<
Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Giovanni Bellucci

Merci beaucoup à Giovanni Bellucci  d'avoir répondu aux questions de pianobleu.com pour la réalisation de cette page.

Biographie commentée

Giovanni Bellucci est né à Rome le 31 août 1965 dans une famille où il n'y avait ni mélomane ni musicien mais une jeune fille espiègle à l'origine de son apprentissage du piano :"Ma soeur aînée m'a provoqué avec une sorte de défi, en me disant que - selon elle - je n'aurais pas été capable de jouer du piano, même si j'avais appris très tôt (4 ans) à lire et écrire et j'étais un très bon peintre déjà à 6 ans. J'ai donc trouvé une salle avec un piano droit dans son lycée. En autodidacte, j'ai appris rapidement à lire les partitions et j'écoutais des disques de pianistes qui jouaient les oeuvres que j'apprenais. Cela m'a permis de remarquer les différents détails dans leurs interprétations. Tout seul . Je n'avais pas de piano chez moi, à l'époque.".
Alors âgé de quatorze ans son apprentissage autodidacte est très efficace et surtout révèle un don : il interprète les 32 sonates de Beethoven :"Je ne peux pas expliquer la raison du don, ce qu'on appelle "talent". Je sais en tout cas que la lecture "a prima vista" était chez moi naturelle. Parfois je réagissais d'instinct à la vue des "taches" sur les partitions, je veux dire les agglomérations de notes qui formaient les accords. Je jouais les notes des accords sans les avoir réellement déchiffrées une par une sur le texte. J'étais une sorte de juke-box pianistique qui avalait toutes les musiques possibles sans aucun préjugé. Et évidemment sans subir le conditionnement d'une école pianistique."
Deux ans plus tard, Giovanni Bellucci donne son premier concert avec orchestre avec le Totentanz de Franz Liszt..."C'était une période particulière de ma vie. A 14 ans, je jouais en autodidacte, à 15 ans et demi le pianiste italien Franco Medori, après une audition, m'a poussé à préparer l'examen d'entrée au Conservatoire de St. Cecilia à Rome et en même temps je passais l'examen de la 5ème année de piano (en Italie les diplômes de piano du Conservatoire s'obtiennent normalement après 10 ans de cycle d'études). J'ai disposé d'un mois pour apprendre tout le programme, et j'ai eu la notation maximale et les louanges du Jury ! J'avais peur de ce qui allait se passer, car pour moi la musique "officielle" ou "bureaucratique" était plus un cauchemar qu'un rêve... et c'est un un orchestre italien, à Pescara, qui m'a alors proposé de jouer le Totentanz de Liszt... J'avais 16 ans, pas de piano à la maison, et beaucoup d'inconscience ! J'étais ravi et étonné de voir tous ces musiciens de l'orchestre jouer autour de moi, sur scène."
A l'âge de 20 ans, Giovanni Bellucci achève ses études pianistiques toujours sous la direction de Franco Medori, en remportant le 1er prix, décerné à l'unanimité avec félicitations du jury, du Conservatoire Santa Cecilia de Rome..."Franco Medori est un pianiste très intéressant, qui aurait mérité une plus importante carrière internationale. Il a gagné le Concours Beethoven pour le bicentenaire de la naissance du génie de Bonn, en 1970, organisé par la RAI, et diffusé à la télé italienne en directe, à l'époque. C'est bien lui qui m'a découvert, et sans doute j'ai été influencé dans tout mon parcours par son goût pour la clarté polyphonique de l'exécution et son approche technique puissante mais physiquement économique, je veux dire relaxé, typique de l'école de Vincenzo Vitale, qui a été son maître (et aussi de Riccardo Muti, de Michele Campanella, de Bruno Canino, etc.)."
Invité à l'Académie de Imola par le grand pianiste russe Lazar Berman Giovanni Bellucci y obtient le “ Master ” en 1996..."Lazar Berman m'avait écouté lors d'un concert que j'avais donné à Naples en tant que vainqueur du concours international Alfredo Casella, de la RAI. Il m'a ensuite voulu comme son élève à l'Académie de Imola, où j'ai travaillé sous sa direction pendant cinq ans inoubliables."
il a, par la suite, des contacts enrichissants avec des artistes tels que Paul Badura-Skoda, Alfred Brendel, Murray Perahia et Maurizio Pollini..."Le contact avec ces interprètes a toujours été l'occasion de voir de plus près le visage et l'âme des compositeurs que j'ai étudiés avec eux, particulièrement Beethoven. Ecouter ces artistes parler de Beethoven a été comme entrer en contact "direct"avec Beethoven, même si leur idée de Beethoven n'est pas nécessairement la même."
Giovanni Bellucci ne pensait alors pas gagner sa vie en étant pianiste : "A la douloureuse perte de mes parents, ma mère étant disparue lorsque j'avais 18 ans, et peu après mon père, j'ai du, par nécessité, me consacrer aux concours pianistiques, et donc commencer à donner des concerts, mais relativement tard par rapport aux autres pianistes. J'ai fréquenté le lycée scientifique en même temps que le conservatoire. Sincèrement j'aime le fait que la musique, en tant que langage transversal, puisse dans un certain sens me demander de m'occuper de plein d'autres disciplines de la pensée humaine : philosophie, physique, littérature, poésie... Et la création cinématographique me fascine aussi. Récemment une chaîne de télévision italienne m'a confié six émissions où, en étant assis au... Clavier, j'ai pu parler de cinéma et analyser des films en parallèle avec la musique. Un petit rêve réalisé !"
Giovanni Bellucci cumule les prix : Concours Reine Elizabeth de Bruxelles, Prague Spring Competition, Prix Alfredo Casella de la RAI, Prix Busoni, Prix Franz Liszt, Concours Claude Kahn à Paris, ville où il a choisi de s'installer : "Après les succès obtenus aux Concours de Bruxelles (1995) et Monte-Carlo (1996) j'ai trouvé important de vivre dans des pays et des cultures différentes. Cela ouvre sans doute de nouvelles perspectives intellectuelles, humaines et aussi musicales, dans mon cas. J'aime la France, car c'est un pays doué d'une forte conscience collective, d'une grande curiosité intellectuelle, un pays artistiquement vivace et capable de donner la juste place aussi à des disciplines moins commerciales, comme la musique classique, par exemple. En outre, j'ai beaucoup d'amis français. Je suis aussi un fan de Arthur Rimbaud, Emil Cioran, Roland Barthes et Michel Houellebecq." Giovanni Bellucci ne perd cependant pas de vue, ni d'oreilles, la culture italienne : "J'ai un appartement à Rome, ma ville de naissance. Les génies, les artistes de la pensée et de la créativité que l'Italie a produits sont toujours près de moi. Aujourd'hui avec internet, avec les transports aussi rapides dans l'intérieur de l'Europe, l'Italie me manque seulement lorsque je ne suis pas en condition de connaître immédiatement le résultat d'un match du championnat de foot de l'AS Rome ! "

