<
Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Jean Muller

Merci à Jean Muller d'avoir répondu aux questions de pianobleu.com pour la réalisation de cette page.

Biographie commentée

Jean Muller est né à Luxembourg le 11 décembre 1979. Il découvre le piano grâce à ses parents, tous deux musiciens professionnels :" Ma mère est altiste et titulaire de l'orchestre philharmonique du Luxembourg. Mon père est professeur de piano au Conservatoire de Luxembourg .Naturellement j'ai découvert le piano en entendant mon père travailler à la maison. De là à vouloir essayer de jouer moi-même sur cet instrument il n'y avait qu'un pas."
C’est à l’âge de sept ans qu’il reçoit ses premiers cours de piano au conservatoire de Luxembourg chez Marie-José Hengesch :"Les souvenirs de mes premiers cours sont flous et d'ailleurs je n'étais pas un élève particulièrement appliqué en première année de piano. Ce n'est qu'à l'âge de 7 ans que le premier coup de foudre avec l'instrument s'est produit. Mon père travaillait l'étude en tierces de Chopin et j'étais fasciné par cette œuvre et son chromatisme. J'ai insisté tellement pour pouvoir jouer cette pièce que mon père m'a noté les doigtés persuadé que j'allais abandonner rapidement. Je me suis acharné dessus, travaillant jusqu'à six heures par jour et j'ai appris l'étude au grand étonnement de Madame Hengesch et de mon père."
Tout juste un an plus tard il fait sa première apparition publique en créant une œuvre de son compatriote Alexander Mullenbach :" En 1987 un recueil de compositions pour piano de compositeurs luxembourgeois a été publié. Toutes les œuvres qui y figurent ont été joués par des élèves du Conservatoire de Luxembourg lors d'un concert de gala à l'occasion de la parution de ce recueil. L'œuvre d'Alexander Mullenbach s'appelle " L'île mystérieuse ". Alexander Mullenbach est un pianiste et compositeur de renommée internationale. Il enseigne au Conservatoire de Luxembourg et à l'université de Salzbourg. Actuellement il est le directeur artistique du festival d'Echternach, il est également directeur de l'académie d'été à Salzbourg. "
Jean Muller a suivi les cours de Madame Hengesch jusqu'à son départ pour Bruxelles en 1995.."Evidemment parallèlement mon père a joué un rôle très important dans mon développement musical. Le travail avec mon père s'est toujours très bien passé et je ressens une profonde gratitude envers lui pour son engagement, sa patience et sa discrétion. Depuis deux ans maintenant nous formons un quatuor deux pianos et percussion avec un autre duo père-fils : Paul et Michel Mootz ".
C'est lors d’un séjour à Riga en 1995, où il étudie dans le cadre du programme d’échange TEMPUS de l’union européenne à l’académie de musique dans la classe de Teofíls Bikís, que Jean Muller décide de consacrer sa vie pleinement à la musique :"Les cours du professeur Teofils Bikis m'ont beaucoup marqué de même que le niveau général de l'académie, très élevé. J'ai véritablement compris que le piano était ma vocation. Ceci-dit je n'ai jamais sérieusement envisagé un autre métier. Parallèlement à mes études bruxelloises j'ai fait le bac à Luxembourg. "
Il s’ensuit jusqu’en 2006 des études très européennes qui le mènent vers Bruxelles, Paris et Munich et l’exposent aux écoles pianistiques les plus diverses dans les classes de Evgeny Moguilevsky, Gerhard Oppitz, Eugen Indjic et finalement Michael Schäfer: "De 1995 à 1999 j'ai suivi les cours d'Evgeny Moguilevsky à Bruxelles. C'est un pianiste exceptionnel et je lui dois beaucoup en ce qui concerne la production de sonorités très variées et de l'imagination musicale. De 1999 à 2001 j'étais l'élève de Gerhard Oppitz à Munich puis de 2001 à 2003 d'Eugen Indjic à la Schola Cantorum et j'ai terminé mes études chez Michael Schäfer de nouveau à Munich. Michael Schäfer, qui a enregistré de nombreuses raretés pour piano (sonate de Godowsky, œuvre complète pour piano de Vincent d'Indy), m'a beaucoup influencé par sa manière très intelligente de construire l'architecture d'une œuvre musicale. "
En dehors de ses études c’est son père et mentor Gary Muller, professeur de piano au conservatoire de Luxembourg, qui influence son développement musical d’une manière décisive. Sa formation est complétée par les conseils de musiciens tels que Anne Queffélec, Leon Fleischer, Janos Starker, Fou T’song…"Fou Ts'ong m'a beaucoup impressionné par son approche non dogmatique de la musique."
Dès 1994 Jean Muller reçoit de nombreux prix et récompenses. Citons les premiers prix du concours « Jean Françaix », du concours d’Arcachon et du concours « Francis Poulenc ». Il est également lauréat du concours « Tribune internationale des jeunes interprètes » (TIJI) organisé par l’Union Européenne de Radio-Télévision (UER) au nom de l’UNESCO et du Conseil International de Musique..."D'une manière générale je pense que de nos jours, on a tendance à surestimer l'impact d'un prix de concours sur le déroulement d'une carrière. C'est aussi le fait d'un nombre trop importants de concours de piano. Il y a pour ainsi dire une " inflation " de prix provoqué par une " bulle de spéculation " autour des concours de piano. Les concours m'ont d'ailleurs surtout aidé d'une manière indirecte en me permettant de rencontrer beaucoup de gens."
En 2007 que Son Altesse Royale le Grand-Duc Henri de Luxembourg l’élève au grade de chevalier dans l’ordre de mérite civil et militaire d’Adolphe de Nassau, cet ordre récompense les personnes qui se sont distinguées par leur fidélité et leur mérite envers la personne du Grand-Duc, de sa Maison ou du pays. Il est remis aux personnes qui se sont particulièrement distinguées dans le domaine des sciences et des arts, ainsi qu'à des habitants du pays ou des étrangers en signe de bienveillance..." J'ai plusieurs fois eu l'honneur de faire partie des délégations accompagnant S.A.R. le Grand-Duc lors de visites d'état, pour jouer des concerts et représenter mon pays à l'étranger. Ainsi j'ai pu jouer entre autres pour S.M. Le Roi Carl XVI Gustaf de Suède et S.M. Le Roi Albert II de Belgique. C'est pour moi un grand honneur d'avoir reçu cette distinction par les mains du Grand-Duc et j'en suis très fier."
Jean Muller est un habitué des scènes internationales : Mégaron Athènes, Forbidden City Concert Hall Beijing, Philharmonie Luxembourg, Centre de culture et de congrès Lucerne, Salle Cortot Paris, Arsenal Metz, Philharmonie Munich, Liederhalle Stuttgart). Il est régulièrement l'invité de festivals prestigieux (Festival Bourglinster, Festival A*Devantgarde Munich, Festival Echternach, Festival de Saintes, KotorArt, Incontri pianistica di Cosenza, PianoTexas). En tant que soliste, il joue avec des orchestres tels que le Bayerisches Staatsorchester, le Münchner Symphoniker, l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg, les Solistes Européens Luxembourg, etc. sous la direction de chefs renommés (Frédéric Chaslin, Jack-Martin Händler, Zubin Metha, Bramwell Tovey...)....." J'aime beaucoup voyager et rencontrer les gens de différents pays. Un pays que j'affectionne particulièrement c'est la Chine : J'ai de formidables souvenirs de salles remplies d'enfants pas toujours très disciplinés, il est vrai, mais plein d'un enthousiasme véritable pour la musique. J'aimerais beaucoup aller en Amérique du sud que je n'ai pas eu la chance de visiter jusqu'à présent. " .
Interrogé sur ses meilleurs et pires souvenir de concert il déclare :" En général le meilleur souvenir de concert est toujours dans un passé proche, s'il remontait à plusieurs années je commencerai à m'inquiéter. Dans ce sens je n'ai pas véritablement de meilleur souvenir, je sens que chaque concert est unique, et j'en suis satisfait si je réussis à toucher le public. En ce qui concerne le pire : entre un concert joué sur un piano à queue blanc qui ne permettait pas de faire des nuances, ou un autre donné dans une salle où il pleuvait sur scène et autres drôleries il y a l'embarras du choix."
Jean Muller a donné l'intégrale des 32 sonates de Beethoven à Ettelbruck au Luxembourg : " J'ai donné cette intégrale sur deux saisons en 2007/2008 et 2008/2009. C'était une expérience prodigieusement enrichissante. Clairement dans ma façon de concevoir la musique il y a un avant et un après. C'est un projet que je voulais déjà faire quand j'avais treize ans et j'avais d'ailleurs appris six sonates à cet âge, mais très rapidement je me suis plus intéressé pour Rachmaninov, Liszt et Chopin et ce n'est donc que plus tard que j'ai pu réaliser cette intégrale. Les concerts était très éprouvants pour la simple raison que la musique de Beethoven demande un engagement total de la part de son interprète aussi bien sur le plan émotionnel et humain que sur le plan intellectuel et rationnel. Les concerts ont été enregistrés en direct, et la sortie d'un coffret est en discussion."
La saison dernière Jean Muller était en résidence pour le cycle CAMERATA, organisé par les Solistes Européens en collaboration avec les Soirées de Luxembourg, à la Philharmonie Luxembourg " Cela a été une la chance d'être l'artiste en résidence de la série " Camarata " à la Philharmonie de Luxembourg : j'y ai joué en toutes sortes de constellations allant du récital à l'orchestre de chambre. "

