Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

 

Poulenc Ballet Suites Jean Pierre Armengaud PIANO

Francis Poulenc (1899-1963)
Ballet Suites

Les Animaux modèles-Suite (arrangement Grant Johannesen)
Les Biches -Suite
Aubade

Jean-Pierre Armengaud, piano

Le pianiste/musicologue Jean-Pierre Armengaud, spécialiste de musique française et russe du vingtième siècle, nous avait permis de découvrir il y a quelques mois la musique d'un autre compositeur français mais moins connu : Albert Roussel. Ce nouveau disque est aussi fort original, même si le compositeur Francis Poulenc est plus réputé, puisqu'il comporte deux enregistrements en Première mondiale de la version pour piano seul de deux des trois oeuvres à son programme : Les Biches et Aubade. Jean-Pierre Armengaud, qui dans son enfance a eu l'occasion de voir Francis Poulenc, a bien voulu répondre à nombreuses questions pour présenter cet enregistrement exceptionnel.
Sachez auparavant que l'histoire de ces trois oeuvres, suite de Ballet, n'est en effet pas simple dans la mesure où elles existent en diverses versions. Francis Poulenc eut à composer trois ballets pour répondre à des commandes, il en réalisait lui-même les livrets car expliqua-t-il : " je ne peux pas imaginer faire un ballet d'une autre façon, le sujet naît en même temps que le mouvement de la musique" et l'existence préalable d'une partition piano répondait à un impératif lié à la nature de l'oeuvre .
Il fallait la composer avant tout pour disposer rapidement d'un support sonore et pouvoir facilement préparer l'élaboration chorégraphiques et effectuer les répétitions, explique Gérard Hugon, auteur du livret. Il faut croire effectivement que Poulenc se laissait parfois emporter par sa propre musique qui coulait sous ses doigts alors qu'il réalisait ses ballets puisque l'on trouve notamment un Rag-Mazurka dans "Les Biches" ... alors qu'il avait déclaré auparavant : "Par danse, j'entends bien entendu , uniquement la danse classique, car je suis un ennemi acharné de tout ce qui est danse rythmique ou pseudo danse rythmique" . Et l'on ne peut pas dire que le rythme soit absent de ces oeuvres ( ne vous fiez pas aux premières notes de cette pièce, dont vous pouvez écouter un extrait plus bas dans cette page...).
L'on ne parlera pas ici de réduction pour piano dans la mesure où ce terme serait trop réducteur (aie ! ...) , puisque le piano lui était indispensable pour composer et ces versions reflètent ses impulsions créatrices originelles, avant toute restriction, et ainsi le témoigne Jean-Pierre Armengaud dans l'entretien, ces oeuvres ne semblent vraiment pas de tout repos à jouer !
Certes la rag-mazurka figure bien dans le ballet mais elle fut écartée par l'éditeur d'une partition pour piano à caractère commercial dénommée "Morceaux détachés" ... comme quoi revenir à la source d'une oeuvre permet d'y faire de belles découvertes. Vous pourrez aussi en écouter un court extrait plus bas dans cette page. Et les amateurs de piano ne peuvent que se réjouir de pouvoir écouter ces versions piano seul des ballets de Poulenc, même si le piano était déjà présent dans d'autres versions, ici ses capacités sont démultipliées. Sachez cependant que cette version de "Les animaux modèles" est un arrangement fait ultérieurement par l'américain Grant Johannesen avec l'accord de Poulenc. L'argument est inspiré des fables de la Fontaine, librement transposées, vous pourrez également en écouter plus bas dans cette page deux courts extraits de "la cigale et la fourmi" dont Poulenc expliqua que la cigale est devenue une vieille ballerine et la fourmi une vieille bonne de province, et "le lion amoureux" qui quant à lui est un maquereau dans une valse-java. Des oeuvres à découvrir bien sûr dans leur intégralité, procurez-vous le disque, qui parait à tout petit prix comme d'habitude chez Naxos !
Vous avez eu le privilège de rencontrer Poulenc, quel souvenir particulier en gardez-vous ?
J'ai rencontré ou plutôt vu Francis Poulenc lorsque j'allais prendre des leçons chez mon maître Jacques Février dans les années 61-63. J'étais un très jeune pianiste et je n'ai pas eu vraiment de dialogue avec le compositeur qui m'impressionnait par sa vivacité, sa réactivité, son ironie, son écoute décalée, dont j'ai réalisé après coup qu'elle était le fruit d'une très grande indépendance d'esprit. Et puis il y avait cette complicité entre les deux amis, faite de blagues, de non-dits, d'allusions qui m'échappaient, dans lesquels je sentais qu'il ne fallait pas rentrer...Ces deux personnalités vivaient à l'évidence dans le souvenir des années d'or et des fêtes des années 30, et dans la nostalgie d'un monde en train de disparaître."
