<
Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Benjamin Faugloire

Merci à Benjamin Faugloire d'avoir répondu aux questions de Pianobleu.com pour la réalisation de cette page.

Biographie commentée

Marseillais né en 1978, Benjamin Faugloire a une formation classique de piano acquise auprès de sa grand-mère, professeur au conservatoire... "J'ai démarré le violon à l'âge de six ans avec mon grand-père qui était professeur d'anglais mais avait été musicien professionnel étant jeune. Il était en effet deuxième alto de l'orchestre de Monte-Carlo à l'âge de 16 ans. Plus tard, il a suivi ma grand-mère qui enseignait le piano à Marseille et n'a malheureusement pu y trouver de place à l'orchestre National. Il a donc dû pour subvenir aux besoins de sa famille trouver un travail alimentaire : professeur d'anglais. Le violon n'ayant pas fonctionné, il m'a envoyé vers ma grand-mère à l'âge de 8 ans. J'ai suivi ses cours de piano jusqu'à 15 ans mais sans aucune passion ni pour l'instrument ni pour la musique classique qu'elle m'enseignait . Par contre, les leçons d'interprétation et cours d'histoire de la musique avec mon grand-père me passionnait. L'enseignement de ma grand-mère était exclusivement classique. Elle-même ne connaissait pas le jazz, ne savait pas en jouer et n'appréciait que très peu cette musique. C'était une excellente pianiste classique, très bonne lectrice et interprète mais incapable d'improviser. "
S'il apprend donc la musique classique , Benjamin Faugloire baigne aussi très tôt dans le jazz, dans un premier temps juste en auditeur, grâce à d'autres membres de sa famille, lors de Jams sessions familiales organisées autour de son grand-père altiste et de ses oncles guitariste et saxophoniste...."En ce qui concerne les boeufs , j'étais enfant et n'y participais donc pas. Mes oncles sont tous deux musiciens (un guitariste classique et un " touche-à-tout ") et lors de nos vacances en famille, il n'était pas rare que la soirée se termine effectivement en boeuf improvisé où les chansons côtoyaient les grands thèmes classiques ou des improvisations de jazz."
Durant son cursus scolaire classique, prépa Maths/sup, Maths/spé et une année d’école d’ingénieur qu’il arrêtera en cours de route pour définitivement se tourner vers la musique, Benjamin Faugloire est ... batteur d’un groupe pop rock, les « Blue Velvet » avec qui il sortira un album en 2000 « Tian’anmen ». Il commence alors à composer ses premières chansons... à la guitare et au chant ! Il faut préciser qu'il montre nombreuses facultés à jouer d'un instrument de musique quel qu'il soit ! : "Lorsqu'à 15 ans j'ai arrêté le piano, j'ai eu tout de même envie de reprendre la musique. La batterie m'avait toujours plu, les batteurs étaient toujours les musiciens que je regardais le plus. Nous avons donc monté un petit groupe avec des amis du lycée, nous répétions assez assidûment et avons même fait quelques concerts. L'apprentissage de la guitare s'est fait en parallèle, dans le but de chanter. C'est ce que j'ai fait. Je n'ai jamais pris de cours de batterie, de guitare ou de chant. Je sentais que j'avais quelques facilités et il faut avouer que le plaisir que je prenais me permettait de travailler de nombreuses heures sans fournir de réels efforts. Et puis c'était juste pour le plaisir, aucune ambition à ce moment-là de devenir musicien. En réalité, je n'avais aussi aucun projet dans le domaine scientifique, juste le souhait de trouver un travail stable et donc les études d'ingénieur correspondait à cette stabilité auquel je pensais à l'époque aspirer."
Aussi ce n'est sans doute pas par hasard qu'il découvre une école de musique sur internet qui le conduira à Paris en 2002 : " Je cherchais une école qui me propose de travailler la musique et mes instruments de la manière la plus professionnelle possible et j'ai été séduit par leur proposition. J'en garde un très souvenir. Pour un apprenti musicien qui est prêt à travailler dur pour y arriver, ils proposent un enseignement de qualité. J'ai fait de très belle rencontre, Gabriel Cazes, un ménestrel Multi-instrumentiste génial, le guitariste Alexis Didier…"
