Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Cristina Ortiz

Merci à Cristina Ortiz d'avoir répondu aux questions de Piano bleu pour la réalisation de cette page.

Biographie résumée

Cristina Ortiz est né à Salvador (Bahia) le 17 avril 1950. Dès sa jeune enfance elle a baigné dans un univers musical car son père était un grand amateur de piano : "Bien que mon papa ait toujours voulu être un chef d'orchestre et avait étudié le piano, il a poursuivi la profession d'ingénieur civil (en pétrole); tous les soirs avant dîner, afin de se détendre il jouait du Jazz, de la samba, ou des chansons populaires, en arrivant de son travail" , et dès l'âge de deux ans, Cristina Ortiz montait sur la banquette du Bechstein 1/2 queue, qu'il y avait dans le salon, pour 'pianoter' ce qu'elle entendait. À l'âge de 4 ans, ses parents ont décidé qu'il fallait la faire étudier avec un professeur : "Je passais des jours entiers au piano à jouer d'oreille tout-ce que je comprenais comme son .. et c'est là qu'on a trouvé la merveilleuse Dirce Bauer, soeur d'un collègue à papa (qui travaillait à la PETROBRÁS, d'abord à Bahia et puis à Rio)".
A l'âge de quinze ans, elle part pour Paris afin de travailler auprès de Magda Tagliaferro, après avoir gagné le Concours National de l'année dont le Prix était une Bourse d'études à Paris, offerte par le Gouvernement Français, " Magda Tagliaferro venait de donner des Master Classes à Rio où j'ai participé, c'est avec elle que je voulais travailler !" .
En 1969, elle devient la première femme, et la plus jeune artiste, à remporter le concours Van Cliburn au Texas, elle poursuit ses études : "loin d'être prête pour une carrière internationale, je voulais continuer mes études. Le fait d'avoir vaincu le Cliburn m'a plutôt servi comme carte de visite, quand j'ai voulu jouer pour Serkin, qui m'a acceptée comme son élève au Curtis Institute, cette même année-là, en 1969." Avec lui, elle a appris à garder le plus grand respect pour le compositeur, son language et surtout sa partition(comme à une bible):" Ne jamais changer quoique ce soit ou ajouter, des octaves par exemple. Être près de Rudolf Serkin, c'était de la pure inspiration, et les deux fois où il m'a invité à participer à son merveilleux Festival de Marlboro, en Vermont, c'était pour moi une réelle joie : le plaisir de faire de la Musique avec amour, beaucoup de travail pour y arriver mais surtout, pour un ultérieur amusement intérieur, qui s'extériorise par des concerts !".
Ses débuts aux Etats-Unis ont lieu en 1971. Une brillante carrière internationale s'offre à elle. Sollicitée par les plus grandes salles de concerts mondiales, elle se produit avec les orchestres philharmoniques de Berlin, Vienne, New York, Prague et Londres, l'Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam, l'Orchestre de Cleveland ou encore l'Orchestre symphonique de Chicago, sous la direction de grands chefs d'orchestre. Autant de concerts et de voyages, qui même s'ils ont été parfois fatigants lui ont donné "Le plaisir de donner du plaisir, n'importe où ou pour n'importe qui, et ça vaut le coup. Jouer dans un Concertgebouw, un Rudolphinum, , une Sala São Paulo ou un Festival Hall peut être magique bien sûr - spécialement quand j'ai dû diriger le Prague Chamber dans un Concert de Mendelssohn Orchestra dans le Musikverrein - je ne crois toujours pas que je l'ai fait ! C'était une espèce de couronnement de mes possibilités musicales! Un comble de plaisir - oublié par tous, peut-être, mais pas moi !".
Parallèllement à son activité de concertiste, Cristina Ortiz enseigne avec le plus grand plaisir et explique-t-elle : "Sans 'cacher-mon-jeu', j'aimerais que tout le monde puisse jouer aussi bien que possible. Donc pas question de ne pas révéler des secrets, si j'en connais quelques uns... par exemple l'usage de la pédale à quoi je me spécialise avec passion. Mais comme je n'aime pas la routine -- "never say never"--et si je peux choisir, je ne ferai jamais partie d'une Institution".
Il lui est arrivé parfois d'être membre de jury, mais la lecture de son journal montre qu'elle ne partage pas toujours l'avis des autres membres. Ainsi elle se révolte contre l'exclusion d'un "futur Richter" : "je l'annoncerai bientôt ... " répond-elle à l'interrogation pour en savoir un peu plus, ajoutant "Et parlerai aussi de Amir Tebenikhin, un jeune pianiste qui mérite déjà, d'avoir une grande carrière ..."
Cristina Ortiz, adore prendre des risques mais il est vrai qu'elle ne manque pas d'assurance ! Ainsi dernièrement elle a remplacé Hélène Grimaud au festival de la Chaise-Dieu, elle confie :"Le fait que je suis en train de 'sauver le jour' à quelqu'un, d'habitude l'organisateur, me donne un élan de plus et me transforme en héroïne pendant ces précieux moments-là ! Et puis quand on sait que l'on peut offrir beaucoup musicalement, alors là, à la bonne heure : j'arrive ! ". Ses talents musicaux font que nombreux sont les organisateurs à l'appeler "au secours", pour cette raison , on peut lire dans le journal qu'elle tient sur son site internet l'amusante expression "SOS Ortiz" qui lui est venu à l'esprit en créant ce journal.
En décembre elle jouera un récital à quatre mains avec Radu Lupu : "Je connais Radu depuis l'âge de 17 ans et l'ai toujours adoré musicalement, spécialement quand il m'a aidé à mieux préparer quelques morceaux pendant le concours de Cliburn ; et récemment à la suite d'un de mes caprices où j'ai communiqué avoir ce rêve jamais réalisé, François Querre des Grandes Heures de St Émilion s'en est occupé: le 21 Décembre , Radu et moi partageons une première partie de musique française en solo, et une 2e partie de Schubert à 4-mains, au Château Fombrauge, à St. Émilion. Ça sera très émouvant, rien que pour moi !" . Hormis ce concert à venir, Cristina Ortiz regrette de ne pas jouer plus souvent en France : "je n'ai pas eu l'opportunité d'avoir en France la carrière que je crois mériter... Qui sait, après le succès de Chaise-Dieu, ça va venir ? Il y a le temps pour tout dans la vie, même quand on n'attend plus. Ça me ferait vraiment plaisir. "

