Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

 

PIANO A LYON

Piano à Lyon
Saison 2010 - 2011

Après Chopin et Schumann, c’est Franz Liszt, né en 1811, autre romantique emblématique du répertoire pour piano, que Piano à Lyon à l’honneur. Pour fêter cet anniversaire, les pianistes se mettent à l’ouvrage et les chefs-d’œuvre du compositeur hongrois jalonnent les programmes de récitals ou en constituent les pièces maîtresses… 
Cette sixième édition s'avère encore de très grande qualité avec de prestigieux pianistes !

Ainsi, pour cette sixième édition, François-Frédéric Guy interprète l’intégrale des Harmonies poétiques et religieuses, cycle inspiré par les poèmes de Lamartine, dont Funérailles et Bénédiction de Dieu dans la solitude comptent parmi les célèbres extraits. Mascotte de Piano à Lyon qui produisait il y a cinq ans son premier disque (Les Etudes d’exécution transcendantes de Liszt enregistrées en concert salle Molière !), Bertrand Chamayou a choisi pour débuter la saison des transcriptions lisztiennes de mélodies et lieder, Venezia e Napoli et sa vertigineuse Tarentelle finale, mais aussi Mendelssohn, Fauré, Saint-Saëns, et le célèbre Prélude, Choral et Fugue de Franck qu’il a dernièrement enregistré pour le label Naïve, à l’occasion d’une monographie consacrée au compositeur franco-belge. Jean-Frédéric Neuburger, « star montante » de la nouvelle génération de pianistes, sera l’interprète des deux Légendes.
Soliste du concert d’ouverture de l’Orchestre de Paris, Martin Helmchen, dont le talent singulier et les interprétations beethovéniennes engagées lui valurent de remporter en 2000 le Concours Clara Haskil en jouant en finale le Concerto en si bémol, couronnera par la Sonate Hammerklavier un récital aux couleurs germaniques mariant Bach, Schoenberg et Mendelssohn…
Toujours de Beethoven, les Sonates Pastorales et Waldstein côtoieront Mozart sous les doigts de David Fray. Ce musicien dans l’âme, élu « soliste instrumental de l’année » aux dernières Victoires de la musique classique, est sans nul doute à l’aube d’une belle carrière internationale.
Paul Lewis consacrera son récital à Schubert avec entre autres opus le premier cycle d’Impromptus et la Sonate Fantaisie en sol. Quant à celle que l’on surnomme la « grande la majeur », elle sera défendue par Jean-Claude Pennetier, illustre ambassadeur du piano français de par le monde, qui mettra aussi un choix de Préludes de Fauré en regard de ceux de Chopin et Ohana.
Un rendez-vous baroque sera l’occasion d’applaudir Pierre Hantaï, interprète d’exception des Sonates de Scarlatti sur instrument d’époque, pour une soirée dédiée au claveciniste virtuose italien, agrémentée de quelques extraits du Clavier bien tempéré de Bach.
Renaud Capuçon et Frank Braley, dans un deuxième volet de sonates de Beethoven qu’ils sont en train de graver pour Virgin Classics, ont choisi les célèbres « Printemps » et « Kreutzer ». La divine Martha Argerich, enfin, en duo avec le violoniste Geza Hosszu-Legocky (Schumann, Brahms, la célèbre Sonate de Franck) et Nelson Freire, autre grand maître du clavier, témoignent leur fidélité et honorent Piano à Lyon de leur participation exceptionnelle.
Les plus éminents solistes internationaux d’aujourd’hui sont à l’affiche de Piano à Lyon et contribuent à marquer d’une pierre blanche cette sixième programmation à découvrir dans l'intimité de la salle Molière.