Débarqué à Paris, Benjamin entame donc ses études musicales à l’école ATLA et suit les cours d’Alexis Didier en Guitare Jazz et de Gilles Erhart en piano jazz..."J'ai réellement découvert le jazz lors de mes études musicales à Paris. En écoutant et en relevant des pianistes comme Michel Petrucciani, Bill Evans ou Oscar Peterson. Le déclencheur a été très certainement ma rencontre avec mon professeur de Jazz à l'école Atla : Gilles Erhart. Il me donnait des disques à écouter, nous faisait travailler des thèmes de jazz…Je suis finalement revenu au piano grâce à ma rencontre avec Gilles Erhart. Pour une raison très simple : lorsque, de temps en, temps, il se mettait au piano, je me disais " Je veux jouer comme toi ! ".Ca me faisait rêver de jouer comme ça, d'improviser, de " groover ", et de dire des choses à travers l'instrument. J'ai le souvenir d'avoir pleuré pendant une de ses impros sur " Summertime ". Du bonheur. Et pour ne rien gâcher, Gilles est un mec extra, d'une grande générosité et avec un grand coeur. Il a senti que j'avais besoin de ça et m'a toujours soutenu pour que j'y parvienne."
Ensemble, ils préparent le concours d’entrée au Centre des Musiques Didier Lockwood que Benjamin intègre en 2004..."J'avais entendu parler du CMDL par Benoît Sourisse (Piano/Orgue Hammond) et André Charlier (Batterie) qui y sont les enseignants principaux et viennent souvent en Master-Class à ATLA. La réputation de cette école était vraiment bonne et il ne prenait que quelques élèves. Cela m'a suffit pour préparer le concours. Un défi de plus et une raison suffisante de continuer à travailler mon instrument avec acharnement. Pour ce qui est de mes principaux souvenirs, outre les cours de rythme d'André Charlier que j'appréciais beaucoup, cela a été ma rencontre avec deux pianistes français, intervenants au CMDL. Le premier a été Pierre de Bethmann. Il a été assez direct avec moi et m'a dit : " Tu ne sais pas jouer un accord ". S'il s'était arrêté là, ça aurait manqué de classe mais non, il a pris le temps nécessaire pour me donner les positions à travailler, le nom d'un excellent bouquin (Le Piano Jazz, Mark Levine)… Cela m'a énormément fait progresser. La deuxième a été avec Olivier Hutman qui dans le même genre, m'a dit : " Ton swing est à l'envers… ". Et il a pris le temps de me faire travailler ça et de me donner quelques exercices pour y remédier. J'ai trouvé ça génial."
Après une année de travail, acharné du piano suite à son année au CMDL, il compose son premier album et fait pour cela appel à deux élèves marseillais eux aussi rencontrés au CMDL : Denis Frangulian (Basse) et Jérôme Mouriez (Batterie).Ces trois-là ne se quitteront plus...
En 2006, le LAP, association culturelle gapençaise alors dirigée par Pierre Lefeuvre propose une résidence de composition et une tournée dans les Hautes-Alpes au trio. Ce seront les premiers concerts du Benjamin Faugloire Project. Leur premier album « Première nouvelle», enregistré chez André Charlier, sort en octobre 2008 sur le label londonien Sergent Major Company, reçoit Trois Etoiles Jazzman (« Essai Réussi ») et un accueil très favorable des programmateurs (Festival de Jazz des 5 Continents, JVC Jazz Festival, Jazz à Daumergues, Théâtre de l’Avant-Scène, Sunside et un accueil plus que chaleureux du public qui apprécie la musique du trio et sa grande générosité sur scène..." Première Nouvelle a été enregistré en 2007 soit deux ans après ma rencontre avec Denis Frangulian et Jérôme Mouriez au CMDL. Pendant mes études au CMDL, je n'ai pas trop eu l'occasion de les croiser et la connexion entre nous s'est faite assez tardivement. Ce n'est que six mois après la fin des cours que je les ai appelés en leur disant que j'avais quelques compositions et je leur ai demandé s'ils voulaient bien essayer de jouer avec moi. Ils ont accepté et nous avons passé un moment de répétition magique. Denis et Jérôme forment une section rythmique depuis plus de dix ans ensemble. Ils ont un feeling incroyable, partagent ma vision de la musique, la vivent. Et une grande amitié est née. Quand c'est évident à ce point, je ne vais pas chercher plus loin… Pierre Lefeuvre (mon actuel producteur) m'a alors proposé de venir faire une résidence avec eux dans un lieu culturel et associatif qu'il tenait à Gap. C'esr durant cette semaine que les morceaux de Première Nouvelle se sont affinés. L'album a été enregistré chez André Charlier qui en a assuré la direction artistique avec Gilles Erhart."