Giovanni Bellucci se produit dans les salles, théâtres et festivals internationaux les plus prestigieux : Hollywood Bowl, auquel il doit ses débuts américains devant 18000 spectateurs, Performing Art Society de Washington, Newport, Yokohama, Singapour, Sydney Opera House, Grande Salle au Musikverein de Vienne, Bath (Angleterre), Radio Suisse de Lugano, La Roque d'Anthéron, Besançon, Menton, Radio-France à Montpellier, Folle Journée de Nantes, Philharmonique de Bruxelles, Herkulessaal de Munich (où il reçoit par ailleurs le prix de la presse allemande comme meilleur événement artistique), Radio de Berlin, Rudolfinum de Prague, Radio d'Helsinki, Festival de Brescia et Bergame, de Ravello, Settembre Musica de Turin, à la Scala de Milan, au Théâtre la Fenice à Venise, au Théâtre C. Felice de Gênes, à l'Opéra de Rome, et dans toutes les grandes salles parisiennes : Cité de la Musique, Salle Pleyel, Auditorium du Louvre, Salle Messiaen de Radio-France, Salle Gaveau, Théâtre du Châtelet. Interrogé sur les salles qui ont sa préférence, il répond :"Je pense que c'est à la musique de modifier l'ambiance et l'espace où se déroule l'événement sonore, et pas l'opposé. Si je joue la Sonate en si mineur de Liszt à Singapour, plutôt qu'à Vienne ou à Washington, la salle de concert doit se transformer à la mesure des intentions poétiques de Liszt. Si ce n'est pas ainsi, c'est de la faute de l'interprète. Sauf dans des cas particuliers : si on vous demande de jouer un nocturne de Field en plein air dans une place comble de 20 000 spectateurs qui parlent, bougent et mangent sans s'occuper du pauvre pianiste... Alors...". Quant à son meilleur souvenir de concert il n'est pas banal : "Un concert heureux... lorsque je me suis arrêté pendant un prestigieux concert dès que j'avais terminé le premier mouvement du Concerto no. 1 de Tchaïkovsky , avec un grand orchestre comme le BBC Philharmonic, salle hypercomble, pour indiquer aux gens qu'une dame, disons d'âge "assez mur", assise dans le public faisait une crise cardiaque... On l'a ainsi sauvé ! Après cette "pause" j'ai attaqué la suite du Concerto. J'espère que le mari de cette dame en a été content..." .