Son répertoire

Sa curiosité musicale l'a conduite à se forger un répertoire riche et éclectique, qu'elle aime à partager en concert aussi bien qu'au disque. Des oeuvres rares de Stenhammar, Waxman, Bernstein et Clara Schumann complètent une discographie riche en monuments du grand répertoire (Beethoven, Mozart, Brahms...). Ses influences brésiliennes rejaillissent sur la programmation. C’est ainsi qu’elle a enregistré un répertoire comprenant les cinq concertos pour piano de Villa Lobos (Decca).
Cristina Ortiz interprète tant les concertos, que la musique de chambre ou les oeuvres de récitals : "La musique de chambre, je la fais en 'grande échelle', en jouant des Concertos avec des différents orchestres, c'est ma façon de travailler -- quelques chefs s'en fichent et ne s'y intéressent pas -- mais récemment les récitals me sont plus importants puisque je crois avoir beaucoup plus à offrir que dans ma jeunesse. Et les compositeurs , je fais ce que j'aime, rien que ce que j'aime !"
Quant à la question de savoir quels sont ses autres centres d'intérêts et s'ils lui sont utiles pour l'interprétation, Cristina Ortiz confie : "Je vis, surtout. Mais je crois que la souffrance et la solitude comme celles que j'éprouve depuis quelques temps, peuvent provoquer une forte réaction dans la vie proféssionelle ! Et c'est là que tout-ce qu'on a de plus important à offrir doit émerger, si c'est assez important ! "
Parmi ses projets, l'enregistrement de la musique Brésilienne pour INTRADA en France la ravie : "j'espère que finalement Lorenzo Fernandez et Fructuoso Vianna, deux compositeurs dont j'ai toujours aimé la musique et essayé de faire connaître en jouant un peu partout, auront finalement leur vraie chance de renommée ! "

Ecouter...

La sélection de Piano bleu....

Alma Brasileira
Cristina Ortiz


"L ’Année du Brésil" en France est, selon le site officiel de cette célébration, l'occasion de montrer aujourd'hui, dans toute la France, un Brésil à la fois savant et populaire, qui réunisse de grandes batucadas, la capoeira, mais aussi la musique classique et baroque sans oublier le rôle majeur qu’a pu jouer la musique populaire dans la connaissance du Brésil...
Ce disque de Cristina Ortiz, accompagné d'un livret très explicite, est un excellent moyen de faire connaissance avec les compositeurs brésiliens du début du 20ème siècle ayant écrit pour votre instrument favori : le piano. Il permet de découvrir un style original, né de l'ouverture à la musique savante grâce à des échanges culturelles avec l'Europe, essentiellement lors des trois dernières décennies du 19ème siècle.