Son répertoire, son interprétation...

Bien que Jean Muller aime pratiquement tous genres de musique, son répertoire est axé principalement sur trois compositeurs Beethoven, Chopin et Liszt: "J'admire l'énorme générosité de Beethoven, sa vision d'un monde meilleur qui donne à sa musique une portée universelle. Il est fascinant d'entendre quelle chaleur émane de sa musique alors même que l'utilisation des moyens musicaux est très économe. Je pense par exemple à l' " Appassionata ", qui malgré une écriture dépouillée à l'extrême dégage une énergie volcanique. Chopin me touche par sa faculté de concevoir des états d'âmes poétiques et très subjectifs. Liszt, quant à lui était LE personnage du monde musical du 19e siècle, un homme passionné et passionnant : inventeur du récital de piano et par là même du métier de pianiste-concertiste, compositeur de génie, infatigable dans son engagement pour d'autres musiciens, son influence sur l'histoire de la musique est incommensurable. "
Jean Muller affectionne beaucoup le côté intime de la musique de chambre, et la richesse du son orchestral cependant le récital de piano est son terrain de prédilection : "On n'y est limité que par l'imagination, libre de se laisser aller à des visions instantanées. Le 3 mai au dernier concert du cycle j'ai eu l'immense plaisir d'avoir le célèbre Fine Arts Quartet en tant que partenaire dans le quintette de César Franck. Un autre projet déjà mentionné plus haut qui me tient beaucoup à cœur est le double duo pères-fils piano et percussion."
Interrogé sur sa façon de travailler, il confie :"J'essaie d'aller au fond de la partition et de son contenu, de construire cet édifice acoustico-spatio-temporel dont la partition n'est finalement qu'un mode d'emploi voire même une approximation. J'essaie en outre d'être à l'écoute de l'aspect humain du compositeur et d'éviter tout schématisme et parti-pris en vue d'obtenir une interprétation réellement vivante. C'est ce côté humain et vivant auquel j'attache le plus importance. Bach, Mozart, Scriabine, Prokofiev aussi différents soient-ils étaient tous des hommes avec du sang rouge coulant dans leurs veines."
Quant aux musiques et autres arts qu'il aime, Jean Muller indique..."Je pense que toute musique est musique et peut faire vibrer quelques choses dans nos âmes. D'une manière plus générale tout ce qui me touche se ressentira à un moment ou un autre dans ma manière d'interpréter. Je m'intéresse à la nature humaine et de ce fait à tous les arts que ce soit la littérature, la peinture, le cinéma etc. Néanmoins même si je suis sensible à la beauté en tant que telle, mon premier intérêt est porté vers les émotions et les états psychologiques, les passions. Entre l'idéal esthétique apollinien et dionysiaque je penche plutôt du côté dionysiaque."
Actuellement Jean Muller est également enseignant au conservatoire de Luxembourg..."Mes élèves m'apportent beaucoup de satisfaction et d'ailleurs m'apprennent beaucoup de choses en m'obligeant de réfléchir consciemment sur mes choix pianistiques et musicaux qui avant d'enseigner étaient souvent instinctifs."
Nouveau : paru en 2015

A découvrir ce disque
Transcendence
Liszt
Jean Muller, piano

dont vous pouvez voir une vidéo ci-dessous
Mephisto Waltz No.1 est devenu l'une des œuvres les plus populaires de Liszt avec la version pour piano étant une transcription de la partition originale. La version de ce CD est celui qui Vladimir Horowitz réalisée à la fin des concerts dans les années 1970. Il est basé librement sur ​​l'arrangement de Ferrucio Busoni, qui combine le savoir-faire et la virtuosité des meilleurs pianistes de tous les temps, soulignant à la fois les aspects diaboliques et sensuelles, tout en conservant l'esprit de la partition originale. L'achèvement du cycle de Liszt du 12 Transcendental Etudes en 1852 représentait la réalisation de plus d'un quart de siècle de la quête philosophique personnelle et la recherche musicale et pianistique. Initialement conçu comme partie d'une grande collection de 24 etudes dans toutes les touches, comme Clavier bien tempéré de JS Bach, seulement 12 études ont été finalement utilisés.(Jean Muller)
Cliquez sur l'image pour vous procurer ce disque
et à voir Jean Muller | Liszt-Horowitz: Mephisto-Waltz No. 1

Ecouter...

paru en mars 2012
 

Récital à la Philharmonie Luxembourg

Ludwig van Beethoven
Sonate No30 en mi majeur, opus 109

Franz Liszt
Sonate en si mineur

Johann Sebastian Bach
Variations Goldberg, BWV 988

Jean Muller, piano

Il sort cette semaine simultanément un DVD et un disque du pianiste Jean Muller. Le DVD enregistré lors d'un concert le 5 octobre 2009 à la Philharmonie de Luxembourg, dont on avait pu découvrir deux extraits ( voir la page sur Jean Muller) permet de voir le pianiste dans un programme de très grande intensité du début à la fin car il comporte des oeuvres majeures de Bach (Variations Goldberg), Beethoven (sonate n°30) et Liszt (Sonate en si mineur) ... un programme très impressionnant pour un seul concert , qualifié à juste titre de "titanesque" , exigeant une grande forme physique et surtout une très grande concentration ainsi peut-on d'ailleurs le voir sur le visage du pianiste, le film offrant multiples prises de vues éloignées et rapprochées sur les mains et le visage comme on ne peut jamais les voir en concert . Les deux sonates sont d'une extrème complexité , chaque mouvement de la sonate 109 est "comme un haïku finement ciselé dans lequel chaque mot est porteur de sens", il est intéressant de lire la lettre que Beethoven envoya le 6 décembre 1821 à sa dédicataire Maximiliane Brentano et de la rapprocher de la sonate elle-même, celle lettre montre son souci du sens à donner au-delà des notes à chacune de ses écritures, à sa dédicace elle-même qui en fait en dit long aussi sur l'oeuvre... [...]Si les "Variations Goldberg ", composé d'une aria et diverses variations ont été écrites "Pour la récréation de l'âme des amateurs ", cette musique qui s'adresse à l'âme la calme et la repose voire la distrait par la richesse de son contenu mais il ne peut être non plus question de repos pour l'interprète, en l'occurence le pianiste Jean Muller qui d'ailleurs en témoigne dans une des questions auxquelles il a bien voulu répondre et dont à le voir sur cet enregistrement l'esprit semble entièrement possédé par la musique qu'il joue et cela d'autant plus qu'il la possède lui-même pleinement jouant toutes ces oeuvres gigantesques sans partition ! ... Oui vraiment très impressionnant et passionnant ! Bravo ! Jean Muller qui a déjà joué en concert et enregistré l'intégralité des sonates de Beethoven à paraître bientôt et consacré un disque à Liszt montre ici combien il maîtrise les oeuvres de ces compositeurs fondamentaux de son répertoire . A ces compositeurs de prédilection s'ajoute Chopin qui a toujours tenu une place de choix dans son répertoire et le disque est quant à lui entièrement consacré à celui-ci avec également à son programme des oeuvres essentielles et intenses...cliquez ici pour lire l'article complet suite, écouter un extrait et voir deux vidéos

Franz Liszt(1811-1886)

Liebestraum n°3 (Rêve d'amour)
La Valse de l'opéra Faust de Gounod
Nuages Gris
Valse-impromptu
Sonnet de Pétrarque n°104
Consolation n°3
Les Réminiscences de Don Juan d'après l'Opéra de Mozart
Harmonies du soir
Frühlingsglaube d'après Schubert

Jean Muller , piano

En janvier 2005, il avait pu vous être présenté dans l'actualité de pianobleu.com un disque du pianiste Jean Muller comportant des oeuvres de Liszt couplées avec celles d'autres compositeurs(voir ici ) qui permettait déjà de mesurer à la fois les grandes qualités pianistiques et le jeu poétique de cet interprète, il revient ici avec un nouvel enregistrement consacré cette fois uniquement à Franz Liszt dans un programme exaltant le grand lyrisme de oeuvres de ce compositeur.

Ainsi il débute son programme par le Liebestraum n°3 que vous pourrez entendre plus bas dans cette page qui, explique-t-il, était à l'origine une pièce pour piano et voix, et il a choisi nombreuses autres pièces qui sont aussi des transcriptions d'oeuvres vocales. La sélection qu'il a faite, mûrie au fil de concerts qu'il a pu donner, se révèle assurément un très bon choix car ce programme s'avère en fait très varié. Entre les séductrices et démoniaques transcriptions d'Opéra et le mélancolique "Sonnet de Pétrarque" ou la sereine "Consolation", c'est un monde de sentiments très opposés que le pianiste nous fait partager dans une interprétation tantôt éblouissante tantôt émouvante. Si Franz Liszt n'avait que onze ans lorsqu'il donna son premier concert public , le pianiste Jean Muller a été encore plus précoce : dès l'âge de huit ans il a créé en public une œuvre de son compatriote luxembourgeois Alexander Mullenbach lors d'un concert de gala ...nul doute qu'il lui reste de cette première expérience le goût pour faire passer l'émotion dans la musique et le chant contrasté et expressif de son piano parvient ici merveilleusement à captiver l'auditeur.

Jean Muller a bien voulu répondre à quelques questions pour présenter son disque...cliquez ici pour lire la suite et écouter l'extrait

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    
Ne partez pas
sans avoir lu
l'actualité
du piano !

Fanny Azzuro
Impressions 1905
Montrez moi vos mains
Alexandre Tharaud
Nikolay Lugansky
Tchaikovsky
Grande sonate Les Saisons






  et... Partagez cette page !



Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs pour vous facilier la navigation sur le site internet ...
Actualités quotidiennes du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cadeaux de noël
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts de pianiste
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano
forum piano
livres biographies compositeurs / pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 


Retour à l'accueil de pianobleu.com