<
Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Paloma Kouider

Merci à Paloma Kouider d'avoir répondu aux questions de Piano bleu pour la réalisation de cette page. 

Biographie commentée

Paloma Kouider est née le 4 novembre 1987 dans l’Yonne. D'aussi loin qu'elle s'en souvienne, la musique a toujours empli les murs de la maison de son enfance..." De la musique classique essentiellement, mais aussi du jazz : la trompette de Miles Davis, le piano d'Art Tatum ou le saxo de Charlie Parker ont fait partie de mon initiation musicale. Les sons musicaux venaient aussi du piano de ma mère, pianiste amatrice, qui aimait jouer quelques valses de Brahms ou de Chopin le soir, alors que je commençais à m'endormir. J'écoutais religieusement et observais attentivement. Un jour, subitement, aux sons de la Marche Turque, j'eus l'envie de jouer, de poser mes doigts sur le clavier comme elle. La suite fut toute naturelle : elle m'installa sur ses genoux et avec une patience infinie, m'enseigna ce qui me semblait déjà être une science. Je ne savais pas encore lire, ni les mots, ni les notes… La mémoire seule, auditive, digitale et visuelle, me guida. L'expérience était grisante et relevait un peu du défi. C'est sans doute là une des causes de ma persévérance. "
Elle prend ses premiers cours de piano au conservatoire de Troyes "Après ceux que je reçus de ma mère, ils étaient pour moi une cause de grande excitation. Je m'y rendais au pas de course, imaginant déjà les couleurs qu'allait utiliser mon professeur afin de mettre en valeur les différentes voix de la pièce que j'étais en train d'apprendre, les images qu'il allait utiliser. "
Peu de temps après Paloma Kouider est admise au conservatoire national de région de Saint-Maur-des-Fossés dans la classe d'Anne-Marie de Lavilléon...." J'ai immédiatement été séduite par cette femme qui avait des allures de grand-mère bienveillante au regard vif. Elle avait le don de choisir des pièces qui m'allaient bien, tout en plaçant la barre toujours plus haut, si bien que je gravis les échelons qui constituent un cursus scolaire classique un peu plus vite que prévu. Ancienne élève de Lucette Descaves, son approche de la musique française tout particulièrement était très intéressante. Elle me fit jouer le dernier des huit préludes de Messiaen, " Un reflet dans le vent " au " Tournoi de la musique " à la Maison de la Radio, qui fut ma seule et unique expérience du genre ! L'organisation était assez solennelle : un jury d'environ trois personnes qui siégeait sur la scène du studio Charles Trenet, donnait le top départ de la sorte : " quatre, trois, deux, un, c'est à vous ! " ! Lorsqu'on a huit ans, on en retient l'aspect ludique certes, mais on comprend également que la musique a à voir avec un grand sérieux et une rigueur à toute épreuve. Une belle leçon ! j'ai eu également la chance de suivre dans ce conservatoire des cours de formation musicale avec un professeur extraordinaire, Didier Courty, auquel je dois beaucoup"
Elle donne son premier récital à l'âge de dix ans :"Comme ce premier récital me semble lointain ! Le Festival " Musique en Othe " organisait des concerts dans différentes églises de la région, une région suffisamment bucolique pour permettre ce genre de manifestations. Je me retrouvai donc dans une magnifique église, avec robe blanche et boléro -c'est à cette occasion que j'appris le nom exact de ces petits gilets très courts, non ajustés : qu'ils portent le titre même du chef-d'œuvre le plus connu de Ravel m'a intriguée pendant longtemps ! Le programme du concert était composé d'œuvres de Bach, Scarlatti, Prokofiev et Beethoven et se terminait par une petite composition que j'avais écrite pour l'occasion, intitulée " Libertade ". Je compris lors de cette première apparition " sérieuse " en public, qu'un musicien recevait une certaine énergie, non quantifiable mais bien perceptible, du public et qu'il faisait partie de son rôle de la recevoir d'une certaine façon. J'étais il faut dire bien entourée : famille, amis, instituteurs… L'intensité de ces moments fut sans doute ce qui m'a le plus frappée. Les sourires également. "
