Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Bela Bartok

(1881-1945)

Cliquez sur le portrait de Bela Bartok pour écouter un extrait de sa suite op14

Sa vie en résumé : petite biographie de Bela Bartok

Bela BartokBela Bartok est né le 25 mars 1881 à Nagyszentmiklos(Hongrie, aujourd'hui en Roumanie). Son père était violoncelliste amateur et sa mère institutrice, était également musicienne. Ses dons pour la musique se sont révélés très tôt ( dès l'âge de trois ans il savait battre la mesure avec un tambour, et à quatre ans il arrivait à retrouver un air musical au piano). Dès cinq ans, sa mère lui ayant appris les bases de la musique, il pouvait l'accompagner dans des morceaux à quatre mains. Son père décéda alors que Bela Bartok n'avait que six ans et sa mère donna des leçons de piano en complément de son métier d'institutrice. En 1888, il déménagea à Nagyskollos (en Hongrie du Nord-Est). A l'âge de 11 ans, il donna son premier concert public, une œuvre de Beethoven et l'une de lui-même, il fut acclamé !
Ayant de nouveau déménagé, à Pozsony, ville universitaire riche d'une tradition musicale, Bela Bartok bénéficia alors des cours de Laszlo Erkell et de Hyrtl. Reçu au conservatoire de Vienne à l'âge de 17 ans, au dernier moment il choisit de rejoindre son ami Erno Dohnanyi au conservatoire de Budapest. Il y reçut les cours de Istvan Thoman (élève de Liszt) et travailla la composition avec Janos Koessler. En 1903, alors qu'il terminait ses études au conservatoire, il composa un grand travail orchestral, Kossuth. influencé par les poèmes symphoniques de Richard Strauss. Celle-ci connut un grand succès à Budapest puis à Manchester. Cette œuvre fut rapidement suivie d'une autre : La rhapsodie pour piano, op1.
En 1905, Bela Bartok fit un séjour de deux mois à Paris, , afin de se présenter au concours Rubinstein, mais déçu par ses résultats, il n'alla même pas chercher ses diplômes. Cependant la découverte de Paris le fit beaucoup évoluer dans sa pensée. A son retour, il se lia d'amitié avec Zoltan Kodaly avec qui il entreprit de dresser un inventaire complet des chants populaires et des mélodies des pays du Bassin danubien. A sa carrière de pianiste et compositeur, Bartok ajouta ainsi celle d'ethnographe. Il passa de nombreux jours dans les villages, parmi les paysans pour collecter la musique populaire hongroise. Cette musique fut à la source de son inspiration, et on le lui reprocha parfois, certains le nommant même de "folkloriste amateur" !
En 1907, il fut nommé professeur de la classe supérieure de piano de l'académie de musique de Budapest. A la même époque, il s'intéressa particulièrement à deux "maîtres" différents : Beethoven et Debussy, qui l'inspirèrent également dans ses compositions. En 1908, il publia "Pour les enfants" recueil de 85 pièces pour piano où Bela Bartok fournit une contribution importante à la pédagogie musicale. En 1909, il épousa Marta Ziegler qui lui donna un fils en 1910 également prénommé Bela.
En 1911, Bela Bartok présenta ce qui devait être son unique opéra du fait du mauvais accueil que lui firent les musiciens : le Château de Barbe-Bleue. La même année, il composa son premier chef œuvre au piano : "l'Allegro Barbaro" inspirée du folklore. Alors que sa musique était peu appréciée dans son propre pays, La Hongrie, elle connut un meilleur accueil en France et Espagne. En 1913, Bela Bartok fit un séjour en Afrique du Nord, il y recueillit des mélodies arabes dont les tonalités particulières l'inspirèrent. En 1914, Bela Bartok fit un séjour en France mais, en raison de la guerre, il dut rentrer en Hongrie. Pendant la Première Guerre mondiale, période qui lui fut personnellement difficile, en raison notamment de son impossibilité de sortir de Hongrie, il écrivit les ballets "le prince de bois" et "le mandarin merveilleux", qui contribuèrent à sa célébrité. Il composa également en 1916 sa suite pour piano op14.
Bela Bartok put reprendre ses tournées de concert en 1921, sa notoriété en Europe se développant. Cette même année, il écrivit sa première sonate pour violon et piano, la seconde suivant dès 1922. En 1923, il divorça et épousa Ditta Pasztory dont il eut un second fils en 1924 : Peter. Le gouvernement lui commanda une nouvelle partition, en 1923, à l'occasion du cinquantième anniversaire de la fusion de Buda et de Pest en une seule et même ville : Bartok écrivit alors sa Suite de danses qui contribua également beaucoup à sa notoriété, particulièrement en Allemagne.
En 1927, Bela Bartok créa lui-même son premier concerto pour piano et orchestre à Francfort. Entre décembre 1927 et février 1928, Bela Bartok fit une tournée de concerts aux États-Unis et il joua en Union soviétique en 1929. En 1930, il reçut la légion d'honneur. En 1933, il créa son deuxième concerto pour piano et orchestre à Cologne. Il démissionna de son poste à l'Académie de Budapest en 1934, mais poursuivit ses recherches d'ethnomusicologie comme membre de l'Académie des Sciences Hongroises, ainsi en 1935 et 1936 il alla en Turquie pour y enregistrer et noter de nouvelles chansons folkloriques. En 1937, il composa la sonate pour deux pianos et percussions.
En 1939, après une tournée aux États-Unis avec le clarinettiste de jazz Benny Goodman Bela Bartok choisit d’émigrer l’année suivante afin de fuire la montée du nazisme en Europe. En exil aux États-Unis, il s’installa à New York et il obtint un poste de chargé de recherche à l'Université de Colombia. Mais sa vie n'y fut pas heureuse : il connut des difficultés financières, les critiques ne lui étaient pas favorables et il ne tira que peu de ressources des leçons de piano qu'il donnait. Il refusa de donner des cours de composition qui aurait pu pourtant l'aider mais il estimait que cela ne s'enseigne pas. Atteint d'une leucémie, sa santé déclina et il est décédé le 26 septembre 1945 à New-York sans avoir pu terminer toutes les commandes qu'on lui avait faites dernièrement ni avoir pu revenir dans son pays natal.

Les compositions de Bela Bartok

Outre ses compositions vocales et œuvres scéniques, ses quatuors à corde et son concerto pour orchestre ont contribué à la renommée de Bela Bartok. En ce qui concerne le piano : Bela Bartok est aussi réputé par les pièces qu'il a composées pour cet instrument : plus de trois cents, dont plus de la moitié est regroupée dans les six cahiers pédagogiques "Mikrokosmos"(terminés en 1937), ceux-ci sont conçus comme une méthode d'initiation des débutants aux combinaisons tonales et rythmiques inhabituelles. Il a également composé une sonate pour deux pianos et percussion et œuvres pour chant et piano, ainsi que des œuvres de musique de chambre avec piano.

Avant d'évoquer ses compositions, il est intéressant de parler de sa technique pianistique :" la force de son jeu n'est pas le poids d'une main qui frappe les notes de haut mais dans un martèlement au ras du clavier, le bras rigide, le poignet et les doigts d'acier. Son mérite essentiel n'est pas dans las couleur mais dans la pureté du style et le relief des plans sonores. Cette luminosité des plans séparés se retrouve chez Bartok créateur, dans cette écriture polytonal où souvent les tonalités ne se fondent pas mais se croisent et se combattent sans se mêler, en un contrepoint d'harmonies"(extrait du livre Bartok -Pierre Citron).
La musique de Bela Bartok s'est construite sous diverses influences : celles de Bach( dont il appliqua le contrepoint), Strauss, Liszt , Beethoven et Debussy et surtout celle de la musique folklorique, Bela Bartok ayant recueilli avec son ami Kodaly, plus de 8000 chants populaires de divers pays surtout Hongrie, Roumanie, pays slovaques ainsi balkaniques et de la Turquie et d'Afrique du Nord. Bartok ne se contenta pas de transcrire ces chants mais les recomposa à l'aide d'harmonies et rythmes libérés. Ainsi il ne s'en tint pas aux modes majeurs et mineurs traditionnellement utilisés, utilisa des dissonances lui permettant de mettre en valeur le rythme. Rythme déjà très percutant, aux martèlements répétitifs, inspiré des rythmes de danses basés sur une "motorik" binaire.
Il a dit :
"Celui qui veut vraiment sentir la pulsation de la musique populaire Hongroise doit en quelque sorte la vivre, ce qui n'est possible que par un contact direct avec les paysans. Pour que le charme de cette musique vous saisisse tout entier, dans toute sa puissance, il ne suffit pas d'en apprendre les mélodies"
"J'ai toujours adoré et j'adore la France, surtout Paris"
"Mon idée maîtresse véritable, celle qui me possède entièrement depuis que je suis compositeur, c'est celle de la fraternité des peuples, de leur fraternité envers et contre toute guerre, tout conflit. [...]C'est pourquoi je me refuse à aucune influence, qu'elle soit de source slovaque,roumaine, arabe ou autre, pourvu que cette source soit pure, fraîche et saine".
Ses contemporains en ont dit :
"On insiste trop sur ses trouvailles de style, sur ses innovations techniques. Bartok en a autant que quiconque. L'essentiel c'est qu'il les anime d'une voix chaude et vivante; il dispose de toutes les nuances de la vie ; du frisson tragique jusqu'au simple jeu ; il ne lui manque que le sentimentalisme, la mollesse caressante , tout ce qui berce"- Zoltan Kodaly
"Personne n'a envie d'écouter du Bartok" : Le comte Banffy, directeur de l'Opéra de Budapest, qui pourtant lui commanda la partition du "Prince du bois"(en 1917)
"On parle souvent de Bartok comme d'un être froid, distant, rigide, ou dogmatique, ce qui est une erreur absolue, car l'homme était d'une intelligence humaine et d'une ouverture d'esprit incroyables". Gyorgy Sandor (élève de Bela Bartok)

Écouter des oeuvres de Bela Bartok...

La sélection de Piano bleu...

Transcriptions pour deux pianistes

Bela Bartok (1881-1945)
Deux images (1910) pour Orchestre
Transcription de Zoltán Kocsis pour deux pianos
Achille-Claude Debussy (1862 – 1918)
Jeux (1912 – 13) Poème dansé
Transcription de Jean-Efflam Bavouzet pour deux Pianos
Igor Stravinsky (1882 – 1971)
Le Sacre du printemps (1911 – 13) Ballet pour Orchestra Transcription du Compositeur pour Piano à quatre mains

Jean-Efflam Bavouzet, piano
François-Frédéric Guy, piano

Avec ce disque, qui paraît sous le label Chandos, nous découvrons une autre facette du pianiste François-Frédéric Guy , dont piano bleu et ses internautes suivent depuis nombreuses années les enregistrements. Ainsi à l'occasion d'un nouvel entretien ( à lire ci-dessous) au sujet de ce disque de transcriptions pour deux pianistes, il confie qu'il a failli bifurquer vers la direction d'orchestre dans les années 90 et, qu'étant finalement devenu pianiste, ces concerts de transcriptions sont en quelque sorte "sa thérapie" et lui permettent de garder le contact physique avec les œuvres pour orchestre. Il explique également qu'il partage, avec le pianiste Jean-Efflam Bavouzet, avec lequel il joue régulièrement, une passion totale et inépuisable pour l'exploration du répertoire pianistique et symphonique, ainsi que pour la création contemporaine, et que ce disque est un peu l'aboutissement de ce travail en commun mais aussi, l'espère-t-il, un début d'une future collaboration......cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait

BELA BARTOK
Piano Works (Oeuvres pour Piano)

Suite de danse
Quinze chants paysans hongrois Quatre lamentations anciennes
Sonate pour piano
Six danses roumaines
14 bagatelles

Alain Planès, piano

Profitez des vacances pour découvrir la musique pour piano seul de Béla Bartok (1881-1945), un compositeur qui a écrit beaucoup d'oeuvres pédagogiques , avec ce nouveau disque du pianiste Alain Planès !
Ce disque complètera votre connaissance de ce compositeur au sujet duquel la musicologue Claire Delamarche a publié fin 2012 une grande biographie et c'est elle qui a également rédigé le livret de disque. Un enregistrement qui n'est certes pas une intégrale de l'oeuvre pour piano de Bartok mais en dévoile l'évolution. On regrettera peut-être juste que les oeuvres ne soient pas sur le disque dans l'ordre chronologique , pour mieux la mesurer, quoique en fait dès les premières oeuvres certains traits particuliers s'affirment
Ainsi on trouvera en milieu de disque les Danses populaires roumaines (1906) qui reposent sur des mélodies collectées en Transylvanie , que Bartok a peu modié , juste par des accompagnement imaginatifs et une harmonie recherchée. On mesure l'aspect plus percussif de sa musique par contre dès la suite de Danse qui ouvre ce disque et a été composée en 1925 sur une commande de la Hongrie pour un anniversaire. Il a choisi d'exprimer en musique son idéal de fraternisation entre les peuples, elle fut d'abord écrite pour orchestre. Elle s'inspire aussi d'éléments folklorique. Il a fait ce choix après avoir été marqué par des attaques nationalistes, et certaines danses sont ici d'inspiration arabe, d'autres d'esprit hongrois et roumains....ainsi écrira-t-il : " ...Mon véritable principe directeur , dont j'ai pleinement conscience depuis que je suis compositeur, est la fraternisation entre les peuples, envers et contre toutes les guerres et toutes les discordes. Cette idée, je cherche à l'illustrer en musique dans la mesure de mes forces ; je ne cherche aucune influence, qu'elle émane d'une source slovaque, roumaine, arabe ou qu'elle soit. Pourvu que cette source soit pure, saine et fraîche ! C'est en raison de ma situation disons "géographique" que la source hongroise m'est la plus proche, et que l'influence hongroise domine dans mes oeuvres. Quant à savoir si mon style - indépendamment de ces différentes sources - est de caractère hongrois ou non ( et tout découle de là), c'est aux autres d'en juger, pas à moi. Pour ma part j'ai l'impression qu'il l'est. Car le caractère et l'environnement doivent d'un certaine manière être en harmonie" ( extrait p. 627 et 628 du livre de Claire Delamarche) ....cliquez ici pour lire la suite et écouter des extraits

Bartok
The piano concertos
Krystian Zimerman

Orchestre Symphonique de Chicago
Leif Ove Andsnes
Orchestre Philharmonique de Berlin
Hélène Grimaud
The London Symphony Chorus
Sous la Direction de Pierre Boulez


Pierre Boulez, qui fêtera cette année son 80ème anniversaire a choisi trois talentueux pianistes et trois orchestres différents pour enregistrer cette intégrale des concertos de Belà Bartok. Chaque concerto possède des caractéristiques différentes, d'autant mieux mise en valeur par ces interprètes aux touchers différents.
Les deux premiers concertos furent créés par Bartok lui-même en 1927 et en 1933, quant au troisième c'est le pianiste hongrois György Sàndor, qui le créa en 1946, après le décès du compositeur.
On pourrait croire à l'écoute de ce disque que ce dernier concerto fut le premier écrit par Bartok car le caractère percussif et la rythmique y sont plus "sages" que dans les deux premiers, l'oreille habituée à la musique "romantique" a plus de facilité à suivre ce concerto que les deux autres car les mélodies s'en détachent mieux. Certains disent que ce concerto est féminin, reste à savoir si les œuvres musicales ont un sexe...dès lors qu'elles sont indifféremment jouées par des hommes ou des femmes ! Disons qu'il est plus limpide et plus mélodieux... et qu'il est certes ici interprété par une pianiste, mais qui elle-même réfute le caractère féminin à ce concerto(interview du journal Le monde de la musique de ce mois-ci).
On peut se demander aussi si ce concerto eut été différent si Bartok avait eu le temps de le terminer et le créer lui-même, car n'oublions pas que l'improvisation domine ses œuvres. Beaucoup s'accordent à citer le deuxième concerto comme le plus réussi, et sûrement le plus représentatif de l'œuvre de Bartok : le caractère percussif du piano y est exploité avec une grande technique et il possède un pouvoir expressif exceptionnel par des sonorités particulièrement riches. Le premier concerto est quant à lui considéré comme le plus difficile tant à jouer qu'à entendre, comme dans l'intégrale des concertos de Prokofiev, il est vrai que le rythme globalement frénétique de ce disque n'est pas de tout repos  ! On aimerait pouvoir admirer les mains des pianistes sur le piano, mais le DVD sera peut-être pour un autre fois !...cliquez sur l'image pour vous procurer ce disque.