Si le compositeur Heitor Villa-Lobos(1887-1959) qui fit deux séjours à Paris est bien connu depuis un certain nombre d'années, grâce notamment au pianiste Arthur Rubinstein, qui en fut un ardent défenseur, et à de nombreux autres interprètes dont Cristina Ortiz qui a enregistré ici deux pièces représentatives de ses compositions les plus mélancoliques, les quatre autres compositeurs sont beaucoup moins, pour ne pas dire pas du tout, connus du public français. Ainsi Alberto Nepomuceno(1864-1920), originaire de Fortaleza et qui acquit lors de sept années d'études en Europe une solide maîtrise musicale à Rome, Berlin et Paris( vous pouvez en écouter une pièce(Galhofeira) offerte par Cristina Ortiz et le label Intrada , pour écouter cette pièce utilisez le lecteur ci-dessous, cliquez sur le triangle

Nul doute qu'elle vous fera forte impression tout comme elle le fit en son temps à Darius Milhaud
.
Les trois autres compositeurs présentés : Fructuoso Vianna(1896-1976), Oscar Lorenzo Fernandez(1897-1948) et Mozart Camargo Guarneieri(1907-1993), "ingurgitèrent" les influences étrangères pour nourrir ce nouveau-né qu'était l'art brésilien ; à refuser l'académisme et à transformer le savoir-faire acquis dans les conservatoires européens en une musique nationale". Cristina Ortiz qui a gagné à cinq reprises le concours Lorenzo Fernandez, en a choisi les trois "Suite Brasileira"( dont la deuxième contribua qu'elle présenta en finale du concours Van Cliburn en 1969, où elle remporta le premier prix) et les trois études en forme de sonatine, afin de permettre d'apprécier les variétés de caractères et de rythmes de ses oeuvres. Le titre (et la mélodie) de l'oeuvre, que Fructuoso Vianna a dédié à Cristina Ortiz montre combien la culture européenne est intégrée : "Schummanniana". Celle-ci et les huit autres pièces de ce compositeur présentes sur ce disque ravissent toutes, par leur poésie. Les deux pièces de Mozart Carmago Guarnieri, "Dansa Negra" et "Dansa Brasileira", sont plus proches du folklore national mais leurs rythmes complexes en font des oeuvres très sophistiquées également fort plaisantes. Cristina Ortiz, souvent récompensée pour ses interprétations d'oeuvres de ces compositeurs de son pays natal, offre ici avec une grande virtuosité et sensibilité, un très beau panorama du piano brésilien. Ces 27 pièces qu'elle a choisies pour souligner le côté rêveur, passionné , nostalgique du caractère brésilien donnent envie de poursuivre la découverte des oeuvres de tous ces compositeurs ...mais commencez par cliquez ici ou sur l'image pour en écouter d'autres courts extraits et vous procurer ce disque riche en couleurs musicales et graphiques !

Heitor Villa-lobos
The 5 Piano Concertos
Cristina Ortiz & Miguel Gomez-Martinez

Ce coffret de 2 CD regroupe les cinq concertos de Heitor Villa-Lobos, évoqués dans le paragraphe "Son répertoire".
Cliquez sur l'image pour en écouter des extraits et/ou vous le procurer ( sur amazon.fr)

Pour écouter d'autres disques enregistrés par Cristina Ortiz cliquez ici (amazon.fr)

En savoir plus

Visitez le site officiel de Cristina Ortiz...cliquez ici

 



 
Retrouvez une information sur
le site Piano bleu
 

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano
sur    

et
à partager !



 



Retour aux rubriques

accueil piano bleu
nouveau sur piano bleu
actualités
compositeurs / Jazzmen
pianistes
disques et DVD avec piano
revues et livres sur piano
concerts avec piano
partitions de piano
piano bar
annuaire piano bleu
cartes musicales
forum du piano
divers



Quelques liens directs...
Actualité quotidienne du piano
Actualités du site piano bleu
Acheter piano
Apprendre le piano en ligne
cartes de voeux
cartes musicales anniversaire
cartes musicales fête des pères
compositeurs contemporains
compositeurs musique classique
concours de piano
concerts pianistes
cours de piano
disques de piano
écoles de piano
DVD piano
Ecouter piano
festivals piano

forum piano
livres biographies compositeurs et pianistes
livres romans piano pianiste
livres pratiques piano
logiciels piano
magasins de pianos
masterclasses de piano
partitions gratuites piano
partitions piano
pianoforte
piano voix
pianistes jazz
pianistes musique classique
Piano bar
pianoforte
vidéos piano pianistes 
Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu

Piano bleu : le site des amateurs de piano