Paloma Kouider obtient quatre Médailles d’Or d’enseignement supérieur de musique à l’âge de douze ans. A 13 ans, elle obtient un Premier Prix de Perfectionnement à l’unanimité avec les félicitations du jury. Elle suit pendant deux ans la classe de musique de chambre de Paul Meyer et d’Eric Le Sage au CNR de Paris..."Passer deux ans dans cette classe m'a permis de rencontrer un grand nombre de musiciens et de me frotter à différents types de formation, ce qui est très important : violon/piano, clarinette/piano, alto/piano, trios… Ces rencontres impliquaient une adaptation constante : la musique de chambre est aussi une aventure, une rencontre entre plusieurs natures humaines entre lesquelles il s'agit de trouver un dénominateur commun sans pour autant gommer leur idiosyncrasie. Mettre son énergie au diapason de celles de ses partenaires, respirer à l'unisson, voilà qui demande un véritable investissement et qui nécessite un engagement très poussé. Eric Le Sage et Paul Meyer étaient là pour nous le rappeler. "
Les années qui ont suivi cette formation au CRR de Paris "prirent rapidement la tournure d'une traversée du désert" confie Paloma Kouider : "J'avais envie d'expérimenter la solitude, envie de me hisser seule, avec les outils que j'avais peu à peu amassées, en haut de la montagne, de découvrir moi-même la source. La montagne était escarpée et le bâton de sourcier m'a parfois fait défaut. Mais comme le dit si bien Heinrich Neuhaus dans son ouvrage "L'Art du piano" : " La base la plus solide, pour ne pas dire unique, de la connaissance, surtout pour celui qui se destine à l'art, est celle que l'on acquiert par ses propres moyens et par sa propre expérience. " Dans le désir d'approfondir ce que recouvre la notion de long terme, je me mis en tête de monter la Hammerklavier et la deuxième Sonate de Brahms. Deux pavés. Que je donnai en concert plusieurs fois, en première et seconde partie d'un même programme ! J'aimais passionnément ces deux sonates : l'une et l'autre se complétaient, se répondaient, me permettaient de comprendre ce que l'autre me cachait. "
En 2004, Paloma Kouider est remarquée par Marie-Paule Dallier, Présidente des concerts « Nouveaux Virtuoses » lors d’un récital où elle joue l’opus 106 de Beethoven, « Hammerklavier ». C’est ainsi qu’elle donne son premier récital parisien à la Salle Cortot le 23 novembre 2005 et qu’elle est invitée à plusieurs reprises dans différentes émissions radiophoniques : « Dans la cour des grands » et « Génération… jeunes interprètes », toutes deux présentées par Gaëlle le Gallic ; « De si de la » présentée par Anne-Charlotte Rémond, « Un mardi idéal » présentée par Arielle Butaux et « Les enfants de la musique » présentée par
Emmanuel Davidenkoff...."Je dois beaucoup à Marie-Paule Dallier. Lorsque nous nous sommes rencontrées, j'étais en première au lycée Racine et travaillait seule depuis un an et demi. C'est elle qui m'a fait rencontrer Serguei Markarov ; elle qui m'a offert mes premiers concerts dans de belles salles : Cortot en 2005, Gaveau, l'Unesco… ; elle qui m'a permis de faire mes premiers pas à la radio sur France musique... Son énergie était communicative. " Nouveaux virtuoses ", qui continue de vivre grâce à l'action de Francis Valluet, est une association à son image : vivante. Les concerts ont lieu dans de belles salles, les musiciens sont choyés, l'organisation est de grande qualité. Surtout, chaque concert est l'occasion d'une rencontre intergénérationnelle puisque l'entrée est libre pour les étudiants et qu'ils sont nombreux à répondre à l'appel. Dernièrement, l'association a invité mon trio, le Trio Karénine, à se produire dans la salle du Nouveau siècle de Lille. Un moment magique. "
En juillet 2006, Paloma Kouider obtient le Diplôme Supérieur d’Exécution de l’Ecole Normale de Musique de Paris, classe de Sergueï Markarov, pianiste nommé « World Unesco Artist »."Serguei Markarov, qui me fut donc présenté par la regrettée Marie-Paule Dallier, alors présidente de l'association " Nouveau Virtuoses ", m'a appris l'essentiel de ce qu'on appelle l' " école russe " : respecter le texte, canaliser son énergie, ne jamais considérer les difficultés techniques comme des embûches, construire la polyphonie, se faire flûte, hautbois, violons, orchestre… Que les phrases soient de véritables phrases, avec un début et une fin, que le rythme soit inébranlable, l'harmonie, pleine ! Le travail quotidien devient un univers à part, totalement orienté sur la recherche de la densité de l'expression musicale".
Elle perfectionne sa formation de soliste en suivant des cours d’interprétation avec Lev Naoumov, Michel Béroff, Anne Queffélec, Vladimir Kraïnev, Dan Thai Son, Leslie Howard et Claude Helffer. Ce dernier, avec qui elle étudie pendant trois ans, lui transmet son goût pour la musique contemporaine et il n’est pas rare qu’une création figure dans ses programmes...."La rencontre de personnalités musicales très différentes procure de belles bouffées d'oxygène. C'est explorer des conceptions sûres, des idées mûres mais aussi des expériences. Les pianistes avec lesquels j'ai épisodiquement travaillé m'ont fait comprendre qu'il y avait de nombreux cheminements possibles quand on est musicien. Tous les chemins mènent à Rome mais certains sont plus escarpés que d'autres… Ma rencontre avec Claude Helffer s'est faite de manière assez inattendue : à douze ans, je préparai le morceau imposé de mon prix, les premiers et deuxièmes préludes de Dutilleux, et m'aperçus que ce pianiste dont je connaissais les enregistrements de Mikrokosmos de Bartok et son intégrale Debussy, était le dédicataire de l'un de ces deux préludes, " Sur un même accord ". Ni une ni deux, je cherche son numéro de téléphone dans l'annuaire, le trouve et l'appelle. Lorsqu'il me demande si je suis étudiante, je réponds spontanément par l'affirmative. Très gentiment, il accepte de me recevoir. Le jour J, l'anxiété se fait sentir… Qu'allait-il penser de cette fillette qui avait eu le toupet de se prétendre étudiante ? Comme il avait un grand sens de l'humour, cela le fit rire… et ce fut le début d'une longue série de " leçons d'interprétation ". J'assistai un peu plus tard à ses " mardis " de la rue Mignet, auxquels assistaient des personnes de toute génération. D'une grande intelligence, fort de ses relations amicales avec bon nombre de compositeurs contemporains, il expliquait comme nul autre des aspects parfois arides et ardus d'œuvres qu'il avait lui-même jouées avec un sens de la précision et une rigueur époustouflante. Le fait qu'il ait été polytechnicien et pianiste à la fois n'a sans doute pas été étranger à mon choix d'intégrer une classe préparatoire. Lui-même incarnait la possible complémentarité de domaines différents, aussi exigeants l'un que l'autre."
Effectivement, parallèlement à sa formation de musicienne, Paloma Kouider a obtenu un baccalauréat littéraire avec une mention Très Bien en 2005, ainsi que le 1er Prix de musique au Concours Général des Lycées (session 2005). Après trois années de classe préparatoire littéraire (hypokhâgne et khâgne) au lycée Louis-le- Grand, elle poursuit à présent ses recherches littéraires en master à l’université Paris 8 sous la direction de Christian Doumet..."Mes études littéraires m'apportent à la fois une discipline et une ouverture qui sont essentiels à mon évolution artistique. Le contact avec les textes littéraires, parfois épistémologiques, la recherche d'éléments nouveaux, la lente maturation des hypothèses, les moments d'excitation, ceux d'essoufflement façonnent l'esprit d'une autre manière que le travail pianistique. Le cheminement en dents de scie de la vie artistique est contrebalancé par un autre type d'évolution, qui peut être capricieux également : les deux évolutions se répondent et me font passer par des sentiments extrêmes. Les deux activités se nourrissent l'une l'autre d'une manière qui ne peut qu'enthousiasmer. Une fois qu'on y a goûté, il est difficile de faire marche arrière"

Paloma est lauréate de la Fondation Natixis-Banque Populaire depuis 2007 et elle fait partie des « Révélations classiques » 2008 de l’Adami..."L'aide de la Fondation Groupe Banque Populaire est inestimable : j'ai ainsi pu bénéficier pendant trois ans d'une aide financière conséquente, qui a servi notamment à la production de mon premier disque. Mais l'aide ne se limite pas à cette seule action : la fondation accompagne véritablement ses lauréats dans leur parcours, en faisant part à ses membres de leur activité musicale par exemple. L'aide de l'ADAMI n'est pas moins précieuse ! L'association nous permet de nous produire dans des festivals réputés : à Prades, un concert qui est traditionnellement enregistré et dont est fait un disque de " promotion ", Aix-en-Provence… Les concerts sont fort sympathiques puisque nous sommes toujours huit révélations (quatre instrumentistes et quatre chanteurs), à nous partager la soirée. C'est aussi une occasion de rencontrer d'autres jeunes musiciens puisque les révélations ne se connaissent pas toujours ! "
Paloma Kouider joue régulièrement en public en France (à Paris et en province : Festivals Pablo Casals, Polignac, Jeunes talents, Château du Grand Jardin) et depuis 2002 à l’étranger : Angleterre, Allemagne, Kazakhstan, Russie (Saint Pétersbourg, au Philarmonic Hall dans le concerto pour deux pianos de Mozart), Japon (dans le concerto de Grieg en 2005) et Suisse (Genève, Palais de l’Athénée)...Un lieu de concert est toujours une intense découverte pour la jeune pianiste :" On croit parfois le connaître lorsqu'on s'y est produit plusieurs fois déjà, mais ce n'est jamais vraiment le cas : il reste toujours des détails à découvrir, variables selon les conditions. J'affectionne tout particulièrement les salles qui reprennent le modèle du théâtre grec antique ce qui est le cas de la salle du Nouveau siècle à Lille par exemple. J'ai joué dans des salles à l'acoustique exemplaire au Japon et en Russie, aux dimensions incroyables. Une humble église au fin fond de la Champagne peut être aussi séduisante… les attributs sont simplement différents et l'atmosphère s'en ressent, inévitablement. C'est là tout le piment de notre métier, fait d'adaptation constante. "
Interrogée sur son meilleur souvenir de concert, Paloma Kouider répond..."Je n'ai pas à proprement parler de meilleur souvenir de concert : tous se complètent en traçant une ligne plus ou moins marquée. Parfois, cette ligne est à peine esquissée, parfois, elle est au contraire très appuyée. Un concert vient toujours en compléter un autre dans une sorte de prolongement constant. De même, un concert n'est à mon sens jamais vraiment terminé : ce qu'on appelle la fin d'un concert n'est que l'annonce du suivant. Pour qu'un concert soit réussi, il faut plusieurs ingrédients. Quand tous sont réunis, bien présents, dans des proportions satisfaisantes, alors peut se produire ce qui finit par apparaître un miracle. Qui fascine. "

Son répertoire

Paloma Kouider confie que ses compositeurs de prédilection varient sans conteste selon les périodes de sa vie et suivent son évolution psychologique : "Petite, je vouais une admiration sans borne à Mozart et Debussy. Bach m'était plus étranger. Aujourd'hui, Bach et Beethoven se font de plus en plus présents. Il y a un lien entre les expériences humaines et la compréhension du langage d'un compositeur, j'en suis persuadée. Ensuite, nous pouvons avoir des facilités à interpréter un compositeur sans que ce soit celui qui nous fascine le plus à un moment x de notre existence. L'inverse est également possible. Là encore, c'est un panthéon qui doit nous être familier dans sa totalité et non partiellement. Approfondir un langage peut ouvrir les portes de l'univers d'un autre compositeur, même si les deux n'ont en apparence rien à voir…"
Jouer les œuvres qui la fascinent tout particulièrement à un moment précis, et qui l'obsède est indispensable à Paloma Kouider :" Une nécessité se fait sentir, s'impose et me pousse à me consacrer à telle œuvre. En général, je procède à une première lecture de l'œuvre au clavier, en essayant de laisser libre cours à ma spontanéité et de mémoriser ses élans. Je m'efforce ensuite d'apprendre l'œuvre mentalement, d'en connaître le schéma global afin de construire une architecture qui soit finement pensée, sans avoir recours au clavier avant de revenir à l'instrument et de commencer un travail plus " artisanal ". Si le temps le permet, le mieux est de laisser reposer l'œuvre quelque temps, avant de la reprendre et de la jouer en public. Dinu Lipatti procédait de la sorte, de manière très prudente. J'attache la plus grande importance à l'authenticité et la sincérité du propos d'un interprète. Interpréter le discours d'un génie nécessite un engagement et une générosité infinie. Il s'agit d'être à la hauteur."
Paloma Kouider joue régulièrement de la musique de chambre, notamment au Festival de Sancerre avec la violoncelliste Oxana Moroz de l’orchestre du Kirov de Valéry Gergiev, ou encore avec les violoncellistes Adrien Frasse-Sombet et Julien Lazignac, les violonistes Julien Sulzman et Amanda Favier, le clarinettiste Julien Hervé et l’altiste Jérémy Pasquier. Plus récemment, elle fonde avec Anna Göckel au violon et Louis Rodde au violoncelle, le trio Karénine : tous les trois suivent actuellement une formation supérieure dans la classe du quatuor Ysaye au conservatoire de Paris..."J'ai rencontré de très bons musiciens lorsque je suivais les cours de Paul Meyer et Eric Le Sage. Mais il y a un gouffre entre faire de la musique de chambre de manière ponctuelle avec tel ou tel partenaire et s'engager dans une formation à long terme, à laquelle il faut insuffler une énergie de manière constante. C'est le cas depuis un an tout juste avec la violoniste Anna Göckel et le violoncelliste Louis Rodde, avec lesquels j'ai constitué le Trio Karénine. L'aventure est passionnante. Découvrir l'autre permet de mieux se découvrir soi-même. Notre travail avec le quatuor Ysaÿe nous apporte les clefs nécessaires à ce travail de longue haleine où il faut parfois faire des concessions. Le répertoire est magnifique : nous jouerons très prochainement le deuxième quatuor de Fauré avec l'altiste Miguel Da Silva."
Paloma Kouider aime tout autant jouer seule qu'en musique de chambre ou avec orchestre :"En tant que pianistes, nous avons un choix des plus larges en matière de concerts ! C'est une grande chance que permettent et les capacités de l'instrument et son répertoire. Là encore, je n'ai pas de préférence : chacun de ces trois genres de concerts se nourrissent les uns les autres. Comment être à l'aise dans un trio de Beethoven si jouer des sonates du même compositeur en public nous est étranger ? Et vice versa ! Dans le même ordre d'idée, être au contact des cordes en permanence, travailler avec eux sur leur sonorité permet d'avoir une approche plus orchestrale des sonates de Beethoven. Comment créer un son imposant si une masse orchestrale ne nous a jamais entouré sur scène ? Menahem Pressler, le pianiste du Beaux-Arts trio, explique très bien cette complémentarité des fonctions du pianiste, en l'occurence du pianiste chambriste : " Le pianiste de trio doit posséder des qualités de soliste mais en même temps être capable de concevoir le piano comme un lien entre les deux instruments à cordes, de s'harmoniser avec eux tout en exploitant pleinement sa sonorité. "
Quant à l'écoute elle aime bien sûr principalement la musique classique mais il lui arrive aussi de tendre les oreilles vers d'autres musiques : "beaucoup de musique orchestrale, de musique de chambre et de lieder. D'autres rythmes, d'autres modes me sont néanmoins nécessaires : le jazz me les apporte. La chanson française des années 50 - 60 m'émeut toujours beaucoup : Piaf, l'héroïne de mon enfance, Ferré, Brel, Barbara… Leur engagement est total et ne peut que donner de la force. "
Tous les arts sans exception lui semblent utiles à une meilleure compréhension de la musique.." Un coloriste comme Vlaminck vous apprend peut-être mieux que quiconque ce qu'est un contraste ! Alechinsky la puissance d'un accompagnement, Kandinsky ce qu'est le rythme, Man Ray la force de l'immobilité… pour ne prendre en exemple que les peintres et photographes. Pierre Boulez, dans son livre sur Paul Klee intitulé Le Pays Fertile, expose à merveille cet intérêt de passer par d'autres arts pour comprendre plus profondément celui que nous pratiquons, certitude qu'il acquiert lorsque Stockhausen lui offre un exemplaire du livre Das bildnerische Denken en lui disant : " Vous verrez, Klee est le meilleur professeur de composition. Je suis également une grande adepte du 7e art : parce qu'il fait rêver, nous permet de vivre ce qui ne nous est pas donné de vivre. Une fenêtre incomparable sur l'Histoire. De manière plus générale, les grands du monde artistique, quelle que soit l'époque dans laquelle ils ont vécu, sont des modèles d'imagination, de découverte des possibles et de radicalité dans leur engagement artistique. Avant tout, ils donnent de l'espoir…"

Ecouter...

