Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

piano bleu

Express Europa Jean-Pierre Como Piano

Express Europa
Jean-Pierre Como, piano
Stefano Di Battista, saxophones
Louis Winsberg , guitares
Jérôme Regard, basse et contrebasse
Stéphane Huchard, batterie
Hugh Coltman, chant
Walter Ricci - chant

Invités
Jean-Marie Ecay, guitare
André Ceccarelli, batterie

L'on avait pu découvrir le pianiste Jean-Pierre Como en 2010, à l'occasion de la sortie de son disque en trio, depuis il a réalisé un disque en quartet et voici son nouveau disque qui réunit nombreux musiciens. Il faut rappeler qu'il a déjà une longue carrière derrière lui et en fait ce nouveau disque, voyage musical qui mêle la chanson et l'improvisation jazz, prolonge et renouvelle l'aventure musicale initiée il y a vingt ans avec un disque en quintet et au titre quasi similaire : " Express Paris Roma " . Il confie dans un entretien à lire ci-dessous : " Ce projet avait été un moment d'émulation intense, et j'avais envie de retrouver cette joie de jouer et de partager la musique ensemble."
Un partage avec outre des musiciens ayant participé à l'enregistrement historique : le guitariste Louis Winsberg, le saxophoniste Stefano di Battista, le batteur Stéphane Huchard, et de nouveaux instrumentistes, cette fois-ci deux chanteurs, et pas des moindre qui donnent la couleur particulière de cet album. Deux chanteurs de nationalités différentes : l'anglais Hugh Coltman, désormais installé à Paris, dont la réputation n'est plus à faire, réputé pour son grain de voix exceptionnel, adapté à toutes musiques de la pop au jazz, il a notamment récemment réalisé un disque hommage à Nat King Cole, et l'italien Walter Ricci, jeune crooner italien, au talent prometteur déjà récompensé, qui a commencé à chanter enfant en imitant des géants comme Franck Sinatra, Tony Bennett et Ella Fitzgerald. Deux chanteurs dont les timbres de voix vont très bien ensemble, et d'ailleurs s'unissent dans la splendide chanson "Stars in daylight" . Le charme de La voix de Walter Ricci opère tout autant dans "Raccontami" " Io che amo solo te" que celle de Hugh Coltman dans "You are All" et "Turn and turn", quatre chansons très tendres. Et le jeune chanteur dévoile ses capacités nombreuses dans deux titres plus proche de l'improvisation jazz "Musica"et "Mio canto".
Cependant la mélodie ne provient pas que de ces voix, ainsi d'autres très beaux titres dans cet album sont à mentionner plus particulièrement : le très dansant "Mandela forever" dont vous pouvez découvrir un extrait au début de la video teaser en fin de page, ""Silencio" et 'Alba" compositions de Louis Winsberg, où la guitare laisse cependant aussi éclater de très beaux chants du saxophone comme du piano. Les autres compositions, hormis le titre "Io che amo solo te" (de Sergio endrigo) sont de Jean-Pierre Como et son talent de mélodiste a trouvé ici tous les ingrédients pour s'épanouir merveilleusement et offrir un voyage musical dont chaque étape ne rompt jamais avec la précédente, qu'elle soit énergique ou nostalgique , on resterait volontiers encore plus longtemps dans cet "Express Europa" .
Pourquoi avez-vous eu envie de réaliser un disque avec des chanteurs et comment avez-vous convaincu Hugh Coltman, réputé dans le monde du jazz et de la pop, de participer à ce projet et comment s’est passée votre  collaboration sur les trois titres composés en commun ?
Amoureux du chant depuis mon enfance, j'avais envie pour ce nouveau disque de réaliser un projet mêlant la chanson et l'improvisation jazz. La voix fait partie de mon univers naturel, elle m'accompagne même dans le processus d'écriture de mes compostions, dès le début. Et d'ailleurs, « Padre » mon premier disque sous mon nom en 1989 donnait déjà une place au chant comme instrument. Je pense sincèrement que chaque musicien rêve plus ou moins consciemment d'être un chanteur soliste grâce à son instrument...