Programme sous réserve de modifications

Vendredi 15 octobre 2010 à 20h30 - Salle Molière
Franck Prélude, Choral et Fugue
Fauré Nocturne n°1 op. 33 n°1
Saint-Saëns Etude op. 52 n°6 " en forme de valse "
Mendelssohn/Liszt Auf flügeln des gesanges
Mendelssohn Romances sans paroles op. 67 n°2, op. 38 n°2 et op. 102 n°5
Chopin/Liszt 2 Chants polonais
Schumann/Liszt Widmung
Liszt Venezia e Napoli (extrait des Années de pèlerinage : l'Italie)
Bertrand Chamayou, piano
Curieux début de parcours que celui de ce toulousain qui entame ses études musicales au conservatoire de sa ville natale. Bertrand Chamayou se met très tôt à l'harmonie, s'essaie à la composition et s'intéresse avant tout à la musique contemporaine. Vers l'âge de treize ans vient le moment d'un sursaut pour un musicien qui manifeste désormais des préoccupations plus " pianistiques ". Présent dans le jury de fin d'année, Jean-François Heisser perçoit immédiatement le fantastique potentiel de celui qu'il fera d'abord travailler pendant trois ans en privé, avant de le retrouver dans sa classe au Conservatoire de Paris. Bertrand Chamayou se perfectionne en parallèle avec Maria Curcio à Londres, Leon Fleisher, Dimitri Bashkirov et Murray Parahia, dont on sait qu'il prête une oreille attentive à l'évolution du jeune français. L'un des atouts du pianiste est d'avoir été très tôt en contact avec la scène. Il a ainsi négocié aisément le tournant entre la fin du cycle de perfectionnement et l'entrée dans la vie de concertiste. L'expérience des concours internationaux y a également contribué : un Deuxième Prix au Concours Kraïnev, un Quatrième Prix au Long-Thibaud en 2001. Tous les répertoires l'attirent, et ce goût pour les défis musicaux qui l'a amené aux études de Liszt lui inspire des projets autour de Schumann, Scriabine ou Debussy et, plus généralement, d'une musique française à laquelle il s'intéresse jusque dans ses aspects les plus récents. Lorsque le pianiste souhaite s'isoler pour travailler, c'est à Berlin qu'il se rend le plus volontiers. La vie culturelle foisonnante, l'enthousiasme très communicatif d'une capitale en pleine évolution l'attirent irrésistiblement… Il a enregistré les 12 études de Liszt lors d'un récital à Piano à Lyon. Sa discographie récente comprend une monographie d'œuvres de Mendelssohn et un disque Franck (Naïve).
Vendredi 19 novembre 2010 à 20h30 - Salle Molière
Bach Partita n°1 en si bémol majeur BWV 825
Schoenberg 6 Petites pièces op. 19
Mendelssohn Romances sans paroles op. 67
Beethoven Sonate n°29 en si bémol majeur op. 106 " Hammerklavier "
Martin Helmchen, piano
Né à Berlin en 1982, Martin Helmchen prend ses premiers cours de piano à l'âge de six ans. Après des études au Conservatoire Hanns Eisler de Berlin, il se perfectionne auprès de Arie Vardie à Hanovre. Un talent singulier et des interprétations beethovéniennes engagées valent de remporter en 2001 le Concours Clara Haskil de Vevey en jouant en finale le Concerto en si bémol. Il fait alors ses débuts avec l'Orchestre Philharmonique de Vienne dirigé par Valery Gergiev au Festival de Lucerne, devient artiste soliste du " New Generation Artist Scheme " de la BBC et se produit au Royaume-Uni avec tous les orchestres symphoniques de la BBC. Musicien de chambre passionné, Martin Helmchen travaille en parallèle à sa carrière de soliste avec Boris Pergamenschikow dont il s'enrichit du savoir et de la musicalité. Les violoncellistes Heinrich Schiff et Marie-Elisabeth Hecker, les clarinettistes Sabine Meyer et Sharon Kam, l'altiste Tabea Zimmermann, les violonistes Gidon Kremer, Christian Tetzlaff et Julia Fischer comptent aussi au nombre de ses partenaires privilégiés. Durant la saison 2009/2010, il se produit avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin sous la direction de Herbert Blomstedt, est engagé par l'Orchestre de la Radio de Francfort, la Philharmonie des Pays-Bas, l'Orchestre Symphonique de Birmingham, l'Orchestre National de France… Pour le label PentaTone, il grave deux Concertos de Mozart avec le Netherlands Chamber Philharmonic, un disque solo consacré à Schubert, les Concertos de Schumann et Dvorak avec l'Orchestre Philharmonique de Strasbourg et Marc Albrecht, et ceux de Mendelssohn avec la Philharmonie de Flandre et de Philippe Herreweghe. Il participera en Octobre prochain au concert d'ouverture de la saison de l'Orchestre de Paris.
Jeudi 16 décembre 2010 à 20h30 - Salle Molière
Bach/Brahms Chaconne BWV 1004, trancrite pour main gauche seule
Liszt 2 Légendes :
Saint François d'Assise, La prédication aux oiseaux
Saint François de Paule marchant sur les flots
Messiaen Le Merle de roche (extrait du Catalogue d'Oiseaux)
Neuburger 3 Chants de Maldoror
Chopin Sonate n°3 en si mineur op. 58
Jean-Frédéric Neuburger, piano
Né en 1986 à Paris, Jean-Frédéric Neuburger étudie le piano avec Jean-François Heisser au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et obtient en 2003 son Prix de piano, premier nommé à l'unanimité du jury. Il poursuit sa formation dans les classes de musique de chambre, d'improvisation au clavier, d'accompagnement et d'écriture et travaille avec Marie-Josèphe Jude, François-Frédéric Guy, François-René Dûchable, Jacques Rouvier et Maria-Joao Pires. Prix Ravel de l'Académie Maurice Ravel, Premiers Prix du Young Concert Artists de New-York, du Concours International Jean Françaix, du concours d'Ettlingen en Allemagne, Deuxième Prix du Concours International de Piano de Londres, il se distingue aussi par de nombreuses récompenses au Concours International Long-Thibaud en 2004 (Troisième Grand Prix, Prix du public, Prix Sacem et Prix de l'orchestre Philharmonique de Radio France). Il est invité comme soliste par les orchestres de New York, Londres, Paris, Shanghai, Baden-Baden, Liège, Copenhague et par le NHK de Tokyo, joue sous la direction, entre autre, de Lorin Maazel ! Invité régulier des Festivals d'Auvers-sur-Oise, d'Annecy, de l'Orangerie de Sceaux, de la Roque d'Anthéron, des Flâneries musicales de Reims, des Folles Journées de Nantes, Lisbonne et Tokyo, du Festival Chopin de Duszniki à Varsovie, il grave pour le label DiscAuvers deux disques consacrés à Chopin ainsi que les Trois Sonates de Brahms. Pour le label Mirare un disque consacré à L'art de délier les doigts de Czerny, un Live enregistré au prestigieux Suntory Hall de Tokyo et des Sonates de Beethoven dont la Hammerklavier.