En parallèle de son trio, Benjamin Faugloire joue à plusieurs reprise avec son ami Gilles Erhart à l’occasion de Ciné-Concerts autour du film « Le Caméraman ». Une heure d’improvisation à deux pianos sur le chef d’oeuvre de Buster Keaton..." Cela m'a appris deux choses essentielles pour moi. La première, c'est la notion d'accompagnement dans le trio. Dans notre cas de figure, le soliste c'est l'image. A nous de l'accompagner et de le porter le plus haut possible. Cela demande énormément d'écoute, de finesse et d'attention. Très peu de lâcher prise finalement. Un exercice difficile mais ô combien plaisant quand on y parvient ! La deuxième, c'est le plaisir que j'éprouve à constater le pouvoir que la musique a sur l'image."
Aujourd'hui il travaille toujours avec Gilles Erhart lors d'un stage autour de la composition et l'improvisation organisé par eux : "C'est une semaine en immersion complète (dans une immense bâtisse en plaine nature en Auvergne) pour nos stagiaires, tous instruments confondus, où ils apprennent à composer sur de l'image, improviser sur un film, travailler les différentes places que peut occuper un musicien (leader, accompagnateur, arrangeur…).Et travailler avec lui, c'est pour moi un bonheur."
Très actif Benjamin Faugloire trouve également le temps en septembre 2009 de monter une petite école de musique sur Marseille, « Un Air de Rien » où la musique est enseignée comme il l’entend, de manière ludique et instinctive. Une école de musique bien nommée puisque si elle pouvait avoir l'air de rien aujourd’hui, l’école compte une centaine d’élèves, cinq professeurs, et le pianiste prend beaucoup de plaisir à partager sa passion, les écoles qui ne l'ont pas embauché alors qu'il se proposait comme professeur doivent avoir quelques regrets ... : "En 2008 j'ai quitté Paris où je vivais depuis 6 ans pour revenir à Marseille, la ville où j'ai grandi. Je donnais quelques cours chez moi et cherchais à travailler dans une école. J'ai alors envoyé mon CV un peu partout mais personne ne m'a répondu. Je me suis alors dis que j'allais monter ma propre école. L'idée de départ était de donner quelques cours dans la semaine qui me permettraient juste de payer le loyer du studio où je travaille. Mais le bouche à oreille a très vite fonctionné et j'ai rapidement du faire appel à mes amis musiciens pour m'épauler et assurer les cours pour les nouveaux élèves. "
Interrogé sur la façon dont il aborde l'enseignement Benjamin Faugloire explique : "La base de mon enseignement est très simple : en premier lieu, on doit essayer au plus vite de faire ressentir à l'élève le plaisir que procure la musique. S'il l'a perçu ne serait-ce qu'une fois, c'est gagné. Cela passe par exemple par très peu de solfège. On aborde les notions théoriques en fonction des morceaux que l'on travaille. Cela permet à l'élève de donner un sens réel au solfège, de comprendre son utilité puisqu'il prend conscience que s'il veut prendre plaisir à jouer ce morceau il devra aussi travailler cette partie. Cela passe aussi par demander systématiquement les goûts musicaux de l'élève et de le faire jouer des morceaux qu'il a choisis. Cela demande plus de travail pour nous qui devons relever et écrire les partitions mais cela nous assure le fait que l'élève aime ce morceau. Très rapidement nous essayons également de faire jouer les élèves ensemble. C'est l'objectif de notre concert de fin d'année où les élèves ne passent pas chacun leur tour mais au sein de groupe qu'ils ont choisis (en fonction des morceaux proposés). C'est ici la finalité de mon enseignement : arriver à jouer ensemble, respecter les autres musiciens, savoir accompagner, écouter, … C'est en général le meilleur moment de l'année pour tous nos élèves. L'école propose des cours de piano, guitare, basse et batterie ainsi que d'éveil musical et nos élèves vont de 3 à 72 ans. " .

Ses compositions, son inspiration...

La musique de Benjamin Faugloire s'inspire à la fois de la
musique pop et du groove et des rythmiques impaires du jazz moderne...: "Mes jazzmen de référérence sont essentiellement des pianistes . J'ai beaucoup écouté Bill Evans, notamment " Sunday at the Village Vanguard " avec son trio mythique, Scott Lafaro à la contrebasse et Paul Motian à la batterie. Il y a chez ces trois-là une écoute et une liberté incroyable. Oscar Peterson reste aussi un musicien que j'adore. Son album en trio " We get Requests " est une pure merveille en terme de son de trio. Et il a un toucher, un son de piano incroyable. Pour en finir avec les pianistes, et à chaque fois que je l'écoute il me donne le sourire, Michel Petrucciani est un " groover " incroyable, il " phrase " à l'intérieur de ses chorus comme personne… C'est le musicien de jazz que j'ai le plus relevé. Ces derniers temps, j'ai beaucoup apprécié le pianiste Tigran Hamasyan en solo, le trio d'Avishaï Cohen avec Mark Guiliana à la batterie et Shaï Maestro au piano, et mon dernier coup de coeur va sans aucun doute pour Dhafer Youssef que j'ai entendu pour la première fois en live au festival des 5 Continents à Marseille en 2011 et qui m'a énormément touché."
Pour ce qui concerne la pop, deux groupes ont une influence majeure sur ses propres compositions : "Radiohead (Pop) et Portishead (Trip-Hop). J'ai énormément écouté ces deux groupes qui sont très différents l'un de l'autre mais qui ont en commun la sensibilité musicale. C'est techniquement impeccable mais c'est toujours au service de l'émotion.
Sa musique peut aussi être qualifiée de cinématographique... mais qu'est précisément une musique cinématographique ? : "C'est pour moi une musique qui pourrait augmenter le pouvoir de l'image, la sublimer. Mais évidemment sans la faire oublier, assez discrète pour que l'œil soit encore attentif mais tout de même bien présente. Ces principes, je les reprends dans ma composition. La plupart du temps, je m'invente une histoire ou je pense à une histoire vécue et je cherche quelle tonalité, quelle mesure, quel tempo, quelle mélodie, quelle intention… en un mot quelle musique, pourrait " raconter " mon histoire. La raconter et l'accompagner en finesse. Attention, c'est un objectif, loin de moi l'idée de penser arriver à ce résultat tout le temps ! Mais c'est ma démarche. Raconter des histoires, des petites nouvelles."
Quant à ses conditions idéales pour composer, il confie : "C'est difficile de définir un cadre conventionnel pour la composition. En général, je travaille d'abord mon piano, la technique, le phrasé, l'harmonie… puis je me laisse aller sur l'instrument et c'est là que viennent les idées. Une fois que cette idée est correctement construite, je prends du temps pour peaufiner, faire correspondre ma composition à l'histoire que je veux raconter. Par la suite, je passe souvent sur l'ordinateur pour y jouer la contrebasse et la batterie, affiner mes parties de piano. Le reste se passe en répétition avec mes deux musiciens qui y mettent leur interprétation et me font des propositions d'arrangements. Je suis très à l'écoute de leur avis. "
Pour Benjamin Faugloire un disque piano solo n'est pas à l'ordre du jour : "Je ne me sens pas prêt à me produire seul avec mon piano sur scène. Le piano solo est un exercice très particulier et demande une maîtrise technique parfaite ce qui, d'après moi, n'est pas le cas. Mais je dois avouer que cela me tente et que je pratique le piano solo un peu tous les jours dans le but d'un jour sortir un album. Je dois encore mûrir, apprendre à connaître encore mieux mon instrument et peut-être oublier mes complexes... mais il s'agit là d'un autre travail."

Ecouter...

Benjamin Faugloire Project
The Diving

Benjamin Faugloire, piano
Denis Frangulian, contrebasse
Jérôme Mouriez, batterie

Ce disque "The diving" est le second du pianiste Benjamin Faugloire en trio, qui après avoir donné une "Première nouvelle" dans un précédent album paru en 2008 avec les deux mêmes musiciens a cette fois demandé à Denis Frangulian d'échanger sa basse électrique contre une contrebasse plus en adéquation avec sa musique. Une excellente idée car les notes de cet instrument ont une plus belle résonance et surtout une meilleure vibration, et quand on sait, et constate par les compositions originales de ce disque, que la quête du pianiste également compositeur de l'ensemble des neuf morceaux est ... l'émotion, nul doute que cet instrument contribue mieux à toucher l'âme, le trio a acquis ici tous les ingrédients pour offrir une couleur musicale à la hauteur de cette quête !
Si Benjamin Faugloire a appris le piano avec sa grand-mère professeur de musique classique c'est le jazz et la pop qu'il revendique comme étant à la source de sa propre musique, il faut dire aussi que c'est son grand-père, pourtant altiste professionnel dans un orchestre classique, qui lui a permis de découvrir le jazz ! Comme dans nombreuses chansons, dans sa musique Benjamin Faugloire a choisi de mettre toutes les images qu'il imagine à partir d'une histoire, souvent histoire de sa vie ... ainsi plus bas dans cette page vous pourrez écouter en lien avec son myspace : "Grandson memory" ...un des quelques titres dont des dédicaces figurent sur la pochette de son disque , ainsi celle-ci : "Pour nos moments passés à ...discutés autour d'un petit Malaga...jouer au mastermind...t'écouter me raconter l'histoire de la musique...Me régaler de tes raviolis de chez Verdillon...Vous me manquez" .
En écoute également deux autres splendides titres : "Oecologia" qui pourrait bien aussi être inspiré de musique classique dans son court début en piano solo... et le titre éponyme et présent sur l'album en deux versions "The diving" qui n'a pas reçu de dédicace mais au sujet duquel Benjamin Faugloire qui a bien voulu répondre à très nombreuses questions confie : "The Diving, c'est le grand plongeon. J'espère de cet album qu'il nous fasse plonger dans le monde du jazz français et européen, qu'ils nous affirment comme un groupe sur lequel il faudra compter"... OUI, un immense OUI ... Benjamin Faugloire Project est un groupe sur lequel il faudra compter et si le pianiste est souvent nostalgique "Des temps d'avant" autre très beau titre de cet album débutant aussi par quelques mesures au piano seul très émouvantes, son futur est très prometteur, mais procurez-vous dès à présent ce disque qui "l'air de rien" ... vous fera plonger dans un très bel univers riche en émotion et images car le compositeur et ces deux complices ont un don pour porter haut, et en effervescence, une petite mélodie de départ ! A voir aussi après l'entretien une petite vidéo teaser pour finir de vous convaincre si besoin est ;-)) ...
cliquez ici pour lire la suite de l'entretien avec Benjamin Faugloire et écouter des extraits

En savoir plus

Visitez le site internet de Benjamin Faugloire...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    
Ne partez pas
sans avoir lu
l'actualité
du piano !







  et... Partagez cette page !


Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs pour vous facilier la navigation sur le site internet ...
Actualités quotidiennes du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cadeaux de noël
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts de pianiste
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano
forum piano
livres biographies compositeurs / pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 


Retour à l'accueil de pianobleu.com