En ce qui concerne sa musique, vous avez enregistré ses œuvres de musique de chambre, et ce nouveau disque comporte des versions piano solo d’œuvres de ballet , il parait que Poulenc n’aimait pas ses œuvres pour piano seul, que pensez-vous personnellement de façon générale de ses œuvres écrites pour le piano seul, et celles de musique de chambre et orchestre ?
En règle générale Poulenc n'aimait pas beaucoup réécouter la musique qu'il avait écrite, à laquelle il trouvait plein de défauts, en ce qui concerne en particulier la forme, à laquelle il attachait une immense importance. On sait qu'il a jeté son quatuor à cordes dans un égout du Trocadéro , qu'il n'aimait pas sa sonate pour violon et piano et qu'il pensait que sa musique de piano n'était pas du même niveau que ses grandes oeuvres chorales et orchestrales. Le pianiste était en lui encore plus critique que le compositeur, et puis il trouvait que ses oeuvres étaient trop difficiles à jouer... Mais sa correspondance montre aussi que selon les époques et les rencontres avec des interprètes, son jugement a pu évoluer ;  lorsqu' Horowitz jouait son presto alors il changeait d'avis...!
C'est toute l'ambiguïté de son caractère qui alterne les moments d'enthousiasme et de pessimisme, comme s'il y avait quelque chose de russe en lui... Ses affirmations parfois à l'emporte pièce se voulaient définitives et ne l'étaient jamais, y compris dans les conseils qu'il donnait aux interprètes (dixit Jacques Février...).
Je pense personnellement que sa musique de chambre est dans l'ensemble une exceptionnelle réussite ; rarement musique n'a livré avec autant de charme, de retenue comme d'expressivité les confidences d'une âme désemparée dans une époque qui l'était tout autant. Sa musique de piano, peut-être plus inégale comporte des pépites inestimables, comme des "moments musicaux" d'humeur, de confidence ou d'altercations avec lui-même, mais toujours polis par le travail comme des "chansons" de music hall... Ainsi le Rag mazurka des Biches, version piano, certaines "fables" des Animaux modèles et bien sûr Aubade, qui restitue une atmosphère tragique, parfois légèrement crispée, à la fois proche et lointaine, rare au piano, sauf dans Schubert...
C’est la première fois que sont enregistrés dans cette version piano seul « Les biches « et « Aubade » qui ont en fait été réalisées avant leurs versions orchestrales , pour ce qui concerne Aubade , la version orchestrale est un concerto chorégraphique avec piano et 18 instruments , comment peut-on distinguer ce qui était dédié aux différents instruments dans la version piano solo ?
Naturellement la version piano, écrite et rendue préalablement à celle pour piano et 18 instruments, sonne de façon très différente ( elle est beaucoup plus difficile à jouer! ) que celle de la version piano et ensemble de chambre. Les dissonances sont plus crues et plus rauques, parfois plus bartokiennes que strawinskiennes... Elle est aussi plus "dessinée", et les clins d'oeil aux musiques françaises plus anciennes sont davantage perceptibles; L'expression tragique y est aussi plus sourde et peut-être plus retenue, en gagnant en déclamation digitale ce qu'elle perd en mystère sonore des vents... Bien sûr quand il le peut le piano joue à imiter la couleur de certains instruments, mais c'est un jeu "a posteriori", après avoir entendu la version instrumentale !
Il y a eu plusieurs versions de "Les Biches" , et il est difficile de s'y retrouver, dans quel ordre exactement ont-elles été créées, que contenait chacune d'elle, et que pensez-vous de la version piano solo plus précisément, qu’est-ce qui vous a donné envie de l'enregistrer ?
Il est vrai que l'histoire des différentes versions des Biches est un peu compliquée ; "Poupoul", comme on le nommait,  savait brouiller les pistes... Il a existé tout d'abord une partition piano et chant des neuf numéros du ballet pour faire répéter les danseurs, puis ensuite la partition orchestrale du ballet, sans piano et avec  voix. Compte tenu du succès du ballet, l'éditeur a publié pour des raisons commerciales  quatre "morceaux séparés" tirés de la partition intégrale pour piano, qui font partie de cette "Suite des Biches" (enrichie d'autres morceaux non encore publiés séparément, par exemple la Rag Mazurka), dont il a enregistré lui-même deux extraits et joué certains morceaux jusque dans ses derniers concerts, estimant le reste trop difficile pour lui.