Vendredi 21 janvier 2011 à 20h30 - Salle Molière

Schubert Sonate n°22 en la majeur D 959
Chopin Préludes (extraits)
Fauré Préludes (extraits)
Jean-Claude Pennetier, piano
Artiste emblématique de l'école française, riche d'un parcours musical varié (musique contemporaine, pianoforte, direction d'orchestre, musique de chambre, théâtre musical, composition, enseignement), Jean-Claude Pennetier trouve son expression privilégiée dans ses activités de pianiste récitaliste.
Formé au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il se distingue dans des concours internationaux - Premier Prix Gabriel Fauré, Deuxième Prix Marguerite Long, Premier nommé du Concours de Genève, Premier Prix du Concours de Montréal - avant d'entamer une brillante carrière.
Parmi les orchestres qui l'ont accompagné, on peut citer l'Orchestre de Paris, la Straatskapelle de Dresde, l'Orchestre National de Lille, Bilbao Orkestra Sinfonikoa, le NHK de Tokyo, la Philharmonie Royale des Flandres au Concertgebouw d'Amsterdam… Invité de prestigieux festivals tels que la Roque d'Anthéron, le Festival de Prades, Chopin à Bagatelle, le Printemps des Arts de Monte-Carlo, il se produit régulièrement en tournée aux Etats-Unis, au Canada et au Japon. Ses disques Beethoven, Schubert, Schumann, Brahms et Debussy chez Lyrinx ont reçu les meilleures distinctions de la presse musicale. Au nombre de ses enregistrements récents figure la musique de chambre de Ravel et deux disques consacrés à Mozart, réalisés en collaboration avec Michel Portal et le Quatuor Ysaÿe. En 2009 est paru le premier volume de l'Intégrale qu'il consacre à l'œuvre pour piano seul de Gabriel Fauré dont il est aujourd'hui un des grands spécialistes. Cet enregistrement, gravé chez Mirare, a été récompensé d'un " Diapason d'Or " et a reçu entre autre compliments ceux de la presse britannique.

