Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Bertrand Chamayou

Merci à Bertrand Chamayou d'avoir répondu aux questions de Piano bleu pour la réalisation de cette page.

Biographie commentée (2005) et actualités depuis l'entretien ( dont nouveaux entretiens)

Bertrand ChamayouBertrand Chamayou est né le 23 mars 1981 à Toulouse.Si son oncle, musicien amateur, insista en vain pour qu'il apprit le piano, c'est grâce à un ami qu'il en vint à apprécier l'instrument :"D'après ce qu'on me raconte, mon oncle aurait décelé chez moi alors que j'avais 3 ans une oreille particulièrement aiguisée et insistait auprès de mes parents pour qu'on me mette au piano. Je devais avoir 5 ou 6 ans et cela ne m'intéressait pas du tout à l'époque. Les seuls rapports que j'avais avec le vieux Gaveau familial étaient on ne peut plus conflictuels : très souvent, je saisissais un petit marteau et m'amusais à fracasser les belles touches d'ivoire, au grand désespoir de mes parents". Parents...rassurez-vous si votre enfant fait de même car heureusement cela a vite évolué :"Comme je ne voulais pas faire de musique, mes parents n'ont pas insisté. C'est alors que, vers l'âge de 7 ans, un petit camarade de classe a décidé de faire du piano, et m'a demandé ( ou plutôt ses parents ont proposé aux miens!) si je voulais venir avec lui, et cette fois je n'ai pas hésité une seconde à me joindre à lui !". Bertrand Chamayou prend alors ses premières leçons en cours particuliers et s'est vite pris à aimer cela alors que son camarade lui arrêta de jouer !
Très tôt, il se présente au conservatoire de Toulouse : "J'ai eu la chance de me trouver dans la classe d'une dame atypique et extraordinaire, Claudine Willoth. Son émerveillement musical était extrêmement contagieux, ses élèves étaient sans doute les plus passionnés de musique de tout le conservatoire. Nous allions le week-end chez elle, et nous écoutions des opéras, des symphonies etc...Cela a énormément compté pour moi, et je réalise avec du recul combien c'est rare ; ça paraîtrait presque suspect à certains ! Du reste, son enseignement du piano en tant que tel était très traditionnel : en plus des œuvres du répertoire : des gammes, des arpèges, des études de Czerny ou autres, choses qu'en tous cas je ne faisais absolument jamais à cette époque. Je me bornais à jouer les morceaux au tempo, du début à la fin, sans jamais m'arrêter, et j'essayais de corriger ce qui n'allait pas en l'enchaînant de nouveau. Je pouvais faire ça des dizaines de fois ! Heureusement, j'ai changé par la suite, mais je crois que cette méthode peu orthodoxe m'a été très bénéfique ; j'y pense notamment lorsque j'aborde une nouvelle pièce, en général je l'assimile plutôt rapidement, et il n'est pas impossible que ça ait un rapport"
Pendant cette période au conservatoire de Toulouse, Bertrand Chamayou découvre la musique contemporaine et essaie aussi de composer : "J'ai écris un bon nombre de premières pages œuvres, j'étais tout de suite mécontent de ce que je faisais. Mais j'ai quand même réussi à écrire à l'âge de 10 ans une sorte de concerto pour piano qui avait attiré l'attention du directeur du conservatoire, Marc Bleuse. Je ne sais pas bien à quoi ça aurait ressemblé si cela avait été joué....j'imagine que c'était totalement chaotique mais la partition devait être impressionnante pour un travail de gamin : une quarantaine de portées par pages, plein de notes partout, un orchestre bizarre, avec des percussions extra-européennes etc...une sorte de plagiat du Messiaen des années 60 sans aucun métier, et sans doute sans peu de talent d'ailleurs. Mais tout le monde étant un peu intrigué, on me mit en cours d'harmonie très tôt. Tout cela se passait bien, jusqu'au jour où j'ai voulu devenir un jeune garçon comme les autres. J'ai définitivement arrêté de composer, et ne travaillais presque plus mon piano pendant plusieurs mois. J'ai eu un petit passage à vide, mais l'examen de fin d'année du conservatoire s'est malgré tout très bien déroulé. Dans le jury se trouvait Jean-François Heisser. A ma grande surprise, il s'est manifesté après mon passage et m'a proposé de travailler avec lui à Paris et de me présenter éventuellement au Conservatoire. Tout cela me paraissait absolument inaccessible mais je me suis replongé dans la musique avec avidité, et cette fois-ci j'ai commencé à travailler mon piano avec plus de sérieux."
A l'âge de quinze ans, Bertrand Chamayou rejoint donc la classe de Jean-François Heisser au Conservatoire national supérieur de musique de Paris après avoir durant deux années fait des allers-retours entre Toulouse et Paris. "Je considère que cette rencontre a été une chance pour moi. Il m'a fait énormément réfléchir, m'a aidé à me construire. Sa manière d'aborder le travail instrumental est extrêmement intelligente. Vers la 2ème année de conservatoire, j'ai eu la sensation d'une naissance en quelque sorte, je constatais que ma personnalité émergeait. Jean-François Heisser était très directif et ses idées étaient (et sont toujours!) très intéressantes mais il a laissé mes propres aspirations se définir : j'ai commencé alors à voir de plus en plus clairement si j'avais envie d'adhérer ou pas à ce qu'il me proposait. Parmi les autres personnalités qui m'ont marqué au c onservatoire, je peux citer Pierre-Laurent Aimard et Christian Ivaldi. J'ai traversé le conservatoire avec beaucoup d'insouciance et d'inconscience et du coup j'y ai été très heureux. Mais rétrospectivement je trouve que c'est une étape difficile à franchir, notamment sur le plan psychologique."
