<
Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Serge Forté

Merci à Serge Forté d'avoir répondu aux questions de Piano bleu pour la réalisation de cette page.

Biographie résumée

Serge Forté est né le 1er Mai 1960 à Tunis et est arrivé en France l'année suivante d'abord à Nice puis à Grenoble..."Il y était plus facile à l'époque de trouver du travail car beaucoup d'immigrés du Maghreb essayaient de s'installer sur la côte. Mais nous revenions à Nice très souvent car malgré tout une partie de ma famille, qui était partie plus tôt que nous, avait réussi à s'installer. Lors d'un de ces séjours, je devais avoir dans les 4 ans, j'ai reproduit une musique en remplissant des verres avec plus ou moins d'eau... Mes parents ont immédiatement décidé de me mettre à la musique. ".
Il prend ses premières leçons de piano au Conservatoire de Grenoble à 6 ans, avec 2 ans d'avance et après avoir passé un test :"Ma mère a beaucoup insisté pour que je le passe....Je faisais uniquement du solfège, la règle à l'époque étant : 2 ans de solfège avant de toucher le moindre instrument ! Mais contrairement à beaucoup d'enfants, j'aimais le solfège, je ne saurais pas dire pourquoi ! Malgré tout j'aimais encore plus Zorro et, quand ma grand-mère venait me chercher le jeudi après midi après mon cours, je la faisais cavaler dans tout Grenoble pour arriver à l'heure de mon épisode ! " A huit ans sa famille ayant déménagé dans la banlieue de Lyon, il poursuit ses cours de piano avec un professeur particulier : Mme Lodi , parallèlement il continue sa formation musicale au conservatoire, dont il garde en souvenir une anecdote :"Il y avait toujours un concert de fin d'année. Pour mon premier concert je devais jouer une petite pièce : "Le petit âne blanc ". Quand mon tour est arrivé le présentateur a annoncé : "Et voici maintenant : Le petit âne blanc !" Et je suis entré sur scène sous l'hilarité générale..."
A l'origine, Serge Forté voulait être pédiatre, et a donc passé un bac D qui correspondait aux études de sciences...mais la musique ne le quittait pas : " Je faisais déjà pas mal de musique en groupe genre Yes/Genesis que nous adorions et ce depuis l'âge de 16 ans. Je m'étais mis également à la batterie. Finalement, j'ai changé mes plans juste après le bac et me suis inscrit en fac de musicologie avec option ingénieur du son".
Sa découverte du jazz s'est faite à l'occasion d'un bal où il devait assurer le piano : "Je ne l'avais jamais fait mais je pensais que cela pouvait être intéressant pour moi j'ai donc postulé pour passer une audition. On m'a assuré qu'il y aurait des partitions...Lorsque je suis arrivé, il n'y avait que des grilles d'accords chiffrés sur des feuilles blanches de surcroît ! Genre: C7M/ Am7/ Dm7/G7...Je n'ai pas compris que cela pouvait être des partitions ! C'en est suivi une belle engueulade et je suis parti en les traitant d'ignares...Malgré tout cela reste mon premier contact avec des grilles d'accords ! Je suis rentré un peu plus tard dans un autre groupe de bal et j'ai alors compris ma formidable méprise car ils avaient des dizaines de partitions du commerce avec les mêmes codes bizarres !!! J'ai donc appris ces accords en accéléré... Ma chance a été qu'ils étaient tous jazzmen et qu'ils faisaient du bal pour gagner un peu d'argent. Le répertoire étaient donc assez "funky" genre Georges Benson, Earth Wind and Fire et plein d'autres artistes Motown. Beaucoup de morceaux comportaient des solos de fender Rhodes et comme j'étais évidemment incapable d'improviser je me suis dit que la meilleure manière de ne pas paraître idiot serait de relever ces solos, ce que j'ai fait ! Mon premier relevé a été le solo de Ronnie Foster sur "World is a Ghetto" de Benson. Je crois que je m'en souviens encore !!! Quand, en 1994 lors de la sortie de mon 2nd Cd "Mosaïque", un journaliste m'a comparé à lui sur un de mes morceaux cela m'a fait plaisir et ... sourire !"
Serge Forté n'a jamais pris de cours particulier de jazz à part une heure avec André Manoukian qui aujourd'hui officie dans le jury de la nouvelle star sur M6 : "Je n'ai appris que via les relevés ! J'apprenais un solo et mon but était de le jouer par dessus l'enregistrement jusqu'à que l'on ne puisse pas sentir la moindre différence. Je m'enregistrais pour en être sûr et je le faisais écouter à un ami disquaire fou de jazz et qui m'a parallèlement beaucoup aidé à découvrir plein de gens." Il tient ses influences de Keith Jarrett, Oscar Peterson, Chick Corea, Herbie Hancock, Michel Petrucciani, via leurs disques.

De 1981 à 1987, Serge Forté enseigne le piano classique, tout en jouant dans des groupes locaux..."Cela ne me posait pas de problème particulier puisque de toute façon j'ai toujours aimé l'enseignement. D'autre part, j'ai très vite compris que l'on apprend beaucoup en apprenant aux autres, je prenais donc cette situation comme une chance pour moi.".
Il est professeur au CIM, école de jazz et musiques actuelles, à Paris de 1988 à 1990 :"Je suis arrivé au Cim via un stage organisé par eux avec Dave Liebman, John Abercrombie, Ritchie Beirach, Ron Mac Clure, Billy Hart, durant lequel j'ai appris deux choses fondamentales qui ne m'ont jamais quitté depuis : 1/ je n'avais jamais joué de piano avec une RÉELLE INTENTION dans mon jeu. Ces types arrivaient à mettre le feu à leurs instruments en 3 secondes, c'était incroyable et nouveau pour moi ! On a moins cette sensation via les disques. 2/ Je ne connaissais pas le blues traditionnel ! John m'a dit à peu près ceci après m'avoir écouté jouer un blues : Tu as construis ta maison en commençant par le papier peint ! Dixit : tu connais le jazz moderne mais pas la base c'est à dire le blues ! Je me suis donc mis à étudier à fond Oscar Peterson, le pape pour moi de cette musique. A la suite du stage, Alain Guérini, feu directeur du Cim, m'a proposé de diriger un atelier et l'année suivante d'avoir une classe de piano et une classe de pianotage pour non pianiste où j'apprenais l'harmonie du jazz via le piano.".

Le premier disque de Serge Forté "Vaïna" est sorti en 1990 avec Michel Petrucciani en invité surprise pour un duo..." 17 Février 1990 , j'arrive au studio Davout , il est 9 h. Je reste persuadé que mon agent m'a fait une blague la veille au soir au téléphone: "Serge , tu enregistres demain matin aux studios Davout avec Michel Petrucciani en duo !!! Je sors de chez lui, il a écouté tes bandes, il trouve ça très intéressant et il a envie de t'aider à démarrer ta carrière comme d'autres l'ont aidé en son temps à démarrer la sienne... " Et il est là, tout sourire devant le studio et en avance en plus ! Je suis littéralement paralysé et incapable de me souvenir jusqu'à mon nom... Quelques instants plus tard, (ou bien quelques siècles ...) nous sommes devant les deux énormes pianos de concert qui se battent en duel pour savoir lequel des deux va avoir l' honneur de faire équipe avec Michel et lequel va avoir la chance de me dévorer tout cru... Je lui laisse bien sûr essayer les pianos en premier. Avec un peu de mal il franchit l'obstacle du tabouret et se met immédiatement à jouer comme s'il était déjà en train d'enregistrer et avec une puissance telle qu'au bout de quelques notes il casse une corde sous le regard ahuri de l'accordeur qui n'aurait jamais cru cela possible... J'ai réellement pris conscience à cet instant à quel point son jeu, au delà de ses qualités artistiques exceptionnelles, pouvait être aussi intense du point de vue de son rapport avec le clavier. Nous avons fait 5 versions de son fameux " Oh Na Na Oh Yé " en apprenant petit à petit les mécanismes du jeu à 2 pianos, chose que ni lui ni moi n'avions fait auparavant. N'étant pas réellement satisfait de moi j'aurais bien voulu continuer mais il était exténué, il avait tout donné et ce dès la première prise. Il avait cette capacité très rare, qui est la marque des plus grands, d'être à son top niveau immédiatement. J'ai mesuré avec le temps à quel point son geste, si extraordinairement généreux, avait eu un impact sur ma façon d'aborder l'instrument et la musique en général. Je repense très souvent, avant un enregistrement ou un concert, à la scène de la corde cassée..."
Serge Forté a ensuite enregistré "La vie en bleu" en 1992 mais il est sorti en 2001. Son second disque dans les bacs est "Mosaïque" sorti en 1994 et produit par France 3. En 2003 paraît l’album JAZZ’IN CHOPIN, d'autres disques suivront : Thanks For all, Believe in Jazz et enfin La Bohème sorti en mai 2007.(voir plus bas)
Parallèlement Serge Forté donne des concerts, plus ou moins nombreux selon les périodes : "Cela fonctionne par périodes car nous essayons d'organiser des tournées ce qui est plus facile pour tout le monde. Du coup à ces moments on a l'impression de faire beaucoup de concerts !" Quant à son meilleur souvenir de concert, il confie : "J'ai beaucoup de très bons souvenirs mais le plus marquant de ces dernières années a été la série de concerts à Taiwan dont un avec Sheila Jordan devant près de 17 000 personnes déchaînées comme pour un concert des Rolling Stones ! Voyant tous ces gens hurlant, scandant son nom, Sheila leur a dit : -My God where have you been all those days of my life ? (Mon Dieu ou étiez vous durant tous ces jours de ma vie ? ) A un moment le maire de la ville est monté sur scène et a fait entonner "Happy birthday Sheila" aux 17000 personnes ! Extraordinaire...".
Parmi ces concerts à venir lui tiennent particulièrement à coeur..."Les concerts à "La nouvelle Athènes" nouveau grand lieu parisien du Jazz à partir de juillet et auquel je vais participer activement : j'aurais une résidence tous les vendredis, ce qui va me permettre de présenter mon travail et aussi d'inviter plein de musiciens que j'apprécie et avec lesquels je n'ai pas eu trop l'occasion de jouer . Ce lieu situé 9 place Pigalle (toute une histoire...), équipé d'un piano Fazioli (!) sera aussi un restaurant et un bar "

Ses compostions, improvisations...

La musique de Serge Forté a évolué au fil du temps : "Mes deux premiers disques sont très orientés "Latin jazz " endiablé avec malgré tout quelques plages plus calmes, avec "La vie en bleu" je me suis tourné vers un jazz un peu plus sophistiqué et improvisé un peu à la manière du trio de Keith Jarrett. Dans "Thanks for all" j'ai voulu rassembler toutes mes influences : classique, funky, latin, jazz mainstream et moderne. "Jazz'in Chopin" comme son nom l'indique est un hommage à l'improvisation et au génie de Chopin pour les mélodies. Mon dernier opus "La Bohème" est je crois le mélange de tous les autres au niveau des influences et des styles."
Un des "cheval de bataille" de Serge Forté est de chercher à abolir les frontières entre le classique et le jazz :"Bach improvisait ses préludes, Mozart improvisait ses cadences, Chopin, Liszt passaient leur temps à improviser lors des fameux salons de musiques. L'improvisation a toujours fait partie de la vie des musiciens jusqu'au début du siècle dernier où faute de professeurs compositeurs peu à peu les musiciens classiques sont devenus des interprètes. Les conservatoires (Liszt n'aimait pas les conservatoires car il disait : dans conservatoire il y a le mot conserver...) n'ont pas arrangé cet état de fait en encourageant l'interprétation sans faille, à la note près, des oeuvres, en oubliant que ces même oeuvres ont été un jour improvisées et que dans bien des cas leurs auteurs ne les jouaient sûrement pas de la même façon à chaque fois ! Le jazz lui, a gardé cette liberté et c'est pourquoi j'ai basculé vers cette musique car tout petit déjà je changeais un petit peu les partitions en me faisant gronder bien sûr ! Si on appliquait la façon de voir des musiciens classiques au jazz, cela reviendrait à demander à Keith Jarrett de rejouer encore et encore le Köln Concert ou pire encore d'aller à un concert d'un quidam l'interprétant note à note ! Si tous les grands musiciens précités avaient pu enregistrer leurs oeuvres comme les jazzmen, alors il y aurait beaucoup plus de compositeurs que d'interprètes dans la musique classique."
Serge Forté a également enregistré un disque avec la chanteuse Sheila Jordan avec laquelle il travaille régulièrement : "Sheila Jordan est plus qu'une chanteuse pour moi, c'est une musicienne complète, c'est un partenaire lors des concerts qui nous laisse une grande liberté, qui aime les risques et qui surtout représente cette formidable époque du be-bop et de Charlie Parker . Elle se présente d'ailleurs ainsi : I'm a be-bop messenger ! A plus de 78 ans elle a un tonus extraordinaire, une relation magique avec le public, bref c'est pour moi une des plus grandes chanteuses encore en activité. Si vous ne l'avez jamais vu, il faut vous précipiter lors de sa prochaine venue en France car c'est le genre de personne que l'on oublie jamais après l'avoir vue une seule fois..."

Souhaitant décidemment abolir toutes les frontières, Serge Forté, par plusieurs de ces disques, réunit la musique jazz et populaire française, ainsi son premier disque "La vie en bleu " dont il a choisi le titre en référence à la chanson "la vie en rose" mais vue du côté blues (et donc bleu). Son tout nouveau disque "La Bohème", illustré d'une photo du monument Costes et Bellonte érigé sur la falaise d'aval à la mémoire des deux aviateurs qui réussirent en 1930 la première liaison Paris/New-York, réunit encore chanson française et jazz : "Les musiciens de jazz américains sont toujours partis de chansons populaires pour improviser . Pour eux cette façon de faire est complètement naturelle. Je me souviens, dans un club new-yorkais en 1997 avoir entendu à côté de moi une petite dame fredonner toutes les paroles des morceaux interprétés par les musiciens. Prendre des chansons dans notre patrimoine était donc plus que naturel pour moi ! D'ailleurs cette dame m'a inspirée dans le choix des chansons car j'ai décidé de ne prendre que des chansons que je connaissais par cœur et dont je pouvais chanter une partie des paroles. Le symbole Paris/ New York a deux significations pour moi : Jazz et chansons françaises et le fait que mon dernier Cd "Thanks for all " ait été enregistré à NY. La bohème constitue donc un retour à mes sources..."

Ecouter...

Serge Forté Trio
La Bohème

Serge Forté, qui n'en est pas à son premier disque réunissant jazz et chanson française, avec notamment son disque "La vie en bleu" sorti en 2001, confie avoir choisi cette fois des chansons qui ont bercé sa jeunesse et qu'il connaissait très bien. On y retrouve des "grands noms" de la chanson françaises : Piaf, Gainsbourg, Nougaro, Aznavour, Bécaud, etc...et l'hymne national dont il explique :" "La Marseillaise" c'est parti d'un exercice d'harmonie que je fais faire à certains de mes élèves et qui consiste à harmoniser en jazz des mélodies très simples : frère jacques, l'eau vive, ah vous dirais-je maman etc....Un jour j'ai donné la Marseillaise et comme je propose toujours ma version à mon élève je m'y suis mis...Au moment du choix des chansons j'ai repensé à cet arrangement que j'aimais bien et je me suis dit qu'après tout c'était aussi une chanson française voire même la plus connue de toutes ! Il est par contre amusant de la faire écouter à quelqu'un sans lui donner le titre et le voir s'excrimer en disant "Ah je connais ce truc mais je n'arrive pas à savoir ce que c'est !!!"...cliquez ici pour lire la suite

Sélection du mois
août 2003
Jazz

Serge Forté Trio
Jazz in Chopin

Pari audacieux et réussi : Serge Forté, accompagné de Peter Herbert à la basse et Karl Jannuska à la batterie, fait tomber superbement les barrières entre le piano classique et le piano jazz par ses arrangements d'oeuvres de Chopin. Certes des groupes polonais ont déjà montré le chemin, et ce n'est pas la première fois que l'on réalise des improvisations à partir d'oeuvres de compositeurs classiques, mais le résultat est fort convaincant car Serge Forté conserve l'essentiel : la sensibilité et la douceur de jeu que sauront également apprécier les amateurs de piano classique !
Cliquez sur l'image pour écouter des extraits et vous procurer ce disque

Pour en savoir plus

Visitez les pages sur Serge Forté sur le site Ellaprod, label de Serge Forté....cliquez ici

 


Retrouvez une information sur
le site Piano bleu Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    
Ne partez pas
sans avoir lu
l'actualité
du piano !







  et... Partagez cette page !


Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs pour vous facilier la navigation sur le site internet ...
Actualités quotidiennes du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cadeaux de noël
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts de pianiste
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano
forum piano
livres biographies compositeurs / pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 


Retour à l'accueil de pianobleu.com