Le défi de ce 10e album personnel « Express Europa »  était de proposer de vrais formats chanson. La rencontre des deux chanteurs s'est alors imposée à moi. J'étais en effet à la recherche de deux types de voix différents pour mes compositions. C'est ce que j'entendais intérieurement.
J'avais déjà écrit toutes les musiques, ainsi que les mélodies des chants.
J'ai voulu rencontrer Hugh Coltman, car son grain de voix particulier était en parfaite harmonie avec le morceau « You Are All »  que j'avais alors écrit ... Il a été honoré que je fasse appel à lui, il est venu me voir, nous avons fait des essais, puis il était ravi de participer à mon nouveau projet.
Vous savez, Hugh Coltman vient du blues, du rock, il ne se considère pas il me semble, comme un chanteur de jazz, et c'est précisément ce que je voulais pour certaines de mes chansons. Grâce à son talent musical et à son ouverture d'esprit, il intègre depuis quelques années des projets jazz et là il apporte une autre dimension à mes chansons. J'avais initialement un texte pour ce titre « You Are All », mais j'ai pris le temps de lui expliquer la thématique, d'indiquer ce que je souhaitais et tout naturellement les textes que Hugh a écrits confèrent une force supplémentaire à mes mélodies. Pour « Turn and turn » que je lui ai également proposé, il a été charmé de suite par la mélodie et a insisté pour écrire les paroles. C'était sa voix que j'entendais sur certains des morceaux, j'aime son identité vocale et cela a vraiment été une collaboration magique !
Un autre chanteur apparait sur votre disque : Walter Ricci, considéré  comme un des talents les plus prometteurs d’Italie, pouvez-vous nous en  dire plus sur lui, comment l’avez-vous rencontré et pourquoi l’avez-vous  choisi en complément de Hugh Coltman ?
Walter Ricci, c'est le charme d'une voix pure à l'italienne. C'est le grain de voix dont je rêvais pour certains des titres du disque, comme "Raccontami", "Musica", "Mio Canto"… C'est un jeune musicien talentueux dont j'avais entendu parler, je l'ai donc appelé et il est passé me voir. Dès qu'il a commencé à chanter sur mes morceaux, j'ai su que nous allions pouvoir aller de l'avant ensemble ! Oui c'est vrai il est jeune, très doué et sa voix me touche à chaque fois au plus profond de mon âme…
J'ai écrit le titre « Stars in Daylight » pour les deux voix, c'était très important pour moi qu'il y ait l'union de ces deux timbres dans cette chanson. C'est une vraie montée en puissance, grâce à l'osmose entre Hugh Coltman, Walter Ricci et l'ensemble des instruments dont les deux batteurs présents sur ce titre, André Ceccarelli et Stéphane Huchard. C'est un morceau qui a un caractère particulier car sa colonne vertébrale repose sur une clave rythmique irrégulière avec des mesures impaires, sur laquelle vient se poser la mélodie. C'est ce qui lui donne sa personnalité et qui le rend, à mon sens, magique. J'espère que le public sera également touché !
Qu’appréciez-vous dans le fait de composer des chansons plutôt que de la  musique instrumentale ? Notamment travaillez-vous de la même manière , votre musique instrumentale étant déjà très mélodique ?
Depuis mon enfance, je chante énormément, et je dois dire que le chant accompagne mon processus d'écriture. La mélodie est effectivement une valeur essentielle dans ma musique. C'est vrai que c'est la première fois que je présente un disque qui comprend des chansons. Mais cela arrive aujourd'hui car j'en ai éprouvé le besoin intérieur. Ce qui me plait dans la collaboration avec les chanteurs, c'est le travail en commun. C'est de raconter une histoire, de préciser les sentiments ou les images qui m'ont conduit à écrire ces morceaux. Cela a été des moments de partage intense qui ont abouti sur l'écriture de textes en harmonie avec la mélodie.