Jeudi 27 janvier 2011 à 20h30 - Salle Molière
Schumann Sonate pour piano et violon n°1 en la majeur op. 105
Brahms Sonate pour piano et violon n° 3 en ré mineur op. 108
Franck Sonate pour piano et violon en la majeur
Martha Argerich, piano
Geza Hosszu-Legocky, violon
Pianiste mythique, Martha Argerich a toujours privilégié, au-delà de sa carrière de soliste, une démarche artistique où prévaut la convivialité, le sens de l'échange et du partage. Née en 1941 à Buenos Aires, ses dons musicaux sont remarqués très tôt au jardin d'enfants. Considérée comme une enfant prodige, elle donne son premier concert à l'âge de trois ans. En 1955, après quelques années d'études avec le professeur argentin Vincenzo Scaramuzza, elle se rend en Europe et étudie à Londres, à Vienne et en Suisse avec Friedrich Gulda - dont elle devient l'unique élève - Nikita Magaloff, Madeleine Lipatti et Stefan Askenase. A seize ans, elle remporte coup sur coup les Premiers Prix des Concours de Genève et de Bolzano. C'est alors le début d'une carrière internationale et l'enregistrement d'un premier récital pour Deutsch Grammophon, carrière qu'elle interrompt pourtant, n'étant pas satisfaite de ses interprétations musicales et des contraintes imposées par la vie de concertiste, mais qu'elle reprendra quelques années plus tard, en 1965, suite à son triomphe au Concours Chopin de Varsovie. Depuis, Martha Argerich parcourt le monde. Invitée permanente des plus prestigieux orchestres et festivals d'Europe, d'Asie et d'Amérique, elle privilégie la musique de chambre, joue et enregistre régulièrement avec le pianiste Nelson Freire, le violoncelliste Mischa Maisky et le violoniste Gidon Kremer. Si son tempérament la porte vers les oeuvres de virtuosité des XIXe et XXe siècles, elle refuse de se considérer comme spécialiste d'un répertoire. Le sien est très étendu et comprend aussi bien Bach que Chostakovitch, Beethoven, Schumann, Chopin, Liszt, Debussy, Ravel ou Messiaen. Directeur artistique du Beppu Festival au Japon et du Progetto Martha Argerich à Lugano, Martha Argerich s'entoure d'amis musiciens et d'artistes prometteurs auxquels elle apporte un soutien généreux.
Né en 1985 à Lausanne dans une famille de mélomanes, Géza Hosszu-Legocky prend ses premières leçons de violon à Genève et poursuit ses études à l'Académie de Musique de Vienne avec Marina Sokorova et Dora Schwarzberg. Remarqué par Martha Argerich, il participe régulièrement au festival de Lugano, et se produit à ses côtés à Verbier, Buenos Aires, Beppu (au Japon), à l'Auditorium du Louvre et au Festival d'Ivry Gitlis à Cassis, en Belgique, en Allemagne (Festivals de la Ruhr et Ludwigsburg) et en Espagne (Barcelone, Madrid, Saragosse). Il a effectué une tournée de récitals en Italie avec la pianiste Giorgia Tomassi, avec laquelle il vient d'enregistrer son premier disque. Géza Hosszu-Legocky joue aussi bien la musique classique que le jazz et la musique traditionnelle tzigane (hongroise et roumaine).
Vendredi 11 février 2011 à 20h30 - Salle Molière
Bach Préludes et Fugues (extraits du Clavier bien tempéré)
Scarlatti Sonates
Pierre Hantaï, clavecin
Né à Paris en 1964, Pierre Hantaï commence ses études musicales à l'âge de onze ans. Sa passion pour la musique de Bach et son admiration pour Gustav Leonhardt l'orientent rapidement vers le clavecin, qu'il apprend à jouer sous la direction d'Arthur Haas. Il donne très vite ses premiers concerts, en soliste ou aux côtés de ses frères Marc et Jérôme Hantaï, remporte plusieurs Prix Internationaux et se perfectionne deux années à Amsterdam avec Gustav Leonhardt. En 1985, il fonde le Concert Français, un ensemble orchestral qu'il dirige depuis son instrument pour interpréter Suites, Concertos et Cantates de Bach. La même année, il partage le continuo avec Gustav Leonhardt dans le Couronnement de Poppée de Monteverdi à Nancy, commence à jouer en sonate avec Sigiswald Kuijken puis entre dans la Petite Bande. Suivront de nombreux concerts et autres collaborations artistiques avec des personnalités telles que Philippe Herreweghe, François Fernandez, Marc Minkowski, Philippe Pierlot… . Sollicité pour donner des récitals à travers le monde, il est aussi régulièrement invité par Jordi Savall et apprécie de retrouver ses amis Amandine Beyer, Hugo Reyne, Sébastien Marq, Skip Sempé, Olivier Fortin ou Jean-Guihen Queyras pour des concerts de musique de chambre. De sa riche discographie, on retiendra ses derniers enregistrements pour Mirare : les Variations Goldberg et le Premier Livre du Clavier bien Tempéré de Jean Sébastien Bach, trois volumes de Sonates de Scarlatti, un récital Couperin et un programme de Suites d'orchestre de Bach avec le Concert Français.

Vendredi 18 mars 2011 à 20h30 - Salle Molière

Intégrale des Sonates pour piano et violon, 2ème partie
Beethoven Sonate pour piano et violon n°2 en la majeur op. 12 n°2
Sonate pour piano et violon n°5 en fa majeur op. 24
" Le Printemps "
Sonate pour piano et violon n°9 en la majeur op. 47
" À Kreutzer "
Frank Braley, piano
Renaud Capuçon, violon
Brillant et atypique, Frank Braley n'a pas suivi le cursus qui s'impose d'habitude aux artistes de sa trempe. Il jure même ses grands dieux n'avoir jamais souhaité devenir pianiste - un dilettante, en somme, mais un dilettante de génie doublé d'un dilettante forcené, qui donne plus de cinquante concerts par an. Ce n'est qu'après avoir hésité entre sciences et musique que ce jeune homme bien dans ses baskets finit par abandonner l'université à sa majorité pour rejoindre le cercle des élus au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Malgré tous ses efforts pour être dernier de la classe, cette forte tête en sortira surdiplômée, pour être aussitôt propulsée sur la scène internationale après avoir raflé en 1991 le Premier Prix du Concours Reine Elisabeth de Belgique. Invité des plus grandes phalanges orchestrales, assailli de comparaisons flatteuses avec les grands du piano, Frank Braley n'a pas laissé la gloire lui monter à la tête. Cet artiste à l'intelligence vive, à la répartie foudroyante et aux idées musicales bien arrêtées n'a rien perdu de son rapport spontané et décontracté au piano, fait d'humour et de poésie, de pudeur, de grâce et d'inaltérable sincérité. Car Frank Braley joue par plaisir, que ce soit pour le grand frisson des récitals ou pour la joie partagée de la musique de chambre entre amis, aux côtés d'Augustin Dumay, Paul Meyer, Eric Le Sage, Emmanuel Pahud ou des frères Capuçon.
Né à Chambéry, Renaud Capuçon est admis à quatorze ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il suit l'enseignement de Gérard Poulet et de Veda Reynolds. Il travaille ensuite avec Thomas Brandis à Berlin, puis se perfectionne avec Isaac Stern. De 1998 à 2000, Claudio Abbado le choisit comme Konzertmeister du Gustav Mahler Jugendorchester, ce qui lui permet de parfaire son éducation musicale avec Pierre Boulez, Seiji Ozawa, Daniel Barenboim et Franz Welser-Moest. En 2000 il est nommé "Rising Star" et "Nouveau talent de l'Année" aux Victoires de la Musique puis en 2005, "Soliste instrumental de l'année". Le Prix Georges Enesco lui est également décerné par la Sacem. En novembre 2002, il fait ses débuts avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin et Bernard Haitink. Suivront des concerts avec le Boston Symphony et Christoph von Dohnanyi, l'Orchestre de Paris et Christoph Eschenbach et des engagements avec la plupart des grandes phalanges orchestrales. Sa discographie est riche et comprend de la musique de chambre dont un Quintette de Schumann avec Maria Joao Pirès, de nombreuses collaborations avec Martha Argerich (Trios de Haydn, Beethoven, Mendelssohn, Triple concerto de Beethoven), Nicholas Angelich, Frank Braley et son frère Gautier au violoncelle (Brahms, Schubert, Ravel), et plus récemment, les Concertos de Beethoven et Korngold avec le Rotterdam Philharmonic Orchestra et Yannick Nézet-Séguin... Renaud Capuçon joue le Guarneri del Gesù " Panette " (1737) ayant appartenu à Isaac Stern et qui lui a été acheté par la Banque Suisse Italienne (BSI).
Lundi 4 avril 2011 à 20h30 - Salle Molière
Mozart Sonate en ré majeur K. 311
Beethoven Sonate n° 15 en ré majeur op. 28 " Pastorale "
Mozart Fantaisie en do mineur K. 375
Beethoven Sonate n° 21 en do majeur op. 59 " Waldstein "
David Fray, piano
Né en 1981, David Fray est admis à l'unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Jacques Rouvier. Il obtient en 2002 son diplôme de formation supérieure avec une mention très bien et poursuit sa formation en cycle de perfectionnement de piano et de musique de chambre avec Christian Ivaldi et Claire Désert. Il bénéficie par ailleurs des conseils de Dimitri Bashkirov, Menahem Pressler, Paul Badura-Skoda, Christoph Eschenbach qui le choisit comme soliste dans le Concerto en sol majeur de Ravel au Théâtre Mogador et Pierre Boulez. Sous le parrainage du compositeur, il reçoit en Allemagne le Prix des Jeunes Talents du " Klavier Festival Ruhr ". Nommé "Jeune soliste de l'année" par la Commission des Radios Publiques Francophones, lauréat "déclic" de l'AFAA et "révélation classique" de l'ADAMI, Il se voit décerner le Deuxième Grand Prix ainsi que le Prix de la meilleure interprétation de l'œuvre canadienne du Concours International de Montréal. Retombée immédiate de ce succès : un premier disque et des récitals sur plusieurs scènes prestigieuses d'Europe, d'Amérique et d'Asie. David Fray se produit depuis avec l'Orchestre de Paris et John Axelrod, l'Orchestre National de France et Kurt Masur, la Bayerische Rundfunk et Ricardo Muti lors d'une tournée en Italie, l'Orchestre Métropolitain du Grand Montréal et Yannick Nézet-Séguin, l'Orchestre National du Capitole de Toulouse… . Invité à Piano aux Jacobins, à l'Orangerie de Sceaux, un extrait de son récital donné à la Roque d'Anthéron en 2004 fait partie du DVD " Les Pianos de demain ". Artiste exclusif Virgin Classics, sa discographie récente comprend des Concertos de Bach avec la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen (enregistrement ayant fait l'objet d'un film réalisé par Bruno Monsaingeon) et une monographie d'œuvres de Schubert. Après plusieurs nominations aux Victoires de la Musique Classique, il est élu en 2010 " Soliste instrumental de l'année ".

Lundi 18 avril 2011 à 20h30 - Salle Molière
Mendelssohn Romances sans paroles (extraits)
Schumann Fantaisie en do majeur op. 17
Prokofiev Visions Fugitives op. 22
Granados Goyescas n°4 "Quejas o la majas el Ruisenor"
Liszt Ballade n°2 en si mineur
Rhapsodie Hongroise n°8 en fa dièse mineur
Nelson Freire, piano
Né au Brésil en 1944, Nelson Freire commence le piano à l'âge de trois ans et donne deux ans plus tard son premier récital. Ses professeurs sont Nise Obino et Lucia Branco, elles mêmes disciples d'un élève de Liszt. A douze ans, il est lauréat du Concours International de Rio de Janeiro. Marguerite Long, Guiomar Novaes et Lili Kraus, membres du jury, sont impressionnées par le talent fulgurant du jeune prodige qui interprète en finale le concerto " L'Empereur " de Beethoven. Nelson Freire se rend alors à Vienne pour continuer ses études dans la classe de Bruno Seidlhofer, également professeur de Friedrich Gulda. En 1964, il reçoit à Lisbonne le Premier Grand Prix du Concours International "Vianna da Motta" et à Londres les Médailles d'Or "Dinu Lipatti" et "Harriet Cohen". Il se produit dès 1959 en Europe, aux Etats-Unis, en Amérique Centrale et en Amérique du Sud, au Japon, en Israel… Invité par les plus illustres phalanges orchestrales du monde, il joue sous la direction, entre autres chefs, de Pierre Boulez, Eugen Jochum, Riccardo Chailly, Lorin Maazel, Charles Dutoit, Kurt Mazur, André Previn, David Zinman, Vaclav Neumann, Valery Gergiev, Rudolf Kempe et Seiji Ozawa… Il se produit aussi en récital ou en duo avec sa complice Martha Argerich. La vaste discographie de Nelson Freire comprend des enregistrements d'œuvres de Beethoven, Schumann, Debussy, les deux Concertos de Brahms, les études op. 10 et op. 25 couplées aux Sonates et l'intégrale des Nocturnes de Chopin (DECCA). Nommé " Soliste de l'année " aux Victoires de la Musique Classique en 2002, il reçoit en 2005 une " Victoire d'Honneur pour l'ensemble de sa carrière ".
Jeudi 12 mai 2011 à 20h30 - Salle Molière
Schubert Douze valses op. 18, D 145
4 Impromptus op. 90 D 899
Mélodie hongroise en si mineur D 817
Sonate n° 20 en sol majeur op. 78 D 894 " Fantaisie "
Paul Lewis, piano
Elève de Ryszard Bakst et de Joan Havill, Paul Lewis accomplit ses études à la Chetham's School of Music puis à la Guildhall avant de bénéficier des conseils d'Alfred Brendel. Un second Prix au Concours de Piano de Londres en 1994 lui vaudra une reconnaissance internationale. Trois ans plus tard, Steinway le choisit comme " millième artiste Steinway ". De 2000 à 2002, il est professeur à la Royal Academy of Music. Le Wigmore Hall le sélectionne parmi les artistes " Rising Stars " pour représenter cette série en 2002. Soliste de très grands orchestres dont la plupart des phalanges britanniques, les Orchestres Symphoniques de Vienne, Bamberg, Sidney, Melbourne et Seattle, le Gewandhaus de Leipzig, l'Orchestre Philharmonique de Hanovre, l'Orchestre de Chambre Gustav Mahler, l'Orchestre de Chambre d'Australie, il joue sous la direction de chefs tels que Sir Colin Davis, Bernard Haitink, Christoph von Dohnanyi, Wolfgang Sawallisch, Daniel Harding, Emmanuel Krivine… Il a dernièrement donné l'intégrale des sonates de Beethoven à travers l'Europe et aux Etats-Unis, dont l'enregistrement chez Harmonia Mundi a été salué par la presse internationale. Paul Lewis se produit régulièrement dans de prestigieux lieux et festivals : BBC Proms, les Schubertiades de Schwarzenberg, le Klavier Festival Ruhr. Sa discographie récente chez Harmonia Mundi comprend un récital Liszt, les ultimes sonates de Schubert et le Winterreise aux côtés du baryton Mark Padmore… Il enregistrera prochainement les Variations Diabelli de Beethoven et l'intégrale des Concertos avec le BBC Symphony Orchestra dirigé par Jiri Belohlavek.

Jeudi 9 juin 2011 à 20h30 - Salle Molière

Liszt Harmonies Poétiques et religieuses
François-Frédéric Guy, piano
Depuis ses débuts aux côtés de l'Orchestre de Paris sous la direction de Wolfgang Sawallisch, en passant par un Concerto n°2 de Prokofiev avec Esa-Pekka Salonen et le Philharmonia et un enregistrement live du Concerto n°2 de Brahms avec Paavo Berglund et le London Philharmonic, François-Frédéric Guy a su imposer sans hâte ni impatience une forte personnalité. Sa passion pour l'opéra et la musique symphonique allant de paire avec un certain goût du risque, il fait le choix, dans l'océan du répertoire pianistique, des œuvres les plus complexes à l'instar de la Sonate Hammerklavier qu'il a jouée une soixantaine de fois en concert et enregistrée à deux reprises. Sa carrière l'amène à se produire au Varsovia Summer et au Beethovenfest de Bonn, à Lucerne (sous la direction de Bernard Haitink), au Printemps des Arts de Monte-Carlo, aux Festivals de La Roque d'Anthéron et de Colmar. C'est avec Esa-Pekka Salonen et le Philharmonia qu'il fait ses débuts aux Prom's de Londres. François-Frédéric Guy se produit dans les plus importants festivals de création contemporaine comme Musica à Strasbourg, le Festival d'Automne à Paris, Archipel à Genève ou le Muzikgebouw d'Amsterdam. Il interprète les œuvres d'Ivan Fedele, Marc Monnet (dont il vient d'enregistrer Imaginary Travel,), Gérard Pesson ou Hugues Dufourt. Il créer aussi Icare pour deux pianos de Bruno Mantovani. Depuis 2008, il poursuit son projet Beethoven en donnant régulièrement les 32 Sonates en une semaine ainsi que les 5 Concertos avec l'Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de Philippe Jordan. Parallèlement aux concerts, l'intégrale des concertos est parue en CD chez Naïve. François-Frédéric Guy est soutenu par la Fondation SAFRAN pour la musique.
A voir une vidéo d'un reportage réalisé l'année dernière

 

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 



Aimez et/ou partagez cette page !



Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano