<
Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Marina di Giorno

Merci à Marina di Giorno d'avoir répondu aux questions de Piano bleu pour la réalisation de cette page.

Biographie commentée

Pianiste Franco Italienne, Marina di Giorno est née le 28 mars 1989 à Toulouse dans une famille où l'art est très présent ainsi explique-t-elle : "Dans ma famille, comme dans de nombreuses familles latines, l'Art occupe une place importante. En effet il y existe une fibre artistique dans les domaines aussi variés que le théâtre, la peinture, la danse, la littérature le chant et la musique bien sûr. Je suis cependant la seule exception en tant que pianiste professionnelle. J'ai donc de nombreux oncles, tantes et cousins, qui jouent de divers instruments, chantent et composent. Ma famille compte également un romancier, des acteurs amateurs, ainsi que des artistes peintres dont mon grand-père paternel qui était également archéologue et historien."
C'est le piano qui a retenu son attention alors qu'elle était très très jeune : "Un piano était présent à la maison, ma mère pianotait pour le plaisir. Curieuse de tout, je me suis vite intéressée à ce " meuble magique ". A la suite d'une chute, qui a fortement limité mes activités physiques, scolaires et extra scolaires, le piano devint alors une occupation spontanée. Tout était facile, je pouvais reproduire tout ce que j'entendais. Le langage musical y compris le solfège était naturel, au point que je ne me souviens pas d'effort ou de contrainte particulière dans son apprentissage. '"
Marina di Giorno garde un excellent souvenir de ses premiers cours comme de son premier concours à l'âge très précoce de quatre ans ... "Mme CARCENAC, une dame douce et maternelle, elle nous faisait beaucoup travailler en groupe, ce qui développait les échanges, le partage et l'écoute. J'y ai passé de très bon moments. Ce qu'il y a de merveilleux à cet âge de quatre ans , c'est que les mots ; concours, concerts, récréation, ont la même signification ! On ne réalise absolument rien, c'est naturel, spontané voire ludique. J'en garde donc un très bon souvenir, c'était le concours du Royaume de la musique de Radio France. J'avais interprété un quatre mains et une sonate de Haydn."
La pianiste ne saurait dire si elle avait un don particulier par contre force lui est de constater que : "En tout cas, ma précocité et mes facilités aidées de mon oreille absolue, m'ont permis d'évoluer de façon fulgurante. Je crois que très vite, mes professeurs ont senti que je m'épanouissais dans la musique, ne m'ont pas bridée, et ont rapidement conseillé à mes parents de tenter une entrée au CNR de MONTPELLIER."