Beethoven/Liszt
Paloma Kouider
Beethoven(1770-1827)
Sonate n°15 en ré majeur opus 28 "Pastorale"
Sonate n°9 en mi majeur opus 14 n°1
Liszt(1811-1886)
12ème Rhapsodie hongroise en ut# mineur
2ème Rhapsodie hongroise en ut# mineur

Paloma Kouider, lauréate de la Fondation Natixis-Banque Populaire depuis 2007 et révélation classique de l'ADAMI en 2008 avait déjà pu enregistrer des oeuvres de Liszt sur un "disque de promotion" réalisé par l'association artistique de cette société, et grâce à leurs aides conjuguées, elle peut aujourd'hui présenter un "vrai" disque édité par le label Lyrinx convaincu également du talent de la jeune pianiste depuis déjà un certain temps... un temps notamment occupé par Paloma Kouider, en complément de son activité de concertiste, à poursuivre des études littéraires de haut niveau qui lui apportent, explique-t-elle, à la fois une discipline et une ouverture qui lui sont essentielles à son évolution artistique.
Elle a choisi de nouveau des oeuvres de Liszt, deux Rhapsodies hongroises avec lesquelles elle a aussi passé beaucoup de temps puisqu'elle les a très souvent jouées en concerts, concours, émissions radiophoniques… Liszt a passé aussi beaucoup de temps à jouer les sonates de Beethoven et transcrire ses symphonies pour le piano, et Paloma Kouider qui a décelé une atmosphère dans la sonate "Pastorale" de Beethoven annonçant les paysages traversés dans les Rhapsodies de Liszt a choisi de construire son programme autour de ces deux compositeurs. Elle consacre d'ailleurs également beaucoup de temps à Beethoven que ce soit en solo ou en musique de chambre, puisqu'elle fait partie depuis quelques années du Trio Karénine qui met souvent Beethoven à son programme.Liszt, contrairement à Beethoven, a donné lui-même à nombreuses de ses oeuvres des titres se rapportant à la littérature ou ses voyages. Le titre "Pastorale" de la sonate n°15 opus 28 ne fut pas attribué par Beethoven mais par son éditeur qu'une trentaine d'années plus tard... c'est probablement l'humeur bucolique du rondo final, que vous pourrez aussi entendre plus bas dans cette page, qui fut à l'origine de ce qualificatif indique Jean-Yves Bras auteur du livret....cliquez ici pour lire la suite et écouter plusieurs extraits
En concert :
La pianiste Paloma Kouider son trio Karenine se prépare à une petite tournée hivernale sur Paris et banlieue, du 12 au 19 février :
-dimanche 12 février à 18h30 : Eglise St Ephrem ; (Mozart, Haydn , Shostakovich)
renseignements et réservations: 01 42 50 96 18 ou sur http://www.ampconcerts.com/concerts/index
-mercredi 15 février : Rue de l'université ; (Haydn, Mendelssohn, Bahr) entrée sur invitation
-jeudi 16 février à 21 h : "Concert dans l'atelier" (14ème arrondissement) ;(Haydn, Mendelssohn, Bahr)
entrée sur invitation
-vendredi 17 février à 20h30 : Auditorium du Conservatoire de Fontenay-aux-roses (92);
entrée libre, plus de renseignements..en cliquant ici
-samedi 18 février à 18h30 : Eglise de St Ephrem ; (Haydn, Mendelssohn, Beethoven)
renseignements et réservations: 01 42 50 96 18 ou ici
-dimanche 19 février à 15h : Hôtel Beldord (17 rue de l'Arcade, 75008) ; (Haydn, Mozart, Shostakovich) entrée libre
-dimanche 19 février à 19h30 : "Les répétitions de Saint-Simon" ;(Haydn, Beethoven, Mendelssohn) entrée sur invitation

En savoir plus

visitez le site internet de Paloma Kouider... cliquez ici

 


Retrouvez une information sur
le site Piano bleu Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    
Ne partez pas
sans avoir lu
l'actualité
du piano !





  et... Partagez cette page !


Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs pour vous facilier la navigation sur le site internet ...
Actualités quotidiennes du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cadeaux de noël
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts de pianiste
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano
forum piano
livres biographies compositeurs / pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 


Retour à l'accueil de pianobleu.com