Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Alexandre Scriabine

Autres noms et orthographes relevées : Skriabine Aleksandr Nikolaïevitch , Scriabin Alexander ...

1872 - 1915 (Russie)

Biographie résumée de Scriabine

Alexandre Scriabine est né le 6 janvier 1872 à Moscou. Son père était diplomate et sa mère pianiste. Celle-ci étant morte un an après sa naissance, il fut élevé par sa grand-mère. C'est sa tante qui lui fît découvrir le piano et la musique. Il eut un vrai professeur de piano à partir de 1883 alors qu'il était entré au "Corps de l'école militaire de Moscou". Il y bénéficiait d'un régime de faveur en raison de ses dons exceptionnels au piano : il pouvait jouer deux heures de piano par jour au lieu de faire les exercices militaires.
En 1888, il fut admis au conservatoire de Moscou et y étudia l'harmonie, le contrepoint, la composition et le piano. Il y resta quatre années et y obtint une médaille en piano, mais aucune récompense en composition. Dès 1892 Piotr Jürgenson (éditeur) publia ses cinq premiers opus, sa première sonate parut en 1893. Souffrant d'une paralysie de la main droite et déprimé, il douta de son avenir de musicien et commença à mener une vie dissolue tout en suivant divers traitements curatifs. En 1895, ayant remporté un fort succès à St Petersbourg et Moscou, il fit une tournée en Europe (dont Paris en 1896). En 1897, il épousa la pianiste Vera Ivanovna Issakovitch (dont il eut plusieurs enfants et qu'il quitta en 1905 pour s'installer avec Tatiana de Schloezer). En 1897 également, il écrivit son premier concerto pour piano. De 1898 à 1902 il enseigna le piano au conservatoire de Moscou, parallèlement à la composition de nombreuses pièces pour piano, mais aussi de symphonies (à noter qu'en 1900 il fut nommé inspecteur de la musique à l'institut Sainte-Catherine de Moscou et dans un autre domaine -mais qui a son importance sur son écriture musicale - il devint également membre de la Société de philosophie de Moscou).Il démissionna du conservatoire en 1902.
En 1904, Scriabine quitta la Russie pour séjourner plusieurs années à l'étranger : en Suisse, puis à Paris (1905), en Italie (1906) aux États-Unis (1906), à nouveau en Suisse (1907) et en Belgique (1908-1909). De plus en plus intéressé par la philosophie, et en perpétuelle recherche d'un sens à la vie en général, il découvrit la théosophie (Scriabine croyait à la réincarnation) et chercha à donner une dimension spirituelle et métaphysique à son oeuvre. En 1907, il termina, dans des conditions de vie de plus en plus difficiles, le Poème de l'Extase (qui reçut un accueil chaleureux à Moscou et St Petersbourg en 1909, contrairement à New York en 1908) et composa sa 5e Sonate op. 53.
A partir de 1909, il écrivit son oeuvre la plus novatrice : Prométhée ou le Poème du feu, avec une importante partie de piano. Cette oeuvre est originale par son idée de parallélisme des sons et des couleurs . Alexandre Scriabine voulait un clavier à lumière destiné à projeter des couleurs changeantes selon la gamme du spectre, mais il ne put mener à bout ce projet. A partir de 1910, il vécut à nouveau à Moscou et ne quitta que rarement sa patrie pour de brèves tournées. Ses pièces connaissaient alors un grand succès. En 1911, nait sa fille Marina. Après une série de concerts donnés à Londres (1913-1914) et un dernier concert à Petrograd, Alexandre Scriabine est mort brutalement le 27 avril 1915 d'une septicémie provoquée par une piqûre de mouche charbonneuse à la lèvre. Il avait alors le projet de créer un " Mystère " qu'il ne réalisa jamais, et que sa fille, Marina, décrit ainsi : " Une oeuvre d'art total où s'entrelaceraient, dans une trame serrée, contrapuntique, musique, paroles, lumières, gestes, parfums, et même goûts et contacts".

A retenir de l'œuvre de Scriabine ...

La production pianistique de Alexandre Scriabine est relativement importante , marquée par l'influence de ses voyages et rencontres artisitiques. On dénombre ainsi : plus de 80 préludes, plus de 20 études ("s'attaquant" souvent à la main gauche) et 20 mazurkas, 10 sonates, 9 impromptus, 5 valses, et pour reprendre ses termes : une trentaine de "poèmes" et 21 "morceaux" et quelques autres pièces...
Les musicologues distinguent trois périodes de création :

Sa "première période", qui s'arrête en 1903 : ses oeuvres sont essentiellement composées pour le piano et marquées par l'influence de Chopin, Liszt et Wagner. La petite forme y prédomine (mazurkas, études, préludes), mais ses premières sonates montrent déjà une tendance à s'éloigner des oeuvres traditionnelles.
Deuxième période (considérée comme "transitoire") : 1904-1908 ses oeuvres prennent de plus en plus des titres symbolistes , c'est à partir de cette période qu'il compose ce qu'il a nommé des "poèmes".
Troisième période 1911-15 : A partir de 1911 avec la Sonate n°6 et Prométhée, il évolue vers un courant moderniste. Sur les plans harmonique et rythmique, l'œuvre de Scriabine contient des éléments innovants. Il compose ses sonates pour piano sans indication de tonalité : n°6 op 62, n°7 op 64 (Messe blanche), n°8 op 66, n°9 op 68 (Messe noire), n°10 op 70: toute armure a disparu, il a fait éclater le cadre formel de la sonate pour se tourner vers une construction continue en un mouvement.

Écouter... Discographie

A la veille de 2015, et comme chaque année, pianobleu.com vous propose dans une page spéciale une nouvelle carte de voeux animée et musicale afin de partager vos espoirs pour l'année nouvelle, au son de votre instrument favori : le piano ! Cette année cette carte comporte en illustration musicale une oeuvre d'un compositeur russe, Alexandre Scriabine, qui reste peu connu en France mais dont le centenaire de sa disparition, qui aura lieu cette année 2015, sera l'occasion de (re)découvrir son oeuvre. Ainsi vous pourrez écouter dans cette carte une Mazurka interprétée par le pianiste François Chaplin , issu d'un enregistrement qui est aussi bien sûr le nouveau "Disque du moment" pour aborder cette nouvelle année. En illustration visuelle de cette carte, avec un texte animé, un tableau, que vous pouvez voir ci-dessus, d'un peintre également russe , contemporain de Scriabine, Vassily Kandinsky (1866-1944), d'une sensibilité proche de ce compositeur mais dans son propre domaine....cliquez ici pour en savoir plus
Un excellent guide d'écoute... et plus que cela !
A l'occasion de ce bicentenaire, La collection "Classica" des Editions Actes Sud, rend hommage au compositeur avec cette nouvelle monographie écrite par Jean-Yves Clément, auteur de remarquables livres sur Chopin et essai sur Liszt , déjà présentés, et qui a bien voulu de nouveau répondre à des questions au sujet de ce livre incontournable ! Un livre sous-titré " L'ivresse des sphères", qui nous transporte dans l'univers insolite de ce compositeur qui a fait de l'art : "une sorte de religion et d'initiation magique appelés à transformer la vie. " ...
cliquez ici pour lire la suite dont l'entretien avec l'auteur

coffret de 18 disques
Scriabine à découvrir : cliquez sur son image mais avant consultez la sélection ci-dessous :

Scriabine
Intégrale des Sonates
Varduhi Yeritsyan, piano

La pianiste Varduhi Yeritsyan, que l'on avait pu découvrir en 2012 à l'occasion de la sortie d'un disque d'oeuvres de Prokofiev, a profité de ces trois années pour réaliser deux projets qui lui étaient, explique-t-elle à l'occasion d'un nouvel entretien à lire ci-dessous, "d'une nécessité intime très forte". Et si la pianiste est née le jour de la fête du travail en Arménie, ces deux albums laissent deviner un important travail puisqu'il s'agit d'un double disque réunissant les dix sonates d'un autre compositeur russe : Scriabine, un compositeur dont le langage musical a suivi une évolution longue et constante, et un disque de musique de chambre arménien, musique de synthèse, comme la langue nationale, entre des sources opposées, entre est et ouest, entre populaire et savante.
Les dix sonates de Scriabine ont été écrites à une époque où cette forme pianistique connaissait une certaine désaffection des compositeurs depuis la monumentale sonate de Liszt et celles de Brahms, entre 1893 et 1913. Scriabine renouvelle cette forme puisque ses sonates évoluent d'un cycle en quatre mouvements vers le poème écrit d'un seul tenant mais avec plusieurs épisodes internes et des idées multiples.
Varduhi Yeritsyan a choisi de ne pas les enregistrer dans un ordre chronologique et plonge immédiatement l'auditeur dans l'univers particulier de sa dernière période de composition....cliquez ici pour lire la suite , écouter des extraits et voir deux vidéos

SCRIABIN / ZABOROV

DIALOGUE

oeuvres de
Alexandre Scriabine (1872-1915)
Kirill Zaborov ( né en 1970)

A découvrir ce nouveau disque, premier enregistrement de la pianiste Laurence Oldak, originaire de Toulouse, qui a un parcours de concertiste déjà bien rempli et enseigne au Conservatoire d'Asnières, après avoir notamment été dans la classe de Dominique Merlet et de Jacques Rouvier, pendant six ans, au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, et avoir suivi nombreuses masterclasses auprès de célèbres pianistes pédagogues russes.
[...]

Si ce disque sort en cette année, qui correspond au centenaire de la disparition de Scriabine, c'est aussi parce qu'il résulte de la rencontre entre la pianiste et le compositeur d'origine russe Kirill Zaborov, qui vit à Paris, et dont les compositions s'harmonisent parfaitement avec celles de Scriabine. Un compositeur à découvrir aussi bien sûr, d'autant plus que le piano est le principale instrument pour lequel il compose....cliquez ici pour lire l'article complet dont un entretien avec la pianiste, écouter un extrait et voir une vidéo

Alexandre Scriabine (1872-1915)
Oeuvres mystiques pour le piano

Quatre pièces op.51
Trois pièces op.52
Deux pièces op.57
Deux poèmes op.63
Sonate n°9 Messe noire
Poèmes op.69 et 71
Cinq préludes op.74
Vers la flamme op.72
Deux danses op.73
Tombeau de Scriabine de Manfred Kelkel

Jean-Pierre Armengaud, piano

Il est désormais inutile de présenter le pianiste Jean-Pierre Armengaud, que vous avez pu découvrir à plusieurs reprises sur ce site internet à l'occasion de la parution de plusieurs disques de musique française, une musique qui a sa préférence avec la musique russe, puisque qu'il a étudié au très renommé conservatoire Tchaïkovski de Moscou. Et à l'occasion du 100e anniversaire de la mort du compositeur russe Alexandre Scriabine, le label Bayard Musique réédite son magnifique enregistrement des “Œuvres mystiques pour piano” . Un disque qui annonce le retour de Jean-Pierre Armengaud à la musique russe, ainsi celui-ci confie dans un nouvel entretien, à lire ci-dessous, combien il tient à cet enregistrement qui comporte juste trois nouvelles prises. Le pianiste a multiples projets et déclare avec sagesse : "Je pense qu'il ne faut pas brader tout ce qu'on a fait dans la passé, mais qu'il faut aussi aller de l'avant "...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

Alexandre Scriabine (1872 – 1915)
Intégrale des Mazurkas
Etudes No. 11 & 12

François Chaplin, piano

A l'occasion du centenaire de la disparition d'Alexandre Scriabine le label Evidence classics a l'excellente idée de ré-éditer l'intégrale de ses Mazurkas interprétée par François Chaplin , qui les avait découvertes lors d'un voyage en Russie et partager dans un enregistrement paru en 1999. Un enregistrement qui a obtenu alors nombreux éloges de la presse dont un Diapason d'or. Ces oeuvres sont toujours peu souvent jouées en France, comme la plupart des compositions de Scriabine, ainsi le pianiste qui a bien voulu répondre à quelques questions à l'occasion de cette parution explique dans l'entretien à lire ci-dessous : "C’est un univers mystérieux  fait d’harmonies audacieuses qu’il faut apprivoiser .. il faut se plonger dans les secrets de sa musique .. en quelque sorte, c’est une peu une religion ! "...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

Frédéric Chopin (1810-1849)
24 préludes op.28
Prélude en la bémol majeur op. posthume
Prélude en do dièse mineur op.45
Alexandre Scriabine (1871-1915)
Sonate n°2 en sol dièse mineur " sonate -fantaisie"
Beatrice Rana, piano

La pianiste italienne Beatrice Rana est la plus jeune lauréate du prestigieux Concours Musical International de Montréal dont elle a remporté en 2011, à l'âge de 18 ans seulement, le Premier Prix ainsi que tous les prix spéciaux...ce qui confie-t-elle à l'occasion d'un petit entretien exclusif en anglais (voir ci-dessous sa traduction) a été pour elle un "grand choc" qui a changé sa vie. Effectivement on peut constater que depuis la jeune fille timide que l'on pouvait voir déclarer dans sa vidéo de présentation à ce concours en 2012 qu'elle attendrait la fin du monde mais en espérant que la prédilection maya soit fausse et en profitant de la musique... a grandement mûri, éblouissant le jury du concours et la presse canadienne lors des épreuves puis depuis grâce à ce prix qui lui a permis aussi de donner nombreux concerts qui lui ont aussi valu nombreux éloges, dont certains en France. De même avec ce disque qui parait sous le label canadien Atma, l'une des autres récompenses de ce concours qui nous permet de découvrir la sensibilité de cette pianiste qui a bien l'intention de nous faire partager sa passion pour la musique encore de longues années : son agenda de concerts de 2013 est déjà bien rempli alors qu'elle continuera en parallèle de se perfectionner à la Hochschuhle de Hanovre !
Beatrice Rana a choisi d'enregistrer les Préludes de Chopin et la 2e Sonate de Scriabine, regroupement original mais qui s'explique par le fait que Scriabine est un compositeur dont les premières oeuvres découlent directement de celles de Chopin...cliquez ici pour lire la suite dont un entretien avec Beatrice Rana et écouter un extrait

Alexandre Scriabine(1872-1915)

Sonate n°3 en fa dièse mineur, op. 23 (1897)
Etudes op. 42
n° 4 en fa dièse majeur (1903)
n° 5 en ut dièse mineur (1903)
Sonate n°5 en fa dièse majeur op.53(1907)
Etudes op. 8
n° 11 en si bémol mineur (1894)
n° 12 en ré dièse mineur (1895)
Sonate n°10 op. 70 (1913)
Etudes, op. 65
n° 2 (1912)
n° 3 (1912)
Vers la flamme, op. 72 (1914)

Jonathan Benichou

Le pianiste Jonathan Benichou qui a suivi des études de piano auprès de grands pédagogues russes et dont la mère à des origines ukrainiennes a choisi un programme du compositeur russe Scriabine pour son premier disque, mais ses réponses aux questions qui lui ont été posées par pianobleu.com à l'occasion de la sortie de ce disque montrent que son choix repose sur nombreux autres critères que celui de la nationalité. Ce compositeur se distingue d'ailleurs de ses contemporains de même nationalité : Rachmaninov, Medtner et Prokofiev, par son univers sonore original fruit à la fois de sa pensée musicale et de sa pensée ésotérique indissociables. Le musicologue Boris de Schloezer a distingué trois périodes dans l'évolution de cet univers : la première jusqu'en 1902 regroupe les oeuvres dites "de jeunesse" (op.1 à op.29), dans l'héritage de Chopin et Liszt, la deuxième(de 1903 à 1910) regroupe les op.30 à 59, d'inspiration plus wagnérienne où se marque désormais l'intérêt de Scriabine pour une oeuvre inspirée par des idées littéraires voire philosophiques,enfin lors de la troisième période Scriabine découvrit la théosophie et chercha à donner une dimension spirituelle et métaphysique à son œuvre, se passionnant pour la théorie des correspondances universelles "Tout est dans tout" et plus particulièrement des rapports entre couleurs et sons. Les préoccupations mystico-philosophiques de Scriabine étaient donc bien éloignées de celles de ses confrères. Jonathan Benichou qui a choisi de faire découvrir cet univers original dans un ordre quasi chronologique en offre une interprétation sensible conduisant en fait à faire perdre à son auditeur toute notion de temps....cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait

Andrei Korobeinikov
Scriabine

Sonate n° 4 opus 30
Deux Poèmes opus 32
Sonate n° 5 opus 53
Deux Poèmes opus 69
Sonate n° 8 opus 66
Deux Poèmes opus 71
Sonate n° 9 opus 68
Poème "Vers la flamme" opus 72
Certes l'histoire ne dit pas que Scriabine construisit la plupart de ses sonates en un seul mouvement pour... éviter aux auditeurs mal informés d'applaudir à tort entre les mouvements, mais il est évident à l'écoute de ce programme naviguant entre quête mystique et poésie que de tels agissements viendraient perturber celle-ci, et qui plus est même si le jeune pianiste Andrei Korobeinikov offre ici un programme de toute splendeur c'est à la fin, et seulement à la fin, de l'ensemble de la totalité des pièces de son disque qu'il faudrait l'applaudir pour laisser chaque auditeur profiter pleinement de l'univers dans lequel il nous transporte avec autant de réussite et dont on a aucunement envie de sortir sinon contraint par la force de "Vers la flamme"...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

ROMAIN DAVID, PIANO

FREDERIC CHOPIN
Sonate n°2 en sib mineur op.35
Fantaisie en fa mineur op.49
ALEXANDRE SCRIABINE
Sonate n°4 en fa# Majeur op.30
Deux Poèmes op.63
Deux Poèmes op.69
Deux Poèmes op.71
Vers la flamme, Poème op.72
Sans aucun doute le mot Poèmes souvent répété dans l'énoncé de la liste des pièces de Scriabine que le pianiste Romain David a choisi d'interpréter pour son premier disque en récital seul, pourrait tout autant s'appliquer pour la première partie de son programme, car c'est une interprétation qui exalte à son extrême tout autant la poésie des œuvres de Chopin qu'il offre ici. Il suffit d'écouter, avec l'aimable autorisation du label Loreley, le son admirablement pur et mat, son jeu merveilleusement inspiré dans le trio central de la célèbre "Marche funèbre" (troisième mouvement de la sonate n°2) pour en être convaincu(e)(voir et entendre plus bas, le trio débute peu après la deuxième minute mais écouter le mouvement entier bien sûr ! L'idéal sera même d'entendre la sonate entière car elle regorge d'autres moments fort poétiques)... De ce trio central, Wilhem von Lenz, un élève de Chopin a dit : " Rien n'est plus facile que de faire de ce trio la chose la plus commune, rien n'est plus difficile que d'en élever le charme mélodique à la hauteur de l'affliction qui pèse sur tout le poème de la Marche funèbre[...] Le trio est une pierre de touche à laquelle on reconnaît si l'exécutant est poète ou s'il n'est que pianiste"et pour ce qui concerne Romain David le qualificatif de poète s'ajoute assurément à celui de pianiste, un pianiste pour qui poésie n'est pas synonyme de lenteur car son jeu a aussi une vivacité agréablement surprenante....cliquez ici pour lire la suite et en écouter un extrait

Pascal Amoyel joue Scriabine
Intégrale des Poèmes et autres morceaux

En se reportant à la petite biographie de Scriabine sur le site piano bleu, les deux extrémités de la vie d' Alexandre Scriabine expliquent à eux seuls une bonne part de l'oeuvre de ce compositeur : il est né le 6 janvier 1872 à Moscou, son père était diplomate et sa mère pianiste. Celle-ci étant morte un an après sa naissance, il fut élevé par sa grand-mère. C'est sa tante qui lui fît découvrir le piano et la musique. [...]Alexandre Scriabine est mort brutalement le 27 avril 1915 (d'une septicémie provoquée par une piqûre de mouche charbonneuse à la lèvre). Il avait alors le projet de créer un " Mystère " qu'il ne réalisa jamais, et que sa fille, Marina, décrit ainsi : " Une oeuvre d'art total où s'entrelaceraient, dans une trame serrée, contrapuntique, musique, paroles, lumières, gestes, parfums, et même goûts et contacts".
Sans doute faut-il écouter ce nouvel album enregistré par Pascal Amoyel, en ayant ces éléments en tête, car assurément l'oeuvre pour piano de Scriabine, n'est pas a priori très accessible et tient déjà du mystère...On ne perdra pas de vue non plus que "Intéressé par la philosophie, et en perpétuelle recherche d'un sens à la vie en général, il découvrit la théosophie (Scriabine croyait à la réincarnation) et chercha à donner une dimension spirituelle et métaphysique à son oeuvre." . Compositeur pour le moins tourmenté... et qu'il faut rapprocher de Schumann tant dans l'esprit que dans l'oeuvre....cliquez ici pour lire la suite

Alexandre Scriabine
Études, opus 2 et opus 8
Préludes, opus 2, 9, 11, 13, 15, 16, 17, 22 et opus 27

Racha Arodaky

Tous les opus interprétés dans cet album appartiennent à ce que l'on peut considérer comme la «première période» de Scriabine (1872-1915), composés avant qu'il ne démissionne de sa fonction de professeur de piano au Conservatoire de Moscou, avant qu'il ne quitte la Russie pour l'Europe et les USA, et avant également qu'il s'intéresse profondément à la philosophie; celle-ci influencera très fortement ses compositions à partir de 1904. Ses œuvres étaient alors essentiellement composées pour le piano et marquées par l'influence de Chopin, Liszt et Wagner.
Lorsqu'il composa son cycle les 24 préludes opus 11, son premier cycle de préludes (écrit entre 1888 et 1896), Scriabine visait à entrer dans l'histoire du piano, et c'est effectivement l'une des oeuvres les plus jouées qu'il ait composée. S'il est vrai que celui-ci est construit selon les mêmes critères de tonalité choisis par Chopin pour ses propres préludes de l'opus 28, le romantisme et l'affectivité propre de Scriabine s'y expriment dans un véritable programme dramaturgique. Sans doute aussi parce que Scriabine a souffert à cette époque d'une paralysie de la main droite, appelée par certains «la crampe de l'écrivain», l'importance de la main gauche dans nombreux préludes s'expliquent, elle en fait aussi l'originalité, par exemple les vastes arpèges réalisés par cette main dès le premier prélude sont fort impressionnants et demande une grande technique ! De la fraîcheur lyrique à la gravité intériorisée, ces préludes nécessitent également de son interprète une grande sensibilité. La pianiste Racha Arodaky traduit merveilleusement la variété poétique de ce recueil, comme des autres cycles de préludes, avec toutes ces qualités.
cliquez ici pour vous procurer ce disque

Alexandre Scriabine
Intégrale des sonates pour piano
Geoffroy Couteau
Frédéric D'Oria Nicolas
Lorène de Ratuld
Emmanuelle Swiercz
Stéphanos Thomopoulos

Ce disque financé par le mécénat de la Société Générale n'est pas commercialisé. Réalisé avec le Conservatoire national supérieur de musique et danse de Paris, ce vaste projet d'une intégrale collective des sonates pour piano de Scriabine(1872-1915) a permis aux cinq jeunes pianistes cités plus haut , mais aussi des étudiants de la classe de formation aux métiers du son, de vivre pleinement toutes les étapes de réalisation d'un disque.
Le programme traverse l'ensemble de la période de composition de Scriabine, aux dix sonates numérotées, s'ajoute la Fantaisie en si mineur composée entre les deuxième et troisième sonates, ainsi qu'une Sonate en mi bémol mineur, oeuvre dite "de jeunesse" précédent la première sonate, composée alors que Scriabine n'avait que 17 ans....
Découvrez le second mouvement de celle-ci(Andantino)enregistré par Emmanuelle Swiercz
utilisez le lecteur ci-dessous, cliquez sur le triangle


Alexandre Scriabine
Sonates N°3 et N°5 - Préludes - Etudes
Horowitz plays Scriabine

Horowitz est un des interprètes de "référence" de Alexandre Scriabine .

En savoir plus sur Alexandre Scriabine

Un petit rappel ...

Alexandre Scriabine

Jean-Yves Clément

Cela n'a pas du vous échapper si vous visitez régulièrement ce site internet, en 2015 le monde musical est marqué par centenaire de la mort du compositeur russe Alexandre Scriabine. La collection "Classica" des Editions Actes Sud, rend hommage au compositeur avec cette nouvelle monographie écrite par Jean-Yves Clément, auteur de remarquables livres sur Chopin et essai sur Liszt , déjà présentés, et qui a bien voulu de nouveau répondre à des questions au sujet de ce livre incontournable ! Un livre sous-titré " L'ivresse des sphères", qui nous transporte dans l'univers insolite de ce compositeur qui a fait de l'art : "une sorte de religion et d'initiation magique appelés à transformer la vie. " ... cliquez ici pour lire la suite dont l'entretien avec l'auteur

Alexandre Scriabine
Manfred Kelkel

Ce livre présente la vie et œuvre de Alexandre Scriabine.
Vingt ans après avoir publié une thèse sur Scriabine , Manfred Kelkel, mort en 1999, livre l'aboutissement de toute une vie de recherches consacrées au compositeur russe.

Notes et réflexions
Alexandre Scriabine

Ces notes rédigées au jour le jour par Scriabine retracent l'évolution de sa pensée depuis l'âge de 16 ans jusqu'au dernier jour de sa vie.

Autres sites Internet

Fondation Scriabine à Moscou ...cliquez ici
Société Scriabine (USA) ... cliquez ici ou pour une traduction "automatique" de cette page cliquez ici
Plusieurs pages très documentées sur un site français ... cliquez ici
autres biographie (publiée par l'IRCAM) ... cliquez ici
Conservatoire russe Alexandre Scriabine à Paris... cliquez ici

 



 
Retrouvez une information sur
le site Piano bleu
 

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    

et
à partager !



 



Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs...
Actualité quotidienne du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cartes de voeux
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête des pères
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts pianistes
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano

forum piano
livres biographies compositeurs et pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

Piano bleu : le site des amateurs de piano