Le saxophoniste Stefano di Battista, le batteur Stéphane Huchard et le guitariste Louis Wingsberg participaient à votre disque paru en 1995 "Express Paris Roma", auquel le titre de ce nouveau disque fait référence, avez-vous eu également l’occasion de jouer ensemble souvent depuis ?
En effet, je dirais que "Express Europa" prolonge et renouvelle l'aventure musicale initiée avec «Express Paris Roma », le disque que j'avais enregistré à Rome en 1995 en quintet. Ce projet avait été un moment d'émulation intense, et j'avais envie de retrouver cette joie de jouer et de partager la musique ensemble. J'ai donc réuni de nouveau Louis Winsberg guitare, Stéphane Huchard batterie et Stefano di Battista saxophones, tous trois musiciens « historiques » de mon Express Paris Roma, avec d'autres musiciens importants pour moi (Jérôme Regard, André Ceccarelli, Jean-Marie Ecay, Walter Ricci, Hugh Coltman...), afin de projeter le passé dans le présent et d'entamer de nouveau une histoire ensemble.
Après « Express Paris Roma », j'avais eu épisodiquement l'occasion de jouer avec Stefano di Battista, nous sommes évidemment restés en contact. Je suis particulièrement sensible à son lyrisme, à sa musicalité, à l'identité italienne que je ressens au plus profond de moi lorsqu'il interprète et improvise. Je trouve que Stefano Di Battista est un saxophoniste génial, qui arrive toujours à m'étonner par son talent et son sens mélodique et rythmique unique. Il me semble qu'on ressent vraiment la force de son chant dans "Express Europa".
Stéphane Huchard est un batteur qui est à mes côtés quasiment depuis mes débuts. En effet, il joue sur mon premier album "Padre" en trio et sur six autres albums. J'ai toujours été sensible à son sens rythmique. Au-delà du fantastique batteur qu'il est, ce qui m'a plu chez lui, c'est sa musicalité et sa créativité, il est également un grand compositeur.
J'ai souvent eu l'occasion de jouer avec Louis Winsberg, puisque nous nous sommes rencontrés au début de nos carrières respectives. Nous avions des affinités musicales en commun et une envie partagée de se connaître. Puis il y a eu le lancement du groupe Sixun que j'ai cofondé avec le batteur Paco Séry. Louis Winsberg a ensuite participé à plusieurs de mes projets personnels, je l'avais notamment invité sur un titre de mon avant-dernier disque « Boléro », sur ce morceau si délicat « Guarda che luna ». "
Et deux compositions sont d'ailleurs du guitariste Louis Winsberg, qu’appréciez–vous  dans sa musique ?
Les deux compositions que Louis Winsberg a apportées pour le disque m'ont plu car elles sont comme une filiation naturelle, une passerelle avec l'esprit d'Express Paris Roma. C'est pourquoi elles avaient leurs places sur le disque. J'ai toujours aimé chez ce musicien sa sensibilité, un sens harmonique fabuleux, un compositeur hors pair et un guitariste génial. C'est aussi une personne avec qui j'ai grandi et partagé énormément de choses.
Nombreux autres musiciens ont participé à votre disque dont certains  déjà présents sur certains de vos précédents disques et trois invités ,  vous semblez avoir souhaité réunir beaucoup de musiciens pour ce disque.
Pour moi la magie de l'instant naît de l'ardeur des relations qu'entretiennent ceux que l'on réunit. Cela explique pourquoi je souhaitais que de merveilleux musiciens comme le batteur André Ceccarelli et le guitariste Jean-Marie Ecay fassent partie de cette aventure, de même que le bassiste et contrebassiste Jérôme Regard.
J'ai beaucoup d'admiration pour André Ceccarelli, pour la finesse de son jeu, la poésie qu'il amène dans un projet, et sa rigueur aussi. Il a joué sur "Storia" et "Scenario" et j'en garde de très beaux souvenirs. C'était une joie de l'avoir à mes côtés pour "Express Europa".
J'apprécie tout particulièrement chez Jean-Marie Ecay son toucher guitaristique, son énergie et sa grande musicalité, c'est pourquoi j'avais déjà fait appel à lui dans "Empreinte".
Quant à Jérôme Regard, c'est un contrebassiste et bassiste extrêmement musical. Son sens rythmique est une vraie force chez lui et ce qui me plait, c'est sa grande curiosité à l'égard de toutes sortes de musiques. Pour un soliste, c'est une chance de l'avoir à ses côtés, parce qu'il arrive toujours à mettre en valeur l'harmonie.
Et cela a été un vrai bonheur pour moi de partager un moment à l'orgue avec le multi-instrumentiste Xavier Tribolet. Pour la petite histoire, dans l'album "Express Europa" sur le morceau "You Are All", Xavier Tribolet a commencé à jouer de l'orgue, et en fait de façon naturelle j'ai terminé la partie d'orgue sur ce titre. C'était un super moment pour nous deux... C'est important de préciser que Marc Berthoumieux a exceptionnellement accepté d'être associé à l'aventure. Avant tout musicien et compositeur de talent, il a en effet mis ses mains sur la console pour mixer magnifiquement "Express Europa" et je suis très content de son travail.
Dans cet album, outre le piano, vous jouez du wurtlizer et de l’orgue, pourquoi avez-vous choisi d’ajouter ces instruments, notamment le  wurtlizer ?
Cela avait un sens pour moi d'ajouter des passages au wurlitzer ou à l'orgue, cela apporte à certains moments une part de rêve, un côté aérien avec le wurlitzer, ou au contraire une profondeur avec l'orgue. Le wurlitzer est un instrument vintage que l'on utilisait souvent à l'époque dans la pop, c'est pourquoi j'avais envie de l'utiliser dans cet esprit. C'est comme cela que j'entendais le son d'ensemble de mes morceaux...
Pierre Bertrand a participé à l’arrangement de quatre titres, qu’y  apporte-t-il précisément ?
Il était indispensable à mon sens que certains titres soient arrangés, j'avais écrit de nombreux contre-chants, plusieurs voix... et cela me semblait nécessaire afin de donner une signature sonore à l'album.
J'avais déjà eu l'occasion de travailler avec Pierre Bertrand en 2006 pour mon disque « L'Âme Soeur », suite écrite pour un septet de jazz et un orchestre de trente musiciens, une œuvre à la croisée des chemins du jazz et de la musique classique.  La richesse et la force de sa contribution lors du projet « L'Âme Soeur » resteront un moment unique et inoubliable de ma carrière, c'est pourquoi la présence de Pierre Bertrand me semblait une évidence pour cette nouvelle aventure.
Ce disque est à la fois jazz et pop, qu’appréciez-vous dans la pop  musique ?
J'ai voulu un projet musical ouvert, aux influences multiples. Ce qui me touche dans la pop music, dans la soul, c'est la voix. Je pense à Stevie Wonder, à Peter Gabriel, à Caetano Veloso, à Sting, à Joni Mitchell, à Ricky Lee Jones...
Quels sont vos prochains concerts ?
Voici une série de concerts à venir, en espérant ne pas faire trop d'oublis…
- 1, 2 et 3 octobre 2015 au Jazz Club de Dunkerque // pour mon disque Boléro
- 9 octobre au Festival Jazz & Garonne à Marmande // Boléro
- 12 octobre au Café de la Danse à Paris : CONCERT DE LANCEMENT D'ALBUM EXPRESS EUROPA
- 13 octobre au Jazz Club de Savoie à Chambéry // Express Europa
- 14 octobre au Festival Jazz sur son 31 à Toulouse // Express Europa
- 16 octobre au Tourcoing Jazz Festival // Express Europa
- 21 octobre au Pannonica à Nantes // Boléro
- 26 novembre en concert hors les murs de la Scène Nationale L'Onde à Vélizy
- etc.
Pour vous procurer ce disque ...cliquez ici
A Voir : Express Europa Teaser

Pour visiter la page archive des
"Disques du moment"...cliquez ici

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Pensez à regarder la "petite télévision" de pianobleu.com qui continue d'être régulièrement mise à jour avec une sélection de vidéos de pianistes et oeuvres avec du piano...cliquez ici

Ne partez pas sans avoir vu
l'actualité du piano !

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 



Aimez et/ou partagez cette page !



Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano