Bienvenue sur pianobleu.com le site des amateurs de piano !

 

Violon amer Arièle Butaux

Violon amer
Arièle Butaux

Animatrice à France Musique, Arièle Butaux est également un écrivain très productif dont plusieurs livres mettent en scène des musiciens (voir ici) , et si son livre "Violon amer" qui sort ces jours-ci a cette fois pour personnage central un violoniste, les amateurs de piano ne bouderont pas leur plaisir de retrouver la plume musicale d'Arièle Butaux. Celle-ci a bien voulu répondre à quelques questions pour compléter la présentation de son livre par l'éditeur.
Présentation de l'éditeur
Adolescent prodige, Léonard Sinclair n'a jamais eu le temps de désirer la gloire. Sa carrière de violoniste est brillante, mais son existence lui échappe. L'enfant qui ne vivait que pour la musique est à présent une créature de luxe qui monnaye son image. Seul sur son piédestal, Léonard est au-dessus du commun des mortels, et pas loin de devenir un criminel. Paris, Vienne, Venise... De l'étrange exil où il s'est retiré, le virtuose déchiffre la partition de sa gloire et de sa chute. Les femmes de sa vie lui répondent en écho. Ils composent le sujet et le contre-sujet de cette fugue sans issue. L'étoffe des héros n'est-elle qu'un tissu de mensonges?
Dans vos précédents livres ayant des musiciens pour personnages centraux : « La Samorai » et « La vestale » vous vous étiez inspirée de personnes ayant existé qu’en est-il pour le « Violon amer », ou sinon qu’est-ce qui vous a inspiré ?
"Violon amer" ne s'inspire de personne en particulier. Bien sûr, le personnage de Léonard Sinclair est nourri de mille détails remarqués chez les nombreux artistes que je côtoie depuis mes années de conservatoire. Mais pour être violoniste, Léonard n'en est pas moins homme et, à travers lui, j'ai aussi voulu parler de manière plus générale de la quête du bonheur et de la réalisation de soi-même, lesquelles n'ont parfois rien à voir avec la qualité des cartes que le destin nous à attribuées au départ. C'est bien pour cela que c'est passionnant.
Ces deux précédents romans tout comme « La fleur de l’âge » sont construits autour d’interrogations autour de la mort et parallèlement sur la vie et les passions amoureuses, dernier thème que vous abordé aussi sous l’angle totalement humoristique dans vos « romans nouvelles » « Connard » et « Morue » , cela semble de nouveau le cas si l’on se fie à la présentation de votre éditeur pour ce nouveau roman, qu'en est-il précisément ?.

Je ne parle pas d'amour pour parler d'amour ! Quant aux scènes d'amour, la meilleure et mon modèle a été écrite par Stendhal, je crois : "Elle ne lui opposa aucune résistance". Rideau ! Au lecteur de se faire son film ! En revanche, dans "Violon amer" comme dans la plupart de mes livres, le partenaire amoureux est un miroir tour à tour questionné ou haï dans lequel mes héros se cherchent ou se perdent. Pour Léonard, qui restera à jamais fidèle à l'amour de ses treize ans, Claire est à la fois son contraire fascinant ( contrairement à lui, cette danseuse peu douée atteint son but par un travail et une volonté surhumaines dont lui même serait incapable), sa complice encombrante dans le partage d'un lourd secret et son lien indestructible et vital avec la seule période à peu près heureuse de sa vie. La complexité les liens humains en général est un terrain de jeu formidable pour l'écriture!

A part ça, oui, je suis comme tout le monde obsédée par le temps qui passe, par ce que nous laissons derrière nous, par la mort...Rien de très original ! Non pas parce que cela m'angoisse mais parce qu'il me semble qu'on n'a pas assez d'une vie pour réfléchir au sens de cette loterie, accepter l'idée que tout finira un jour et , au moment de tirer sa révérence, avoir fait en sorte de n'avoir aucun regret... Wouah, ce que je suis sérieuse aujourd'hui !! Bon, il se trouve aussi que j'ai côtoyé très tôt la camarde et que j'ai décidé une bonne fois pour toute de la regarder bien en face pour voir si elle baissera les yeux la première. Pour moi, la vie c'est tout de suite et maintenant. Je ne fais pas de plans, je ne calcule pas mes points retraite, j'essaie de perdre le moins de temps possible ( la seule chose qu'on ne retrouve jamais) et je n'ai pas peur de dire mon amour à ceux que j'aime tant qu'eux et moi sommes vivants.
Vous êtes également animatrice radio, quand trouvez-vous les moments les plus propices pour écrire, quelles sont pour vous les conditions idéales d’écriture et quel temps y consacrez-vous ?
La radio me permet de rester sociable ! Par nature, je suis plutôt sauvage ( mais je le cache bien !), j'aime être seule dans ma grande maison de campagne et je n'écris bien que lorsque j'ai plusieurs heures devant moi. Je me suis aménagé un bureau merveilleux, avec une ambiance incroyable mais...j'écris n'importe où ! J'ai écrit "La Vestale", mon premier roman qui reparaît ce mois-ci en poche, en surveillant sur une plage bretonne mes filles alors petites. Les fesses dans le sable et entre deux pâtés ! En revanche, je n'écris plus jamais dans le train : la dernière fois que cela m'est arrivé, c'était il y a deux ans. Je venais de passer l'été à écrire les 150 premières pages de "Violon amer" et j'ai oublié mon cahier dans le TGV. Je ne l'ai jamais retrouvé! Il m'a fallu un an pour me remettre au travail...
Ecoutez-vous de la musique lorsque vous écrivez ou pensez-vous à des œuvres particulières lorsque vous écrivez même sans parfois les mentionner ? Quelles ont été pour ce livre « Violon amer » les œuvres musicales qui vous ont inspirées ?
Je n'écoute jamais de musique lorsque j'écris. J'aime trop la musique pour la traiter comme un papier peint... En revanche, beaucoup de musiques m'inspirent. J'ai beaucoup écouté Schubert par Alexandre Tharaud et Zhu Xiao Mei ainsi par le duo Crommelynck lorsque j'écrivais "La Samouraï". Les sonates d'Ysaye par Laurent Korcia ne m'ont pas quittée durant "Violon amer". Et, pour les pannes d'inspiration, quelques chansons de Juliette me redonnent toujours de l'énergie, de l'audace et de la fantaisie.
Je crois que vous écrivez aussi pour le théâtre, peut-on voir quelque part ces pièces et quels en sont les thèmes ?
J'ai écrit huit pièces de théâtre, certaines ont failli être montées mais ça ne s'est jamais fait et, avec la crise, ce n'est sûrement pas pour demain ! Ce n'est pas grave, je sais que cela viendra car il y a maintenant pas mal de gens dans le monde du théâtre qui connaissent et aiment mon travail. Chaque chose en son temps et les pièces qui existent ne vont pas s'envoler! J'écris d'abord pour le plaisir mais quand un roman ou une pièce est terminé, je passe le relais.
Les thèmes? "Musique de nuit", ma première pièce, est une rencontre nocturne dans la maison-musée de Mozart à Salzbourg entre une jeune pianiste venue chercher l'inspiration et un mystérieux homme en noir...C'est une sorte de conte, prétexte à fouiller le rapport frère/soeur et ce que ressent le survivant lorsque la mort frappe ( c'était déjà le point de départ de "La vestale", Pauline Viardot devant construire sa vie après la mort de La Malibran). "Equilibres", ma dernière pièce, se passe dans un studio de danse et pose la question qui fâche : jusqu'où un grand artiste est-il prêt à transmettre son art lorsque l'élève risque de le surpasser. Entre ces deux pièces,"Promiscuités", une comédie sur le syndrome de Sctockholm,"le choix du roi" un duel entre la raison amoureuse et la raison d'état autour de Louis XIII et du marquis de Cinq Mars, un diptyque ( deux petites pièces d'une heure) sur les joyeusetés des relations parents enfants et enfin "Nues" dont je me souviens à peine vu que je ne me relis jamais!
Est-il prévu des séances de dédicaces de "Violon amer" ?
Je n'aime pas trop faire les salons littéraires( j'ai l'impression d'être au zoo, du mauvais côté et puis cela tombe souvent au printemps quand mon jardin a besoin de moi!) mais j'ai accepté l'invitation d'Isabelle Maillot et de sa librairie Musicalâme à Lyon. Un lieu de rêve pour partager les livres et la musique. J'y serai le 13 mars à 18h.

Pour vous procurer ce livre .....cliquez ici (amazon) ou cliquez ici(fnac)

Retrouvez une information sur
le site Piano bleu

Suivez pianobleu.com
le site des amateurs
de piano

sur     
Inscrivez vous à la
newsletter de piano bleu
 

Nouveaux disques à découvrir

Bach: French Suites, Bwv 812-817
Vladimir Ashkenazy, piano

Boogie on the ball
Sébastien Troendlé, piano

Rafal Blechacz, piano
Bach



Aimez et/ou partagez cette page !



Retour à l'accueil de Pianobleu.com : le site des amateurs de piano