Marina di Giorno intégre le CNR de Montpellier à l'âge de 8 ans : "J’y ai passé des années incroyables, tout était simple, mes professeurs de Piano, Musique de chambre, Solfège, Chorale, Accompagnement, étaient tous extraordinairement généreux. Bien évidemment, mon professeur de Piano Susan CAMPBELL et de Musique de Chambre Bernard POZZERA ont une place importante dans mon cœur. Ils ont su répondre à ma soif de musique en me laissant la liberté de souvent choisir mon répertoire et de me laisser une autonomie dans mon rythme de travail et mes goûts musicaux. La grande inquiétude de Susan Campbell était la prise de risque avec des pièces difficiles pour mes mains étant donné mon jeune âge. Des liens indéfectibles m'unissent à Susan qui fut non seulement mon mentor et amie mais un professeur exceptionnel... "
Dès l'âge de 11 ans, elle fait ses débuts avec orchestre à Montpellier salle Molière, Opéra comédie, Corum et donne des récitals en Europe et au Maroc comme soliste et en musique de chambre..."J'ai eu la chance d'être au CNR de Montpellier au moment où Mr Alain JACQUON était directeur. Son souhait de pianiste directeur, était de développer des synergies avec des orchestres et chefs d'orchestre. A cette occasion, j'ai ainsi pu jouer comme soliste à la salle Molière, à l'opéra Comédie et au Corum sous la baguette de Jean François HEISSER et l'orchestre de Montpellier. Un reportage sur FR 3 a été réalisé à cette occasion."
Marina di Giorno ne saurait dire précisément quand elle a mesuré qu'elle mènerait une carrière musicale : " Les expériences musicales se sont toujours enchainées naturellement, mais j'ai toujours su que ma place serait dans l'Art. Les échanges avec mes partenaires musiciens, ainsi que ceux avec le public lors de mes récitals, n'ont fait que de m'encourager plus avant dans cette voie dans laquelle je me suis investie complètement."
Et c'est aussi très jeune qu'elle entre au CNSMDP (conservatoire national supérieur de musique et danse de Paris) à l'âge de 15 ans, dans la classe de Bruno Rigutto en piano, et celle de Claire Désert, Ami Flammer, Yovan Markovich et Marc Coppey en musique de chambre. Marina Di Giorno est lauréate de deux Premiers Prix de piano et de musique de chambre, du Diplôme de Formation Supérieure de Musicien Interprète ainsi que d’un Master de Musique de Chambre :"Cela a été certainement le plus gros changement dans ma vie, les enseignants y sont remarquables, le conservatoire certes est un creuset de rencontres qui nous aide à réfléchir peut-être sur les directions que nous comptons prendre, mais il faut beaucoup d’autonomie afin de développer sa personnalité et son identité musicale. Pour cela, il faut savoir se construire parallèlement en dehors du système pour ne pas se perdre."
Marina di Giorno se perfectionne à la Haute Ecole de Musique (H.E.M.) de Genève en Master of Art Spécialisé Soliste dans la classe de Pascal Devoyon et lors de masters classes, où elle reçoit l'enseignement de grands maitres : Dominique Merlet, Raman El Bacha, Christian Ivaldi, Jean-Claude Pennetier, Jean-François Heisser, Michel Beroff, le Quatuor Julliard, le Trio Wanderer…Actuellement, Marie Françoise Bucquet et Jorge Chaminé suivent sa carrière et l’a conseillent...."J’ai choisi chaque fois d’aller étudier dans un établissement, non pour son prestige, mais uniquement pour le professeur avec lequel je souhaitais travailler, au CNSM, pour Bruno RIGUTTO, à la HEM de Genève, pour Pascal DEVOYON. Ce dernier était exactement la personne qu’il me fallait après ma sortie du CNSMDP. Parallèlement, j’ai rencontrée Marie Françoise BUCQUET avec laquelle je continue de travailler et qui m’apporte beaucoup tant sur le plan humain que musical. Ainsi que Claire Desert, toujours présente pour dispenser quelques conseils…. Je ne peux passer sous silence les Masters Classes avec Dominique Merlet, que j’ai rencontré pour la première fois à Montpellier à l’âge de 14 ans, une personnalité extraordinaire pour sa générosité et la transmission de connaissances musicales qui forcent notre admiration."
Parallèllement elle a aussi pu bénéfier des conseils de la pianiste France CLIDAT : "Quelle grande dame, quelle classe !! Elle m'a écouté lors d'un concours international, j'avais 16 ans, je lui ai beaucoup plu, et par la suite j'ai pu la rencontrer chez elle où j'allais fréquemment prendre ses conseils. Elle m'a transmis cette force de caractère et cette affirmation que je fais mienne, "je joue comme je suis ", en effet elle a toujours insistée pour que je garde mon identité musicale sans artifice ni faux semblant. Nous étions très proches, et avions beaucoup de choses en commun. Après lui avoir joué le programme de mon premier disque " l'invitation au voyage ", elle m'a fait l'honneur d'en rédiger la préface. Sa disparition m'a laissée un grand vide et une profonde tristesse."
Lauréate de plusieurs concours internationaux et prix spéciaux, elle a été invitée à diverses émissions radiophoniques (France Musique) dont la dernière en août 2009 à la Roque d'Anthéron et télévisées sur France 3 et RAI 3. Elle a fait l'objet de plusieurs articles de presse dont celui de la Lettre du Musicien de septembre 2006 qui souligne « une belle assurance au clavier et une rare maturité d'expression » ..."Je suis lauréate des concours de l'Union Française des Artistes Musiciens, 1er prix du concours de San Sébastian, du concours Flame, de l'Académie Ravel, de Lalla Meryem au Maroc, PRIX spécial EMCY , Prix spécial pour la Meilleure interprétation d'œuvres espagnoles….. Toutefois, j'ai constaté que ces concours, ne permettaient pas le développement d'une réelle identité musicale, d'une avancé dans la maturité bien au contraire c'est souvent la recherche de la performance qui nuit au naturel et à la liberté de l'interprétation. J'ai été conforté dans cette idée, par l'interview consacrée à Léon Flescher à Genève, où nous avons eu la chance de l'entendre et d'écouter ses masters classes… Les concours peuvent être un tremplin et nous aider au départ, mais tôt ou tard il faut autre chose pour avancer…."
Engagée dans plusieurs festivals et grandes salles : Ars Terra, Rencontres Internationales Chopin à Nohant, Musicora au Louvre, Festival Chopin de Bagatelle, Moments Musicaux Jeunes Prodiges et Musiciens Prodigieux, En Première Partie d'Alain Planès, la Roque d'Anthéron, Classique au Large à Saint-Malo, Concerti del Tempietto à Rome, salle Marianum à Perugia. Société des Arts de Genève, en Autriche, tournée en Espagne, en Italie …. Marina DI GIORNO s'est également produite aux Bernardins aux Invalides, au Théatre du Chatelet, Salle Adyar, et à la Cité de la Musique à Paris … Interrogée sur son meilleur souvenir de concert elle confie : "Chaque concert que j'ai donné est un moment de partage et d'échange avec le public, il y a une magie dans l'instant qui reste gravé dans la mémoire. L'un de mes meilleurs souvenirs, reste le récital donné à Millau dans l'Aveyron, j'avais 12 ans. Ce récital était donné au profit de l'œuvre de Sœur Anne Marie SALOMON médecin au Mali, pour sauver une petite fille AWA qui devait être opérée en France à Paris. Le public a été si enthousiaste que le concert a duré plus de 2 heures après de nombreux bis."