Il reste à espérer quand même que ce type d'incident ne se reproduira pas lors d'un de ses concerts à venir, certains ayant déjà une importance toute particulière : "Les 6 et 7 avril je joue avec l'Orchestre de Mannheim en Allemagne le Concerto de Busoni op. 39 pour piano, orchestre et choeur. Cette production sera aussi enregistrée en CD. Ce genre de projets utopiques me fascine toujours. Je reprends mes concerts du cycle Beethoven à la Villa Medicis à Rome en avril, le 26, avec la Waldstein Sonate et la huitième Symphonie, et je jouerai en France au mois de juin avec l'Orchestre d'Auvergne. Parmi les projets le plus intéressants l'intégrale en tournée des 5 Concertos de Beethoven en deux soirées comme chef et soliste, avec l'Orchestre de Padoue et de la Vénétie et l'exécution du Concerto n. 1 de Chopin dans la version de Tausig, à Montpellier avec l'Orchestre National, en octobre 2009, qui fera l'objet d'un enregistrement discographique que je dédierai à Tausig pour la collection Universal."
Communiqué du 27 septembre 2011
Dans le cadre du cycle Sull'ali dorate, l'Institut Culturel Italien de Paris accueille, le jeudi 6 octobre à 19 heures, un récital du pianiste Giovanni Bellucci.
L'hommage est double. Ce concert s'inscrit certes dans les manifestations Sull'ali dorate portant sur le 150e anniversaire de l'Unité de l'Italie mais il célèbre également une autre commémoration : les 200 ans de la naissance de Franz Liszt. Et les liens entre l'Italie et le compositeur hongrois (européen d'adoption) sont nombreux car sa vie et sa production sont liées à l'histoire italienne, de Dante à Verdi.
Le concert entre aussi dans le cadre de Suona Italiano, saison musicale née d'un programme bilatéral franco-italien pour la diffusion et la promotion de la musique italienne en France. 
Liszt en Italie est un concert unique qui nous est proposé par le Romain Giovanni Bellucci, considéré comme l'une des plus grandes figures du piano contemporain. Son enregistrement des Paraphrases de Franz Liszt sur les opéras de Verdi et de Bellini a été classé par le magazine Diapason parmi les dix meilleurs enregistrements lisztiens de toute l'histoire. La très sévère sélection comprenait -
outre Bellucci - Martha Argerich, Claudio Arrau, Aldo Ciccolini, Gyorgy Cziffra, Wilhelm Kempff et Krystian Zimerman. Ce jugement de Diapason s'ajoute aux louanges unanimes de la presse spécialisée la plus prestigieuse en faveur de l'artiste italien. « Il n'y a pas dix pianistes comme lui dans le monde : Bellucci renoue avec l'âge d'or du piano » commente le journal Le Monde après sa victoire au World Piano Masters Competition de Monte-Carlo en 1996 qui clôt une longue série de succès dans des concours internationaux : Concours Reine Elizabeth de Bruxelles, Prague Spring Competition, Prix Alfredo Casella de la RAI, Prix Busoni, Prix Franz Liszt, Concours Claude Kahn à Paris.
Dans un programme conçu pour l'occasion, Giovanni Bellucci proposera, au public de l'Institut italien, un choix de compositions de Listz consacrées à l'Italie : la « Deuxième année » tirées des Années de pèlerinage, le Sonetto 123 del Petrarca, la sonate Après une lecture de Dante ainsi que des paraphrases sur des opéras de Bellini (Norma) et Verdi (Aida, Il trovatore, Rigoletto
Liszt en Italie
Récital du pianiste Giovanni Bellucci
Jeudi 6 octobre 2011 à 19h
Dans le cadre du cycle Sull'Ali dorate
et de l'initiative Suona Italiano
Ce concert est réalisé en partenariat
avec la Fondation Bru Zane de Venise.
Institut Culturel Italien - 73, rue de Grenelle 75007 Paris
confirmation indispensable : www.iicparigi.esteri.it

A (re)voir FRANZ LISZT REMINISCENCES DE NORMA - GIOVANNI BELLUCCI, PIANO

Son répertoire, son interprétation...

Interrogé sur ses compositeurs de prédilection, Giovanni Bellucci indique :"Au risque d'être banal, je dois dire que chaque fois que je joue une oeuvre je l'aime. Quel qu'en soit le compositeur. En étant capable de détecter la génialité chez les auteurs des oeuvres, on ne peut pas s'empêcher d'aimer autant Debussy que Tchaikovsky. J'affectionne en tout cas Jean-Sébastien Bach (même si je ne le joue pas fréquemment aux concerts) et aussi sa spiritualité profonde, Beethoven et ses immenses architectures sonores ainsi que ses provocations pleines d'humour, comme dans les "Transformations" Diabelli, op. 120. J'aime le courage de Franz Liszt et la perfection d'écriture et l'élégance qui cache un âme tourmenté chez Chopin. Chez lui tout drame se traduit en terme de solution strictement musicale. Je suis aussi engagé sur des projets autour de Ferruccio Busoni, dont j'enregistre l'oeuvre intégrale pour piano et orchestre. J'aime Stockhausen et Barraqué, parmi les compositeurs des années 50/60 du XXème siècle."
DECCA a publié la transcendante Symphonie Fantastique de Berlioz/Liszt interprétée par Giovanni Bellucci, tandis que la ACCORD-Universal a produit un nouveau disque du pianiste italien : les Concertos pour piano et orchestre et les Rhapsodies Hongroises de Liszt. Actuellement sort chez l'éditeur Lontano/WARNER trois premiers CDs du cycle dédié à la monumentale intégrale des 32 Sonates de Beethoven et des 9 Symphonies de Beethoven/Liszt.(voir plus bas)

Giovanni Belluci joue avec nombreux orchestres et en musique de chambre. Il joue sous la baguette de chefs et collabore avec des artistes comme Abbado, Accardo, Casadesus, Demarquette, Dumay, Engerer, Entremont, Inbal, Kashkashian, Kavakos, Mackerras...."J'adore le faire. On apprend tellement, à travers les autres artistes... J'aime jouer avec des musiciens créatifs et lucides sur scène. "
Pour savoir comment Giovanni Bellucci travaille...rendez-vous à l'une de ses masterclasses : la prochaine aura lieu à l'Institut Hongrois de Paris du 10 au 12 mars 2009, organisée par les Listomanias de Châteauroux. Une activité d'enseignant qui lui tient aussi à coeur : "Enseigner c'est transmettre et ensuite partager l'amour pour la nature intime de chaque composition. Les jeunes collègues pianistes sont pour moi "source d'inspiration perpétuelle en même temps que destinataires indépendants"de mes réflexions sur la musique. Il ne faut jamais imposer une idée. Mais "il faut savoir la défendre avec des bons arguments".
Quant à ce qui lui importe le plus dans ses interprétations, il confie : "Je pense à l'émotion, qui devrait être canalisée à travers la maîtrise de tous les paramètres qui composent une oeuvre musicale : idée abstraite, langage utilisé, caractéristiques du médium pianistique. Et une certain goût pour le risque, car l'élan se nourrit du risque."
Son interprétation se nourrit de tous les types de musique : "J'ai écouté beaucoup de musique, de toutes sortes... Actuellement je suis très attiré par tous ceux qui s'occupent de créer une nouvelle façon de s'exprimer à travers le son. L'instrument piano me semble tellement obsolète, dans ce"domaine, parfois..." et s'abreuve aussi de toutes sortes de savoir : "Liszt disait être affligé de la soif de savoir... Je souffre de la même maladie, peut-être ! "

Ecouter...

A découvrir dans le widget ci-dessous des extraits du double album du pianiste Giovanni Bellucci
Liszt les 19 Rhapsodies Hongroises, Rhapsodie Roumaine
qui parait le 26 ocotobre 2011
L'Italien Giovanni Bellucci n'en est pas ici à son premier fait d'armes lisztien. En effet, son enregistrement des "Paraphrases de Franz Liszt" sur les opéras de Verdi et de Bellini a été classé par Diapason parmi les dix meilleurs enregistrements lisztiens de l'histoire ; il nous a également livré une transcription magistrale pour clavier de la Symphonie Fantastique de Berlioz par Liszt, louée unanimement par la presse spécialisée. En grand interprète de Liszt et pour cette année anniversaire, il nous propose l'intégrale des Rhapsodies hongroises, enrichie par la Rhapsodie roumaine, une rareté qu'il faut dénicher au fin fond des intégrales. La composition des Rhapsodies hongroises a occupé Liszt pendant presque toute sa vie. Cheval de bataille des pianistes requérant une technique exceptionnelle, elles sont aussi pleines de poésie populaire et représentent une des facettes essentielles de Liszt. Giovanni Bellucci jouera le programme intégral en octobre 2011 au festival Lisztomanias de Chateauroux et en avril 2012 au Musée du Louvre (« Au fil de Liszt »).
Pour vous procurer le disque cliquez sur l'image ci-contre
Pour écouter les extraits utilisez le widget ci-dessous

A voir Liszt Hungarian Rhapsody No.2 Giovanni Bellucci, piano

NOUVEAU

Chopin Métamorphoses

Franz Liszt
Six chants polonais d'après Chopin
Frédéric Chopin
Polonaise " Héroïque"( revision de Frrucio Busoni)
Ferruccio Busoni
Neuf varaitions sur le Prélude en ut mineur de Frédéric Chopin( version posthume)
Frédéric Chopin
Concerto pour piano et orchestre n°1 (orchestration de Carl Tausig)

Giovanni Bellucci, piano
Orchestre national de
Montpellier Languedoc-Roussillon
Alain Altinoglu, direction

Vous avez pu découvrir dans la carte de voeux 2011 de pianobleu.com un extrait du récent disque de Giovanni Bellucci, "Métamorphoses", un des "Chants polonais de Liszt d'après Chopin" qui semblait parfaitement approprié pour faire le pont entre l'année 2010 et l'année 2011 (toutes deux année de bicentenaire, Chopin, puis Liszt). Giovanni Bellucci, très pris par ces concerts de fin d'année vient juste de répondre à quelques questions au sujet de ce disque... nul doute que le poème ironique de Ferruccio Busoni intitulé "la carrière du virtuose" qu'il rapporte au début de livret n'est aucunement démodée ...et à cela ajoutez aujourd'hui les tracas liés aux avions, la neige, les grèves... [...]
Plus sérieusement .... Giovanni Bellucci évoque dans ce disque Chopin sous les regards croisés de Liszt, de Tausig et de Busoni, tous virtuoses du piano. Giovanni Bellucci auteur du livret indique que Liszt admirait Chopin et lui a consacré une biographie dans laquelle il rapporte à propos du compositeur : "Son inspiration était impérieuse, bizarre, irréflèchie ; ses attitudes ne pouvaient qu'être libres. Nous croyons qu'il a fait violence de son génie chaque fois qu'il a essayé de se soumettre aux règles". Liszt préférait le "Chopin des miniatures" et ses six chants dont le plus long dure à peine plus de trois minutes en est un bel exemple...cliquez ici pour lire la suite, écouter un extrait et voir une vidéo

Franz Liszt
Paraphrases d'opéras de Bellini et Verdi
Giovanni Bellucci

Réminiscences de Norma
Grosse Concert-Fantasie aus der Oper Sonnanbula
Don Carlos : coro di festa e marcia funebre
Aida : Danza sacra e Duetto finale
Miserere aus Trovatore
Rigoletto, Konzert-P-Paraphrase
Franz Liszt a consacré plus de la moitié de son activité musicale à des oeuvres d'autres compositeurs, il a au total écrit plus de trois cent cinquante paraphrases, transcriptions et adaptations, sauvant et soutenant ainsi des oeuvres de l'oubli. Alors que l'on a déjà pu découvrir le talent du pianiste Giovanni Bellucci dans les transcriptions des symphonies de Beethoven par Liszt, c'est cette fois-ci des paraphrases d'opéras de Bellini et Verdi que ce même pianiste nous permet de découvrir dans cet enregistrement paru en 2000 , aujourd'hui réédité par le label Lontano. Il faut dire que peu d'interprètes se risquent à ces oeuvres d'une très grande virtuosité. Selon Martin Kalneker, auteur du livret de cet album :" La paraphrase marque chez Liszt le point d'équilibre exact entre l'altruisme du passeur ( du "promoteur", comme on dirait de nos jours), d'une sensibilité pour ce qui est dans l'air du temps , et un narcissisme certain. Car si Liszt met son talent au service des autres( de leur mélodies très exactement), il verrouille en même temps cette générosité, puisque ces transcriptions sont presque inexécutables par d'autres pianistes que lui ". Il est vrai que l'écoute de ses œuvres dont Giovanni Bellucci offre une interprétation éblouissante laissent deviner leur difficulté d'exécution, mais surtout nourrit grandement notre imagination par leurs atmosphères contrastées dont ce talentueux interprète exalte merveilleusement les différentes couleurs. Celui-ci a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter ce disque...cliquez ici pour lire la suite, en écouter un extrait et voir deux vidéos

Beethoven
Sonates et Symphonies(transcriptions par Liszt)
Giovanni Bellucci

Le pianiste italien Giovanni Bellucci poursuit son "long voyage" de la réalisation d'une intégrale des trente-deux sonates de Beethoven couplées avec les neuf symphonies de ce même compositeur transcrites au piano par Liszt par un troisième volume qui cette fois ne comporte que des sonates ce dont il ne faut pas s'étonner puisque cette intégrale devrait se réaliser en une quinzaine de disques. S'il ne contient pas de symphonie cet enregistrement renferme la sonate "Hammerklavier" célèbre pour sa dimension tant en durée que musicale : le troisième mouvement Adagio sostenuto serait" le plus grand morceau pianistiques jamais écrits" selon Giovanni Betti auteur du livret) quant au final de cette même sonate elle constitue : "l'un des plus hauts et stupéfiants moments d'extraordinaire fusion entre passé et futur que Beethoven semble rechercher consciemment pendant les dernières années de son activité" .

Que cette sonate célèbre aussi pour ses dépassements des possibilités sonores de l'instrument - "une concentration inouïe des matières et des formes musicales" indique encore l'auteur du livret - ne fasse cependant pas ombrage aux deux autres contenues dans ce programme qui permet cette fois de faire mesurer trois "âmes artistiques" beethovenniennes en ajoutant à l' "expérimentale et ésotétrique" la "juvénile " avec la sonate n°6, qui d'ailleurs tout comme la sonate Hammerklavier contient une étonnante forme fuguée en son Final, et l'âme "héroïque" dans la sonate n°26 "Les adieux" inspirée des guerres napoléonniennes et plus précisément comme le précisa Beethoven : "L'adieu, Vienne, 4 mai 1809 pour le départ de Sa Majesté Impériale, l'Honoré Archiduc Rodolphe". Adieu certes mais aussi Retour dans le troisième mouvement où s'exprime toute la joie des retrouvailles. Des âmes et sentiments opposés que le pianiste Giovanni Bellucci nous fait partager avec une grande intensité ! Il a également bien voulu répondre à d'autres questions au sujet de ce disque...cliquez ici pour lire la suite et en entendre un extrait

A voir LISZT: APRES UNE LECTURE DE DANTE - GIOVANNI BELLUCCI

A découvrir un projet de 15 talk-récitals répartis sur 3 ans (début en 2013)dans le pays de Maurienne

Le pianiste international Giovanni Bellucci prend la direction artistique d'un projet hors du commun :Beethoven dans sa démesure, " Tout sur Moi " :
les 32 sonates , les 9 symphonies transcrites pour le piano par Franz Liszt
Une folie jamais tentée à ce jour ! Giovanni Bellucci propose un concept novateur et inattendu : 15 talk-récitals répartis sur 3 ans dans le pays de Maurienne.
15 rendez-vous insolites, dans des lieux rares, avec des invités du monde de la musique, du sport, de la littérature, des apprentis des métiers de la montagne, des philosophes... Bref vous saurez tout sur Beethoven si vous avez la chance d'habitez dans le pays de Maurienne !
Cliquez ici pour lire la suite et voir une vidéo

 

En savoir plus

A lire un autre entretien avec Giovanni Bellucci sur jejouedupiano.com

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    
Ne partez pas
sans avoir lu
l'actualité
du piano !






  et... Partagez cette page !


Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs pour vous facilier la navigation sur le site internet ...
Actualités quotidiennes du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cadeaux de noël
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts de pianiste
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano
forum piano
livres biographies compositeurs / pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 


Retour à l'accueil de pianobleu.com