La partition piano pré-existant à celle d'orchestre, Poulenc y a mis ses audaces les plus folles, ses juxtapositions stylistiques les plus osées, voire les plus iconoclastes et les plus utopiques... C'est la force de cette jeunesse créatrice (il avait 23 ans...) , l'irrésistible désir d'innovation, provoquant pour l'époque, la folle virtuosité parfois maladroite qui succède ou se juxtapose à la nostalgie digne d'un soap-ballet du Casino de Paris revu et visité de façon ironique... qui m'a donné envie de le travailler... Mais c'était une entreprise presque impossible, surtout en ce qui concerne les tempi et les enchainements des différents plans. Je me suis entrainé jour après jour, comme un coureur de fond, en essayant de ne pas me départir de la souplesse et de la facilité apparente que doit donner cette musique...
Poulenc a rendu dans Aubade l’impression d’angoisse qu’il avait à l’aube, alors qu’il était dans une période de sa vie où il était dépressif, ainsi l’avait-il d’ailleurs confié . Vous êtes musicologue, quel est votre avis sur le fait que les aléas de la vie des compositeurs se ressentent, ou non , dans leurs œuvres , ceci étant souvent contesté… et certains de vos confrères ou journalistes ne voyant aucun intérêt à savoir dans quel contexte un compositeur a écrit une œuvre ?
On a dit tout et son contraire... Là c'est Poulenc lui-même qui dit qu'il traversait une période noire de dépression et qu'il a voulu faire en sorte, en prenant le thème allégorique de Diane, que cela ne se voit pas trop dans sa musique ! On ne saurait être plus clair... Ceci dit je pense qu'il a réussi,  et que, à l'instar du 2ème concerto de Rachmaninov, cette oeuvre est le résultat de la sublimation et de la distanciation d'une crise personnelle et morale. Poulenc réussit le miracle de conférer la plus grande dignité et le mystère à travers l'allégorie du thème de Diane. Sa douleur est contenue voir cautérisée dans l'expression musicale, mais toute sa musique "accueille" ce drame personnel. Dans certaines de ses mélodies, le vérisme laisse la place à quelque influence du Socrate de Satie...
L’auteur du livret rapporte que Poulenc a déclaré à l’occasion de la danse : « Par danse, j’entends bien entendu uniquement la danse classique car je suis un ennemi acharné de tout ce qui est danse rythmique ou pseudo danse-rythmique » pourtant dans "Les Biches" il se réfère au ragtime dans l’une des pièces , comment cela peut-il s’expliquer, Et d’ailleurs l’éditeur l’écarta dans une version enregistré par Poulenc lui-même au piano seul ( « morceaux détachés » ) ?
Je crois que Poulenc affirme son amour exclusif de la danse classique à l'époque des Animaux modèles. Celle des Biches était plutôt enclin au mélange des styles et des genres, surtout au moment de l'influence grandissante du jazz et des musiques d'Orient. Ceci dit il est vrai qu'il s'agit là d'une des contradictions de Poulenc qui rêvait de danseuses en tutu et d'ailes de pigeon pour danser les rythmes "nègres"...La Rag-mazurka ne fut pas écartée pour cette raison de la publication des "Morceaux séparés" des Biches, mais pour des raisons commerciales, et afin d'en faire une édition à part !
La suite pour piano Les animaux modèles a, quant à elle, été arrangée après par le pianiste GrantJohanesen. Poulenc n’en avait-il pas aussi fait une première version piano seul selon son habitude ?
Il existe bien sûr une partition-piano de l'intégrale du ballet Les Animaux modèles, qui pré-existe à celle de la partition d'orchestre. Mais c'est le pianiste américain Grant Johanesen qui réussit à convaincre Poulenc d'en tirer une Suite pour le piano. C'est une époque où le pianiste avait accepté d'"entraîner" le compositeur, qui devait jouer à Boston son concerto de piano, en tenant pendant les répétitions la partie de la réduction d'orchestre au second piano. Cette intimité dans le travail laisse à penser que la Suite pour piano des Animaux modèles a été réalisée en étroite collaboration et que Poulenc, qui n'aimait pas que l'on "traficote" ses oeuvres, ne s'est pas contenté d'un accord de principe... Cette Suite est très différente de la partition du ballet ; elle est plus courte, plus ramassée, plus cursive et met bien en valeur le pianisme griffé de cette oeuvre (créée dans sa version de ballet à l'Opéra dans un Paris occupé par les Allemands) tout en mini-portraits plus ou moins cryptés... Avec une oreille fine, on peut y déceler l'esquisse de la fameuse chanson "Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine"... L'écriture resserrée pleine de clins d'oeil aux différents styles d'écriture pianistique (scarlattien, romantique, strawinskien...) est un hommage au piano, dont la clarté digitale se fait portraitiste et caricaturiste, estampe et tag à la fois...
La difficulté réside une fois de plus dans la rapidité des enchaînements et l'extrême vitesse des tempis indiqués sur la partition. A tous moments Poulenc pousse les feux et entraîne l'interprète dans une gigantesque course à l'abîme de virtuosité, sourire, oeillades et cancan à l'appui... On a souvent l'impression que derrière l'élégance, la nostalgie et la férocité de son style, Poulenc veut "casser son jouet", comme un autodafé simulé de cette "musique classique" qu'il adorait, mais qu'il savait condamnée par l'évolution du monde et de l'Art. Catharsis du suicide musical ? L'interprète, lui, doit résister... Ne serait-ce qu'un jeu superficiel ?... Oui mais un jeu habité qui laisse des traces !
Cette œuvre a été composée plus tardivement que les deux autres, ces caractéristiques tant dans la version orchestrale que la version arrangée, sont-elles très différentes des deux autres  ?
Oui ; encore une fois cette oeuvre est d'une écriture beaucoup plus resserrée et "formatée" que celle des autres Ballets. Les petites formes des Animaux modèles sont comme des croquis de personnes qui porteraient des masques d'animaux, gardant ainsi leur secret ; ce qu'il pourrait y avoir de mélodies sentimentales et "parisiennes" est gommé par la rapidité des tempi, qui apporte un côté sarcastique et désespéré au travers d'une fausse java (dans le Lion amoureux) ou d'une parodie de valse ou de cancan (dans l'Homme entre deux âges et ses deux maîtresses)...! Polie comme des numéros de music hall, cette oeuvre est un gigantesque jeu de dupes, personnel, social et, vu les circonstances, politique..."Aubade", avec son atmosphère digne et tragique restitue une écriture classique qui ne dit pas son nom; quant aux Biches c'est l'invention la plus folle (qui donne parfois l'impression d'improvisation...) d'un jeune homme de 23 ans , ardent de désir, d'ouverture au monde et d'ambition. Le charme fou opère! 
Quelles difficultés particulières chacune de ces œuvres présentent-elles à l’interprète ? et qu’est-ce qui vous a tenu le plus à cœur dans leur interprétation ?
L'écriture de Poulenc pour le piano est très particulière; elle est à la fois celle d'un compositeur-pianiste rompu aux possibilités de l'instrument et celle d'un équilibriste pour touches blanches et noires, qui oblige à des positions de la main souvent extrêmes et peu académiques. Impossible de jouer du Poulenc avec une gomme ou une orange sur la paume de la main ! La difficulté principale réside dans la nécessité de donner l'impression d'une grande souplesse et d'une facilité même dans les positions les plus périlleuses. Et puis il y a cette vivacité de style qui oblige à des enchaînements très rapides et encore une fois avec des tempi souvent très (trop?)rapides, sauf à les considérer comme une part de son esthétique parfois destructrice d'elle-même... A cela s'ajoute la difficulté de l'écriture de piano pensée pour l'orchestre, qui veut faire s'exprimer toute la panoplie d'instruments que le compositeur a en tête. Dans "Les Biches", que de passages a priori injouables, mais qui se laissent apprivoiser ! Finalement toutes les notes y sont...!. Dans Aubade, il s'agit d'un véritable concerto pour piano solo, dont la version d'orchestre ne serait que la "réduction" de la version piano... Dans les Animaux modèles, qui sonnent comme du "grand piano", ce sont encore une fois les tempi qui fixent à l'interprète un horizon "utopique"...L'écriture tantôt griffe tantôt se pâme, mais le pianiste doit être émouvant sans jamais s'alanguir ou se retourner sur lui-même. Mais quelle pâte pianistique !
Quels sont vos prochains concerts et/ou autres projets ?
Entre autres...: Des concerts Poulenc en France et à l'étranger , en duo avec le comédien Gabriel Dufay (le prochain a lieu le 1er décembre au Théâtre de Poche-Montparnasse à 20h30), des concerts sur la Musique en 14, des masterclasses et concerts en Italie début 2015...e t puis la parution de la réédition d'un CD sur Les Pièces mystiques de Scriabine pour le Label Bayard-Musique°ADP en février 2015 et la sortie d'un CD sur Louis Aubert et le 2ème CD de l'intégrale pour piano d'Albert Roussel chez Naxos., sans oublier la diffusion sur WDR/ARTE d'un documentaire sur Erik Satie !


Pour écouter
Francis Poulenc
Jean-Pierre Armengaud , piano

extrait de Les animaux modèles- La cigale et la fourmi utilisez ce lecteur :
ou celui-ci

extrait de " Les animaux modèles- Le lion amoureux" :

extrait de " *Les Biches-Rag-Mazurka":

extrait de Aubade Presto :Toilette de Diane :

 

 

Pour vous procurer ce disque et/ou écouter d'autres extraits....

cliquez ici   (amazon)


Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Nouveaux disques à découvrir lors de concerts mentionnés en rubrique Concerts

Boogie on the ball
Sébastien Troendlé, piano

Rafal Blechacz, piano
Bach



Aimez et/ou partagez cette page !



Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano