(Mot de l'éditeur)


Ludwig Van Beethoven

Ludwig van Beethoven
Brigitte Massin, Jean Massin

Beethoven, " géant de la musique ", a suscité une abondance d'études et de commentaires. Brigitte et Jean Massin ont souhaité offrir, sous une forme aisément consultable, un outil de connaissance à ceux qui, comme eux amoureux passionnés de sa musique, désiraient en savoir davantage sur elle et sur l'homme qui l'avait écrite, afin de la comprendre et de l'aimer mieux encore. Cet ouvrage réunit une biographie critique rassemblant documents de première main et témoignages, et une étude de l'œuvre qui ne rebute pas l'amateur par un excès de termes techniques. Reliant les créations du musicien à la connaissance de sa vie et à celle de son époque, les auteurs ont réussi à éclairer l'individualité du génie de Beethoven, qui devient de plus en plus proche et fraternel à chaque lecteur.
(Mot de l'éditeur)
Cliquez sur l'image pour en savoir plus et acheter ce livre

Nouveau : Revue de l'association Beethoven France

Récemment recomposée, l'association Beethoven France (fondée en 1969) entre autres nombreuses activités, publie désormais une revue semestrielle. Réalisée par des musiciens, musicologues et des personnes passionnées par l'oeuvre de Beethoven, elle est le reflet de la grande richesse d'informations dont elle dispose et de la motivation de ses membres à partager activement leur passion pour Beethoven et sa musique.

Au travers de soixante pages très denses, on découvre Beethoven comme compositeur et comme homme . Dans ce numéro deux, dernier paru, par exemple un passionnant et important article de six pages sur l'énigme de l'immortelle bien-aimée (dont l'auteur nous dévoilera dans le prochain numéro son idée de l'identité de celle-ci). Un fort intéressant article de neuf pages, écrit par Trudelies Leonhardt, fortepianiste talentueuse, retrace l'évolution du piano de l'époque et présente le jeu de Beethoven décrit par lui-même et d'autres musiciens qui lui sont contemporains. L'art en général est aussi très présent dans la revue avec un article qui présente le contexte artistique du temps de Beethoven, et un article très pointu sur un monument (statue présentant Beethoven torse nu comme un dieu sur l'Olympe) créé par Max Klinger au début du 20ème siècle. Ceci pour ne citer que quelques uns des très nombreux articles de la revue ...à découvrir absolument pour mieux connaître ce compositeur.
Pour en savoir plus sur les nombreux articles de cette revue à laquelle vous pouvez vous abonner ou pour adhérer à l'association , cliquez sur l'image.
Beethoven

Beethoven
Maynard Solomon

biographie (broché)
Une biographie de référence, écrite par Maynard Solomon reconnu comme l'un des meilleurs spécialistes de la vie et de l'œuvre de Ludwig Van Beethoven auquel il a consacré quatre ouvrages et de nombreux articles.

Cliquez sur l'image pour en savoir plus sur ce livre et l'acheter !

Ludwig Van Beethoven
Bernard Rose

Lorsqu'il décède, Beethoven laisse derrière lui une lettre sous forme d'énigme. Un ami la recueille. Elle est destinée à " l'aimée immortelle ". Une enquête historique, avec, comme seul indice, une lettre à une inconnue. Bernard Rose utilise à merveille la technique du flash back pour nous faire revivre la vie amoureuse de Beethoven. Une adaptation rigoureuse, des décors fascinants, et bien sûr la musique du créateur de La Symphonie pastorale.
Interprétation magistrale de Gary Oldman dans le rôle du compositeur allemand.
Cliquez sur l'image pour vous procurer ce formidable DVD !

Autres sites internet sur Ludwig Van Beethoven

visitez les pages Beethoven Experience sur le site de la BBC, vous pouvez notamment voir une video sur le concerto pour piano n°4...cliquez ici (puis le lien watch again et programme 2 pour cette émission)

Site de l'association Beethoven en France

un site très complet sur Beethoven

Fichier pdf très complet(de 18 pages) sur Beethoven à télécharger depuis le site canadien "arts vivants"
...cliquez ici pour accéder à leur page d'accès au fichier pdf (page de synthèse sur Beethoven)

La maison de Beethoven à Bonn ... cliquez ici (site en Allemand et anglais)


Retrouvez une information
sur le site Piano bleu

 

 Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    

 

 





Pensez à regarder la "petite télévision" de pianobleu.com qui continue d'être régulièrement mise à jour avec une sélection de vidéos de pianistes et oeuvres avec du piano...cliquez ici

 

Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs... pour vous aider à ne pas vous perdre
Actualité quotidienne du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cartes de voeux
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête des pères
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts pianistes
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano

forum piano
livres biographies compositeurs et pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 Retour à l'accueil de pianobleu.com