Béla Bartok
Les Œuvres pour piano
Gyorgy Sandor

Gyorgy Sandor fut l'élève et ami de Bela Bartok pendant de nombreuses années en Hongrie ainsi qu'aux USA, jusqu'à la fin de la vie du compositeur. Il créa plusieurs œuvres du compositeur. Ce coffret regroupe en cinq disques l'intégrale qu'il a enregistrée des œuvres pour piano seul de BelaBartok.
Réédité en 2003, ce coffret a obtenu le Grand Prix du Disque lors de sa parution au début des années 60
Cliquez sur l'image pour vous le procurer.

 

Béla Bartok
Œuvres pour piano
Zoltan Kocsis

Le pianiste hongrois Zoltan Kocsis a également enregistré l'intégrale des œuvres pour piano de Bela Bartok, ( 2 édtions) pour la première ( en fait ré édtion de 2010 cliquez sur l'image ci-contre

Béla Bartok, Zoltan Kocsis
L'Oeuvre pour piano seul - Coffret
14 Bagatelles, BB 50 - 2 Elegies, BB 49 - For Children, BB 53
intégrale (CD album). 8 Volumes

Réédité en novembre 2005, ce coffret est indispensable pour qui souhaite connaître l'oeuvre pour piano de Bela Bartok sous les doigts d'un interprète de référence.
pour en écouter des extaits et/ou vous la procurer tant qu'il en reste !(fnac) ou procurez-vous le chez amazon cliquez ici ou cliquez ici(fnac)

Béla Bartok
Rhapsodie N°1
Etude, opus 18 - Sonatine - Im Freien
Andreas Bach

Ce disque à un prix très écconomique, récemment sorti, permet de découvrir des oeuvres importantes de la "production pianistique" de Bela Bartok : la rhapsodie op1, l'allegro barbaro... dont le jeune interprète Andreas Bach en fait une interprétation tout à fait remarquable.
Cliquez sur l'image pour vous procurer ce disque

 

BARTÓK RECORDINGS FROM PRIVATE COLLECTIONS
Bartók Plays and Talks (1910-1944)

Ce coffret de 4 disques contient des enregistrements originaux de Bela Bartok lui-même.
mais il est souvent vendu très cher !...

Cliquez sur l'image pour en savoir plus

Pour écouter les disques d'oeuvres de Bela Bartok...cliquez ici

En savoir plus

Béla BARTOK (1881-1945)
Claire Delamarche

Voici un livre, paru en novembre 2012, dont la lecture si vous la débutez en cette fin d'année se prolongera fort probablement en 2013 car cette monographie de référence sur le compositeur et pianiste Béla Bartók qui vient de paraître chez les éditions Fayard comprend plus d'un millier de pages ! Un document gigantesque qui a demandé à son auteur Claire Delamarche, musicologue chargée des publications à l’Auditorium-Orchestre national de Lyon , plus d'une dizaine d'années pour sa réalisation... Rien à voir donc avec "Le Petit livre des grands compositeurs" qu'elle a pu réaliser il y a quelques années ainsi que d'autres ouvrages dits "pour les nuls" auxquels elle a aussi contribué, mais un livre impressionnant, dont à l'occasion d'un entretien à lire ci-dessous, elle confie à juste titre que maintenant que celui-ci est édité elle éprouve : "Un mélange de fierté et de soulagement, car la rédaction de ce livre fut une magnifique aventure mais également un sacerdoce dont [ elle est ] heureuse de sortir" . Cette monographie unique en son genre pour ce qui concerne Béla Bartók est assurément destinée à ceux qui ont envie de tout savoir sur le compositeur, également pianiste hongrois qui s'exila aux Etats Unis...cliquez ici pour lire la suite dont un entretien avec Claire Delamarche