Bertrand Chamayou travaille en parallèle avec Maria Curcio à Londres et reçoit les conseils de maîtres comme Leon Fleisher, Dimitri Bashkirov et surtout Murray Perahia : 
"Murray Perahia a laissé une empreinte profonde en moi. Les rares fois où j'ai eu la chance de passer une heure en sa compagnie étaient d'une densité telle que je mettais plusieurs semaines à m'en remettre. Mais en ce qui concerne Maria Curcio, c'est un peu différent, je peux en effet affirmer que j'ai été son élève, car j'ai travaillé avec elle à Londres pendant presque 5 ans. Tous les mois environ, je séjournais quelques jours là-bas, en parallèle à mon cursus parisien. Ce contact a été décisif. J'ai parlé de "naissance" artistique plus haut, et je peux dire qu'elle y a fortement contribué. Tout d'abord, elle m'a aidé a libérer ma sonorité, qui était un peu étriquée. Mais ce serait réducteur de ne mentionner que cela, tant elle m'a apporté. Maria Curcio est avant tout une immense artiste, secrète car loin de toute institution. Je suis toujours sorti bouleversé de son antre londonienne, errant dans les rues avec la sensation d'avoir une montagne à gravir d'ici la leçon suivante."
Lauréat du concours Kraïnev en Ukraine en 1998, Bertrand Chamayou est également lauréat à tout juste vingt ans du Concours International Long-Thibaud :"Avant ce prix, je donnais déjà quelques concerts. Le fait d'être lauréat de ce concours a eu l'effet d'une mise en lumière en quelque sorte dans le milieu français. Cela m'a permis de rebondir". Bertrand Chamayou donne en moyenne 60 à 70 concerts par an dont la moitié en France et les autres dans de nombreux pays (Allemagne, Belgique, Hongrie, Russie, Espagne, Portugal, Japon, Canada, etc…). Il s’est ainsi produit de nombreuses fois en récital dans diverses salles prestigieuses (Pleyel, Mogador, Gaveau, Théâtre du Capitole, Halle aux Grains de Toulouse, Corum de Montpellier, Gasteig de Munich, Conservatoire Tchaïkovski de Moscou etc…) ainsi que dans des festivals tels que la Roque d’Anthéron , la Folle Journée de Nantes, le Festival de Radio-France Montpellier, Piano aux Jacobins , Piano à Riom, Piano en Valois, les Flâneries Musicales de Reims , l’Orangerie de Sceaux, le Festival de Pâques de Deauville, le Printemps Musical de Saint-Cosme…
Bertrand Chamayou n'a pas de préférence particulière sur les lieux de ses nombreux concerts :"Certains lieux sont plus agréables que d'autres, favorisent les émotions musicales, la sensation de plénitude....C'est une concordance de choses : acoustique, disposition scénique, beauté du lieu, de l'environnement, rapports humains avec les organisateurs, sans oublier le piano et le public. ". Il se réjouit de tous les voyages que cela lui occasionnent même si parfois le fait de voyager pour donner des concerts ne facilite pas le tourisme : "Récemment je suis allé jouer au Mexique, j'ai donné 4 concerts en 10 jours et ce fut difficile d'en profiter.....mais j'ai pu prolonger mon séjour de 6 jours, et là, ce fut vraiment réjouissant, car on peut prendre la journée entière, partir loin avec insouciance. Ceci dit, même lors de courts voyages, j'ai réussi à capter des impressions très fortes: une soirée sur la place rouge à Moscou, une heure au bord de la mer face à la Mosquée Hassan II à Casablanca, une escapade dans le vieux centre de Shangaï, etc..."
Parmi ses nombreux concerts, Bertrand Chamayou évoque l'un d'eux qui lui a laissé un très bon souvenir : "J'ai donné un récital contemporain à Toulouse qui finissait par une pièce pour piano et bande magnétique de Nono. J'étais très angoissé, car ce programme était une audace de ma part, et plus le concert approchait plus je regrettais d'avoir pris un tel risque...J'imaginais les tomates, les sifflements etc...J'ai présenté oralement le concert en essayant de le faire de manière imagée et ludique. Cela a créé une vrai complicité avec le public, qui était pourtant néophyte, j'ai fini par avoir l'impression d'être dans mon salon à bavarder avec de bons amis. Pour finir la pièce de Nono a fait un triomphe, comme si il s'agissait d'une rhapsodie hongroise de Liszt ! Plusieurs personnes sont venues me demander conseil pour l'achat de disques de Berio ou Nono, dont ils ne connaissaient même pas le nom une heure auparavant. Ce genre de moment est extrêmement satisfaisant et encourageant."
Nouveau en 2006 : Bertrand Chamayou est nommé aux Victoires de la musique 2006 dans la catégorie "LA REVELATION SOLISTE INSTRUMENTAL DE L'ANNEE"....cliquez ici pour voir la liste de tous les nommés

