Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Yakov Kasman

Merci à Yakov Kasman d'avoir répondu aux questions de Piano bleu pour la réalisation de cette page.

Biographie résumée

Yakov KasmanYakov Kasman est né le 24 fevrier 1967 à Orel (Russie). Bien qu'il n'y avait aucun musicien professionnel ou amateur dans sa famille, il aime le piano depuis sa plus tendre enfance :"J'adorais tapoter sur la table pour imiter les pianistes. La découverte de Richter m'a fortement marquée. La version Van Cliburn du 1er concerto de Tchaïkovsky a été une véritable révélation." Son premier professeur était Elena Komissarova...." Elle m'a appris à travailler sérieusement et de manière responsable. L'enseignant ayant joué le rôle le plus important (avant le Conservatoire) était Zinovy Vaynshteyn car il m'a transmis son amour pour la musique et plus particulièrement le répertoire russe."
En 1986, Yakov Kasman est rentré dans la classe de Mikhail Voskresenky au Conservatoire Tchaïkovsky, il a étudié pendant dix ans avec lui : "C'est un grand pianiste et un professeur époustouflant".
En 1991 , Yakov Kasman est lauréat du Concours Valentino Bucchi (Italie) et du London World Piano Competition (Angleterre), ce qui le fait réaliser qu'il pouvait être un pianiste professionnel et qui se confirme par ses autres prix : il est lauréat en 1992 du Concours Arthur Rubinstein et en 1995, il obtient le Deuxième Prix au Concours International Prokofiev de St-Petersbourg et une Médaille d'argent au Concours van Cliburn (USA) en 1997..."Chacun de ces prix m'a apporté son lot de satisfactions : des concerts en pagaille, de nouvelles relations, des amis. Après avoir remporté un modeste cinquième prix au Concours Rubinstein en Israël, j'ai été invité pour la première fois en France et cela a constitué le départ d'une nouvelle vie. Van Cliburn m'a permis de vivre aux USA et d'y emmener ma famille."
De ses nombreuses expériences de concours, dont il considère qu'il est difficile pour un pianiste de se passer, Yakov Kasman donne cependant un avis nuancé : "Malheureusement, le nombre de ces manifestations augmente et leur valeur artistique décline. La plupart sont fondées par intérêt, pour inviter d'autres organisateurs dans le jury , afin de pouvoir siéger dans un cercle… Le pire étant lorsque la victoire ne vous apporte qu'un soutien financier. Les lauréats reçoivent uniquement un chèque sans aucune aide logistique ultérieure, ni recommandation. Il faut aujourd'hui sélectionner les concours par rapport à son répertoire (l'idéal étant de laisser le choix aux compétiteurs) et les jurys où siégent des membres bénéficiant d'une mauvaise réputation (ceux privilégiant leurs propres élèves au détriment des véritables musiciens…). Contrairement à tout ceci, la fondation Van Cliburn réalise des choses incroyables pour ces six finalistes. "
De 1996 à 1998, Yakov Kasman a enseigné au Collège de Musique du Conservatoire Tchaïkovski de Moscou..."Ce fut un honneur et un plaisir d'y enseigner. C'est le meilleur conservatoire de Russie. Mes meilleurs étudiants actuels rêvent d'y étudier. L'un de mes premiers élèves était le petit-fils de Kabalevsky" .
Dans la suite de son prix au Concours Van Cliburn, depuis 1998, Yakov Kasman habite aux Etats-Unis où il poursuit une carrière de soliste et de chambriste. Il s'est produit en France, Grèce, Italie, Suisse, Yougoslavie, Israël, Russie, Brésil, Mexique, Costa Rica, Corée.... avec notamment l'Orchestre Philharmonique de Radio France, l'Orchestre National de Lille, l'Orchestre National de Montpellier, l'Orchestre de la Ville d'Athènes, le Haïpha Symphony et l'Orchestre de la Ville de Moscou. Il s'est également produit avec le National Symphony Orchestra de Taïwan, Daejeon Philharmonic Orchestra et aux Etats-Unis avec l' Oregon Symphony,Nashville Symphony,West Virginia Symphony, Fort Worth Symphony Orchestra, le Memphis Symphony Orchestra, Buffalo Philharmonic, Pacific Symphonic Orchestra, Miami Symphonic Orchestra, Oakland Symphonic Orchestra et le Syracuse Symphony Orchestra.
Il a enregistré quatorze disques pour le label français Calliope. Yakov Kasman a effectivement de grands liens avec la France par ce label et quelques amis..."Pendant longtemps, j'ai été très proche de Nela Rubinstein(femme d'Arthur) qui habitait avenue Foch. J'y ai vécu quelques temps. J'ai appris le français en parlant avec mes amis et en lisant Le Petit Prince." Yakov Kasman ajoute qu'il a toujours adoré jouer en concert (et visiter) la France :" J'admire sa culture, sa langue, sa cuisine et ses habitants. Je regrette sincèrement de ne pouvoir m'y produire plus souvent.".
Parallèllement à sa carrière de concertiste, Yakov Kasman enseigne le piano dans à l'Université d'Alabama à Birmingham depuis 2002, il y est aussi artiste en résidence :"Je suis épanoui de combiner les fonctions de pianiste et d'enseignant. Il n'y a rien d'autre que je n'aurai pu faire ou espérer ! C'est un endroit magnifique. Notre école de musique a un grand potentiel en devenir. Grâce à l'Etat d'Alabama, nous disposons d'infrastructures exceptionnelles et de grands professeurs." Interrogé sur ce qui différencie l'enseignement à Moscou de celui à Birmingham, Yakov Kasman répond : "La plupart de mes anciens élèves rêvaient d'aller étudier à Moscou. Ici, la situation n'est pas toujours évidente. Mais comme nous disons en Russie : " ce n'est pas le lieu qui rend l'homme beau mais l'homme qui le rend beau " . Ainsi un nombre croissant d'étudiants choisit notre université pour y concilier leurs études avec la possibilité d'y poursuivre le piano."
Pour Yakov Kasman l'essentiel par cette fonction d'enseignement est : "de transmettre la passion avec un amour profond de la musique. Le professionnalisme et le sens des responsabilités". En retour lui-même estime que les élèves lui apportent beaucoup et qu'enseigner lui est extrêmement bénéfique : " En trouvant et en corrigeant les erreurs des autres, vous apprenez énormément sur vous-même. Inutile de vous préciser que vous gagnez du répertoire avec vos élèves. Jouer face à vos élèves est l'un des plus grands défis que j'ai eu à relever."

Son répertoire

Yakov Kasman est très attaché aux compositeurs russes : Rachmaninov, Prokofiev, Tchaïkovski, Chostakovitch, Scriabine et Medtner... et à la question de savoir si avec le temps ses goûts ont évolué, il répond : " Oui ! Je les aime de plus en plus !" . Il apprécie d'ailleurs tout autant les œuvres pour piano que les symphonies, opéras… de ces compositeurs.

Cependant, il interprète également un répertoire " non russe " :"Il s'avère que ma " niche " est celle d'un spécialiste du répertoire russe. Je dois avouer que trouver sa " niche " est un luxe inouï. Peu d'entre nous ont cette chance. C'est tellement excitant de jouer ce que l'on ressent viscéralement au plus profond de son être. Paradoxalement, cela peut également vous être reproché ou montré comme une faiblesse. Je me demande parfois si l'on peut reprocher à un pianiste allemand d'interpréter exclusivement Bach, Beethoven, Schumann et Brahms ? Pour information, je les programme régulièrement et les place haut dans mon cœur !"
S'il apprécie de jouer seul ou en musique de chambre, Yakov Kasman préfère jouer avec des orchestres en raison de son répertoire : " Cela apporte aussi l'excitation d'une collaboration et la joie de voir un rêve se réaliser : vous entendez chaque voix, vous échangez, vous créez des harmonies incroyables. Vous dialoguez dans la masse ". Son meilleur souvenir de concert est d'ailleurs, celui qu'il a donné en octobre 2004 avec la Symphonie Oregon, en remplacement de dernière minute du pianiste Louis Ortie, qui lui a lui a valu nombreux éloges de la presse et applaudissements du public pour son interprétation du concerto numéro 3 de Rachmaninov. Il doit, dans la suite de ce concert, jouer de nouveau avec cet orchestre en mars 2006, un programme entièrement russe.
Les pianistes que Yakov Kasman admirent le plus sont tous russes : Richter, Horowitz, Pletnev et si à 99% Yakov Kasman n'écoute que de la musique classique, le pourcentage restant est réservé aux chansons traditionnelles soviétiques et... Georges Brassens. Parallèllement à sa passion de la musique, il est un collectionneur de peintures…russes ! "Dans ma salle de travail, 8 grandes tableaux représentant des vues d'Orel (la ville où j'ai grandi) sont exposés. C'est une pure inspiration.". Yakov Kasman reste très attaché à son pays natal : "Je suis actuellement en Russie avec ma famille pour les fêtes de fin d'année. Nous y retournons au moins deux fois par an. Pour un musicien russe (avec un répertoire à prédominance russe) il est vital d'aller s'y ressourcer"

Yakov Kasman a déjà un nouveau projet de disque à venir, avec bien sûr le label Calliope, et se sera bien sûr aussi, un autre disque consacré à un compositeur russe : un nouveau disque Tchaïkovsky.

Ecouter Yakov Kasman...

La sélection de Piano bleu...

Piotr Ilyich Tchaikovski
Les Saisons
Grande Sonate en sol Majeur, opus 37a
Yakov Kasman


Si vous êtes allé voir les nouvelles cartes de voeux de Piano bleu, vous aurez pu entendre l'extrait "Au coin du feu (janvier) de Tchaïkovsky interprété par le pianiste russe Yakov Kasman (sinon cliquez ici pour l'écouter ).Les "Saisons" (qui sont en fait des mois), et la Grande Sonate présentes sur ce disque, sont les deux sommets de l'oeuvre pour piano seul de ce compositeur, dans les deux extrèmes : miniature et grande forme.

Les Saisons furent écrites il y a exactement 130 ans(de la fin 1875 au début 1876) suite à une commande du journal musical russe Le Nouvelliste qui souhaitait publier chaque mois des oeuvres dont "Le caractère reflètera avec précision leur titre ainsi que les impressions du mois de leur publication". Du " Coin du feu", à la douceur intime et au "charme ingénu à faire fondre le coeur le plus endurci" jusqu'à "Noël" empli de "l'exitation joyeuse de l'attente du plaisir", en passant par la mélodie envoutante de la Barcarolle de juin, ou encore le joyeux "Chant du moissonneur", Yakov Kasman qui a étudié et enseigné au conservatoire Tchaïkovski de Moscou et est lauréat de nombreux prix internationaux peint avec une grande virtuosité un calendrier dont l'auditeur tourne les pages en imaginant sans peine chaque scène, le pianiste en exaltant les différentes couleurs avec de belles nuances expressives.

La "Grande Sonate" qui l'accompagne, mérite son nom à bien des égards : sa longueur car elle dure plus de 30 minutes, et surtout sa complexité. Il fut reproché à Tchaïkovsky d'avoir empreinté beaucoup à Schumann, Chopin et Liszt pour parvenir à son écriture, et ce (faux)prétexte permis sans doute à nombreux pianistes d'échapper à s'y risquer, car son écoute n'a vraiment rien de déplaisant et ce n'est pas la première fois qu'un compositeur s'inspirerait de ses prédécesseurs. Le premier mouvement qui dure près d'un quart d'heure n'a rien d'ennuyeux bien au contraire : il est riche en rebondissements, et exige tour à tour puissance et douceur de jeu, qualités qu'indéniablement possède le pianiste Yakov Kasman. Le deuxième mouvement "andante non troppo quasi moderato" comporte trois thèmes dont l'un d'eux, plus joyeux maintient sans peine l'attention de l'auditeur. Le court et virevoltant scherzo qui suit est fort ludique et plaisant. Le mouvement final "allegro vivace" est également très prenant par ses arpèges rapides et thèmes dansants, et permet d'apprécier la virtuosité de Yakov Kasman à dévaler allègrement les notes à une vitesse vertigineuse et impressionnante !

Cliquez aussi vite sur l'image de la pochette pour vous procurer ce disque
Pendant le mois de janvier 2006 vous pouvez écouter un extrait de la Grande Sonate en page "Morceau du mois"...cliquez ici

Serge Prokofiev
Intégrale des sonates pour piano
Yakov Kasman

Composées entre 1907 et 1953, les neuf sonates de Prokofiev se répartissent sur trois périodes : Les sonates de jeunesse N°1 à 4 , élaborées entre 1907 et 1917, la trilogie des sonantes de guerre : 6,7, et 8, suivie en guise d'épilogue de la sonate 9. La cinquième sonate étant un cas à part : la seule sonate dite "occidentale"( ainsi nommée parce que Prokofiev la composa en Occident lors d'un séjour dans les Alpes bavarioses, composée en 1923 et remaniée en 1953, sans doute parce qu'elle fut la moins appréciée par les russes. Elle fut aussi surnommée La Parisienne, car Prokofiev reconnaissait que l'influence de l'atmosphère parisienne n'y était pas étrangère. Ces sonates sont il est vrai très variées, tant dans leur forme : deux d'entre elles ne contiennent qu'un seul mouvement, que dans l'inspiration, traversant nombreuses émotions de l'angoisse à la joie, mais la "griffe" rythmique de Prokofiev est toujours présente et Yakov Kasman qui la fait sienne avec une grande vitalité, a obtenu pour ce double album enregistré en 1996 le "Grand Prix de la Nouvelle Académie du Disque Francais" .

Cliquez sur l'image pour vous procurer ce double album.

Dimitri Chostakovitch,
Concerto pour piano et trompette n°1 opus 36
Symphonie de chambre opus 110a -
Alfred Schnittke
Concerto pour piano et cordes
Yakov Kasman
Kaliningrad Chamber Orchestra, sous la Direction de Emmanuel Leducq-Barome

Les premières compositions de Alfred Schnittke(1934-1998) témoignent de l'influence de Prokofiev et de Chostakovitch, aussi il est finalement assez logique de regrouper dans cet album des oeuvres de ce compositeur avec des oeuvres de Chostakovitch.
Le concerto pour piano et cordes fut créé en 1979. Si vous ne connaissez pas ce compositeur, et même si les mesures finales de ce concerto ont parait-il un "effet hypnotique" évitez de l'écouter avant de vous endormir : la violence et noirceur de ce concerto n'a vraiment rien d'une berceuse mais exprime une grande souffrance chargée des tensions de la vie et est donc plus proche du cauchemar que du rêve. Ce n'est certes pas une oeuvre de tout repos mais combien bouleversante et splendide, et on y retrouve toute l'énergie fabuleuse du pianiste Yakov Kasman tant dans cette oeuvre que le moins violent et très lyrique, concerto pour piano et trompette n°1 opus 36 que Chostakovitch composa en 1933
Ce disque paru en 2000 a reçu nombreux éloges et récompenses dont un "choc de la musique" .
cliquez sur l'image pour en écouter des extraits et/ou vous le procurer

Découvrir et écouter les autres disques interprétés par Yakov Kasman...cliquez ici

En savoir plus

Visitez le site internet de Yakov Kasman...cliquez ici

 


Retrouvez une information
sur le site Piano bleu

 

 Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    

 

 



 

Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs... pour vous aider à ne pas vous perdre
Actualité quotidienne du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cartes de voeux
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête des pères
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts pianistes
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano

forum piano
livres biographies compositeurs et pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

 Retour à l'accueil de pianobleu.com