 

DVD de la collection
Les leçons de musique de Jean-François Zygel
Bartok

Pianiste et compositeur, Jean-François Zygel est également professeur d’écriture et d’improvisation au Conservatoire National Supérieur de Paris et pourrait ajouter à sa carte de visite "humoriste" . C'est en effet de façon très plaisante qu'il se propose de faire découvrir la musique et les compositeurs lors des leçons qu'il donne à la mairie du 20ème arrondissement de Paris. Ce sont ces leçons, enregistrées en public, que l'on peut retrouver dans cette nouvelle collection qui comporte 4 CD. Son but : faire comprendre la musique classique de l'intérieur. Il n'est pas question ici d'apprendre à la jouer mais à l'écouter. Par ses leçons, Jean-François Zygel la rend accessible, en aidant à mieux la comprendre, et en formant l'oreille de ses "élèves" et donnant les "ingrédients de cuisine".

Le DVD consacré à Bartok permet de comprendre en quoi sa musique est originale : la spécificité rythmique de ses œuvres, les sources d'inspiration dans la musique populaire, le contrepoint (ou plus précisément les "imitations" utilisées par Bartok) et comment est créé le "dramatisme". Ses explications, très imagées et simples, sont entrecoupées d'interprétations qu'il joue au piano ou, pour ce DVD, jouées par Ayako Tanaka, Cécile Grassi, Bleuenn Le Maître et Ingrid Schoenlaub (Quatuor Psophos). En bonus, on retrouve Jean-François Zygel pour l'explication de termes musicaux, encore illustrés au piano ( ici : Contrepoint, doublure et registre) .
Cliquez sur l'image pour vous procurer et/ou en savoir plus sur ces DVD.

Bartok
Pierre Citron

Ce livre de poche fait partie de la collection "Solfèges". Outre un texte biographique assez complet et très explicatif sur les compositions de Bartok, il offre nombreuses illustrations, le catalogue des œuvres et un horizon discographique datant de 1994. La plupart des citations de cette page sont issus de ce livre, que je vous recommande particulièrement.
Cliquez sur l'image pour vous procurer ce livre

Autres sites internet

Bela Bartok Mémorial House : site de la dernière résidence en Hongrie où vécut Bela Bartok de 1932 à 1940. Musée et concerts. Site en anglais
et autres pages bien documentée sur cette "memorial house" sur un site consacré aux musées de Hongrie (en anglais)
Fonds belge Belà Bartok (bibliothèque royale de Belgique) : "En dépit de sa dénomination, le Fonds Denijs Dille couvre des domaines de recherche plus vastes que son nom ne semble l'indiquer. Par delà les documents relatifs à Béla Bartók et à la vie musicale hongroise, deux entités distinctes viennent encore enrichir le Fonds Béla Bartók proprement dit.
En marge de ce qui fait sa spécificité, la collection renferme d'abondantes sources sur la musique du 20e s. et fait la part belle à la vie musicale flamande de la même époque"
Festival international Bartok : site du festival international Bartok en Hongrie (site en anglais)
Bartok-Kabalevsky-Prokofiev International Piano Competition& Festival for all ages Compétition créée en 1981( site en anglais)
LE PRIX BARTÓK Depuis 1993, dans le cadre du Bilan du Film Ethnographique organisé chaque année par le Comité du Film Ethnographique, la Société Française d'Ethnomusicologie décerne le Prix Bartók au meilleur film sur la musique.
Une radio hongroise porte le nom de Bartok ... cliquez ici
Les archives Bartok : à "Institute for Musicology of the Hungarian Academy of Sciences"

 


Retrouvez une information
sur le site Piano bleu

 

 Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    






 

Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs... pour vous aider à ne pas vous perdre
Actualité quotidienne du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cartes de voeux
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête des pères
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts pianistes
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano

forum piano
livres biographies compositeurs et pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 Retour à l'accueil de pianobleu.com