Son répertoire, son interprétation...


Marina di Giorno a déjà une discographie conséquente : un enregistrement chez Passavant Music dédié à la musique romantique Brahms/Schumann et Granados/Ginastera, un deuxième disque dédié à Chopin et Schumnn et un troisième disque consacré à la musique française : Debussy, Ravel et Saint-Saens, interrogée sur la façon dont elle construit son répertoire la pianiste Marina di Giorno explique :"Je suis très sensible à la musique romantique : CHOPIN, LISZT, BRAHMS, et SCHUMANN pour lequel j'ai une affection particulière. Je suis également très attirée par la musique Hispano Argentine, sans doute du fait de mes origines latines, et j'apprécie particulièrement les œuvres de GRANADOS, DE FALLA, ALBENIZ, GINASTERA, PIAZZOLA… Enfin, je finirai par BEETHOVEN qui selon moi est le compositeur indispensable à interpréter, il installe une rigueur, mais surtout fait énormément mûrir musicalement."
Elle joue également régulièrement en musique de chambre :" Chaque fois que j'en ai l'occasion et cela depuis toujours ! En effet le pianiste est par essence même un solitaire, je suis pour ma part curieuse des échanges avec les autres musiciens, cela participe à mon équilibre. Je joue en sonate avec violoncelle, violon et alto…, en quatuor, en quintette…, j'ai même joué un sextuor de REICH pour 2 pianos et percussion. J'ai travaillé sur des projets avec danseurs et chanteurs, dont un en cours sur le thème d'Alice au pays des merveilles."
Marina di Giorno confie au sujet de sa façon de travailler et de ce qui lui tient le plus à coeur dans ses interprétations : "Quand j'aborde une nouvelle œuvre, j'essaie spontanément de la déchiffrer au tempo pour voir tout de suite ce qu'il en sort, observer la conduite générale etc… Ensuite je reprends à zéro très minutieusement. Lorsque ce travail de détail, d'observation du texte, de mémorisation est assimilé, je libère tout, j'écoute des enregistrements de référence et j'essaie d'être la plus sincère possible dans ma propre interprétation de l'œuvre. Pour moi, le plus important encore une fois, c'est d'être " vraie" lorsque j'interprète, ne pas se dire " tiens cet artiste joue se passage comme ceci, je dois donc modifier mon jeu " ou bien " la tradition veut que l'on fasse comme cela alors je vais faire comme cela". Je pense que pour toucher le public il faut que je lui parle avec mon cœur, ma sensibilité ; mon piano est ma voix, je dois amener l'auditeur à être bouleversé par ce qui me bouleverse, à être emporté par ce qui m'emporte. "
Marina di giorno consacre beaucoup plus de temps à son travail de concertiste qu'à l'enseignement. Elle a eu cependant quelques élèves ..."Je pense que l'enseignement me permet de transmettre ce que j'ai moi-même appris de mes maitres et par cette occasion de jauger du chemin parcouru depuis l'époque où je recevais leurs conseils. Il est toujours agréable de pouvoir transmettre sa passion, et qui sait un jour de susciter chez un jeune pianiste une vocation."
Interrogé sur la musique qu'elle écoute hormis la musique classique , la pianiste indique : "Je suis complètement dans mon temps et j'écoute tous les styles de musique que ce soit des tubes du moment aussi bien pop que rock et variété française comme internationale mais aussi des classiques comme PIAF, ELVIS PRESLEY etc… Comme je l'indiquais précédemment mon interprétation est basée sur la vérité de ma personnalité, je suis une pianiste du 21° siècle, en phase avec mon temps. Je suis au fait du monde qui m'entoure, cinéma musique théâtre, ce n'est pas parce que l'on interprète du Bach ou du Beethoven que l'on doit se couper du monde actuel. ".
Quant à ces autres centres d'intérêts, il ne se limite pas à l'art et sa réponse est une invitation à découvrir un très beau site italien de 200.000 mille km2 de nature sauvage ! : "Comme centre d'intérêt artistique, j'ai pratiqué le théâtre ce qui m'a beaucoup aidée à me libérer et à trouver une certaine assurance. Je pratique également très assidument la danse de salon, tango, salsa et danse orientale. Bien sûr la danse en particulier m'aide à m'épanouir et contribue à mon équilibre. Il ne faut pas oublier qu'un pianiste reste de longues heures sur son tabouret, il faut donc se dépenser. Comme autre centre d'intérêt, je suis également Ambassadrice en Europe et dans le Monde du Parc National del Pollino dans le sud de l'Italie, région natale d'une partie de ma famille. Mon objectif étant de faire découvrir ce site naturel d'une richesse extraordinaire tant par sa faune que par sa flore."

Ecouter...

Clair Obscur

Debussy(1862-1918)
Estampes
Maurice Ravel (1875-1937)
Miroirs
Camille Saint Saens/ Liszt
la danse macabre (transcription)
Camille Saint Saens (1835-1921)
Toccata opus 111

Marina di Giorno, piano

Ce disque est déjà le troisième - après une "Invitation au voyage" regroupant des oeuvres pour piano de Brahms, Schumann, Granados et Ginastera et un autre d'oeuvres de Schumann encore, cette fois associées à des oeuvres de Chopin - de la jeune pianiste Franco-italienne née à Toulouse, Marina di Giorno, qui a passé son premier concours de piano à l'âge de quatre ans au Royaume de la musique de Radio France. Un début très précoce, qui l'a conduite dès l'âge de 15 ans sur les bancs du CNSMD de Paris dans la classe de Bruno Rigutto en piano, et celle de Claire Désert, Ami Flammer, Yovan Markovich et Marc Coppey en musique de chambre. Sans doute le fait d'avoir une famille qui très tôt l'a intéressée à toute forme d'art a contribué aussi à ce qu'elle aime associer à la musique multiples formes d'art. Ainsi confie-t-elle à l'occasion d'un entretien à lire ci-dessous que pour la réalisation de ce disque elle a travaillé avec une artiste peintre ESKA KAISER qui a réalisé des oeuvres "spécifiquement pour le livret en illustrant cette oscillation avec un jeu de couleur bleu et noir. J'aime bien cette idée de pouvoir associer les arts différents autour d'un projet. ", et vous pourrez la voir plus bas dans cette page dans un clip vidéo de « la Danse Macabre » où elle accompagne au piano des danseurs contemporains et des figurants du CNSMDP . Inspirée également par des textes de Colette la pianiste a eu envie de se pencher sur les compositeurs de cette époque...cliquez ici pour lire la suite , écouter un extrait et voir une vidéo

En savoir plus

visitez le site internet de Marina di Giorno... cliquez ici


Retrouvez une information sur
le site Piano bleu Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    
Ne partez pas
sans avoir lu
l'actualité
du piano !

Fanny Azzuro
Impressions 1905
Montrez moi vos mains
Alexandre Tharaud
Nikolay Lugansky
Tchaikovsky
Grande sonate Les Saisons






  et... Partagez cette page !



Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs pour vous facilier la navigation sur le site internet ...
Actualités quotidiennes du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cadeaux de noël
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts de pianiste
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano
forum piano
livres biographies compositeurs / pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 


Retour à l'accueil de pianobleu.com