<
Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Alexandre Saada

Merci à Alexandre Saada  d'avoir répondu aux questions de Piano bleu pour la réalisation de cette page.

Biographie commentée

Alexandre Saada est né le 15 août 1977 à Avignon. Il découvre la musique à deux ans à l'écoute de John Coltrane et Sergeï Rachmaninov... "Bien qu'il n'y ait pas de musiciens dans ma famille, mes parents étaient assez mélomanes. Ils passaient des 33 tours de Stan Getz, "Ballads" de John Coltrane, les 2e et 3e concerti pour piano de Rachmaninov… tous les dimanches matins. J'ai tellement entendu ces disques qu'ils me sont aussi familiers que la voix ou les odeurs que l'on garde de ses proches dès l'enfance. Je me rends compte aujourd'hui à quel point la musique dont on s'imprègne tout jeune façonne bien sûr nos goûts et notre esthétique mais surtout notre façon même de jouer. J'ai ce souvenir clair d'écouter attentivement, de vouloir décortiquer, comprendre, reproduire. J'étais fasciné que l'on puisse "jouer de la beauté". J'aimais les textures, les harmonies, les timbres. L'histoire de "2 ans" c'est parce que sur un vieil enregistrement que mon père faisait de mon frère et moi à l'aide d'un Revox, j'étais, un peu avant 2 ans, obsédé par l'idée d'écouter de la musique, je ne parlais que de ça. Je n'en ai pas de souvenirs clairs mais une sensation, une envie d'entendre."
Il commence le piano à quatre ans et demi..."Mes premiers cours de piano étaient avec une dame que j'aimais beaucoup. Elégante, très à l'écoute. Elle avait inventé un jeu que j'adorais. J'avais à disposition des cartes sur lesquelles étaient dessinées des noires, des blanches, des croches ainsi que les différents soupirs. Puis elle jouait et je devais disposer les cartes dans l'ordre. Je jouais au piano des 4 mains avec elle, des choses très simples bien sûr mais je me souviens qu'il fallait que je sois attentif à ce qu'elle faisait pour réagir en conséquence."
Alexandre Saadal intègre le conservatoire d'Avignon à six ans et y étudie le classique pendant une dizaine d'année. Il en sort en obtenant brillamment son Diplôme de Fin d'Etudes.."Je suis rentré à l'annexe du Conservatoire d'Avignon (ils envoyaient des profs dans le village voisin dans lequel je vivais). J'ai bien sûr énormément de souvenirs et de sensations de cet endroit dans lequel j'ai passé environ 8 ans. Mais je me souviens en particulier d'avoir souvent envie de jouer par coeur en modifiant certaines notes, ou m'attarder sur un accord que je trouvais beau. Ma prof, madame Fajeau m'engueulait en me disant que c'était Mozart, ou Bach… pas Saada. J'ai le souvenir d'avoir été très sensible à Bach puis à Chopin et Debussy mais j'avais beaucoup de mal avec Bartok (que j'adore aujourd'hui)." Pendant sa période au conservatoire son seul rapport au jazz pendant cette période a été dit-il ..." La musique de Debussy et un ragtime de je ne sais plus qui ! "
Malgré un début de parcours classique, Alexandre Saada va vite devenir un pianiste atypique. A la sortie du conservatoire, il intègre un groupe de rock en tant qu'organiste. Son envie précoce d'improvisation commence à s'épanouir..."C'était en fait un groupe de reprises des Doors. J'ai intégré ce groupe vers l'âge de 14 ans. L'orgue car c'était l'instrument de Ray Manzareck dans ce groupe. Le son des Doors en dépendait… On a fait des concerts de province bien sûr. Mais je me souviens d'une fête de la musique devant entre 300 et 400 personnes. Je découvrais à ce moment les "concerts", le "public"… ces sensations. C'est surtout là que j'ai commencé à faire des solos et à vraiment improviser."
Dès l'âge de 15 ans , une expérience originale, et pas des moindres, va déterminer son souhait de devenir pianiste : " J'ai participé à un spectacle autour de Starmania, avec une équipe de 40 personnes et un travail étalé sur un an. Cette expérience était assez claire pour moi. C'est ce que serait ma vie. Après le bac, je me suis consacré à faire en sorte que ce soit ma vie. Je suis passé vers 26 ans à la Sorbonne pour faire un an de musicologie, ce sont mes seules études supérieures."
En 1995, Alexandre Saada intègre l'Institut Musical de Formation Professionnelle (Salons de Provence) directement en 2ème cycle. Il y suit des stages avec Michel Petrucciani, Daniel Goyone et Pierre Camas….. "J'ai surtout un souvenir très marquant de Michel Petrucciani qui me revient souvent à l'esprit : "L'important dans une improvisation c'est de bien commencer et de bien finir, et de s'arrêter avant de se mettre à tourner en rond". J'aimais son énergie et la clarté de ses idées. Daniel Goyone m'a plutôt ouvert la voie d'autres harmonies possibles, essayer des choses même à priori incohérentes, tester."
Toujours en quête d'apprentissage, Alexandre Saada fait de courts séjours à New York puis à Cuba pour se confronter à la réalité du terrain. Il joue lors de nombreuses jam-sessions au Cleopatra's Needle avec Eric Lewis, au Smoke, à la Havane, à Trinidad... "J'ai des souvenirs de jam sessions à NY, au Cleopatra's Needle avec Eric Lewis notamment ou au Smoke. Le niveau musical était très loin de celui que je connaissais en France. Mais paradoxalement, ce niveau et cette énergie n'étaient pas effrayants mais extrêmement stimulants. C'est ce qu'on dit souvent de ce pays et de cette ville mais c'est vrai qu'on a la sensation à New York que chacun a sa chance. A Cuba, il m'est arrivé de faire le boeuf dans des bars de la Havane. Un jour à Trinidad, sous une pluie torrentielle, je m'abrite dans un bâtiment d'où venait de la musique. Je me suis retrouvé à jouer avec un autre pianiste et un groupe d'enfants qui devaient avoir 6 ans de moyenne et déjà un sens du rythme incroyable. Je suis resté longtemps à jouer avec eux et à échanger avec cet autre pianiste tout ce qu'un européen et un cubain ont envie de partager."
De retour en France, Alexandre Saada s'installe à Paris et commence à composer pour quintet. A 20 ans, il auto-produit deux disques vendus sous le manteaux.... "Le premier Cd( de cinq titres) a été suivi d'un second deux ans plus tard : tous deux pour quintet, la musique était du jazz. Le premier "Let's find peace" a été enregistré avec Christophe Dal Sasso, Jean-Christophe Beney, Michel Zenino (rencontré à l'IMFP) et Bruno Ziarelli. J'avais écris ces morceaux en rentrant de NY et avait envie de me lancer pour proposer mon travail aux clubs parisiens. Ca a marché, j'ai alors monté une équipe pour les concerts avec les musiciens que je connaissais à Avignon, David Eléouet, Rémy Bioulès, Pierre Fayolle et Olivier Migniot. Nous avens enregistré un deuxième disque "a new world"."
Son quintet est rapidement programmé dans les clubs de jazz parisiens (Sunset, Café Universel, Duc des Lombards, Petit Journal, Virgin Megastore, Théâtre du Rond Point…) et se produit au Festival de Montreux (Suisse). A cette période, il suit l'enseignement de Serge Forté..." Le peu que je sais sur le jazz, ses harmonies, ses mécanismes, je le dois à Serge. Il a été un ami et un excellent professeur pour moi."
Son troisième album (le premier à être commercialisé) va rencontrer un vif succès. Accompagné du batteur David Eléouet et du contrebassiste canadien Chris Jennings, l'album "…éveil" est Disque d'Emoi Jazz Magazine et emmène le trio au New Morning puis à travers la France. On y retrouve les compositions des trois musiciens ainsi que quelques standards. La musique d'"…éveil" traverse alors le monde, transportée par les "accoudoirs" des vols Air France. " ... "...éveil" est en fait mon premier "vrai" disque. Nous jouions en trio de puis un certain temps avec David et Chris. David et moi nous sommes rencontrés en 1991 je crois dans ce projet autour de Starmania dont je parlais plus haut. Nous sommes tout de suite devenus amis et avons joué ensemble pendant environ 12 ans. Nous sommes allé voir un soir Peter Erskine au Sunside. Derrière nous, un canadien disait venir d'arriver en France, être contrebassiste et chercher un trio. Nous cherchions un contrebassiste. Ca devait être en 2001. Chacun a apporté des compositions et des idées de standards dans ce trio. Ce disque s'est fait très spontanément en une journée au studio Alladin (en 2003). La version de Good Bye Pork Pie Hat n'était même pas prévu, nous avions envie de la jouer en fin de sessions et la prise était enregistrée. J'aime l'idée qu'un disque peut-être très travaillé mais n'est aussi que l'empreinte d'un moment qui nous échappera quoi que l'on puisse prévoir (finalement comme tant de disque de jazz)."
Lors des Festivals de Calvi et de Pinarello Alexandre Saada rencontre Sophie Alour et monte un nouveau quintet avec la saxophoniste, Chris Jennings et intègre le batteur David Grébil et le trompettiste Yoann Loustalot. Sur ce nouvel album "Be where you are", salué par un Disque d'Emoi Jazz Magazine, le pianiste signe toutes les compositions ainsi qu'un arrangement de la "Pavane pour une infante défunte" de Maurice Ravel...." Je suis revenu au quintet pour ce disque. Le quintet me permettait de faire jouer des mélodies à deux voix. Ce disque ne comporte que des compositions personnelles et une reprise de la "Pavane pour une Infante Défunte" de Ravel que j'ai arrangé pour l'occasion.
J'ai effectivement rencontré Sophie Alour au Festival de Calvi en 2004. Nous nous sommes retrouvés au Festival de Pinarello quelques mois plus tard et j'ai fait cette fois la connaissance de David Grébil et Yoann Loustalot. Je continuais à jouer avec Chris Jennings à cette époque. C'est comme ça que le quintet s'est monté. Nous avons fait une semaine à "La Fontaine" pour la sortie du disque
."
Alexandre Saada fonde alors le "Pop Life Projet", un hommage à Nick Drake, Joni Mitchell, Paul Simon… avec Sophie Alour, le bassiste poète et chanteur Jean-Daniel Botta et le batteur Donald Kontomanou. Une série de concerts sont consacrés à ce projet. Ce sont les prémices d'un autre album..."Après l'épisode Be where you are, j'ai commencé à jouer avec Jean-Daniel Botta dans plusieurs groupes. Louisa Bey, Léonore Boulanger et Electricdiva. Nous écoutions beaucoup de pop, de musique du monde. J'ai eu envie de jouer toute cette musique pop qui avait également bercé mon adolescence : Nick Drake,
Paul Simon, Joni Mitchell, Jeff Buckley… mais je n'avais pas encore écrit dans ce style. Les reprises se sont alors imposées. Il y avait aussi ce coté pop que Sophie Alour dégageait dans ses solos et qui me parlait beaucoup. (Les thèmes de Be where you are, sous leurs airs de morceaux de jazz avait quelque part un côté chanson qui me plaisait). Donald Kontomanou nous a rejoint pour ce projet que nous avons peu joué mais qui était vraiment un terrain de jeu et d'expérimentations fabuleux. Je ne suis pas le premier à aimer improviser sur cette musique évidemment, Bill Evans jouait Paul Simon, Oscar Peterson jouait Legrand, Brad Meldhau, Esbjorn Svenson bien sûr… La pop fait partie de notre culture profonde
."
En 2007, le saxophoniste Rick Margitza appelle Alexandre Saada quinze minutes avant de jouer pour remplacer son pianiste qui vient de s'enfoncer un pied de charleston dans la cuisse… Ce sera sa première collaboration avec le batteur Laurent Robin avec qui il décide de monter son nouveau projet "Panic Circus". Alexandre Saada laisse s'exprimer la pop qui est en lui. Il signe un nouvel album de compositions "Panic Circus", et y écrit deux chansons.... "Panic Circus est venu assez naturellement d'une envie de jouer mes propres chansons de pop, une envie d'écrire du rock, des chansons simples, du pur plaisir.
J'ai rencontré Laurent Robin lors d'un remplacement à La Fontaine avec Rick Margitza, et grâce à Be where you are, j'avais décroché une tournée en Amérique Centrale. Tout cela a été le déclencheur de ce nouveau projet.
"
Depuis 2005, Alexandre Saada co-crée et joue dans la pièce "Novecento - Un monologo" aux côtés de Brice Notin. Cette pièce est jouée de nombreuses fois en France et en Europe et connait entre autres un grand succès lors du Festival d'Avignon..."Nous avons commencé à jouer Novecento en 2004 et depuis, cette histoire nous accompagne. Nous continuons de la jouer ponctuellement (encore en janvier 2011). Nous avons dû la jouer près de 140 fois dont lors de deux festivals d'Avignon, puis en Suisse, dans de nombreux théâtres en France. Chaque fois le public fut conquis par cette histoire si simple et si forte. La mise en scène était faite par Perrine Moran à l'origine puis, au fil des années, nous nous sommes appropriés cette histoire de plus en plus, la compagnie nous produisant s'est dissoute et nous avons continué à jouer Novecento en épurant de plus en plus la mise en scène qui se résume aujourd'hui à un piano et une valise sur scène pour ne garder que l'essentiel de cette histoire. Curieusement, je crois que nous sommes presque les seuls à la jouer tel qu'elle est écrite, c'est à dire un comédien et un pianiste. Il y a des groupes de jazz, des pianistes conteurs, des lectures mais nous avons tenu à respecter au mieux l'histoire. J'aime dans ce texte l'humour, la grande profondeur et l'émotion qui s'en dégage. Je vous avoue que nous continuons à trouver des symboles et des sens moins évidents au fur et à mesure des représentations."
Parallèlement, Alexandre Saada joue pour le groupe de pop rock Electricdiva avec la chanteuse Déborah Bénasouli ainsi que pour la chanteuse Léonore Boulanger aux côtés de Jean-Daniel Botta et du batteur Laurent Sériès. Leurs deux albums "Electricdiva" et "Les Pointes et les Détours" sortent sur le label Promise Land (label créé par le pianiste à l'occasion de la sortie du disque "Panic Circus")..." J'ai commencé mes premiers groupes finalement en accompagnant des chanteurs et chanteuses. Les pianistes sont demandés par les vocalistes car c'est la formule la plus simple pour eux (piano/voix) donc on apprend à accompagner et à apprécier être au service d'une voix. Léonore Boulanger et Déborah Bénasouli (la chanteuse du groupe Electricdiva) sont deux personnalités, deux voix très différentes et deux personnes avec qui j'adore travailler dans des optiques différentes. Jean-Daniel Botta qui est à l'origine de ces deux projets, des compositions et de la tournure que prennent ces groupes nous a entrainé sur une route d'où sont sortis un style et une esthétique dans lesquelles nous trouvons tous une grande liberté. Electricdiva compte en plus le guitariste Philippe Crab, auteur-compositeur de grand talent."
Dans de nombreuses salles et festivals (Tanger, Jazz à Juan, St Petersburg, Berlin…), Alexandre Saada accompagne Malia, Dani Siciliano, Louisa Bey, le chanteur libanais Mouzanar, Stéphane Roux dans un Hommage à Brel, Vian et Nougaro, ou fait le clown pour des enfants de 4 ans dans le spectacle Abracadabra - jouant tour à tour du piano, du Fender Rhodes, de l'orgue Hammond, de la scie musicale, du vibraphone, des karkabous, du glockenspiel, du mélodica ou du toy piano.
Il joue pour le moyen métrage sans dialogue d'Emmanuel Saada "Soleils d'Hiver". Ce film obtient le Prix de la Meilleur Bande Son au "Avignon-NewYork Film Festival" et est également sélectionné au prestigieux Festival de Locarno..."Emmanuel est mon frère. Il a réalisé ce moyen métrage d'environ 45' tourné en super 8 couleur et sans dialogue. Ce film raconte la période de doutes et de troubles extrêmes que vivent trois amis. Errance de ce moment où tout semble se retourner contre eux jusqu'à un ultime climax où un hold-up est la seule issue possible avant la rédemption finale. Un film fort et dérangeant qui réveille les fantômes que tout le monde peut avoir à un moment de sa vie. La musique a été composée par Christophe Rézaï, compositeur iranien. J'ai joué les parties piano et improvisé certains passages. Ce fût une très belle aventure."
Alexandre Saada adapte et interprète l'Intermezzo de l'opéra "Cavaleria Rusticana" pour le court métrage "La Ballade d'Alice" du même réalisateur.
Il signe la musique des deux courts métrages de Nicolas Silhol "Tous les enfants s'appellent Dominique" pour lequel il obtient une bourse SACEM et "L'amour propre" sélectionné à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes.Il collabore avec Khaled Mouzanar à la musique du film "Une chanson dans la tête" de Patrick Chesnais.
Il est sélectionné par la SACEM pour participer à un stage de composition de musique de films avec Jean-Claude Vannier. Il y compose pour l'Ensemble Orchestral d'Ile de France. ..."Lorsque Nicolas Silhol m'a demandé de faire la musique de son premier court métrage "Tous les enfants s'appellent Dominique", nous avons fait une demande d'aide à la création à la SACEM. Nous sommes passés devant une commission pour défendre le projet et c'est à la suite de cet épisode que la SACEM m'a contacté pour participer à cette master-class avec Jean-Claude Vannier sur l'écriture de musique de film.
Ce stage a été très enrichissant en ce qui concerne la façon très concrète de coller de la musique à l'image, qui est un exercice qui nécessite une grande précision. Nous devions écrire la musique d'une scène des "Amants Réguliers" de Louis Garrel. Nous avions à disposition, lors d'une représentation publique, l'Ensemble Orchestral d'IDF (un orchestre d'une trentaine de musiciens). J'ai réadapté la musique que j'ai écrit pour l'occasion dans mon disque solo, il s'agît de la piste "Short Cut"
."
En 2010 Alexandre Saada crée un duo avec le pianiste Philippe Baden Powell, l'un de ses projets actuels les plus exaltants…"Philippe est le fils du célèbre guitariste. On se connaissait depuis longtemps avant de se rencontrer pour la première fois. Puis un concert à deux pianos a accéléré la réalisation de cette envie de duo (deux pianos) qui nous trottait dans la tête depuis un certain temps. Lors de notre première répétition, nous avons été frappés tous les deux par la proximité de nos sensibilités et de nos façons d'aborder la musique. Je me souviens lui avoir fait la remarque que j'avais l'impression de jouer avec moi… il a ressenti la même chose. C'est rare et très curieux comme sensation. Nous avons une très grande complicité tant affective que musicale, jouer avec lui est un vrai bonheur. Philippe a une grande richesse musicale due à son parcours, à ses expériences aux côtés de son père ou en tant que leader ou sideman et une grande sensibilité. La musique brésilienne a toujours été très présente dans ma vie, nous en jouons beaucoup avec Philippe mais aussi des standards et des compositions à nous."
Cet hiver, son dernier album "Present", le premier en solo (voir plus bas), Alexandre Saada livre ses compositions les plus introspectives et les plus personnelles. Le pianiste Carlos Roque Alsina décide de donner un cours sur l'improvisation à travers ce disque solo, lors de l'"Académie Internationale des Nuits Pianistiques" d'Aix en Provence..." L'idée de ce cours était de faire improviser les participants à ce stage qui étaient tous d'excellents pianistes. A travers quelques morceaux de "Present" choisis par Carlos, chacun devait développer un discours personnel en essayant de suivre l'idée principale du morceau."
Actualité 2012
Malia Black orchid avec le pianiste Alexandre Saada
Le pianiste Alexandre Saada sera bientôt en concert avec la chanteuse Malia qui a sorti récemment un très beau disque en hommage à Nina Simone : "Black Orchid" à découvrir absolument si vous aimez le jazz émouvant et tendre, soit dans cette page (avec des extraits et une vidéo à voir plus bas) soit lors des concerts. Le pianiste Alexandre Saada que l'on a pu découvrir à l'occasion de son disque en piano solo Present est en parfait accord avec la mélancolie et poésie de ces chansons ainsi à voir plus bas deux des trois vidéos en duo : à noter que outre le pianiste Alexandre Saada, Jean-Daniel Botta et Laurent Seriès accompagneront Malia lors des concerts : Jeudi 07 juin 2012 dans le cadre de Jazz à Roland Garros à Paris ou vendredi 8 juin et samedi 9 juin 2012 au Sunside à Paris et si vous êtes en Suisse dès ce vendredi 18 mai 2012 à Zurich au club moods...cliquez ici pour lire la suite, écouter des extraits et voir quatre vidéos
Actualité 2015
Sortie d'un troisième disque piano solo : " Portraits", occasion d'un nouvel entretien à découvrir dans le paragraphe "Ecouter..."

Son inspiration, son travail...

Interrogé sur ces jazzmen de référence et les musiciens qu'il a rencontré qui ont le plus influencé son jeu, Alexandre Saada répond : "Je suis quelqu'un d'assez lent pour lire un livre, je m'arrête presque sur chaque mot pour vraiment sentir l'intention de l'auteur, je déteste lire en diagonale. La tournure d'une phrase a pour moi autant de sens que le vocabulaire employé. Pour la musique, c'est pareil, j'écoute un musicien de manière quasi obsessionnelle pendant des mois. J'ai commencé avec Oscar Peterson, puis Wayne Shorter, Keith Jarret, Jim Morrisson, Nick Drake, Joni Mitchell, Paul Simon, les Beatles, Jimi Hendrix, Bill Evans, les Beach Boys… tant d'autres, tout ce qui se présente. Dire ce que j'apprécie chez eux m'est impossible. J'aime tout et j'essaie de tout assimiler. Le phrasé, la façon de donner une intonation et une intention à une mélodie, la façon d'harmoniser, les nuances, les timbres de voix, les arrangements, les instruments utilisés, leur son, toutes les infos que je peux assimiler, comment l'émotion naît dans une chanson de Björk ou dans un solo de Chet Baker, dans la voix de Billie Holliday, dans les silences de Miles Davis… Tous ont quelque chose en commun, la clarté du propos, l'intégrité de leur esthétique. C'est un magnifique artisanat. Un travail d'orfèvre comme dirait Baricco. Je crois que les musiciens qui ont le plus influencés mon jeu sont Jean-Daniel Botta, Laurent Sériès, Sophie Alour et Chris Jennings. A travers nos échanges musicaux nos conversations ou malgré eux sans qu'ils ne s'en rendent compte"
Quant à sa façon de composer..."Elle est très irrégulière. La plupart du temps, je me mets au piano et joue. Quand une idée me semble intéressante, soit je la finalise très vite, soit je la développe un peu, l'enregistre et la laisse de côté pour la réécouter parfois un an après et la retravailler (comme c'est le cas pour certains titres de Panic Circus). La mélodie compte beaucoup pour moi, que le thème puisse se chanter, que les harmonies me surprennent, même simplement. Je crois que je favorise souvent ce qui vient assez spontanément. Pour mon dernier disque, "Present", seules quelques bribes d'idées étaient écrites, la majorité des morceaux sont improvisés."Et il serait, dit-il, bien incapable de définir sa musique : "… peut-être que ce qui la définit le mieux c'est que j'essaye d'être le plus sincère possible avec moi même. En se découvrant, en se connaissant au fil du temps, on se rapproche un peu plus de soi. Je suis loin du but mais j'essaye des chemins et parfois je me rapproche. La quête de soi est très proche de l'écriture, sans vouloir faire de philosophie de bas étages. Je crois que la grande chance de faire un métier artistique est que cette découverte de soi fait partie de notre travail, c'est même une condition pour "évoluer".
Alexandre Saada a toujours été très sensible au rapport image/musique., confie-t-il :"Je n'ai écrit que pour court car l'occasion ne s'est jamais encore présenté d'écrire pour un long, ce qui me plairait aussi. La musique soutien, souligne ou contraste l'image, comme la lumière, et les émotions ressenties dépendent en partie de ce rapport. C'est très excitant de "créer" une émotion ou une autre en ajoutant de la musique sur des visages, des scènes. Je travaille d'ailleurs actuellement sur un projet de Ciné-Concerts avec Bertrand Perrin (batteur et compositeur), nous allons jouer sur une série de films d'animations."
Alexandre Saada a beaucoup enseigné mais..."malheureusement trop à des élèves que la musique n'intéresse qu'à moitié. On est un peu dans l'ère du "consommer vite" et rentabiliser. Peu d'élèves que j'ai rencontré ont montré un peu de patience pour cet apprentissage. Beaucoup veulent jouer des trucs vite fait… Je ne peux pas concevoir la musique comme ça, cela demande un peu de travail, de passer un tout petit cap pas si difficile pourtant. Mais parfois, un(e) élève peut se montrer surprenant, intéressé et alors l'on peut échanger vraiment et si cela n'enrichit pas mon travail de compositeur, je ressens une grande joie à l'idée de pouvoir transmettre un peu, participer humblement à ce que la culture en général, la curiosité, l'écoute, ou même l'envie d'aller au bout d'un morceau si simple soit-il, se développe. J'ai souvent très peur que petit à petit, la majorité des gens ne se lasse de la culture et succombe à la paresse de ne plus chercher à ressentir que des émotions fast-food. J'ai l'impression que c'est vraiment le cas en ce moment mais peut-être que ça a toujours été comme ça, je ne sais pas."
Depuis 2006, Alexandre Saada étudie de nouveau la musique classique avec Alicia Roque Alsina puis, à sa disparition, avec Carlos Roque Alsina (pianiste et compositeur argentin). Il travaille à leurs côtés Bach, Brahms, Beethoven, Chopin, Schumann, Bartok, Berg, Schönberg, Ravel, Debussy… Cet enseignement bouleverse sa conception de la musique…"J'ai eu envie de retravailler le classique, pour palier à l'origine à des lacunes techniques. J'ai rencontré Alicia Roque Alsina par une amie chanteuse. Une grande dame et une extraordinaire pédagogue. L'entrée en matière s'est faite avec Bach bien entendu, puis Alicia a commencé à me constituer un répertoire. Chaque morceau ciblait un point technique important et toujours de la musicalité, le moindre exercice devait être utile et beau! Ainsi, nous avons travaillé la pathétique de Beethoven, quelques Papillons de Schumann, quelques Préludes de Chopin, intermezzi et Rhapsodie de Brahms, la Sonate de Berg, Debussy, Mozart… Chaque pièce m'ouvrait les yeux sur tant de dimensions que j'avais laissé de côté en me consacrant au jazz. Les nuances, le contrôle de chaque phrase, le travail du détail, la souplesse des poignets pour un meilleur contrôle du toucher… des dizaines de points qui paraissent évidents et qui pourtant sont souvent négligés. Ainsi, j'ai redécouvert le piano et la musique classique. A la mort d'Alicia en 2008, Carlos Roque Alsina a récupéré certains de ses élèves. Décrire l'enseignement de Carlos est impossible. C'est homme est un génie, chaque cours pris avec lui vous grandit tout simplement. J'ai travaillé Chopin, Ravel, Bartok et Schönberg avec lui et que dire d'autre que "son enseignement a bouleversé ma conception de la musique" car je ne saurai dire autre chose. Travailler avec Carlos, c'est donner un sens à chacune des notes que l'on joue. La musique, qu'elle soit baroque ou contemporaine prend un sens face à laquelle le hard rock devient une musique pour enfants de coeur."