Son CD des
12 études d'exécution transcendante
de Liszt
vient de sortir chez Sony classical
le 2 octobre 2006. voir plus bas...
Nouveau décembre 2007 : fin avril 08 il sortira un disque de pièces solo de Mendelssohn chez Naïve
Nouveau début 2008 : Il sortira fin avril 08 un disque de pièces solo de Mendelssohn interprétées par Bertrand Chamayou chez Naïve (voir plus bas, ce disque est désormas sorti)
Nouveau début 2011 : Mise à jour fournie par le label Naïve
L'année 2011 est pour Bertrand Chamayou l’occasion de rendre hommage à Franz Liszt pour son bicentenaire en interprétant et enregistrant l’intégralité des Années de pèlerinage. C’est ainsi qu’il donne en une soirée les trois heures de ce cycle phare sur diverses grandes scènes comme le Théâtre des Champs-Élysées à Paris, l’Auditorium de la Cité interdite à Pékin, le Musikfest de Brême, le festival Piano aux Jacobins à Toulouse, l’Opéra de Bordeaux, l’Abbaye
de l’Épau, la MC2: Grenoble, la Philharmonie de Liège, le Louisiana Museum au Danemark, l’Athénée Roumain de Bucarest.
Par ailleurs, Bertrand Chamayou se produit fin 2011 au Festival de Lucerne et revient Salle Pleyel avec l’Orchestre de Paris dirigé par Pierre Boulez dans le Deuxième Concerto de Bartók. Il a également fait ses débuts à New York, au Lincoln Center, dans le cadre du Mostly Mozart Festival et donne en tournée le Premier Concerto de Liszt sur un piano Érard de 1837 avec Jérémie Rhorer et Le Cercle de l’Harmonie. Tout début 2012, il fait une tournée avec l’Orchestre de la SWR de Stuttgart dirigé par Stéphane Denève et des concerts avec l’Orchestre national de Lyon et Sir Neville Marriner.
Au début de l’année 2011, Bertrand Chamayou a reçu une Victoire de la musique comme Soliste instrumental de l’année. En 2006, il avait déjà reçu celle de la Révélation. Il s’est produit sur diverses grandes scènes internationales comme la Salle Pleyel, le Théâtre des Champs-Élysées, la Herkulessaal de Munich, le Concertgebouw d’Amsterdam, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le Wigmore Hall de Londres, l’Auditori de Barcelone, le Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, le Forbidden City Concert Hall de Pékin, le Tokyo International Forum, le KKL de Lucerne…, ainsi qu’au Festival Gergiev de Rotterdam, au Mecklenburg-Vorpommern Festspiele, à la Schubertiade de Schwartzenberg, au Festival de Schwetzingen, au French May Festival de Hong-Kong, au festival Piano aux Jacobins de Toulouse, à La Roque d’Anthéron, aux Folles Journées…
Bertrand Chamayou a joué sous la direction d’Andris Nelsons, Yutaka Sado, Semyon Bychkov, Michel Plasson, Stéphane Denève, Tugan Sokhiev, Lawrence Foster, Ludovic Morlot, Christian Arming…, aux côtés de plusieurs orchestres de renom tels que l’Orchestre de Paris, le London Philharmonic Orchestra, le WDR Sinfonie Orchester de Cologne, la Deutsche KammerPhilharmonie de Brême, le SWR Sinfonie Orchester de Stuttgart, le Hessischer Rundfunk Orchester de Francfort, l’Orchestre national de France, l’Orchestre national du Capitole, l’Orchestre philharmonique de Liège, la Tapiola Sinfonietta, le Hong Kong Sinfonietta, l’Orchestre philharmonique de Radio France, le Royal Scottish National Orchestra…
Très actif dans la diffusion de la musique contemporaine, il a travaillé aux côtés de figures légendaires de la composition comme Henri Dutilleux ou György Kurtág ainsi qu’avec des compositeurs comme Thomas Adès ou Bruno Mantovani. Il a été invité au festival Présences de Radio France à donner les concertos de Thomas Adès et d’Esa-Pekka Salonen. On lui doit également plusieurs concerts conceptuels, dont un mémorable, au musée des Abattoirs de Toulouse, qui réunissait musique jouée en live, électronique et vidéo dans un vaste dédale où le public était invité à déambuler tout au long de la soirée.
A voir
Images et interview de Bertrand Chamayou
lors des séances d'enregistrement à Poitiers (printemps 2011).
de son disque Liszt
Années de Pèlerinage

Ce disque est sorti octobre 2011...
" Il peut paraître singulier qu’un pianiste de ma génération choisisse de consacrer un disque à la musique de César Franck, mais il ne faut pas y voir une volonté de surprendre ou d’attiser la curiosité. Ce projet a avant tout été stimulé par un désir de renouer avec une certaine tradition, française pour le moins, mais qui a aussi très largement dépassé le cadre de nos frontières si l’on en croit le répertoire de nombreux grands pianistes du passé.
J’ai pour ma part découvert César Franck à l’âge de 13 ans, en travaillant Prélude, choral et fugue, puis, immédiatement après, la sonate et le quintette, œuvres qui ont compté parmi mes premiers chevaux de bataille en tant que chambriste. Cette musique m’est de ce fait devenue familière, et j’ai constaté au fil de mes concerts qu’elle était non seulement très parlante auprès des plus jeunes générations qui la découvraient, mais surtout qu’elle avait le pouvoir de réveiller chez les mélomanes d’âge plus avancé les réminiscences heureuses et intenses d’une enfance doucement baignée de l’univers de Franck et de ses disciples.
»"
Bertrand Chamayou - EXTRAIT DU LIVRET du disque Liszt: Années de pèlerinage
pour vous procurer ce disque cliquez ici

Actualité janvier 2012 : Le pianiste Bertrand Chamayou, qui a déjà deux victoires de la musique classique, est nommé aux Victoires de la musique classique , voir ici un communiqué au sujet des Victoires de la musique classique notamment les pianistes nommés
Janvier 2014 : nouveau disque , au programme Schubert voir plus bas paragraphe "écouter" et voir une vidéo en fin de page/ concert : "schubertiade"
Janvier 2016 :
Le pianiste Bertand Chamayou sort une intégrale des oeuvres pour piano de Ravel. Cette fois, l'entreprise est particulièrement importante, car l'artiste a enregistré l'intégrale de Maurice Ravel pour piano seul, qu'il joue depuis sa plus tendre enfance. Nous y trouverons non seulement des pages aussi célèbres que Le tombeau de Couperin et Pavane pour une infante défunte, mais également des pages beaucoup moins connues comme ces pièces écrites dans le style de Chabrier et Borodine, ou Sérénade grotesque, composé par un Ravel de 17 ans. ...cliquez ici pour en savoir plus et voir deux vidéos

Son répertoire

Bertrand ChamayouBertrand Chamayou n'a pas de préférence particulière pour des compositeurs mais s'efforce de bâtir son répertoire avec solidité, menant plusieurs projets de front : "Je sais pertinemment que je ne mènerai pas à bien toutes mes envies. Pour l'instant, je me suis cantonné à des œuvres écrites dans les 150 années qui précédent ( ce qui est vaste !), j'ai commencé avec les 12 études transcendantes de Liszt, une petite anthologie Schumannienne, quelques pièces de Mendelssohn... J'étends actuellement mon répertoire lisztien, avec notamment des pièces tardives et des paraphrases. J'ai l'intention d'apprendre quelques nouveaux cycles de Schumann. Depuis un an maintenant j'ai mis au programme du Debussy, du Ravel, du Janacek. Récemment, j'ai mis sur pied un programme Dallapiccola, Berio, Nono. Sinon, la Folle journée de Nantes, cette année, dont le thème était "Beethoven et ses amis" m'a donné l'occasion de reculer dans le temps, j'ai appris quelques sonates de Beethoven, de Clementi, de Hummel et de Weber, et je ne compte pas m'en tenir là ! Évidemment, j'ai joué bien d'autres choses ici où là, mais cela est plus confus dans ma tête, cela gravite comme des "électrons libres"...Plutôt que de jouer pêle-mêle des œuvres sans connexions entre elles, j'aime mieux le sentiment d'une construction, où chaque pièce a son importance et donne lieu à des ramifications."
Cependant Bertrand Chamayou confie adorer la musique contemporaine, il a d'ailleurs enregistré pour le label Accord/Universal et a créé une quinzaine d’oeuvres contemporaines dont un recueil de pièces pour piano de Philippe Hersant. : "J'aime beaucoup Philippe Hersant, j'ai aussi eu l'occasion de travailler avec Dutilleux, cet été je vais renouveler cette expérience avec Kurtàg.....Le contact avec les compositeurs est évidemment une grande source d'enrichissement. Mais mis à part cela, j'envisage cette musique comme celle des siècles précédents. Là aussi, beaucoup de projets en tête, du Ligeti, du Kagel, du Stockhausen, du Lachenmann, du Cage, du Carter..."
Difficile pour Bertrand Chamayou de nommer des interprètes de référence tant il a plaisir à écouter les autres :"Adolescent, j'ai eu tout naturellement mes idoles. Je suis passé par plusieurs périodes, Horowitz, Gould, etc......Aujourd'hui, je pense qu'il est bon signe que je n'ai plus d'obsessions ! En revanche, je suis discophile et subis l'influence de tout ce que j'écoute et que j'aime. Du piano, Horowitz, Cortot, Rachmaninov, Michelangeli, Gilels,etc...mais aussi bien d'autres choses, de la musique de chambre, des opéras, des symphonies: des grands chefs comme Carlos Kleiber,Bruno Walter,Fürtwangler, ou autres, du chant, Fischer-Dieskau, Schwarzkopf...beaucoup de musiciens baroques aussi, Harnoncourt, Gardiner,... de tout ! Il m'est difficile de citer seulement quelques noms ; j'aime presque tous les interprètes ! J'écoute aussi beaucoup de Jazz : Erroll Garner, Bud Powell, Art Tatum, Django Reihnardt, Sarah Vaughan, Billie Holiday. Le disque est une forme de nourriture ! Je vais aussi au concert autant que je le peux. Ayant vécu quelques temps à Berlin, j'ai de magnifiques souvenirs de Christian Tetzlaff, Thomas Zehetmair, Michaïl Pletnev, de l'Orchestre Philharmonique de Berlin avec Ozawa, avec Rattle, avec Haitink..."
Bertrand Chamayou aime toute forme de concert : "Les concerts de musique de chambre sont moins éprouvants, car en soliste je suis victime d'un trac assez violent ! Mais j'ai appris à vivre avec lui, et il m'apporte beaucoup de joies : il aide à habiter les silences ou à créer de l'électricité sur scène par exemple".
Si Bertrand Chamayou n'a pas déjà enregistré de disque solo, le projet est en cours : "J'ai la ferme intention d'enregistrer mon premier disque solo. J'aimerais par dessus tout graver les 12 études transcendantes de Liszt, que j'ai déjà eu le temps de mûrir. J'ai plusieurs pistes...Je prends mon temps, j'attends une proposition d'une maison de disque avec laquelle je serai en parfaite adéquation. Je préfère prendre mon temps plutôt que de donner un sens confus à mes orientations artistiques".
La liste des arts auxquels s'intéresse Bertrand Chamayou est plus qu'impressionnante : "je m'intéresse presque à tout ce que l'histoire a retenu. Je lis, j'aime presque tout ce que j'ai lu, pêle-mêle Kafka, Joyce, Dostoïevsky, Tourgeniev, Schnitzler, Zweig, Kawabata, parmi ceux que je connais le mieux, la poésie de Char, Breton, de Baudelaire, de Paul Valéry, Catherine Pozzi, Tristan Tzara, Mallarmé, celle de François Villon, de Clément Marot, de Louise Labbé, les haikus de Bashô, de Buson etc.. et mille autres évidemment ! J'ai des souvenirs merveilleux d'expositions: Picasso et Miro à Barcelone, la galerie Trétiakov à Moscou, Les Rembrandt de la Gemälde Galerie de Berlin, les Turner de la Tate Gallery de Londres, des expositions Gauguin, Léger, Soulages, Rothko, Whistler, Giacometti, les sculptures de Picasso, etc...Je possède chez moi un tableau d'André Masson que je regarde chaque jour avec vénération. Je suis aussi cinéphile: là aussi j'aime toute sorte de choses: Bergman, Fellini, Pasolini, Kubrick, Visconti, Kurosawa, mais aussi le cinéma français de Marcel Carné, de Clouzot, les comédies américaines de Wilder, Capra, Cukor." Mais cette liste ne serait pas complète sans précision de ses autres distractions : "Je fais du sport dans une salle au bout de ma rue, c'est un de mes grands plaisirs, notamment la formule sport-hammam ! Aussi su ski, du ski nautique, du squasch,du vélo......J'aime faire la cuisine, j'aime les bons restaurants, le bon vin etc..évidemment tout cela doit s'entendre quelque part dans mon jeu mais je ne sais pas exactement où, l'influence est plus ou moins indirecte. Je suis un boulimique, et cette soif de découverte me rend très heureux !"
Actualité 2011 : Artiste majeur de la scène musicale internationale, Bertrand Chamayou ne cesse de confirmer sa maturité pianistique. Suivant le fil d’un propos artistique d’une grande cohérence, il cultive, par-delà son répertoire très étendu, un goût pour le défi et les œuvres extrêmes ainsi qu’une volonté d’explorer toujours plus avant la diversité si contrastée de la musique écrite pour son instrument.
C’est ainsi qu’on lui doit des réalisations aussi ambitieuses que les Douze Études d’exécution transcendante de Liszt, données maintes fois en concert (et dont résulte un live chez Sony Classical, 2006), les Vingt Regards sur l’Enfant-Jésus de Messiaen à l’occasion du centenaire du compositeur, et un champ d’activité qui s’étend de la pratique des instruments anciens à la création contemporaine, dans laquelle il est très impliqué.

A écouter

Déjà 10 ans ... : Bertrand Chamayou offre aux internautes de Piano bleu son interprétation de Feux follets(Liszt), enregistrée lors du Festival de La Roque d'Anthéron, le 21/08/2004...utilisez le lecteur ci-dessous, cliquez sur le triangle

 

Paru en janvier 2014 , disque consacré à des oeuvres de Schubert
Cliquez sur l'image pour en savoir plus ( présentation dans l'actualité de pianobleu.com, avec des vidéos) voir aussi plus bas ici, un concert.

Disque César Franck paru en 2010

A écouter : dans le widget ci-dessous en espérant qu'amazon ne disfonctionnera pas... des extraits du nouveau disque César Franck du pianiste Bertrand Chamayou qui sort le 2 mars 2010 :
PROGRAMME
César Franck
Variations Symphoniques
Prélude, aria & final
Les Djinns
Prélude, fugue & variation
Olivier Latry, HARMONIUM
Royal Scottish National Orchestra
Stéphane Denève, DIRECTION
Présentation de l'éditeur :
Après Mendelssohn, Bertrand Chamayou nous fait redécouvrir ce qu’il considère comme « un jalon essentiel » du répertoire, peu enregistré de nos jours… si certaines pièces de Franck sont fréquemment jouées en récital, d’autres sont tombées dans l’oubli, notamment le « mystérieux et envoûtant » Prélude, aria et fugue. Ce disque, qui mêle pièces solos et œuvres avec orchestre, dont les « scintillants » Djinns, dévoile un compositeur tour à tour « peintre et narrateur »…
Bertrand Chamayou indique : « Il peut paraître singulier qu’un pianiste de ma génération choisisse de consacrer un disque à la musique de César Franck, mais il ne faut pas y voir une volonté de surprendre ou d’attiser la curiosité. Ce projet a avant tout été stimulé par un désir de renouer avec une certaine tradition, française pour le moins, mais qui a aussi très largement dépassé le cadre de nos frontières si l’on en croit le répertoire de nombreux grands pianistes du passé ».
Pour vous procurer ce disque César Franck cliquez sur l'image amazon plus haut ou à la fnac cliquez ici
En voici donc quelques extraits :

A noter : ce disque est nommé dans la catégorie Enregistrement des Victoires de la musique classique 2011

Nouveau
paru en
mai 2008

Mendelssohn
Bertrand Chamayou

- Prélude en si mineur op. 104a n° 2
- Rondo capriccioso op. 14
- Auf Flügeln des Gesanges, lied op. 34 n°2 (transcription Liszt)
- Trois Etudes op. 104b
- Romance sans paroles n° 2 op. 38
- Scherzo en mi mineur, extrait de l'op. 16
- Romance sans paroles n° 2 op. 19
- Variations sérieuses en ré mineur op. 54
- Romance sans paroles n° 5 op. 102
- Caprices op. 33 n° 2 et 3
- Suleika, lied op. 34 n° 4 (transcription Liszt)
- Romances sans paroles op. 67 n° 2 et 5
- Scherzo du "Songe d'une Nuit d'été", (transcription Rachmaninov).
Le pianiste Bertrand Chamayou dont on peut mesurer le naturel curieux dans la page qui lui est consacrée, confie dans le livret qui accompagne ce disque : "Etant pourtant d'un naturel curieux, je n'ai durant quelques années pas cherché à savoir ce qui se dissimulait aux côtés des " Variations sérieuses", du Rondo Cappricioso et de quelques romances, pièces que j'avais dans les doigts depuis le conservatoire et qui sont les seules à avoir vraiment franchi l'épreuve du temps. Tout au plus je me délectais régulièrement des très beaux disques de Nikita Magaloff et de Murray Perahia. Jusqu'au jour où j'ai eu l'envie subite et inopinée de me procurer et de lire toutes ces pages mystérieuses, ces caprices, ses fantaisies ou pièces caractéristiques dont je ne savais rien. Ces séances de lectures furent un enchantement : je naviguais ici et là, allant de pages hautement inspirées en délices plus fugaces et l'idée de composer un programme de récital en assemblant quelques-uns de ces joyaux m'est aussitôt venue". Le choix était vaste puisqu'il serait possible de donner un récital de plus de sept heures de toutes les oeuvres que composa Mendelssohn pour le piano...cliquez ici pour lire la suite et écouter un extrait et voir une vidéo

Bertrand Chamayou Etudes d'exécution transcendante de Liszt

Le pianiste Bertrand Chamayou, qui a obtenu en début d'année 2006 une Victoire de la musique "Révélation soliste instrumental" , avait depuis un certain temps déjà l'envie d'enregistrer "Les Etudes d'exécution transcendante" de Franz Liszt, pour l'avoir commencé à jouer depuis 2003 et donné en concert plus d'une quarantaine de fois depuis et c'est précisément lors d'un de ses récents concerts, à Lyon, que cet enregistrement a pu être réalisé.
Si ce disque lui semble, selon ses propos reportés dans le livret, "l'issue naturelle" de ce travail, il ne le considère pas comme un aboutissement mais une "étape ou point d'orgue" selon ses propos rapportés dans le livret, et il n'exclut pas d'y revenir...
Franz Liszt aussi n'a pas considéré sa première édition des études comme un aboutissement puisqu'il est revenu plusieurs fois à l'ouvrage pour arriver à la version finale de ses études : il lui aura en effet fallu plus d'un quart de siècle pour en donner cette version finale....cliquez ici pour lire la suite

Les pianos de demain- La Roque d'Anthéron.
Iddo Bar-Shai, Bertrand Chamayou, Lise de La Salle, David Fray, Jean-Frédéric Neuburger, Severin Von Eckardstein

[ Sorti en juin 2005 :
Découvrez dans ce DVD Bertrand Chamayou : dans un répertoire qui lui sied à merveille : Liszt ( Nuages gris, En rêve, Verdi/Liszt : Miserere de Trovatore ; paraphrase de Rigoletto), Bertrand Chamayou montre une très grande maturité, sensibilité et spiritualité, et parvient sans peine à faire partager son plaisir à l'auditeur.]
Trop rares sont les responsables de festivals français à inviter les jeunes talents, et encore plus exceptionnel(voire unique) le fait que leurs concerts soient enregistrés sur un DVD. aussi parmi les cinq nouveaux DVD enregistrés l'année dernière lors du festival de La Roque d'Anthéron, c'est celui-ci, regroupant les prestations de six "Pianistes de demain" qui retient en premier lieu l'attention.
Certes, ce risque pris par René Martin est en fait bien calculé, car chacun de ces artistes a un grand talent dont il a déjà pu faire preuve : Iddo Bar-Shai a remporté nombreux prix et récompenses, Bertrand Chamayou est Lauréat du concours Long Thibaud, Severin Von Eckardstein a obtenu le premier prix Reine Elisabeth en 2003, Lise de la Salle a remporté un premier prix au concours international d'Ettlingen dès l'âge de 12 ans, et d'autres prix ont suivi, David Fray est lauréat du concours international de musique de Montréal et prix du jeune soliste des radios francophones publiques ainsi que révélation classique ADAMI, Jean-Frédéric Neuburger, est également déjà lauréat de grands concours internationaux alors qu'il n'a que 17 ans...

Nul doute donc que vous serez nombreux à désirer connaitre "de visu" ces talents déjà affirmés sur le "long terme", et que René Martin a sélectionnés avec attention, nul doute que vous prendrez plaisir à découvrir (ou redécouvrir, si vous étiez au concert en 2004 à La Roque d'Anthéron) leur personnalités très affirmées, et propre à chacun d'entre eux. Le caractère très personnel des interprétations : fougueuse ou posée, explosive ou sensuelle, concentrée, très sérieuse, précise, parfois détendue, ou encore sensible, spirituelle... n'échappent pas sous l'oeil inquisiteur de la caméra.
A vous de les écouter et voir, de très très(parfois un petit peu trop ?) près... car les caméramen bénéficiant d'un dispositif technique très développé, usent de nombreux plans, éloignés ou proches ainsi que de gros et même "macros" plans : même à la meilleure place d'un concert vous ne les verrez jamais de si près. Profitez également d'un son d'une grande qualité(DTS5.1 ou dolby digital)!

Sur ce DVD, les applaudissements d'une petite fille souriante confirment que le "public de demain" est en tout cas déjà à l'écoute et prêt à revenir ( ou peut-être devenir pianiste d'après-demain !)
Cliquez vite sur l'image pour vous procurer ce DVD car le futur n'attend pas...


Retrouvez une information
sur le site Piano bleu

Think Bach 2
Edouard Ferlet


 Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    

 

 



 

Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs... pour vous aider à ne pas vous perdre
Actualité quotidienne du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cartes de voeux
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête des pères
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts pianistes
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano

forum piano
livres biographies compositeurs et pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 Retour à l'accueil de pianobleu.com