Ecouter...

Portraits
Alexandre Saada
Piano solo

L'on avait pu découvrir le pianiste, compositeur et improvisateur, Alexandre Saada, lors de la parution de son premier disque piano solo, "Present" , il y a cinq ans, un disque dont "seules quelques bribes d'idées étaient écrites, la majorité des morceaux improvisés." expliquait-il alors à l'occasion d'un entretien. Ce nouveau disque "Portraits" est son troisième en solo ( et le 6ème album de toute sa production), et si dans "Présent" il avait mis beaucoup de lui-même, ii a choisi cette fois d'improviser totalement en s'inspirant de sa perception d'hommes et femmes qui l'entourent.
Il faut préciser qu'Alexandre Saada a aussi une passion pour la photographie, et même si ce n'est pas directement le fait de réaliser des portraits photographiques qui l'a inspiré , ainsi confie-t-il à l'occasion d'un nouvel entretien, à lire ci-dessous , cela le conduit à aller à la rencontre des gens qu'il photographie et dans ses portraits au piano, il essaye de se plonger dans ce qu'il peux percevoir de la personne "portraitisée". Une perception qu'il a d'autant plus aiguisée puisqu'il a un mystérieux don de synesthésie ... cliquez ici pour lire la suite et écouter deux extraits

PRESENT
Alexandre Saada

Si vous cherchez un cadeau à offrir à Noël... ne cherchez plus le voici !!! D'ailleurs c'est le titre que lui a donné Alexandre Saada : "Present" soit... "Cadeau" en anglais, et non pas... Présent en français... Un disque que le pianiste d'origine avignonnaise installé à Paris confie avoir enregistré l'année dernière alors précisément qu'il cherchait dans les magasins quoi offrir pour les fêtes de fin d'année. C'est également lui qui a illustré la jolie pochette de son CD (pas besoin de papier cadeau !) , un arbre isolé en hiver, qui reflète parfaitement l'atmosphère de sa belle musique mélancolique et introspective, piano solo, tout comme son retour à ses "racines classiques" car ce pianiste a un parcours très atypique qui l'a conduit auprès de musiciens de tous horizons : rock, jazz, classique... avec des débuts dans un spectacle autour de "Starmania" dès l'âge de 15 ans (voir ici son parcours).

Ce disque qui est son quatrième enregistré sous son label Promise Land, le premier piano solo, marque un nouveau tournant dans la carrière d'Alexandre Saada. Il en signe toutes les compositions comme pour ses précédents disques mais le terme d'improvisation est donc ici plus juste, puisqu'il s'agit d'un enregistrement très spontané, hormis trois titres issus de ses précédents disques.
Alexandre Saada qui a suivi nombreux stages de Michel Petrucciani confie qu'il a un souvenir très marquant qui lui revient souvent à l'esprit : "L'important dans une improvisation c'est de bien commencer et de bien finir, et de s'arrêter avant de se mettre à tourner en rond".... Nul doute qu'il a mis ici en application le principe de ce grand pianiste de jazz, ainsi dans ces deux très beaux titres "Unusual Path" et "Yippie" qui durent moins de deux minutes mais expriment tant sans qu'il soit besoin de les prolonger et, même si on aimerait peut-être déguster plus longtemps la poésie qu'il y offre, la jolie mélodie d'"Unusual Path" n'a nullement besoin d'être répétée à l'infini pour marquer les esprits... quant à "Yippie" , il a la splendeur d'un Haïku... Alexandre Saada se libère de toutes façons dans un rag enflammé que lui a inspiré Keith Jarrett. Les autres titres, eux aussi un peu plus longs et par contre tous très calmes, donnent matière à rêver mais sans se perdre en ces tristes journées d'hiver, Hiver ou "Winter" c'est précisément le titre de son dernier, et plus long, morceau... qui nous fait espérer bien vite que le printemps à venir apportera aussi ses cadeaux !
Alexandre Saada a bien voulu répondre à quelques questions sur son disque... cliquez ici pour lire la suite et écouter des extraits

A voir: Alexandre Saada & Philippe Baden Powell au Duc des Lombards - Sail Away

 

En savoir plus

Visitez le site internet d'Alexandre Saada...cliquez ici


Retrouvez une information sur
le site Piano bleu Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    
Ne partez pas
sans avoir lu
l'actualité
du piano !

Pensez à regarder la "petite télévision" de pianobleu.com qui continue d'être régulièrement mise à jour avec une sélection de vidéos de pianistes et oeuvres avec du piano...cliquez ici





  et... Partagez cette page !


Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs pour vous facilier la navigation sur le site internet ...
Actualités quotidiennes du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cadeaux de noël
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts de pianiste
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano
forum piano
livres biographies compositeurs / pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 


Retour à l'accueil de pianobleu.com